Category Archives: Pensées politiques

Pierre Laval d’hier et d’aujourd’hui.

Le cinéaste Laurent Heynemann et son équipe de tournage font actuellement un téléfilm sur Laval, le collaborateur. Le réalisateur a pris ses quartiers à Vichy. Son téléfilm sera diffusé sur France 2 en 2021. On y parlera du procès et de la vie du premier des Collaborateurs.

A l ‘heure où tant d’historiens taisent les liens de Pierre Laval avec la très haute finance nationale (Banque Worms, BNCI) et internationale (américaine, oui oui), espérons qu’une partie du téléfilm parlera de la fortune colossale amassée par celui qu’on appelait « Le Mandarin Noir ».

Car Pierre Laval a fait très tôt des affaires. En avril 1931, il achète le château de Châteldon (Puy-de-Dôme, 20kms de Vichy) et la source La Montagne-La Sergentale qui donnera l’eau en bouteille de Châteldon. Malin, il placera ces bouteilles d’eau gazeuse sur chacune des tables de la Compagnie des Wagons-lits. Une eau qui reste encore très bien côtée aujourd’hui dans les garden-parties et les restos cinq étoiles.

Laval gardera toujours une image de bouseux, de «paysan», d’inculte dans les hautes sphères du Pouvoir. Elu maire d’Aubervilliers en 1923 grace à la colonie de «bougnats» vivant en ceinture parisienne et avec l’appui de la SFIO, il est déjà un anticommuniste forcené.

Son ascension le pousse à parfaire sa tenue. Monsieur prend son temps pour faire sa toilette quotidienne, il passe très souvent chez la manucure, il se fournit chez les meilleurs tailleurs, change très souvent sa cravate blanche mais, hélas, rien n’y fait. Sa tête d’Auvergnat lui fait ressembler à un «Gitan» surnom qu’on lui donne avec celui de «Jamaïk». « Jamais, dira t-il, ils n’ont admis mon visage » Mais ce n’est que peu d’importance pour tous les synarques qui l’aduleront, pour tous ceux qui sont adoubés par la Banque Worms. Ces derniers (Pucheu, Lehideux, Barnaud, Benoist-Méchin, Marion, Bouthillier, Jacques Gérard, De Labarthète, Pierre Nicolle – salarié du Comité des Forges et du MEDEF d’alors) lui dérouleront le tapis rouge, le faisant revenir au pouvoir en avril 1942.

A Paris, avec sa fille Josée (toujours très chic, amie des nazis, en admiration éternelle devant son papounet), il fréquentera les hauts lieux de la gastronomie parisienne (Lucas Carton, Drouant – où dînent les membres de l’Académie Goncourt, la Tour d’Argent). Roublard, il commence à amasser une fortune colossale. Il envoie ses maîtresses en Argentine avec des lingots d’or. Avec ses francs français et suisses, elles y achètent des pesos, pesos qu’elles (il) transfèreront aux USA pour les convertir en dollars. Une fortune déjà conséquente planquée dans les grandes banques américaines (JP Morgan). Espérons que le téléfilm n’occultera pas ce côté financier absolument décisif dans la compréhension du personnage.

René DE CHAMBRUN

C’est que Laval (comme Pétain) a des rapports très étroits avec l’Amérique (ce qu’on n’enseigne guère dans les écoles et les Universités). Ses liens se consolideront avec le mariage de Josée sa fille unique. Celle-ci va épouser le 20 août 1935 le Comte René de Chambrun, franco-américain, descendant de La Fayette, avocat – comme Laval – qui a de très gros clients en France et en Amérique.

Arrêtons-nous sur cette famille richissime De Chambrun. On n’est pas là dans une famille de prolos du Bronx. Originaire de Cincinnatti, la mère de René a un frère, membre du Parti Républicain, Président de la Chambre des Représentants qui épousera la fille de… Théodor Roosevelt !

Josée LAVAL et son papa adoré.

René de Chambrun connaît Pétain depuis son enfance. Il aura toujours toutes portes ouvertes à Vichy pour le rencontrer. Il sera ainsi le lien permanent entre Pétain–Laval et le…Département d’Etat US. Ceci explique pourquoi Roosevelt aimait beaucoup Vichy et pourquoi, après 1941, les hauts fonctionnaires vichystes, sentant le vent tourner, allèrent en masse à Alger demander asile chez le bienveillant Murphy «personal representative» de Roosevelt. Vichysto-américains et non «vichysto-résistants» comme veut le faire croire l’historiographie dominante française.

De 1929 à 1934, René De Chambrun vit aux Etats-Unis. En 1931, il fait visiter les USA au Maréchal Pétain. La même année, il reçoit Laval et sa fille (c’est la première rencontre avec René) qui voient le Président Hoover et croisent aussi Raymond et Jacqueline Pâtenotre qui l’introduiront chez JP Morgan pour planquer sa fortune déjà conséquente.

Comme tout homme de Pouvoir, Pierre Laval connaît l’importance des organes de promotion, de manipulation et de Propagande. Pour hâter son ascension, il se tourne vers la Presse, se fait l’ami de Jean Prouvost (futur Paris-Match, Figaro and Co), achète Lyon-Républicain pour 3 millions qu’il revend 12. Il développe Le Moniteur (220 salariés, premier journal d’Auvergne affermé à l’Agence Havas de Paris), achète aussi l’imprimerie Montlouis (les premiers tickets d’alimentation sortiront de là), investit dans l’Hebdo « Vu et Lu ».

Jean PROUVOST
(Paris-Match, Le Figaro, Télé7 jours, RTL)

Côté Radios, il investit dans Radio-Luxembourg (dès les années 30) puis dans Radio-Lyon (par décret, il en fait une des 13 radios privées avec construction d’un pylône de 107 mètres à Dardilly).

Côté Police, Pierre Laval qui promeut son ami Bousquet a tissé des liens avec Pierre Julien qui a des réseaux puissants dans la Police et chez les Politiques.

Côté Banque, on l’a vu avec René de Chambrun et ses millions recyclés aux USA. Mais en France, il est un des plus importants dépositaires chez BNCI, quatrième établissement bancaire en 1943, banque que les Américains qui enquêtent sur le blanchiment d’argent de vichystes appellent « la Banque de Laval ». Elle est présidée par son ami en affaires Albert Buisson qui, en 1935, devient Président de Rhône-Poulenc et des Chemins de fer du Nord.

Une fois tout ce pognon amassé, Laval essayera de le planquer en Suisse. Pour ce, il envoie en 1943, son numéro deux, Jean Jardin (grand-père d’Alexandre Jardin) en premier Conseiller de l’Ambassade de France à Berne. Jean Jardin y retrouve Moulin de Labarthète en attaché et Amédée Siaume, autre ami de Laval, président de la Société Générale pour l’industrie electrique (qui transporta le siège de la Radio Sud-Ouest à… Genève).

Signalons encore trois choses au sujet de Laval :

CHÂTELDON (Allier)

1. La Fondation de la fille de Laval a vendu les parts du Château de Châteldon à la famille Taittinger, dont la femme est mariée à Jean Pierre Jouyet, homme de l’ombre de Sarko-Hollande-Macron.

2. Henri Rousso (dans son Livre Les Collaborateurs) fait avec Laval comme un autre historien a fait avec Darlan : ces deux Collaborateurs des hautes sphères ne seraient pas antisémites. Sur Darlan, on fait censure sur le fait qu’il fut le n°1 de Vichy et qu’il parapha ainsi de sa main le second  Statut des Juifs. Et sur Laval, on omet de signaler qu’il fut en pôle-position pour décréter et conduire la rafle du Vel d’Hiv.

Les qualificatifs d’Henri Rousso :
Laval ? Pas nazi, pas fasciste, pas antisémite
!

3. La constante de Pierre Laval fut un anti-communisme forcené. Avec Pucheu et Bousquet, il fit une chasse effrénée aux Rouges. Avant-guerre, il prôna le pacifisme mais ce fut pour ne pas militariser la France et ainsi ménager les nazis qui allaient envahir si facilement la France. Notons encore que Louis Barthou, ministre des affaires étrangères en 1934 s’opposait aux thèses de Laval. Ce ministre travailla à construire une Alliance tripartite avec les Anglais et les Soviétiques pour lutter contre le péril nazi. Résultat ? Il fut assassiné. Et c’est Laval – ô surprise – qui prit la suite… mais bien évidemment, pour ne pas mener les mêmes démarches.

Espérons donc que Laurent Heynemann informera les Français de toutes les saloperies de Laval, suppôt des synarques, incessant comploteur contre la République, homme aux affaires ignorées mais à la fortune colossale en France et aux USA (Qui en hérité ? Mystère) et que le réalisateur dira un mot de Josée et René de Chambrun, tous deux nullement inquiétés après la guerre.

*

Aujourd’hui on voit les analogies entre Laval, ses sbires avec nos dirigeants macronistes. Les Darmanin et Lallement ressemblent aux amis lavallois Pucheu et Bousquet. Un Macron vient des banquiers. Le staff macroniste dirige la Presse, les Radios. Tous avec cette haine qui perdure contre les Rouges mélenchonnistes, contre les Communistes même réduits à peu et contre une Ultra gauche qui s’infiltrerait partout.

UN JOUR, ON SAURA….

Un jour, on saura ce qu’il y avait dans le coffre de Benalla.

Un jour, on saura pourquoi Cécilia Sarkozy n’était pas présente au Fouquet’s après la victoire de Nicolas en 2007.

Un jour, on saura qui a tué Khadafi et pourquoi.

Un jour, on saura pourquoi Checknewsfr ne répond pas à la question concernant Edouard Philippe, sa femme Edith Chabre et leurs rapports à SciencePo Paris.

Un jour, on saura enfin qu’Emmanuel Macron avait 14 ans lorsqu’il a « rencontré » Brigitte Trogneux qui, elle, en avait 39.

Un jour, on saura pourquoi le pédophile présumé Christian Giudicelli peut encore rester et plastronner dans le jury du Prix littéraire Valery Larbaud ?

Un jour, on saura pourquoi les Maires de Vichy d’hier et d’aujourd’hui (C.Malhuret et F.Aguilera) n’ont pas viré Giudicelli, eux qui sont associés au Prix V.Larbaud et qui le financent depuis 1967.

Un jour, on saura pourquoi tant d’hommes politiques et artistes divers aiment tant aller à Marrakech.

Un jour, on saura pourquoi Raymond Barre était encensé par les Medias alors que bon nombre de Rédactions savaient qu’il planquait ses sous en Suisse ?

Un jour, on saura l’étendue incroyable des réseaux de Bernard-Henri Lévy.

Un jour, on saura que Pétain, Laval, les ligues fascistes, les industriels et banquiers ont préparé Vichy dès les Années 30.

Un jour, on saura pourquoi Zidane a donné son coup de tête à Materazzi.

*

Un jour, on saura quelle crapule sinistre fut l’homme de l’ombre de Sarkozy, de Hollande et de Macron : Jean-Pierre Jouyet.

Un jour, on saura pourquoi une femme de Roubaix est venue embêter Darmanin jusque dans les locaux de sa Mairie.

Un jour, on saura pourquoi le Canard Enchaîné est devenu si poli et si gentil avec les Pouvoirs sarkozyste, hollandiste et macroniste.

Un jour, on saura les responsabilités de Nathalie Loiseau dans le scandale soulevé par la lanceuse d’alerte Françoise Nicolas.

Un jour, on saura à nouveau que ce ne sont pas les Américains qui ont gagné militairement la Guerre 39-45 mais les Soviets et la Résistance intérieure.

*

Un jour, on saura qu’il existe de plus gros scandales que celui, quasi-insignifiant, des Panama Papers.

Un jour, on saura pourquoi La Montagne-Vichy n’a pas écrit un seul article pour informer son lectorat sur le parcours passé de C.Giudicelli, juré au Prix de la ville.

Un jour, on saura qui a averti l’équipe du Quotidien de Yann Barthès pour être les seuls présents à 7 heures du matin lors de la perquisition de la France Insoumise ?

*

Un jour, on saura que ce sont les agents de joueurs qui squattent la FFF et qui dirigent l’ensemble du foot français.

Un jour, on saura tout sur les Voyous de la FIFA.

Un jour, on saura comment Trump, Obama, Clinton sont devenus amis de Jeffrey Epstein.

****

Un jour, on saura que je suis mort. Mort sans jamais avoir su ce que j’aurais dû savoir.

Darmanin vu de l’Intérieur.

Il y en a eu des saloperies, des propos orduriers, des phrases calamiteuses du temps de Sarkozy et du temps de François Hollande. Mais avouons que depuis l’arrivée de Macron, nous sommes servis. De quoi avoir des nausées, hauts-le-cœur, vomissements quotidiennement.

*

Jean-Luc Godard disait que pour connaître la teneur d’un Gouvernement, il fallait toujours regarder le poste de celui qui occupait le Ministère de l’Intérieur. Donc nous avons Gérald Darmanin, visé pour une plainte de viol, en position de Chef de la Police. Il va, il vient, au gré des catastrophes naturelles où il plastronne en Sauveur et de mariages (le sien) où invités, Sarkozy et Macron et (surtout) Mesdames ne se sont pas rendus de peur d’être…

Un duo stratégique : Darmanin – Dupond-Moretti.

La nomination de Darmanin est indissociable de celle de Dupond-Moretti. Derrière ce binôme, il y a une intention stratégique pour 2022 : d’un côté, un Gérald qui fait plaisir aux syndicats de Police, qui promeut les éléments qui jouent le mieux de la matraque et de la garde à vue et de l’autre, un avocat qui se pare d’un habit de grand défenseur des libertés, dans une supposée auréole de… Gauche (celle qui, descendue de Solférino, s’est jetée dans les bras de la Macronie). Ainsi le dispositif à deux têtes est prêt à fonctionner jusqu’en 2022, dispositif qui ne mise plus comme en 2017 sur «ni Droite, ni Gauche» mais sur un  agencement «Droite (avec thèmes d’extrême-droite Peur/Violences Policieres/Migrants) ET Vernis de Gauche». Tout cela, bien entendu, pour préserver la pire des politiques depuis 1789 et en faire baver au populo comme jamais.

 (Pré)fasciste le discours darmanien ?

Quand, dans l’Allemagne d’après le 30 janvier 1933 (Hitler Chancelier), les opposants politiques (principalement les Communistes du DKP) voulaient se faire entendre, Goering a fait donner sa propre Police dans les rues. Trait caractéristique de ce régime : les instances judiciaires habituelles ne comptent pour rien, c’est l’armature armée super-entraînée qui fait la loi. Voilà pour l’arrière-fonds.

Que vient nous dire Darmanin à nous, Citoyens de la République ce 11 septembre 2020 ? «C’est la police, la gendarmerie, les forces de l’ordre qui font la loi dans notre pays». Grande inquiétude à entendre un Ministre dire que ce sont les R-é-p-r-é-s-e-n-t-a-n-t-s  de la Loi qui, désormais, la font. Voilà Monsieur Darmanin, tout tranquillement, qui se pose en facheux facho. Attendons les réactions.

Sans les Medias-Moutons, Darmanin n’existerait pas.

Hélas, le pire dans cette affaire, c’est le silence des Medias-moutons qui va suivre cette déclaration. Où sont-ils donc les Thomas Legrand, Léa Salamé de France Inter, les chroniqueurs du Monde, les loulous de Libe, les rebelles du Figaro, les Delahousse, les Aphatie, les Apolline de Malherbe et les Grandes Gueules pour pousser leurs grandes gueulantes ? Vous les croyez silencieux et occupés à d’autres travaux : que nenni ! Pas du tout, voyez ce que fabrique cette basse-cour médiatique qui caquète tous les jours sur les Libertés et leurs défenses. Ils ouvrent toutes grandes les portes à Darmanin, leur Ministre bien-aimé. La palme revient au JDD, le torchon Lagardère (dont j’ai, ici, légèrement changé le bandeau publicitaire « Le Journal de Demain » en « Journal de Darmanin« ).

Arrêtons-nous sur la dernière invitation en date : Darmanin, le Chef d’Orchestre de la Police-qui-matraque, est reçu à… Radio Classique de Bernard Arnault avec Guillaume Durand aux cymbales. Ce cher Gérald se vante donc d’avoir un boulot harassant. Il nous présente son bilan de la semaine. Retenez bien le mot de «bilan», un mot qui nous fait croire qu’il va détailler ses activités de Ministre. Hé bien, oui, il s’en charge et avec fierté ! Seulement, en nous penchant sur ses travaux d’Hercule, nous voilà  éberlués : son travail se résume à… ses passages en radios et TV.

« Ils peuvent faire une erreur »

Plus question de nier les violences policières comme l’ont fait Macron et Castaner. Impossible de censurer aussi les vidéos en nombre incroyable, de taire les interventions ultra violentes et les comportements inadmissibles, jamais vus des policiers de la Macronie. Alors, voilà Darmanin sur le reculoir, admettant la possibilité pour ses policiers de «faire UNE erreur».

UNE erreur ? Darmanin n’est pas loin d’être un (mauvais) humoriste, de ceux qui ne font rire personne. Qu’il aille donc voir le dernier film de David Dufresne.

Mais Darmanin n’est pas qu’un menteur-manipulateur. C’est aussi un retourneur de veste comme beaucoup de Macronistes. Délectons-nous de ce tweet supplémentaire, retrouvé (Août 2016).

Darmanin ouvre une Chaîne You Tube.

Grande innovation macroniste : Darmanin fait son entrée dans les bureaux de You Tube. Brrrr… Je ne dirai plus rien. Je laisserai juste le dernier mot à ma copine d’à côté. J’avoue qu’elle a bien raison de lui répondre ainsi :

« Perso, j’ai vraiment très très peur d’entrer dans le bureau de ta chaine, Gérald. Qui sait ce que tu pourrais me demander de faire ? »

Vichy. Affaire Giudicelli : la couardise d’un Maire.

Quand on a travaillé pendant de longues années avec des mineur(e)s abusé(e)s sexuellement, quand, dans son parcours professionnel, on a essayé d’aider ces victimes abîmées pour longtemps, quand on a vu du désespoir, des vies brisées, des suicides, on ne peut que réagir avec force et s’interroger sans complaisance lorsqu’on apprend que Christian Giudicelli, copain de virée de Gabriel Matzneff, continue de délivrer chaque année son avis en tant que juré officiel dans la délivrance du Prix littéraire Valery Larbaud.

Le dernier prix a été décerné le 7 mars dernier. Malgré de grandissantes protestations (1) et les demandes d’exclusion du Jury, le Maire LR de Vichy s’est défilé de façon incroyable et a fait la sourde oreille.

Mutisme complet jusqu’à ce 21 septembre où il a été interpellé sur cette affaire au Conseil Municipal. Ce qui l’a obligé à répondre publiquement. (Enfin !)

C’est la « minoritaire» (2) Isabelle Rechard (Radical de « gauche » et non de Gauche radicale) qui a posé la question à propos du maintien du juré Christian Giudicelli au jury du Prix Larbaud. Cette question n’était pas prévue puisque la séance du Conseil ne devait pas porter sur la présence de Giudicelli  mais sur l’intention de Vichy de participer au « Village ami des Enfants » de… l’UNICEF !

Le Maire LR, Frédéric Aguilera, a donc répondu. Et sa réponse en devient encore plus ahurissante.

La réponse du Maire.(Extrait de la Montagne Vichy)

Maitre du soutien financier au lauréat (donc à la finalité essentielle de l’existence du Concours), la «Mairie» LR ne veut pas exclure Giudicelli. Voyez comment le Maire passe d’une responsabilité collective derrière laquelle il se cache («NOTRE seule responsabilité »), responsabilité qu’il minimise (« Notre SEULE responsabilité ») à un JE (« JE suis sensible à cette problématique »). Il ne manque pas de culot ce Maire : réduire une responsabilité à une « sensibilité ». De qui se moque t-il ?

Répétons : Le Maire de Vichy a la main mise sur les finances du Prix. Absolument rien ne l’empêche d’exclure ce présumé pédocriminel. Or il se défausse en parlant – délirante position pour un élu responsable – de « suspension ».

Les amateurs de Sports savent ce que veut dire « être suspendu ». On quitte l’équipe temporairement puis… on y revient.

Mr Aguilera ne « demande donc pas l’exclusion ». Là, les bibis sont en droit de se demander ce qui empêche l’exclusion du Monsieur Giudicelli ? Délirons un peu : est-ce parce que Christian Giudicelli a une telle importance qu’il en devient inattaquable ? Est-ce qu’il est si puissant que ça ? Et si cette puissance est réelle, les Citoyen(ne)s de Vichy et du Val d’Allier sont en droit de savoir sur quoi elle reposerait. Oui : sur quoi se baserait cette puissance ? Bah, évidemment, hypothèse absurde mais… y aurait-il quand-même des choses qu’on nous cache ?

Regardons encore de plus près la réponse du Maire : « En fonction de cette réponse, [Celle des membres du Jury] nous DECIDERONS de continuer à SOUTENIR OU NON le Prix Larbaud».

1. Ne soyons pas dupes de cette manoeuvre qui veut entériner le fait que ce bon Maire se place hors du Prix Larbaud en se tenant « hors de la réponse collective » des membres du Jury. Hors du Jury ? Une simple photo prouvera pourtant le contraire : Frederic Aguilera n’a pas hésité à se pavaner avec ce Jury en entier, nous voulant faire croire à sa culture littéraire et voulant augmenter son (pauvre) capital culturel. Voyez Mr Aguilera si jovial de poser ici avec… Christian Giudicelli.

2. La réponse est donc claire : le Maire se défausse sur les membres du jury (jury avec lequel il n’a pas hésité à se montrer – y compris en 2019 à la remise du Prix). Est-ce cela être un Responsable ( aussi responsable des Affaires Culturelles de la Ville) ? Est-cela être un défenseur et protecteur des Enfants ? (Unicef). Le voilà encore qui parle de SUPPRESSION de ce prestigieux Prix en la faisant reposer sur la SEULE décision du Jury qu’il aurait alors beau jeu de s’approprier ! (3). Que pensent les primés et membres du Jury de cette honteuse manoeuvre ?

Pour résumer, mon titre de billet se justifie entièrement : Mr Frédéric Aguilera, Maire LR de Vichy (aidé de 5 LREM sur sa liste), mérite bien le qualificatif de couard.

*

(1) Malgré le compte-rendu de ce Conseil du 21 septembre, la Montagne Vichy n’a jamais enquêté sur ce scandale. Aucun article du quotidien depuis le 7 mars, remise du Prix. Une journaille rédactionnelle à genoux.

(2) Isabelle Rechard n’est pas le porte-voix (ou porte-parole) de PensezBiBi. Peut-être «s’est-elle fait la voix d’un internaute» comme l’écrit La Montagne ? Mais je ne la connais pas et je n’ai aucune accointance avec cette élue Radical de « gauche » qui refuse d’être rangée sous le terme « d’opposition» de peur de passer pour «un épouvantail extrêmiste». Ami(e)s-bibis, vous pouvez rire de son tweet qui laisse à Mr Le Maire tout pouvoir de catégoriser.

Enfin, ultime rajout : je n’ai aucune accointance non plus avec Simon Roetig qui a écrit plusieurs articles sur Giudicelli et sur les Prix littéraires à Mediapart. Les bibis sont indépendants.

(3). Oui un prestigieux prix qu’il faut défendre. Voici quelques grand(e)s primé(e)s : Paule Constant, Georges Perros, Henri Thomas, Philippe Jaccottet, Jean Rolin, Emmanuel Carrère, Jacques Réda. On n’oubliera pas aussi de nommer le gagnant 1982…. Christian Giudicelli himself.

Le Cirque médiatique.

Il est des intellectuels d’aujourd’hui qui font honneur à leur statut, se parant en gilets jaunes, défilant, manifestant, signant aussi la pétition pour les défendre. Bien entendu, ils n’ont guère d’espace médiatique pour faire connaître leur soutien. En sens contraire, on voit à longueur de journée des intellectuels mediatiques qui sont bien loin de penser le libéralisme (sa violence économique et policière) comme le premier des périls et quioccupent massivement la piste audiovisuelle. La plupart, sous-fiffres au capital culturel faiblard ou vieux arrogants indéboulonnables, déversent hargne et haine contre les Oubliés de l’Histoire, des Oubliés qui se rappelent chaque week-end, à leurs très mauvais souvenirs.

Tout cela est connu. C’est la France de Macron.

Guère besoin de présenter ces grandes étoiles du Cirque médiatique, experts en tous genre, sondeurs inamovibles, animateurs (trices) serrant amoureusement leurs micros, cyniques à l’humour de potaches, Chevaliers à l’écharpe rouge ou à la chemise blance, Goupil sorti des fourrés de 68, acteur berléanisé et terrorisé etc. Au total, une petite cinquantaine de personnes fières d’être touche-à-tout, répondant à tout, à tous, ouvert à tout, à tous. Avec bien entendu du poil à gratter anti-élite quand il est urgent de ne pas paraître trop servile, avec un zeste de citron acide pour endosser l’habit très consensuel du Rebelle, cet habit très bien porté par la nouvelle génération libérale-libertaire.

Ces clowns de la Grande Parade, les Medias n’ont guère besoin d’aller les chercher, ils les sonnent, ils arrivent, tous déjà connus de par leurs réseaux (ce sont les mêmes). Leurs lieux de retrouvailles ? Les Diners du Siècle, les repas chez Alain Minc, les séances photos de Mimi Marchand, les petits fours Avenue Montaigne, les parties de chasse en Sologne, les Croisières en Méditerranée, les petites sauteries (le JDD pour le 70 ème anniversaire du torchon) etc.

Tout cela est connu. C’était la France de Sarkozy-Hollande, c’est celle de la France de Macron.

Toujours étonnante la défense tarabiscotée de beaucoup de cesintellectuels dès qu’il s’agit pour eux de répondre, de se positionner vis-à-vis de ce mouvement social : «Et vous ? Et les Gilets Jaunes ? Et leurs revendications de justice sociale, dites-nous un peu ? » Les silences à ces questions… très rarement posées (il ne faut pas mettre ces gentils invités sous pression) sont toujours recouverts par leurs parlottes publicitaires. Nous en sommes à l’acte 16 des gilets jaunes mais ils causent : «Oui c’est mon dernier livre ; oui c’est mon dernier album ; c’est important de rappeler combien l’amour est essentiel, oui, il faut se battre, la Planète est en danger, les extrêmes, ah oui les extrêmes, et l’antisémitisme, mon dieu (le visage est grave, une seconde d’arrêt, de recueillement) mon dieu comme c’est affreux ».

Tout cela est connu. C’est la France de Macron. C’est aussi la France des BiBis.

Et là, voilà des questions qui me mettent mal à l’aise. Comment expliquer la gêne qui me prend à suivre ces émissions LCI-BFMTV-GGRMC-CNEWS, où je vois et entends des intervenants avec lequel je suis solidaire ? Pourquoi ai-je toujours cette impression durable qu’ils s’enfoncent, qu’ils s’embourbent irrémédiablement alors que ce ne sont pas leur arguments très justes qui sont en cause ? Pourquoi ai-je ce dépit toujours tenace qu’à la fin de ces pseudos-débats, de ces émissions-poubelles (aux thèmes pré-définis, jamais interrogés), de ces nullités télévisuelles ces Opposants se sont fait avoir ?

ANALYSE. Osons l’écrire : singulières croyances, singuliers aveuglements que les leurs. D’abord, cette croyance que leur présence va faire avancer les luttes en cours, illusion qui perdure même lorsqu’ils écoutent les saloperies distillées. Sur ces ignominies, ils vont quand-même répondre alors que le seul geste à faire serait de se pincer le nez et quitter le studio. Croyance donc increvable que chacune de leur intervention leur fera gagner un ou une électrice. On oublie hélas le passé, ce passé où les communistes du PCF de Georges Marchais avaient été fascinés par les interventions TV de leur Premier Secrétaire pendant que, dans le Réel, le potentiel militant était, lui, de moins en moins nombreux, qu’il était de moins en moins écouté, passant de 22% à 2% dix ans plus tard. On a aussi oublié qu’au référendum de 2005, 95% des Medias omni-présents pour le Oui ont été insuffisants pour contrecarrer le résultat.

C’était la France de la fin du XXème siècle mais on continue de l’ignorer.

On l’a oublié et – hélas – ces Organisations contre l’Ordre établi (et leurs chefs charismatiques) croient toujours que présenter leurs arguments politiques devant les présentateurs de JT, devant les animateurs des émissions politiques feront avancer leur Schmilblick.
Et voilà ces mêmes organisations prises totalement au dépourvu devant le Mouvement naissant des Gilets Jaunes, s’étonnant que malgré leurs (souvent justes) revendications, ces mêmes Gilets Jaunes se montrent réticents à leurs arguments (souvent convergents d’aileurs) et se méfient de la bureaucratie de leurs Organisations.

Ces Opposants – hors micro et écran – analysent très souvent avec justesse les Medias mais ils y vont quand-même. Et dès qu’ils sont sur les plateaux ou dans les studios, curieusement, ils rangent leurs armes critiques. Pourquoi ? Je crois que cela tient à une insuffisance de reflexion sur les dispositifs de ces émissions et surtout-surtout à un manque d’analyse sur la place prépondérante des grands Chefs que sont les animateurs/trices. Véritables despotes aux gestes amicaux, aux sourires consensuels etc, ce sont eux et eux seuls qui mènent la danse pro-libérale et gagnent toujours à la fin.

Cette impression de défaite des Opposants ne tient pas seulement à leur minorité (seuls contre deux, voire trois autres invités).

Cette déception qui nous prend à toute émission de cet acabit tient à ce que ces Opposants acceptent d’emblée – sans jamais la critiquer (on rêve d’un Godard venant décentrer toute question de Ruth Elkrief ou d’Yves Calvi) – la supposée position de neutralité, d’indépendance, d’objectivité de ces Meneurs d’émission qui sont là, nommés par leurs Patrons milliardaires, parce que d’obédience libérale.

Là où le bât blesse, c’est que ces invités estimables de la Gauche ne voit pas le dispositif qui les enserre. La contrainte inexorable n’est pas dans le trois contre Un, elle se situe dans l’omni-présence décisive à chaque moment (jusqu’au mot final) du présentateur/trice.

Seul moment de grace : lorsque Xavier Mathieu, invité des Gilets Jaunes, fit exploser le studio de BFMTV en s’en prenant à la position mise en pleine lumière de la pseudo-neutralité de la présentatrice Ruth Elkrief et de Bruce Toussaint.

Car c’est bien là que, tactiquement et stratégiquement, ces invités devraient porter leurs coups – quitte à… quitter majestueusement le studio.

Hélas, tout cela n’est pas assez connu. Et le restera encore longtemps.