Arrêt sur Image : la Biennale vue par Paris-Match (1)

prom_biennale_2014

Avant de vous informer de ce qui se passa ce mardi 9 septembre 2014, j’expliquerai dans quelles circonstances m’est venue l’idée de ce double billet. J’attendais patiemment mon tour dans la salle d’attente de mon cher Docteur. Pour tuer le temps, je me suis mis à feuilleter distraitement les magazines people sur la petite table (remarquons au passage que les instances médicales ne s’abonnent jamais à Fakir, l’Humanité-Dimanche ou à Politis et préfèrent étaler les n° du Figaro Madame, de Voici ou de Paris-Match). Et c’est justement l’hebdo Lagardère, le Paris-Match du 18-24 septembre qui attira mon attention. Et plus particulièrement la dernière page avec la rubrique d’Agathe Godard. 

Au retour, en plus des médocs soignant ma toux, je continuais de penser à cette dernière page de l’hebdo (mise en ligne ici) qui célébrait – à sa façon pipolitique – le Dîner de gala de la Biennale des Antiquaires, le 9 septembre de cette année.

Double billet dont voici la première partie.

Le Tour de ma Méditerranée.

 ulysse

Lors de mes derniers jours, de mes dernières nuits, je n’ai guère eu envie de suivre les péroraisons des Artistes suivistes qui ont donné leurs bénédictions à Bernard Arnault et à sa Fondation Vuitton. Guère envie non plus de convaincre quelques Blogueurs de Gauche s’extasiant devant la multitude des Opérations politiques de Com. Mes oreilles n’en peuvent plus.

Il y a crise. Crise de notre Monde ? Pas forcément. Plutôt crise dans la représentation que nous nous en faisons (moi compris). Crise qui fait fêlure dans nos habitus et face à l’Inconnu (demain nous mourrirons) ; nous qui avons été élevés dans le Progrès glorifié, dans le Savoir tout-terrain, dans la Réponse à Tout.

Ces derniers jours, ces dernières nuits, j’ai donc décidé de me changer les idées en faisant le Tour de ma Méditerranée.

Elle me disait… (épisode 10)

MeDisait 10

*

Je lui parlais de mes souvenirs de plage, des châteaux de sable humide et des parties de volley-ball entre adultes. J’aimais ces disputes de grands pour un point au filet ou un service raté. Elle me parlait de ses cris de bonheur en dévalant les grandes dunes au petit matin, de cette nacre arc-en-ciel trouvée lors du reflux de la marée. Elle disait encore qu’à cet âge, elle ne rêvait pas, elle levait souvent sa tête pour regarder les nuages qui passaient et qui – se désagrégeant – ne laissaient aucune trace. Puis elle abandonnait sa lecture pour, bâton en main, dessiner sans fin des arabesques et des lettres sur le sable. Pour, disait-elle, que le temps ne soit pas perdu.

Lectures en zig-zags.

 Lectrice

L’écriture de ce billet suivra des sinuosités jamais empruntées. Fi de la précision, du cadrage, du parfait travelling sur l’Actualité. On pêche à droite, à gauche. On picore à droite, à gauche. Et, au final de la rédaction, on a évoqué des questions essentielles, vitales. Pour ce 1431 ème bibillet, il sera donc question(s) des rapports entre l’Art et la Vie via Truffaut, Antonio Tabucchi, Georges Haldas, Claude Monet et via les Ondes Sonores de France Inter analysées par le journal Fakir.

Emmanuel Macron ? Dieu, qu’il est beau !

macron Cliché 1CLICHE 1

Dans les temps politiques «modernes», impossible de croire que les Puissants puissent naviguer sans aide-conseils. Depuis l’ère Jacques Pilhan, ils ont besoin d’assistance pour faire/écrire/penser/vendre leurs discours. Dans les travées élyséennes, on a vu se succéder les Plumitifs qui concoctent pour leurs Maitres, discours, interventions, petites phrases, gimmicks («Moi Président… »), gestuelle etc.

Même chose pour les photos, portraits qui circulent dans l’espace public.

Jusqu’à présent, Emmanuel Macron, pas très connu – encore en déficit d’images – est resté très discret visuellement. Stratégiquement, son apparition dominicale sur le JDD (journal du puissant Lagardère, en même temps marchand de canons, ne l’oublions-pas) est bienvenue. Elle intervient au moment de l’offensive Valls contre les acquis sociaux avec le honteux baratin distillé au 10 Downing Street. Là-dessus, Hollande est en complet accord – quoi qu’en disent les vilains éditocrates). C’est donc dans ce cadre-là qu’a été décidé la publication des deux clichés d’Emmanuel Macron dans le Journal du Dimanche. L’un est mise en ligne sur le site, l’autre est la Une dominicale de ce canard-laquais.