Les Evènements du Jeudi.

De l’autre côté des Journaux…

BiBi a profité d’un jour de RTT pour lire la presse de ce jeudi. Il a ramené une pelletée d’incisives annotations.

10 exactement.

1. Obscène : la photo en page intérieure du Monde du jeudi 25 juin avec le sourire béat de , mains posées sur la vitrine des trois prisons bientôt construites par l’Ami du Petit Nikos. Une Rachida fière de l’ouvrage de la Famille Bouygues en robe Dior.

2. Doux euphémismes du même journal quand il aborde le rejet de cette Europe par une majorité de Français. On édulcore, on prend cela avec des pincettes pour ne pas dire la vérité sur le fonds des affaires. BiBi, lui rumine, radote, ratiocine. Sa formule est plus directe : « l’Europe d’en Haut est sans pitié pour l’Europe d’en bas ».

3. Elisabeth Badinter nous parle des Mères porteuses dans . Dans l’encart de présentation, on lit qu’elle « ne cesse de s’interroger sur la place de la femme dans la Société ». On oublie bien entendu d’interroger la place qu’elle-même y occupe. Fille de Marcel Bleustein-Blanchet, sœur de Benjamin, patron de Mediavision, première actionnaire du quatrième groupe publicitaire mondial, présidente de surveillance du groupe, elle laisse véhiculer des représentations sexistes de la femme (campagne entre autres des soutien-gorge Barbara où une mannequin dénudée disait : « Mon banquier me préfère à découvert »). Il est des silences qui font grand bruit aux oreilles de BiBi  : le voilà grinçant des dents une fois encore contre cet ex-journal de gauche.

4. 22 h 30 : On aura Allemagne-Espagne pour cette Finale de l’Euro. La Suisse réussit bien aux Allemands puisqu’en 54, elle était venue gagner contre la Grande Hongrie de Puskas. Dans le film « Le Mariage de Maria Braun », le cinéaste fit valoir dans les dernières images du film les commentaires radio de la Victoire footballistique d’un pays qui se relevait de ses blessures. Ce fut sur le suicide au gaz de son héroïne dans la cuisine qu’il plaqua cette bande-son (live 1954), marquant par là une croisée des destins : celle de son héroïne broyée avec celle d’un pays régénéré et redevenu fier.

5. Dans la , Martin Kallen, directeur général du Tournoi de l’, fait un premier bilan : « un peu plus de deux milliards de francs suisses de chiffres d’affaire, soit une hausse de 42% par rapport à l’édition portugaise de 2004 ». Ben oui, lorsque BiBi parle de foot, ce n’est pas toujours du…foot.

6. Un petit coucou à et à son Patron Cluzel () qui « ont agi habituellement » en ne considérant la chanteuse-présidente Carla Bruni que « d’un point de vue… strictement artistique » ! ( Le Canard Enchainé du mercredi 26 juin).

7. de ce jeudi titre : « Un mystérieux acheteur s’offre un Monet pour 51,7 millions d’euros ». Toujours cette confiscation des Œuvres d’art aux regards publics. Bibi et les autres n’auront droit qu’aux reproductionset  aux photographies de ce « Bassin aux nymphéas». Dans l’article, il est noté que « les enchères ont déclenché des bravos à la fin de la bataille des sept renchérisseurs ». BiBi suppose que ce ne sont pas des cris d’allégresse devant la beauté de l’œuvre de Monet. Eh oui, le pillage organisé et légal des tableaux continue : Degas, «Danseuse à la barre » (17 millions d’euros), tableau de Lucian Freud, un tryptique de Bacon au record absolu (86,281 millions de dollars). Le détenteur présumé ? , patron du Chelsea FC. Le Figaro le traite d’acheteur « passionné ». Sait-il seulement ce pauvre homme que ces Œuvres-là sont… sans prix ?

8. « Les Chaînes généralistes doivent oser leur Révolution Culturelle… Les télévisions publiques ne doivent exclure aucun public et doivent être des « espaces ouverets à tous les créateurs ». De qui sont ces mots (d’ordre) ? Le Figaro nous le donne en mille : d’, ce brave toutou qui servit la niche de Monsieur Bouygues pendant si longtemps.
Les télés privées qu’il encense bénéficieront de 300 millions d’euros supplémentaires. Monsieur Mougeotte fait l’autruche. Le trou des TV publiques s’élève à 650 millions. Mougeotte fait toujours l’autruche.

9. BiBi a une pensée pour la Télévision publique et lui envoie ses sincères condoléances.

10. Dans la Tribune de Genève, BiBi apprend que le Prince du , lui, vend ses tableaux. « Un goutte d’eau dans un patrimoine prodigieux ». Trente toiles dont du Frans Hals et de la peinture italienne de la Renaissance. Le Prince, les lecteurs assidus de PensezBiBi, savent qui il est. Pour les derniers arrivants sur le site, il suffit de cliquer sur l’article « Les Maisons secondaires à Vaduz » ici même. Ils verront à quel point, le tableau du Liechtenstein est riche de coloris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *