Lecture de blogs.

 Blog-LA-REVUE

C’est la REVUE DES BLOGS chez PensezBiBi. Et c’est beaucoup mieux que le poids des mots du JDD, beaucoup mieux que le choc des photos de Paris-Match. Les Blogs restent encore cet espace de liberté (surveillée à n’en pas douter) où ça circule, ça chante, ça se désespère, ça s’énerve, ça roucoule et ça se cogne. Mais toujours avec ces mots qui tapent dur et caressent douces.

Petit tour d’horizon sur ma Blog Rock and Roll et amitiés à celles et ceux qui œuvrent sur leurs écrans et qu’aujourd’hui je n’ai pas cités.

J’ai envoyé mon Journal de bord au Père Noël.

pere-noel

Cher Père Noël,

Tu vas bientôt mettre les pieds sur terre, sur notre sacrée bonne terre mais peut-être ne sais-tu pas trop ce qui s’y passe. Oh, je ne te ferais pas de longs discours. Tu sais de quelle façon j’esquive les grandes pensées, hein ? Pour que tu comprennes mes joies et mes tourments, je t’ai préparé un tout petit cadeau : c’est le Journal de bord de ma semaine.

*

Charles JULIET, le Scribe de la Source (2).

*

Il n’est de plus beau merci que celui de Charles Juliet à ses compagnons (Camus, Pavese, Maitre Eckhart, Thérèse d’Avila, Krishnamurti, Georges Haldas etc) et à ses compagnes de plume (Marguerite Duras en tête) :

«Écrivains morts ou vivants, vous qui m’avez aidé à me construire, qui m’avez réconforté, épaulé, nourri, qui m’incitez à creuser davantage, je pense à vous avec ferveur, tendresse, reconnaissance. Pauvre et désolée aurait été ma vie si vous ne l’aviez généreusement fécondée».

C’est avec cet extrait que je vous invite à continuer de suivre Charles JULIET, un de nos très grands écrivains français. Vous continuerez à l’écouter ici dans cette seconde partie de ma vidéo. Seconde partie de cette rencontre (29 novembre au Château de Ripaille de Thonon les Bains) au cours de laquelle Charles JULIET eut l’occasion de parler, avec émotion, de son singulier trajet dans l’écriture.

Ici, première partie de l’intervention de Charles JULIET.

Vidéo-BiBi : Charles JULIET, le Scribe de la Source (1)

 

Le samedi 29 novembre, Charles Juliet, immense écrivain, poète et dramaturge français, était l’invité de l’association Art & Connaissance au Château de Ripaille de Thonon les Bains. Il vint faire une intervention dont l’intitulé était : «Le long périple de la quête de soi». Une heure et demie durant, il expliqua son rapport à l’écriture en le rattachant sans arrêt au plus profond de sa vie personnelle.

Elle me disait… (épisode 12).

Elle me disait 12

*

Elle riait. Beaucoup se trompaient sur ce rire, croyant qu’elle ne riait pas de bon cœur. Pourtant elle riait. Avec ses yeux qui pétillaient, avec sa poitrine qui se soulevait. Elle était souvent reconnaissante envers ceux et celles qui la faisaient rire. D’aucuns – qui admiraient pourtant certaines de ses réparties – croyaient qu’elle s’affublait d’un masque, de ce masque social qui nous oblige toujours à faire bonne figure. Inutile d’énumérer les manières de porter ces masques dans la Comédie Sociale généralisée. En bref  inventaire : cynisme, j’men foutisme, arrivisme, séduction, désespoir et tutti quanti.

Elle riait sans retenue. Son rire emplissait la pièce, caressait les murs de droite, de gauche, glissait sur les plafonds puis redescendait jusqu’à se poser dans le cœur de chacun. C’était cela qui la rendait merveilleuse.

Sans ostentation, simplement merveilleuse.

On aimait sa compagnie. On aimait accueillir son rire, rire de majesté. Et lorsque le silence retombait, elle restait étonnamment concentrée, cherchant ses mots sans efforts visibles. Elle finissait par délivrer une phrase sans se précipiter. Précise ou approximative, incompréhensible ou vraie, sa parole mesurée, juste assez grave, demandait une oreille attentive. Oreille dressée de musicien là-bas, regard attentif de lecteur ici, voilà ce qu’elle attendait secrètement de chacun.

*