Dimanche 8 mai : journée d’un souvenir.

photo1

Ce dimanche 8 mai, on commémore la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il est peu de familles où ne perdure pas le souvenir terrible et douloureux des restrictions, des arrestations, des secousses et des tremblements de terre occasionnés par le passage de la Peste brune.

BiBi a bien connu Lucien, son voisin du rez-de-chaussée récemment décédé. 

BiBi a recueilli ces échos avant que les brumes de l’Oubli ne les ensevelissent. Ils étaient trois amis : Bernard a prononcé la récente oraison funèbre de son camarade de lutte Lucien, prisonnier comme lui dans un camp. Un autre résistant, présent au même enterrement, va saluer Lucien pour son courage passé et remercie Bernard pour son discours dans la lettre qui suit.

*

Le Pactole de Macron : info ou intox?

Pactole Macron

Il existe des affaires bizarres en France. Je m’en vais vous en conter une : celle du voyage d’Emmanuel Macron à Londres. Dans sa tournée européenne, notre Ministre s’en alla dîner avec les membres fortunés, très fortunés du French Tech Hub. Le but de son Opération ressemble beaucoup à ce qu’Eric Woerth faisait à Genève pour la campagne de Sarkozy: prélever des dons, ramasser de la grosse monnaie pour l’Avenir.

C’est Paris-Match – qu’on ne peut, avec Bruno Jeudy en rédacteur en chef libéral, soupçonner d’être anti-Macron – qui va donner les premiers chiffres de ces dons. Ce sont 12,75 millions d’euros pour cette soirée qui auraient été «levés» écrit l’hebdo de Lagardère.

Il y aura toujours des Socialistes.

Hollande

Il y aura toujours des socialistes.

Il y aura toujours des socialistes qui resteront socialistes, qui le resteront coûte que coûte. C’est assurément un choix de vie, né probablement de rencontres, de court-circuits biographiques, de lignées (papa-maman) à laquelle ils se doivent d’être fidèles sinon… sinon… non, non, le changement du tout au tout leur est impossible, un complet revirement, c’est tout à fait inenvisageable, c’est même carrément «mortel».

La Presse alternative existe, je l’ai rencontrée.

LA DECROISSANCE

On a une presse alternative. Il y a Fakir arrivé à nos oreilles et sur les écrans, un Fakir sur les clous avec son film Merci Patron, tout bardé de son opiniâtreté pour percer la puissante muraille Bernard Arnault. Il y a aussi le mensuel La Décroissance (prix à l’unité: 2,50 euros) plus confidentiel mais que je suis assez régulièrement. Un journal qui fait vivre la différence, qui fait réfléchir (même si des désaccords existent) et qui offre dans son dernier numéro des entretiens de qualité dans des articles de grand intérêt. Aussi feuilletons-en ensemble quelques pages.

*

Et si on parlait de Benzéma ?

Foot (2)

Une fois n’est pas coutume, me voilà endossant short, crampons de foot et tenue sportive. J’entends encore la voix de Guy Bedos raillant ce sport de son accent inimitable (« Ah le foot ! Le foooot ! »). Dans la hiérarchie de l’info, la moindre colique du footballeur fait la Une des quotidiens, le moindre match gagné par l’entraîneur Zidane est exalté. Griezmann est devenu le footballeur de génie à la française, bref les Bleus sont partout… et ça ne fera que (re)commencer et s’amplifier à l’approche de l’Euro 2016.

Avec cette incontournable question qui fait souci aux supporters : Quid de Benzéma ?

Alors BiBi, toi aussi, tu t’y mets ? Il te faut parler de Benzéma ? Ben, oui, parlons-en.

*