Vichy contre l’amnésie.

Bizarre. Frédéric Aguilera, Maire LR (allié avec 5 LREM)  de , successeur de , est d’habitude prolixe quand on parle de lui, squattant Centre-France, et les radios locales. Bizarre, il n’a posté aucun tweet à propos de la double page du de ce dimanche sur l’absence de mémoire du Vichy d’aujourd’hui. Il faut dire que l’article d’, malgré ses manques, ne lui fait pas honneur du tout. [VOIR en fin de billet, l’article complet du JDD]

MON BILLET DE BLOG D’OCTOBRE 2018.

Tout un pan de l’article du JDD ne fait que reprendre tout ce que j’avais déjà écrit dans mon billet de blog d’octobre 2018. J’avais effectivement insisté – comme le souligne Alexandre Dyuck – sur cette absence insupportable et quasi-totale de renseignements, absence de stèles, absence de panneaux explicatifs, d’indications sur tous les lieux de l’ignominie pétainiste. Aucune plaquette locale imprimée non plus sur ces années spécifiques.

UNE HISTOIRE LOCALE ?

Précisons une chose d’emblée : l’article du Canard Lagardère laisse croire que ce silence (effectif) sur ces années ne concernerait que la ville. Or le sens de Vichy 40 ne peut s’analyser sans étendre la question au niveau européen et sans s’arrêter sur le rapport des forces mondiales (impérialismes), sans en reférer à la Résistance intérieure globale, sans dire un mot sur le mouvement synarchique qui prépara l’arrivée -Laval dès 1934. C’est d’ailleurs hélas cette direction que la tendance majoritaire de l’historiographie dominante a prise depuis de trop nombreuses années. Dans son livre récemment paru, l’historienne suit ses Maîtres en nous resservant le plat de la , introuvable dans les archives (1).

OUBLI

Alexandre Duyck cite les galeries d’art à proximité de l’Office du Tourisme mais oublie de dire que dans cette galerie marchande (une des premières de France), il y avait une enseigne Louis , ouverte pendant toute la guerre. Une fois de plus, on persiste à ignorer le nazisme de toute cette famille mondialement célèbre aussi dans ces années.

LES MAIRES EN QUESTION.

Alexandre Duycke rappelle avec justesse l’importance du rôle du LR Claude Malhuret dans cette omerta. Celui qui insulte les gilets Jaunes et Mélenchon avec ses tirades odieuses et puantes à longueur d’année est à très juste titre sur la sellette. Ces années de silence encouragées par Malhuret himself continuent-elles à durer en raison d’un comportement pro-collabo d’un petit nombre de familles huppées de la Ville ? On le saura bien… un jour.

Et quid de Frédéric Aguilera (2), son adjoint, très longtemps numéro deux de la Ville ? Hé bien, il s’arrange comme il peut : «L’ambiance était différente. Si j’avais été Maire à sa place, je ne sais pas ce que j’aurais fait». L’ambiance ? Au contraire, nationalement, l’ambiance était propice pour faire avancer sérieusement l’idée d’un Musée National dans la ville. Rappelons que c’est en… 1995 que Jacques Chirac reconnut officiellement la responsabilité de l’Etat français sur la période 1940-45 (2).

UN MUSEE NATIONAL SUR LA COLLABORATION A VICHY.

Devant le désir de très nombreux vichyssois d’avoir un Musée National sur cette période, il n’y a eu que silence, refus, désapprobation devant les justes envies citoyennes d’affronter cette Histoire. Contrairement à ce qu’avance Aguilera sur les supposées pleurnicheries des Vichyssois, ces derniers veulent au contraire que Vichy-la-Moderne soit au premier rang de ce combat pour la Mémoire. Or qu’ont ces citoyens comme réponses ?

Mr Aguilera se vante donc d’un musée-esbroufe sur 2000 ans de Vichy. Un musée sans approbation d’historiens, mini-musée avec surface réduite sur les années sombres. Un nom (Simone Veil) donné au parvis de l’Opéra (pour son combat contre l’avortement ?). Et c’est tout. Absolument tout. De qui se moque le nouveau Maire ?

.

Monsieur le Maire s’enorgueillit d’avoir interdit Faurrisson mais il ne sait pas qui est Gustave Thibon (4) (ou le sait-il que trop ?). Il a permis officiellement (fin 2019 et début 1920) l’utilisation des locaux Centre Culturel de… la Ville par l’Association du pétainiste Gustave Thibon pour l’organisation de Conférences pour nostalgiques (5). Et ce, malgré les protestations citoyennes.

Rappel : Gustave Thibon, qui fut un des philosophes du Pétainisme, s’en tira tranquilou à la Libération. En 1951, il devint vice-président des Amitiés franco-espagnoles (structure franquiste). Avec le Général Weygand, il créa l’Alliance Jeanne d’Arc qui prit la défense de l’Algérie française et il soutint Le Pen jusqu’à sa mort (6). Ce Cercle accole sans retenue et sans vergogne le logo de l’«Action Française» 

 : BIENTÔT A VICHY ?

Depuis la fin de la guerre aucun Président de la République n’est venu à Vichy (Mitterrand a soigneusement évité de s’y rendre – on sait pourquoi). Aguilera feint d’être en désaccord avec Macron qui a utilisé l’expression de « heures sombres de Vichy ». Et le voilà aussitôt qui prend la pose du Défenseur de sa Ville en tonnant, en nous faisant croire que ses protestations servent toute la population vichyssoisse ! Vaste blague. Ce qui se trame derrière cette comédie, c’est une invitation en douce probable de Macron pour qu’il devienne le premier Président à visiter Vichy. On devine d’ici les bénéfices des deux côtés : Macron, en Père de la Nation réconciliée, paradant pour un discours à la con, singeant Chirac, passant la brosse à reluire à tous, gommant la Résistance, cajolant Pétain et ses groupies pétainistes. Et la gloriole pour Mr Aguilera (le croit-il !) ! Je prends le pari que cette prochaine Opération de réconciliation, énième opération de com, se fera avant 2022.

******

  • 1. On notera qu’une fois encore, une historienne diplômée, censure le travail d’Annie Lacroix-Riz, cite des chiffres sans preuves indiscutables – avec des conditionnels – sur les « éxécutions sommaires » (p.115), parle de vichysto-résistance (p.145) admise sans retenue (alors qu’il s’agit de vichysto-pro-américains qui avaient senti le vent tourner). Rappelons qu’à l’instar des Pucheu, Giraud, Weygand, Darlan, beaucoup de hauts fonctionnaires partant à Alger sont allés chercher refuge chez  Murphy et non chez De Gaulle. Autre exemple : elle parle de « trois femmes tondues » (sans préciser ce qu’elles avaient fait. p.119).
  • 2. Le journaliste du JDD parle du pourcentage à 74,1% des voix qui ont porté Aguilera à la Mairie, laissant croire à une unanimité des Vichyssois. Information erronée puisque sont passés sous silence les… 65,4% d’abstention ! Sur les pourcentages, voilà le dernier tweet (6 juillet 2020) de ce Mr Aguilera qui se gausse de celui utilisé par les Ecologistes alors que lui-même…
  • 3. Le discours de Jacques Chirac date d’il y a 25 ans (15 juillet 1995) ! C’est dire si Mr Aguilera – dont l’Histoire n’est pas le fort – n’a guère perçu, depuis ce temps lointain, «l’ambiance» du Pays.
  • 4. On se souviendra de tout ceci lorsqu’on lira les propos antifascistes de l’actuel Maire sur Twitter !
  • 5. « En matière d’expression publique », se justifia F.Aguilera, « la liberté est la règle et l’interdiction, l’exception ». A l’instar des arguments de fachos, la liberté, ce serait donc « un quart d’heure d’antenne pour Hitler et un quart d’heure pour les Juifs ».
  • 6.« Gustave Thibon est sans conteste le plus brillant, le plus neuf, le plus inattendu, le plus désiré et le plus cordialement salué de nos jeunes soleils » (Charles Maurras 10 juin 1942). Rappelons qu’Olivier Dard dont on fait crédit sur sa pseudo-thèse de l’inexistence de la Synarchie avait « oublié » de signaler dans sa présentation officielle pour une commémoration de Maurras que Maurras avait été antisémite.

2 Responses to Vichy contre l’amnésie.

  1. Robert Spire dit :

    « Vichy sans mémoire »… Audrey Mallet et bien d’autres historiens travaillent à édulcorer, minimiser, euphémiser les crimes contre l’humanité perpétrer par la France au cours de son histoire.

    Il est plus « élégant » de rappeler sans cesse le génocide des juifs commis par les nazis (durant 12 années) et de pousser sous le tapis, avec la collaboration du régime de Vichy, la responsabilité française dans les génocides de la période esclavagiste durant 3.5 siècles et de la colonisation durant 4,5 siècles.

  2. BiBi dit :

    @RobertSpire
    Oui il y a eu un tournant ds les années 90 ds l’historiographie française qui s’est polarisée sur le génocide jusqu’à en faire le problème n°1 dans la montée du nazisme. Ce qui est faux puisque les premiers camps étaient politiques (pour les communistes). Rappelons qu’alors, bcp de juifs étaient communistes et qu’ici, en France, les Je Suis Partout et autres torchons étaient anti-communistes et traitaient les Rouges de « youpins de Staline » et de « judéo-communistes ». Ce tournant de l’historiographie française (années 90) s’est opéré avec la puissance US et la défense de la politique d’Israël. Tout cela au prix de distorsions historiques.Et l’on voit donc aujourd’hui des extremistes de Droite venir se parer de l’habit de défenseurs des Juifs alors qu’ils demeurent antisémites envers et contre tout. Notons encore que les seuls qui se sont battus contre l’antisémitisme entre les deux guerres furent les Communistes. Ainsi dans les critiques à Blum il n’y eut jamais (je répète : jamais) une insulte antisémite sortie de leurs bouches ou écrits. Je l’écris car aujourd’hui une puanteur d’historiens viennent dire le contraire (Evidemment sans absolument aucune preuve).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *