Tag Archives: Vichy

MARINADES EN MAI.

DARMANIN

Darmanin est un habitué des clubs libertins. Monsieur le ministre veut les réouvrir. En particulier, celui, parisien, des Chandelles. On se rappellera de quelle élégante façon Carla Bruni Sarkozy charria l’ami de Nicolas en ces termes : « Nicolas, lui, ne m’a jamais emmenée aux Chandelles ! » Solidarité oblige, il se murmura que Nicolas défendit non son épouse mais… son ami Gérald. On ne dit pas non plus si l’un ou l’autre osèrent demander à Carla de s’excuser.

10 MAI 1981.

Sur la route, direction Lyon dans ma première voiture. Je suivais la Simca de devant, celle de mon père. Je n’avais pas d’autoradio dans la mienne. Il était vingt heures. On s’était mis d’accord : « Si Mitterrand gagne, tu mets le clignotant à gauche ». Ce fut donc à gauche. Aujourd’hui, il mettrait les feux de détresse.

MITTERRAND ET VICHY.

Lorsque Mitterrand venait voir ses amis au bord de l’Allier, en particulier Michel Charasse, Pierre Coursol ou Guy Ligier (le constructeur automobile), il évitait expréssément de passer par Vichy pour les rejoindre. Pour qui n’en comprendrait pas les raisons, Mitterrand travailla jusqu’à début 1943 dans les Services de la Documentation de la Légion des Combattants. Ses amis d’alors furent Eugène Schneider, André Bettencourt, collaborateurs notoires. Mitterrand ne se hasarda jamais à revoir l’hôtel Cécil, le Castel français,  l’hôtel de Tours (où il déjeunait chaque jour) de peur qu’un photographe ne traîne par là et immortalise un coin de son passé d’extrême-droite, passé qu’il s’évertua à cacher tout au long de sa vie politique.

JEAN D’ORMESSON.

Pour avoir rappelé que Jean d’Ormesson avait minoré l’étendue de son pognon et ainsi échappé à l’impôt, je me suis vu rabroué par nombre d’admirateurs et admiratrices excédés. Faut-il rappeler qu’écrire des livres – bons ou mauvais – sont une chose et que le comportement dans la vie citoyenne en est une autre. Il se trouve que j’ai en horreur la littérature du Sieur D’Ormesson et que d’autre part frauder le fisc n’emporte pas du tout mon adhésion… Disons que je préfère de loin la prose de René Char et son comportement exemplaire devant les Chiens de l’Enfer.

POESIE, LITTERATURE.

Dis-moi ce que tu lis, dis-moi tes écrivain(e)s préféré(e)s et je saurais à peu près qui tu es. L’écrivain admiré de toujours par Mitterrand fut Jacques Chardonne.

BILL GATES ET MADAME.

Ai appris que le couple Gates allait se séparer. En cause le brave Bill qui – paraît-il – faisait des tournées régulières dans les bars de Jeffrey Epstein. Le couple a une fortune qui s’élèverait à quelques 145 milliards de dollars. Chez ces gens-là, on compte en milliards.

MICHEL FOURNIRET.

Certains se réjouissent de la mort du tueur en série Michel Fourniret oubliant la douleur des familles qui auront les pires difficultés à faire leur deuil et à connaître la vérité sur la mort de leurs enfants. Tueurs en série ou dictateurs sanguinaires impunis : voilà que je pense à Pinochet mort dans son lit. Je pense aussi avec effroi aux vautours qui vont se précipiter sur cette affaire Fourniret pour sortir dare-dare des films, des séries TV, écrire des livres, des enquêtes, faire des Unes Paris-Match, promouvoir des émissions spéciales (BFMTV, CNews, LCI) etc.

1930-1940-2021.

Que d’analogies entre les temps présents et ceux qui couvrent la décennie 1930-1940 ! Ici, Niel-Bolloré-Arnault-Bouygues tenant les rênes des Médias; là Le Temps dirigé par l’industriel De Wendel. Ici les fachos et leurs supports promus quotidiennement sur les Chaînes de la Honte; là le pouvoir des ligues et des Cagoulards financés par banquiers et industriels. Ici les Marianne et Valeurs Actuelles faisant feu de tout bois contre l’immigration et les musulmans; là, les torchons antisémites du Pilori à Je Suis Partout. Ici une partie des classes moyennes frileuses, en peur, réclamant un pouvoir fort en 1940; là, la Droite, extrême-droite et Centre unis tentant de s’appuyer sur elles, réprimant toute opposition dans la rue et sur les écrans.

BERNARD CAZENEUVE, EX-MINISTRE DE L’INTERIEUR.

Bernard Cazeneuve, ex-ministre de l’Intérieur, invité régulier des médias, pérorait dans un entretien à L’Express : « Jean-Luc Mélenchon doit être combattu ». Espérons que ce Cazeneuve ne combattra pas le leader de la France Insoumise comme il a combattu Rémi Fraisse avec sa police.

ENFER MEDIATIQUE

NAGUI. Petits arrangements entre mari et femme. France 2 TV a choisi l’animateur-producteur multimillionnaire Nagui pour coproduire un programme de 6 épisodes fictionnels. Jusque-là rien à en redire sauf que. Sauf qu’en regardant de près l’inventaire des acteurs et actrices embauché(e)s pour la cause, on trouve une certaine Mélanie Page qui se trouve être la femme de… Nagui. Une femme qui a beaucoup d’humour : elle refuse avec véhémence que « l’on puisse évoquer le moindre piston ».

PASCAL PRAUD. Cela ne fait aucunement réagir l’Entre Soi médiatico-politique. Tous ces journalistes militant(e)s restent bien muets lorsque Pascal Praud, une de leurs figures adorées, un de mes fox-terriers « préférés », va prendre ses ordres directement dans la niche élyséenne.

C’EST UN JOLI NOM « CAMARADES ».

Dites Camarades, si je verse, plus que d’habitude, dans la « tristesse solemnelle » (Fernando Pessoa) c’est que j’ai de gros soucis à entendre votre Boss Fabien Roussel clamer qu’il est « favorable à des sanctions plus lourdes pour les attaques contre les détenteurs de l’autorité publique ». Et donc – de fait – de réclamer des peines plus légères pour le type qui tue sa femme ou ses enfants. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà le même Fabien (bien éloigné du Colonel Fabien) qui vient draguer pour le 19 mai les pires syndicats de la Maison Poulaga. Une semaine donc où j’ai bien peur que mes marinades du moment et que ma tristesse solennelle durent beaucoup plus qu’un quart d’heure.

MES IDEES FIXES : inventaire.

Un des reproches qu’on me fait, c’est que je parle souvent des mêmes choses, que je ressasse, que je maugrée et grogne toujours contre les mêmes personnes, contre les mêmes Officines, contre les mêmes adversaires. Par contre, ceux qui me le reprochent ne s’étonnent pas de la différence d’échelle énorme entre la propagande pilonnée chaque seconde par les instances qui nous gouvernent (presse moutonnière, chaines de la honte, rédactions à genoux etc) et ma très très petite influence de blogueur et de twitto qui va en sens contraire.

Idée fixe donc : Checknewsfr.

Le respect de Liberation à ses lecteurs.

Oui, je n’arrête pas de tarabuster les instances qui ont pour but de traquer les fakenews. Faut dire que j’ai très mauvais esprit, restant persuadé que leurs choix de fakenews des gueux sont là pour cacher les fake des riches et des puissants. Mais contrairement au «dégoût» que j’incarne à leurs yeux, perso, je les estime beaucoup… surtout quand ils me donnent les chiffres des montants en dollars que l’entreprise privée FaceBook leur alloue chaque année (245000 dollars en 2018 et 236.000 dollars pour 2019 quand-même pour le prix de leur « indépendance » !)

Le problème avec ces loulous, c’est que, chaque année je m’épuise à les leur demander. Donc j’insiste, je pilonne, je répète la même demande, je me répète à me répéter. Cette fois-ci encore, ma demande d’infos porte sur le montant reçu en 2020 à propos duquel ils me réservent… une «sacrée surprise»! Ce qu’ils n’ont pas compris (ne veulent pas comprendre) c’est qu’il ne s’agit pas d’un problème personnel entre eux et moi mais d’une question politique. Question d’importance sur ce qu’ils retiennent comme «fake» (et donc digne d’être traité et analysé par eux) et ce qu’ils estiment être des infos insignifiantes. Travail de censure toujours agréé par Facebook quels que soient les intentions, la «qualité» de leurs travaux et la sueur qu’ils y mettent.

Idée fixe sur les Décodeurs.

Chez les Decodeurs, eux aussi traqueurs de «fake» (dépendants du Monde de Xavier Niel), on est plus radical encore. On a beau insister, pilonner, répéter, lancer tweet sur tweet pour qu’ils donnent le montant de leur soumission (et non de partenariat) à FaceBook, ils se taisent. C’est pratique, non ?

Mais ce dont ils ne se doutent pas, c’est que cette omerta prolongée est de plus en plus parlante.

Idée fixe sur l’AFP.

J’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet contre le tri des infos de l’AFP qui se veut, elle aussi, une instance objective, neutre (avec rayonnement jusqu’au delà de nos frontières).

Avec eux, j’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet dans le but de renseigner mes lecteurs et mes lectrices sur Frédéric Fries, celui qui commande l’Officine (ici article d’Acrimed) et sur la photographie mise sur le compte Twitter 2017 de leur Chef du Service Politique : un Macron triomphant. Pas besoin d’en dire plus mais il faut le dire encore.

Idée fixe princeps : le JDD.

Pour s’excuser, Gattegno fait son fiérot
avec ce « grâce à nous » !!

Pas de lecteur du JDD (Journal Du Dégoût) plus assidu que BiBi. Mes premiers billets sur ce torchon datent déjà de 2008 ! J’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet en contre-propagandiste acharné. Car il me faut l’avouer, la journaille Lagardère et leur chef d’équipe Hervé Gattegno continuent de me débecter régulièrement. Ils ont fait fort en 2020 et, plus encore, avec leur Une de dimanche dernier suivie des piètres excuses du Chef. (Extrait ci-dessus).

Juste pour insister, pour pilonner encore, je repose ce medley des Unes 2020 qui situera le niveau de mes nausées.

D’autres insistances, d’autres répétitions coutumières portent sur l’inclusion hebdomadaire chez eux de l’incontournable sondage. Une présence répétitive insupportable qui a pour but de nous faire croire que les résultats de leurs sondages seraient les vrais reflets du Réel.

Jean Quatremer.

Monsieur Jean est un invité inamovible de France Info, de la rédaction d’Arte et il s’occupe de notre Europe libérale bien au chaud à Libération. Une figure contre laquelle jamais un(e) de ces intellos de gauche radicale ne lui est opposé. Donc que faire d’autre si ce n’est d’insister, de pilonner, de répéter, de poser et reposer son fameux tweet pro-Macron dans lequel tout est dit et… doit être redit.

Edouard Philippe.

J’insiste, je pilonne, je répète, je lance, je pose, je repose tweet sur tweet cet encart à propos d’Edouard Philippe, de sa femme Edith Chabre, de leurs liens avec Sciences-Po Paris et avec Le Havre. J’insiste, je pilonne, je répète, je lance, je pose, je repose tweet sur tweet : silence assourdissant sur toutes les lignes médiatiques. C’est qu’il ne faut pas déranger Monsieur, Madame et la belle institution qui accueille les amis de Monsieur Olivier Duhamel.

Giudicelli, le Maire de Vichy et La Montagne-Vichy.

Mr C. Giudicelli est juré dans le Jury littéraire finacé par la Ville de Vichy. Giudicelli est un pote de virée pédophile de Gabriel Matzneff. Je n’ai rien inventé. Tous leurs badinages obscènes sont écrits en toutes lettres dans les ouvrages du pédocriminel (1983 !). Ils sont connus depuis de nombreuses années des maires de Vichy (Claude Malhuret et Frédéric Aguilera financeurs du Prix) et des membres du Jury. Devant cette omerta incroyable, que faire pour obtenir la démission du pédophile si ce n’est d’insister, de pilonner, de répéter sans relâche, de continuer de lancer tweet sur tweet.

Le Siècle.

Ils sont 700 membres. Voilà qui fait du monde, beaucoup de beau monde. Les révélations de Camille Kouchner visaient son beau-père, Olivier Duhamel, qui se trouve être un conseiller régulier de l’Elysée, un ami des dirigeants de Sciences Po et l’(ex) Président du Siècle. Mon insistance sur Le Siècle est simple : quand par exemple, Pujadas, membre du Siècle, interroge Jérôme Jaffré, membre du Siècle, sur LCI (La Chaîne Immonde), pourquoi ne nous disent-ils pas s’ils étaient au courant (ou non) des actes de leur ami président ? Et me voilà, une fois encore, à insister, à rappeler, à lancer tweet sur tweet pour demander quelle était la teneur des conversations à la table du Siècle entre Laurent Joffrin, membre du Siècle, Denis Olivennes, membre du Siècle et Olivier Duhamel du Siècle.

*

On peut espérer que, l’an prochain, tout cela me prenne un peu moins la tête et un peu moins de temps. Et qu’au bout du compte, après mai 2022, je puisse avoir un peu plus d’idées volantes et… un peu moins d’idées fixes.

A propos du Prix Renaudot et de ses jurés « rebelles ».

Voilà qu’on découvre que même dans les Jurys des Prix littéraires (ici le Renaudot décerné à Marie-Hélène Lafon ce 30 novembre), il y a des « Rebelles ». Rebelles  de droite (comme le juré François-Olivier Giesbert). Ces « Rebelles » ne sont  pas nés d’hier mais d’avant-hier. Rappelons que le franc-tireur Michel Clouscard avait été le premier, fin XXème siècle, à avoir repéré ces « libéraux-libertaires » qui avaient réussi à faire de leur -pseudo- rebellion la norme de tout postulant (en milieu) littéraire reconnu. (En exemples : Yann Moix, Houellebecq, Richard Millet etc.)

Jetons un œil sur les qualificatifs dont ces Potiches du Renaudot s’affublent. Dans les articles du Monde Magazine, Clementine Goldszal rapporte les auto-analyses des membres de ce jury.  Pour jouer ces cartes de hors-la-loi et d’insoumis (qui ne dérange personne et qui conforte la vision très frenchy d’une littérature au-dessus de tout), la juré Dominique Bona en souligne le côté « insoumis, rebelle, intranquille ». Les mots de Jérôme Garcin, juré démissionnaire, ne sont pas très différents jugeant ce jury « un peu voyou ». Citons encore la version de David Foenkinos, lauréat 2014 qualifiant la présence de cette Office de consécration de « sulfureuse, un peu rock et anti-institutionnelle ».

Cette idéologie et ses supports sont au contraire très institutionnels (n’en déplaise à Foenkinos). Citons L’Obs qui a recensé les jurés 2020 (aux dernières nouvelles) : Frédéric Beigbeder, Patrick Besson, Dominique Bona, Georges-Olivier Châteaureynaud, Louis Gardel, Franz-Olivier Giesbert, Christian Giudicelli, J.M.G. Le Clézio et Jean-Noël Pancrazi.

Notons qu’il n’y a qu’une femme dans ce jury. Que – Ô surprise – le Prix Renaudot 2020 a été décerné à… une femme (« Histoire d’un fils » de Marie-Hélène Lafon). Et que – Ô surprise bis – les jurés (90% masculins) ont envoyé au charbon une… femme (Dominique Bona) pour défendre le livre primé. Notons encore – pas du tout en passant – la présence du Prix Nobel, JM Le Clézio, invité récent de Boomerang d’Augustin Trapenard (qui n’a pas osé poser la question de sa présence).

Je n’ai trouvé que Mediapart (via Fabrice Arfi/ Marine Turchi) et Arrêts sur Images  (Via Daniel Schneidermann) pour avoir cité et rappelé le nom de Mr Giudicelli comme juré de ce jury du Prix Renaudot. (Motus et bouche cousue ailleurs). Ce présumé pédocriminel conte dans ses livres ses « aventures » auprès des enfants qu’il a abusés à Manille, à Tunis, à Ouarzazate en compagnie de Matzneff. Cela ne peut être ignoré des membres du Jury. Dominique Bona – qui, évidemment, ne l’ignore pas – verse une larme sur Vanessa Springora mais déplore l’opprobe jetée sur ce très beau Prix et – tenez-vous bien – elle rajoute : « Et je regrette AUSSI le MAL que cela a entraîné pour un écrivain [Matzneff] qui s’est retrouvé au ban de la société, et VICTIME D’UNE CHASSE A L’HOMME ». Voilà comment une jurée plaint ce pauvre Matzneff et s’afflige de son « mal », le faisant passer en « victime d’une chasse à l’homme », lui, le chasseur d’enfants à abuser. Obscénité, obscénité, j’écris ton nom.

La présence de Christian Giudicelli dans ce jury est loin d’être une « anomalie » comme l’écrit Daniel Schneidermann. C’est plutôt une règle d’offrir quelques places (inamovibles jusque-là) à ces « sulfureux » personnages.  Non seulement le pédocriminel Giudicelli est un indéboulonnable juré, respecté, estimé par ses pairs du Renaudot mais il officie aussi dans le Prix Valery-Larbaud (prix 2020 décerné le 7 mars dernier) par la ville de Vichy.

Primé en 1982 ( pour « Une affaire de Famille » au Seuil) par ce dernier jury, Giudicelli est depuis ce temps un des jurés les plus importants. 

Salarié de Gallimard, directeur de collection, il a permis aux livres de sa maison d’édition d’être primés à 80%. Lors de la dernière remise du Prix Larbaud, Giudicelli a annulé son voyage à Vichy s’étonnant que les bruits sur ses antécédents aient pu être entendus jusqu’aux bords de l’Allier ! Notre bon Giudicelli a peut-être cru que Vichy en était resté au 10 juillet 40 et que la ville n’était peuplé en 2020 que de … vichystes. Peut-être même était-il désolé de ne pas pouvoir retrouver ses amis, fantômes bienveillants que sont Chardonne, Morand, Maurras, Giraudoux and Co(llabos) ?

Depuis ce 7 mars, malgré les protestations de Vichyssois(es) à propos de la présence de Mr Giudicelli comme juré, malgré le fait que Mr Guidicelli ait été entendu comme s-u-s-p-e-c-t dans l’affaire Matzneff, rien, absolument rien n’a bougé

La mairie de Vichy et son maire se taisent alors que cette même mairie de Vichy s’est associée au Prix dès sa création (1967) et qu’elle fait chaque année don de 6000 euros au livre primé. Interpellé, Frédéric Aguilera, le maire (LR+LREM), s’est défaussé en rejetant la décision d’une (possible) suspension (provisoire pour lui et non « exclusion ») sur les avis des Jurés avec lequel, pourtant, il paradait lors de sa campagne municipale 2017. Lire mon billet ici.

Plus délirant et horrible encore : lors du conseil municipal du 21 septembre dernier, le maire a fait avaliser à la quasi-unanimité sa décision de présenter Vichy au label de… l’UNICEF, celui de  « Ville amie des… enfants » oubliant tranquillement ceux qui, à Manille, Tunis, Ouarzazate ont subi les « assauts » conjugués de Giudicelli et Matzneff lors de leurs voyages pédophiliques.

Ajoutons aussi que ni le quotidien local (La Montagne de Vichy) ni le régional (La Montagne) n’ont fait un seul article, n’ont écrit une seule ligne sur le parcours de ce pédocriminel depuis le 7 mars dernier et qu’il ne soufflent toujours pas mot des protestations grandissantes contre la présence de ce Giudicelli au Jury du Prix Larbaud (prix qui sera remis dans trois mois). 

Faudra-t-il attendre que les envoyés du New York Times viennent à Vichy enquêter sur cette présence de Giudicelli ? Faudra-t-il attendre qu’ils viennent enquêter pour dire enfin la vérité aux habitants de Vichy (et de France), dire toute la vérité à ceux et celles qui défendent la littérature ET le droit des enfants, à ceux et celles qui dénoncent les violences et les abus sur les mineur(e)s ? Peut-être qu’alors, on aura ainsi pu dévoiler les raisons (dessous inavouables ?) de l’incroyable omerta qui règne à Vichy sur ce toujours juré du beau Prix Valery-Larbaud.

Pierre Laval d’hier et d’aujourd’hui.

Le cinéaste Laurent Heynemann et son équipe de tournage font actuellement un téléfilm sur Laval, le collaborateur. Le réalisateur a pris ses quartiers à Vichy. Son téléfilm sera diffusé sur France 2 en 2021. On y parlera du procès et de la vie du premier des Collaborateurs.

A l ‘heure où tant d’historiens taisent les liens de Pierre Laval avec la très haute finance nationale (Banque Worms, BNCI) et internationale (américaine, oui oui), espérons qu’une partie du téléfilm parlera de la fortune colossale amassée par celui qu’on appelait « Le Mandarin Noir ».

Car Pierre Laval a fait très tôt des affaires. En avril 1931, il achète le château de Châteldon (Puy-de-Dôme, 20kms de Vichy) et la source La Montagne-La Sergentale qui donnera l’eau en bouteille de Châteldon. Malin, il placera ces bouteilles d’eau gazeuse sur chacune des tables de la Compagnie des Wagons-lits. Une eau qui reste encore très bien côtée aujourd’hui dans les garden-parties et les restos cinq étoiles.

Laval gardera toujours une image de bouseux, de «paysan», d’inculte dans les hautes sphères du Pouvoir. Elu maire d’Aubervilliers en 1923 grace à la colonie de «bougnats» vivant en ceinture parisienne et avec l’appui de la SFIO, il est déjà un anticommuniste forcené.

Son ascension le pousse à parfaire sa tenue. Monsieur prend son temps pour faire sa toilette quotidienne, il passe très souvent chez la manucure, il se fournit chez les meilleurs tailleurs, change très souvent sa cravate blanche mais, hélas, rien n’y fait. Sa tête d’Auvergnat lui fait ressembler à un «Gitan» surnom qu’on lui donne avec celui de «Jamaïk». « Jamais, dira t-il, ils n’ont admis mon visage » Mais ce n’est que peu d’importance pour tous les synarques qui l’aduleront, pour tous ceux qui sont adoubés par la Banque Worms. Ces derniers (Pucheu, Lehideux, Barnaud, Benoist-Méchin, Marion, Bouthillier, Jacques Gérard, De Labarthète, Pierre Nicolle – salarié du Comité des Forges et du MEDEF d’alors) lui dérouleront le tapis rouge, le faisant revenir au pouvoir en avril 1942.

A Paris, avec sa fille Josée (toujours très chic, amie des nazis, en admiration éternelle devant son papounet), il fréquentera les hauts lieux de la gastronomie parisienne (Lucas Carton, Drouant – où dînent les membres de l’Académie Goncourt, la Tour d’Argent). Roublard, il commence à amasser une fortune colossale. Il envoie ses maîtresses en Argentine avec des lingots d’or. Avec ses francs français et suisses, elles y achètent des pesos, pesos qu’elles (il) transfèreront aux USA pour les convertir en dollars. Une fortune déjà conséquente planquée dans les grandes banques américaines (JP Morgan). Espérons que le téléfilm n’occultera pas ce côté financier absolument décisif dans la compréhension du personnage.

René DE CHAMBRUN

C’est que Laval (comme Pétain) a des rapports très étroits avec l’Amérique (ce qu’on n’enseigne guère dans les écoles et les Universités). Ses liens se consolideront avec le mariage de Josée sa fille unique. Celle-ci va épouser le 20 août 1935 le Comte René de Chambrun, franco-américain, descendant de La Fayette, avocat – comme Laval – qui a de très gros clients en France et en Amérique.

Arrêtons-nous sur cette famille richissime De Chambrun. On n’est pas là dans une famille de prolos du Bronx. Originaire de Cincinnatti, la mère de René a un frère, membre du Parti Républicain, Président de la Chambre des Représentants qui épousera la fille de… Théodor Roosevelt !

Josée LAVAL et son papa adoré.

René de Chambrun connaît Pétain depuis son enfance. Il aura toujours toutes portes ouvertes à Vichy pour le rencontrer. Il sera ainsi le lien permanent entre Pétain–Laval et le…Département d’Etat US. Ceci explique pourquoi Roosevelt aimait beaucoup Vichy et pourquoi, après 1941, les hauts fonctionnaires vichystes, sentant le vent tourner, allèrent en masse à Alger demander asile chez le bienveillant Murphy «personal representative» de Roosevelt. Vichysto-américains et non «vichysto-résistants» comme veut le faire croire l’historiographie dominante française.

De 1929 à 1934, René De Chambrun vit aux Etats-Unis. En 1931, il fait visiter les USA au Maréchal Pétain. La même année, il reçoit Laval et sa fille (c’est la première rencontre avec René) qui voient le Président Hoover et croisent aussi Raymond et Jacqueline Pâtenotre qui l’introduiront chez JP Morgan pour planquer sa fortune déjà conséquente.

Comme tout homme de Pouvoir, Pierre Laval connaît l’importance des organes de promotion, de manipulation et de Propagande. Pour hâter son ascension, il se tourne vers la Presse, se fait l’ami de Jean Prouvost (futur Paris-Match, Figaro and Co), achète Lyon-Républicain pour 3 millions qu’il revend 12. Il développe Le Moniteur (220 salariés, premier journal d’Auvergne affermé à l’Agence Havas de Paris), achète aussi l’imprimerie Montlouis (les premiers tickets d’alimentation sortiront de là), investit dans l’Hebdo « Vu et Lu ».

Jean PROUVOST
(Paris-Match, Le Figaro, Télé7 jours, RTL)

Côté Radios, il investit dans Radio-Luxembourg (dès les années 30) puis dans Radio-Lyon (par décret, il en fait une des 13 radios privées avec construction d’un pylône de 107 mètres à Dardilly).

Côté Police, Pierre Laval qui promeut son ami Bousquet a tissé des liens avec Pierre Julien qui a des réseaux puissants dans la Police et chez les Politiques.

Côté Banque, on l’a vu avec René de Chambrun et ses millions recyclés aux USA. Mais en France, il est un des plus importants dépositaires chez BNCI, quatrième établissement bancaire en 1943, banque que les Américains qui enquêtent sur le blanchiment d’argent de vichystes appellent « la Banque de Laval ». Elle est présidée par son ami en affaires Albert Buisson qui, en 1935, devient Président de Rhône-Poulenc et des Chemins de fer du Nord.

Une fois tout ce pognon amassé, Laval essayera de le planquer en Suisse. Pour ce, il envoie en 1943, son numéro deux, Jean Jardin (grand-père d’Alexandre Jardin) en premier Conseiller de l’Ambassade de France à Berne. Jean Jardin y retrouve Moulin de Labarthète en attaché et Amédée Siaume, autre ami de Laval, président de la Société Générale pour l’industrie electrique (qui transporta le siège de la Radio Sud-Ouest à… Genève).

Signalons encore trois choses au sujet de Laval :

CHÂTELDON (Allier)

1. La Fondation de la fille de Laval a vendu les parts du Château de Châteldon à la famille Taittinger, dont la femme est mariée à Jean Pierre Jouyet, homme de l’ombre de Sarko-Hollande-Macron.

2. Henri Rousso (dans son Livre Les Collaborateurs) fait avec Laval comme un autre historien a fait avec Darlan : ces deux Collaborateurs des hautes sphères ne seraient pas antisémites. Sur Darlan, on fait censure sur le fait qu’il fut le n°1 de Vichy et qu’il parapha ainsi de sa main le second  Statut des Juifs. Et sur Laval, on omet de signaler qu’il fut en pôle-position pour décréter et conduire la rafle du Vel d’Hiv.

Les qualificatifs d’Henri Rousso :
Laval ? Pas nazi, pas fasciste, pas antisémite
!

3. La constante de Pierre Laval fut un anti-communisme forcené. Avec Pucheu et Bousquet, il fit une chasse effrénée aux Rouges. Avant-guerre, il prôna le pacifisme mais ce fut pour ne pas militariser la France et ainsi ménager les nazis qui allaient envahir si facilement la France. Notons encore que Louis Barthou, ministre des affaires étrangères en 1934 s’opposait aux thèses de Laval. Ce ministre travailla à construire une Alliance tripartite avec les Anglais et les Soviétiques pour lutter contre le péril nazi. Résultat ? Il fut assassiné. Et c’est Laval – ô surprise – qui prit la suite… mais bien évidemment, pour ne pas mener les mêmes démarches.

Espérons donc que Laurent Heynemann informera les Français de toutes les saloperies de Laval, suppôt des synarques, incessant comploteur contre la République, homme aux affaires ignorées mais à la fortune colossale en France et aux USA (Qui en hérité ? Mystère) et que le réalisateur dira un mot de Josée et René de Chambrun, tous deux nullement inquiétés après la guerre.

*

Aujourd’hui on voit les analogies entre Laval, ses sbires avec nos dirigeants macronistes. Les Darmanin et Lallement ressemblent aux amis lavallois Pucheu et Bousquet. Un Macron vient des banquiers. Le staff macroniste dirige la Presse, les Radios. Tous avec cette haine qui perdure contre les Rouges mélenchonnistes, contre les Communistes même réduits à peu et contre une Ultra gauche qui s’infiltrerait partout.

Vichy. Affaire Giudicelli : la couardise d’un Maire.

Quand on a travaillé pendant de longues années avec des mineur(e)s abusé(e)s sexuellement, quand, dans son parcours professionnel, on a essayé d’aider ces victimes abîmées pour longtemps, quand on a vu du désespoir, des vies brisées, des suicides, on ne peut que réagir avec force et s’interroger sans complaisance lorsqu’on apprend que Christian Giudicelli, copain de virée de Gabriel Matzneff, continue de délivrer chaque année son avis en tant que juré officiel dans la délivrance du Prix littéraire Valery Larbaud.

Le dernier prix a été décerné le 7 mars dernier. Malgré de grandissantes protestations (1) et les demandes d’exclusion du Jury, le Maire LR de Vichy s’est défilé de façon incroyable et a fait la sourde oreille.

Mutisme complet jusqu’à ce 21 septembre où il a été interpellé sur cette affaire au Conseil Municipal. Ce qui l’a obligé à répondre publiquement. (Enfin !)

C’est la « minoritaire» (2) Isabelle Rechard (Radical de « gauche » et non de Gauche radicale) qui a posé la question à propos du maintien du juré Christian Giudicelli au jury du Prix Larbaud. Cette question n’était pas prévue puisque la séance du Conseil ne devait pas porter sur la présence de Giudicelli  mais sur l’intention de Vichy de participer au « Village ami des Enfants » de… l’UNICEF !

Le Maire LR, Frédéric Aguilera, a donc répondu. Et sa réponse en devient encore plus ahurissante.

La réponse du Maire.(Extrait de la Montagne Vichy)

Maitre du soutien financier au lauréat (donc à la finalité essentielle de l’existence du Concours), la «Mairie» LR ne veut pas exclure Giudicelli. Voyez comment le Maire passe d’une responsabilité collective derrière laquelle il se cache («NOTRE seule responsabilité »), responsabilité qu’il minimise (« Notre SEULE responsabilité ») à un JE (« JE suis sensible à cette problématique »). Il ne manque pas de culot ce Maire : réduire une responsabilité à une « sensibilité ». De qui se moque t-il ?

Répétons : Le Maire de Vichy a la main mise sur les finances du Prix. Absolument rien ne l’empêche d’exclure ce présumé pédocriminel. Or il se défausse en parlant – délirante position pour un élu responsable – de « suspension ».

Les amateurs de Sports savent ce que veut dire « être suspendu ». On quitte l’équipe temporairement puis… on y revient.

Mr Aguilera ne « demande donc pas l’exclusion ». Là, les bibis sont en droit de se demander ce qui empêche l’exclusion du Monsieur Giudicelli ? Délirons un peu : est-ce parce que Christian Giudicelli a une telle importance qu’il en devient inattaquable ? Est-ce qu’il est si puissant que ça ? Et si cette puissance est réelle, les Citoyen(ne)s de Vichy et du Val d’Allier sont en droit de savoir sur quoi elle reposerait. Oui : sur quoi se baserait cette puissance ? Bah, évidemment, hypothèse absurde mais… y aurait-il quand-même des choses qu’on nous cache ?

Regardons encore de plus près la réponse du Maire : « En fonction de cette réponse, [Celle des membres du Jury] nous DECIDERONS de continuer à SOUTENIR OU NON le Prix Larbaud».

1. Ne soyons pas dupes de cette manoeuvre qui veut entériner le fait que ce bon Maire se place hors du Prix Larbaud en se tenant « hors de la réponse collective » des membres du Jury. Hors du Jury ? Une simple photo prouvera pourtant le contraire : Frederic Aguilera n’a pas hésité à se pavaner avec ce Jury en entier, nous voulant faire croire à sa culture littéraire et voulant augmenter son (pauvre) capital culturel. Voyez Mr Aguilera si jovial de poser ici avec… Christian Giudicelli.

2. La réponse est donc claire : le Maire se défausse sur les membres du jury (jury avec lequel il n’a pas hésité à se montrer – y compris en 2019 à la remise du Prix). Est-ce cela être un Responsable ( aussi responsable des Affaires Culturelles de la Ville) ? Est-cela être un défenseur et protecteur des Enfants ? (Unicef). Le voilà encore qui parle de SUPPRESSION de ce prestigieux Prix en la faisant reposer sur la SEULE décision du Jury qu’il aurait alors beau jeu de s’approprier ! (3). Que pensent les primés et membres du Jury de cette honteuse manoeuvre ?

Pour résumer, mon titre de billet se justifie entièrement : Mr Frédéric Aguilera, Maire LR de Vichy (aidé de 5 LREM sur sa liste), mérite bien le qualificatif de couard.

*

(1) Malgré le compte-rendu de ce Conseil du 21 septembre, la Montagne Vichy n’a jamais enquêté sur ce scandale. Aucun article du quotidien depuis le 7 mars, remise du Prix. Une journaille rédactionnelle à genoux.

(2) Isabelle Rechard n’est pas le porte-voix (ou porte-parole) de PensezBiBi. Peut-être «s’est-elle fait la voix d’un internaute» comme l’écrit La Montagne ? Mais je ne la connais pas et je n’ai aucune accointance avec cette élue Radical de « gauche » qui refuse d’être rangée sous le terme « d’opposition» de peur de passer pour «un épouvantail extrêmiste». Ami(e)s-bibis, vous pouvez rire de son tweet qui laisse à Mr Le Maire tout pouvoir de catégoriser.

Enfin, ultime rajout : je n’ai aucune accointance non plus avec Simon Roetig qui a écrit plusieurs articles sur Giudicelli et sur les Prix littéraires à Mediapart. Les bibis sont indépendants.

(3). Oui un prestigieux prix qu’il faut défendre. Voici quelques grand(e)s primé(e)s : Paule Constant, Georges Perros, Henri Thomas, Philippe Jaccottet, Jean Rolin, Emmanuel Carrère, Jacques Réda. On n’oubliera pas aussi de nommer le gagnant 1982…. Christian Giudicelli himself.