Incipit-Twitter : « Elle me disait… » (4)

 Elle me disait 1

 

Poursuite de ce dialogue à une voix et à une oreille. (Episode 4).

Elle me dit tant de choses que la nuit venue, je note en dictée ses lambeaux de phrases, ses mots jetés à l’improviste. Je note, je retranscris cette litanie qui s’ouvre sur cet incipit («Elle me disait») et qui finit à 140 caractères (ceux de l’écran Twitter – qui s’est substitué à la page papier BiBi).

Elle aussi devait avoir lu le minuscule livre de Pierre Legendre («La Fabrique de l’Homme Occidental») car ce petit extrait redécouvert ressemblait étonnamment à ses murmures : «Ainsi, indéfiniment, les générations apprennent que la parole a pour décor l’indicible et que, pour être habitable, le monde doit être mis en scène avec des mots».

*

BiBi fait sa Revue de Presse.

Pensez-BiBi1

La nuit dernière, j’ai fait un rêve : la Gauche dite radicale, autonome, offensive s’unissait et devenait majoritaire. Le seul petit problème était relatif à ma présence. Dans cette rêverie nocturne, je figurais sous la forme d’un très vieux bonhomme doté d’une longue, longue barbe blanche. Mon prénom se détachait dans ma nuit noire et se déclinait ainsi : Mathusalem. Au réveil, pour chasser le poids des ans (969 ans), j’ai entrepris une Revue de Presse en espérant m’alléger. Hélas… le Monde au réveil pèse encore plus lourd.

*

Mots pauvres, riches correspondances.

 Les Mots Pauvres

Tout à coup, s’imposèrent les deux tweets. Ils m’arrivèrent de biais, comme surgis du ventre de la baleine. Deux tweets, deux uppercuts que je mis aussitôt en ligne sur le ring des Réseaux Sociaux, ce 8 avril.

1. Elle me disait : « Flots de paroles ? Ton naufrage est proche. Accroche-toi plutôt à un mot, ce sera ta bouée »

2. Elle me disait : « Tu te tais et tu crois observer le silence mais sauras-tu admettre un jour que c’est le silence qui t’observe »

*

Les commérages politiques du JDD.

JDD Fouks

Quand on lit le JDD, journal indépendant (mais pas indépendant de son Boss sarkozyste Lagardère) on aime découvrir, à chaque numéro, la façon très touchante qu’ont ses éditocrates d’analyser la situation politique française et de dresser des portraits de ceux qui la font. Pour ça, BiBi s’est penché sur les petites phrases dominicales de ce canard-laquais et les a examinées à la loupe.

*

Incipit-Twitter (3) : « Elle me disait… »

Elle

On croit souvent que le dialogue se fait à deux mais c’est oublier l’Instance qui fait trois, cette circulation entre l’Un et l’Autre. Les mots sont cet entre-deux, mots qui disent la nostalgie de l’homme regardant le soleil couchant, le rire aux éclats féminins, la rage de l’enfant au seuil de son état d’adulte.

Ici, dans ce troisième épisode de l’Incipit-,  (« Elle me disait… »), viennent à nouveau s’inscrire (au choix) l’éclair, le grondement des Dieux derrière les montagnes, la pluie qui fouette nos visages, le soleil qui tanne nos peaux. Tweets en méli-mélodrames qui – je l’espère – chasseront les nuages pour faire éclaircie.

*