Tag Archives: Le Monde

Dupont de Ligonnès : un désastre médiatique.

Cinquante-trois organes de presse-radio-Tv n’ont absolument eu aucune hésitation à suivre les Services de Police français et écossais pour nous rapporter que Dupont de Ligonnès, le meurtrier en cavale depuis 8 années, avait été soi-disant arrêté à Glasgow. Dès le vendredi 11 octobre aux environ de 21h, les premiers à suivre l’agence AFP furent BFMTV la chaine de la Honte puis, en presse-papier, le quotidien de Bernard Arnault (Le Parisien)

Ce fut ensuite notre Radio publique (FranceInfo) du macroniste Vincent Giret qui ne voulut pas rater cet incroyable course au scoop et qui embraya sur la (fausse) nouvelle sans absolument aucune retenue et réserve.

Cinquante-trois à bêler derrière les Services de Police. Seule La Provence fut sur ses gardes (Bravo !) en faisant suivre son titre de Une (« Arrêté ») d’un point d’interrogation.

Dans l’inventaire, on pourrait s’arrêter sur le menu fretin (du Dauphiné à L’Eclair, de la Charente Libre à la Dépêche du Midi) mais je commencerai plutôt par ceux qui se planquent derrière leur notoriété, leur objectivité dite légendaire et indiscutable, par ces deux quotidiens qui n’ont de cesse de se voir indépendants (pas des Services de Police pour cette affaire), qui se félicitent de leurs appendices chasseurs de… fakenews : les @décodeurs pour Le Monde et @Checknewsfr pour Libération. Guère besoin d’aller plus loin que d’exposer leur suivi moutonnier. Bêêê Bêêê derrière la Police (sans évidemment les précautions élémentaires de vérifications). En témoignent ces trois captures d’écran.

LIBERATION et LE MONDE
La PRESSE REGIONALE QUOTIDIENNE.

C’est par FranceInfo (lever vers 8h30) que j’appris la (fausse) nouvelle. Le journaliste Matteu Maestracci allait être aux commandes pour toute la matinée. Aucune interruption pour les quelques réclames, aucun autre titre (pourtant d’importance) n’étaient venus perturber la Machine à exhiber le scoop (jusqu’à écoeurement). On eut droit aux interventions de policiers, d’un auteur qui avait publié un livre sur l’Affaire, d’un psychiatre et de bien d’autres «experts» aux interventions (inter)minables. Jusqu’à 11 heures du matin, aucun doute n’avait été émis par la Rédaction et ses grands journalistes. L’avis des Services de Police – ici comme ailleurs – a fait loi. France Info a suivi. Bêêêê. Point.

Notons encore en passant qu’un expert, approuvé par le journaliste de FranceInfo, commença à douter du bien fondé de la source policière en mettant cette faute sur le dos des… auditeurs qui, bien naïfs, ont cru que les empreintes digitales étaient autant de preuves irréfutables ! C’etait donc, pour lui, la faute de « cette croyance populaire » (sic) !

Faut-il s’étonner du suivisme, de la soumission de la quasi-totalité des Medias à tout ce qui peut venir de ces Services de Police de Castaner, Services qui n’ont cessé de travestir les vérités sur leurs violences, qui diffusaient leurs comptages de manifestants pour les minoriser, qui déniaient continuellement le nombre d’opposants qu’ils ont blessés, meurtris à jamais ?

Rappelons-nous des titres du 22 novembre 2018, date de la seconde manifestation des gilets jaunes. La dépêche de l’AFP était lancée : elle posait que le « Mouvement s’essoufflait ». Même effet que pour l’Affaire Dupont de Ligonnes : les Medias avaient repris la dépêche dans les mêmes termes (y compris Le Monde) avec une belle unanimité. On sait ce qu’il est devenu de ce souhait de voir le Mouvement s’essouffler (dès l’Acte II) !

Mais je n’étais pas au bout de mes surprises. Devant l’ampleur des moqueries sur les réseaux sociaux, on allait assister à la pauvre riposte de la Corporation Médiatique. Ô surprise, voilà le tweet du directeur de France Télévisions, Yannick Letranchant se fendant d’une excuse (un seul tweet, pas plus, hein, pour demander notre absolution) mais c’est aussitôt pour rajouter qu’ils ne… recommenceront pas. Il a du oublier comment, en son temps, les journalistes de sa chaine saucissonnèrent un discours de Mélenchon en y ajoutant des applaudissements au mauvais moment.

Mais le pire allait arriver avec le directeur macroniste de FranceInfo (Vincent Giret) qui déposa un thread avec ce tweet 4/5 des plus mensongers.

Notez ce gros mensonge énoncé sans vergogne : sa Radio aurait émis des doutes « dans la nuit du vendredi à samedi » ! Or je peux vous certifier qu’il n’en a pas du tout été ainsi. Ce n’est qu’aux environs de onze heures du matin que la Rédaction, via Matteu Maestracci, sentit le vent tourner. On entendit alors timidement l’adjectif « partielles » pour accompagner le mot « preuves ». Onze heures du matin. Pas avant. Faut-il s’étonner de ces mensonges lorsqu’on sait que son Directeur est un fervent groupie macroniste ? Ben, non. 

Les justifications allaient pleuvoir. La plus belle d’entre elles fut énoncée par tweet par Françoise Degois. Faisons une petite pause sur ce magnifique Collector :

L’aveu est formidable. Traduisons : pour FD si les Medias se sont trompés, c’est à cause de la «haute hiérarchie policière qui avait affirmé que cette info était sûre à 100%». Comme probablement l’affirmation policière selon laquelle Steve s’était noyé dans la Loire en prenant un bain de minuit.

Via son tweet consigné noir sur blanc, FD nous démontre à quel point les journalistes (et FD n’est pas la pire) ont intégré les méthodes de «travail» qui ont pour fondement les « infos » policières. Ils ne sont plus gênés d’être de simples caisses d’enregistrement de l’Appareil d’Etat policier. Françoise Degois ne voit pas que, assujettie aux sources policières, elle abandonne ses libertés et l’esprit critique qu’attend son lectorat. On pourrait se gausser d’une telle candeur dans l’aveu mais à y regarder de près, cette soumission a de quoi m’effrayer.

Hasard ? Non si l’on considère à quel point la majorité des Medias se donne des bons points, se vautre continuellement dans l’arrogance de l’Expert, dans le pseudo-savoir du grand Spécialiste incontesté. Ici, contrairement au vœu de FD d’arrêter le tabassage de cette Presse et les relations qu’elle entretient avec la Police, j’en rajouterai ici dans le sarcasme.

D’abord sur les syndiqués de Police-Synergie qui voulurent nous montrer leurs petits muscles et parader à vitesse grand V sur Twitter. Notre syndicat s’empressa de déposer ces deux tweets qui entreront dans la légende. Pas besoin de commenter mais on peut rire à gorges déployées. Oui, on peut.

Autre occasion de rire : Le 8 octobre, pour sa deuxième année, France Info, notre radio publique chapeautée par les macronistes Sibyle Veil et Vincent Giret et Les Echos de Bernard Arnault ont organisé les rencontres de Medias en Seine. Une journée où l’on a blablaté avec le plus grand sérieux du présent et de l’avenir des Medias. Dommage que l’affaire Dupont de Ligonnès ait éclaté trois jours plus tard car – tenez-vous bien – une des Conférences qui connut le plus grand succès avait pour thème « Comment éviter les… Fakenews« . Non je n’invente rien.

Fabienne Sintes, la journaliste de Radio-France qui ne s’excusa jamais sur son tweet accablant les gilets jaunes à propos de la soi-disant dégradation de La Salpêtrière, fut elle aussi de la partie pour défendre la Corporation. Difficile cette défense de la fake news reprise unanimement par ses confrères et consoeurs mais elle y arriva ! En deux phases : la première : « Il est faux de reprocher au Parisien une vérification zéro ». La seconde, merveilleuse façon de s’en laver les mains : « L’emballement est aussi policier ».

On peut effectivement en rire. Et j’en ris. Mais mon rire s’arrête vite car de cet énorme scandale, de cette honte, de ce désastre médiatique, je n’ai aucun doute : ils n’en feront rien.

Rien de rien.

Demain ils recommenceront et ça sera pire encore.

Pire, vous dis-je.

En passant par Twitter…

*

A l’heure d’un gros incendie sur Villeurbanne, voila qu’un internaute pro-Macron s’offusque que je mette en ligne la bourde d’octobre 2016 de notre Président qui avait situé alors la ville de la région lyonnaise en… banlieue lilloise.

En cette année 2016, Macron, si promu pour sa culture tout azimuth par nos ennemis médiatiques, avait… 39 ans ! Je pense que depuis ce temps-là, les équipes de com’ lui ont fait la leçon. Mais ce pôv’ Président retient-il les leçons ? Pas sûr.

*

Une second internaute brandit les citations de Charles Maurras comme autant d’étendards chic de Liberté. Rappelons que cet antisémite, patron de l’Action Française qui se fit passer pour résistant mais qui alla demander à la Gestapo lyonnaise l’autorisation de porter une arme, faillit être célébré par la macroniste Ministre de la Culture, Françoise Nyssen.

Dans ses articles du 16 et 17 octobre 1943, ce Charles infâme nomma la famille Fornier de Bourg-en-Bresse, lui fit une telle chasse que la Gestapo alla y opérer des arrestations qui se traduisirent par une fusillade et deux déportations.

*

Macron est allé fêter le centenaire du quotidien auvergnat La Montagne. Au hasard, j’avais fait un billet sur un numéro (celui du 5 mars 2016). L’Opération nationale qui avait consisté à lancer Macron battait son plein. Sur les flancs de cette Montagne, on célébrait là aussi le Golden Boy. On y admirait en éditorial « une alliance de spontanéité souriante et de condamnation décomplexée de thèmes présentés comme tabous de la gauche« . On y annonçait – pour être complet – le lancement du Collectif « Les Jeunes Pour Macron« .

*

France-Culture vante son émission (« Reflexions sur le Pouvoir des Mots« ). On y causera de « 1984 » de Georges Orwell, on s’apesantira sur la Novlangue, un langage, dit la radio publique, « dont le but est l’anéantissement de la pensée (…), l’asservissement du peuple« . Fort bien. Mais on se gardera d’applaudir plus fort quand on sait que cette même station n’a pas de reflexions du tout sur le pouvoir des mots d’Alain Finkielkraut qui a pignon sur rue dans son émission tous les samedis.

*

Edouard Philippe se tait toujours sur cette simple question : « Est-il vrai que votre femme, Edith Chabre, qui exerce les plus hautes responsablités à Science-Po Paris, y a été admise sans les qualifications et diplômes requis ?« . Les jeunes loulous de l’Officine de Liberation (@checknewsfr) habitués à répondre dans la seconde, sollicités le 6 mai 2019, se taisent eux aussi. Pas d’enquête… mais BiBi les comprend : Laurent Joffrin ne serait pas content du tout s’ils venaient à trouver matière à scandales.

*

Ces derniers temps, de Luc Bronner à Abel Mestre, les journalistes du Monde s’agitent beaucoup pour défendre leur indépendance (surtout ne pas leur rappeler que leur Directeur financier actionnaire est Xavier Niel). Par contre, ils restent étonnamment silencieux dès qu’il leur est demandé quel est le montant en dollars versé par FaceBook pour l’année 2018 à leurs collègues des Décodeurs. Comme aurait dit le Commandant Cousteau : c’est le Monde du Silence.

*

Nathalie Loiseau ne dit toujours rien sur les malversations découvertes à l’Ambassade du Bénin par la lanceuse d’alerte Françoise Nicolas. Que Mme Loiseau, toujours barricadée dans son nid bruxellois, ne s’imagine pas qu’on pliera nos ailes et notre zèle car question Propagande, on sait prendre notre envol.

*

La statue du bouquet de fleurs de Jeff Koons qui symbolise l’amitié franco-américaine, a été célébrée par Anne Hidalgo, Bernard et Delphine Arnault. Ce n’est pas la première fois que cet imposteur de Jeff, spécialisé dans le marketing humanitaire, place ses productions. Dans une précédente action estampillée LVMH, il avait introduit dans chaque sac Vuitton d’une valeur comprise entre 1000 et 4000 euros, ses reproductions et une biographie dans laquelle on pouvait lire : « Grace à ces sacs, mon oeuvre va descendre dans la rue« . Dans-la-rue ! Cet incroyable culot n’appartient qu’aux larbins des Puissants.

*

Le dernier mot-BiBi sera pour la trajectoire sociale de cette racaille nommée Ismaël Emilien. Ancien conseiller spécial de Macron, il avait débuté chez DSK. Mis en cause dans l’affaire Benalla, il a du partir de l’Elysée, prétextant qu’il avait besoin de temps pour l’écriture d’un livre. Mais on vient d’apprendre que cette canaille macroniste a su rebondir chez LVMH de Bernard Arnault. Ô surprise ? Non, car Bernard, le papa de Delph’ sait recycler les amis des amis dans ses bureaux. Souvenons-nous de Bernadette Chirac, Renaud Dutreil, Hubert Védrine.

Conclusion de cet entresoi : « Tous dans le même sac… Vuitton« .

Petits détails sur le Grand Monde.

La Propagande bat son plein. Elle vient se ficher dans les moindres détails, portée par les grands Experts qui envahissent les Chaînes de la Honte et de l’évasion fiscale comme par certains Twittos qui jouent aux… grands Experts. Au sommaire de mon billet, vous trouverez Jeffrey Epstein, Christophe Lambert, les Decodeurs et Face FaceBook, l’inénarrable Eric Woerth et l’animateur Arthur, baptisé Crétin de la Semaine.

*

Hier, un twitto est venu faire sa leçon d’économie sur mon compte défendant le «capitalisme» «structurellement intelligent et intelligible» . Mais devant ces inégalités et ces brutalités engendrées par ce mode de production qu’il lui est impossible de masquer, il souhaitait – «si correction, il y a» écrivait-il piteusement – être «dans le contrôle de son développement». Enième pensée libérale, de Sarkozy à Hollande, de Hollande à Macron que de professer une «régulation» du Système sans remettre en cause sa logique générale, « régulation » qui est devenu l’hymne newlook des marchés, vaine demande à ce que ces derniers… s’humanisent.

Rien de bien nouveau dans cette propagande qui réclame – pour nous empêcher de revêtir le gilet jaune et de descendre dans la rue – un capitalisme «encadré», une économie de marché «bien tempérée».

Dans cette pensée unique, il y a quelques infimes variations : les plus malins de ces « experts » se la jouent rebelle dans leur logorrhée, allant jusqu’à «demander des comptes» aux méchants et malveillants Capitalistes. Mais, bien entendu, pas question de changer de système. Me reviennent en mémoire les dernières Unes de Libération qui s’en prenaient à Macron mais qui ont bien veillé à le faire gagner en 2017. Demander des comptes qu’ils disent ! Mais qui demandera des comptes à Laurent Joffrin et à sa Rédaction, inamovibles larbins de Drahi ? Qui ? Ben, répondons : les quelques bibis qui traînent par ici à ma lecture. Avouons dans un soupir que cela n’a guère de chances de faire du bruit.

*

EPSTEIN ET L’ÎLE DE LA PEDOPHILIE

Pendant qu’ils s’enrichissent de la misère du Monde, les Milliardaires activent les réseaux façon Epstein. Ils n’ont guère de scrupules à violenter des mineures dans les caves, à leur faire passer des gamelles pour les nourrir, à les trimballer de Miami à Paris XVIème. Ainsi, ce témoignage de l’acteur Christophe Lambert . Lorsque le journaliste lui demande s’il n’est pas « un peu parano » lorsqu’il parle de ces réseaux de pédophiles, il répond : « Non, pas du tout ! Les exemples ­affluent : c’est comme quand on trouve des filles dans des caves à qui on file des gamelles comme à des chiens, qu’on bat, qu’on drogue ; ou la petite qu’on vend aux enchères sur le dark Web, et des sites comme Silk Road où on peut trou­ver tout ce qu’on veut et qu’on met souvent des années à fermer  ! »

Le libéralisme, ce nouvel Esprit du Capitalisme, a toujours un tour dans son sac pour euphémiser les problèmes, pour dévoyer toute question, les amenant sur les voies de garage, laissant ainsi leur très vilain trafic se poursuivre sur les bons rails.

Parmi ces Chefs de gare qui font la circulation des Idées, on va très rapidement trouver des «moralisateurs». Ainsi ces analysants du Réseau Epstein dirigent les lecteurs-clients vers la personnalisation à outrance (et à elle seule). Ils réduisent cette part du Marché libéral à une question de personnes. Ils citent Jean-Luc Brunel de l’Agence Karin, grand manitou de ces horreurs,  ils s’attardent sur « le grand appétit d’Epstein », sur la méchante sorcière, copine de Trump, Ghislaine Maxwell etc. etc.

*

Ce matin, Le Monde de Xavier Niel titre sur les manigances de FaceBook avec ce joli titre : « FaceBook admet avoir écouté certaines conversations d’usagers ». Mais ce qui est oublié (caché) c’est que ce même Monde, quotidien de référence (ou révérence – au choix) oublie (cache) que l’officine privée de Mark Zuckerberg alimente en dollars les @decodeurs du… même Monde. Nous voilà au 220ème jour de l’année et sur la question préhistorique posée à ces mêmes Décodeurs (« Quel est le montant de votre soumission à FaceBook ? ») ces derniers restent toujours muets. Omerta : ben, oui, je n’ai pas trouvé d’autre mot.

*

ERIC WOERTH

Le massif mensonge photographique d’Eric Woerth sur son escalade de l’aiguille d’Argentière a fait rire à juste titre la planète Twitter. Mais il faut rappeler qu’Eric Woerth n’est pas qu’un alpiniste (« chevronné » dit-il) : il est celui qui, avec Eric de Sérigny (gendre du magnat canadien feu Paul Desmarais) mit en place le plan de l’introduction de Florence, épouse d’Eric, auprès de Liliane Bettencourt (qui pour simple rappel gagnait« 590.000 euros par heure, même pendant son sommeil… » ). Ce même Eric Woerth passa ses années 2006-2007 à voyager dans le monde entier afin de récolter des fonds pour la campagne de Sarkozy. Avec beaucoup de réunions et d’invités pour son « Premier Cercle » : au Crowne Plaza de Genève et dans les bons restaurants de la Rivera lémanique. Au Caviar House, Route de Prébois, par exemple où notre brave Eric dégustait les « canapés de saumon mariné » (aussi class que les homards derugiens) pendant que les richissimes supporters de Sarkozy signaient les chèques.

*

LA NOVLANGUE MACRONISTE SE PERFECTIONNE

1. Ainsi les Enfoiré(e)s d’En Marche parlent d’ÂGE D’EQUILIBRE dès qu’il s’agit de parler des retraites et de les justifier pour les 64 ou 65 ans.

2. Ces mêmes Macronistes invités sur les Chaines de la Honte (LCI, FranceInfo, CNEWS ou sur cette BFMTV, première chaîne d’evasion fiscale), ne discutent plus, n’échangent plus avec leurs adversaires. Avec le mot « HAINE », ils ont tout résolu. Plus besoin d’entrer dans un débat, de ciseler une argumentation. Il leur suffit de se positionner en victime injustement haïe et de seriner, de ahanner, de gémir en psalmodiant « Haine, haine, haine » pour toute réponse à chaque question posée.

*

ARTHUR, le Crétin de la Semaine

« Je fais du divertissement TF1 en lien avec l’actu, comme les Gilets Jaunes qui ont agressé les policiers, les pompiers victimes du feu ou Notre Dame ». A la rescousse, ce sombre crétin a « en plus une cellule de veille qui scanne tout ce qui se passe dans le monde ». (Appréciez ce « en plus » qui est nécessaire pour seconder son arriération mentale et politique !). Allez, je ne vais pas tourner autour de la table ronde pour ce Chevalier macroniste. Je reprendrais ici mon tweet en réponse :

Arrêt sur la Ligue du LOL et les gilets jaunes.

L’époque est à la rapidité. Une petite phrase, on la relève que déjà une autre la remplace. Une affaire d’importance, itou, elle prend tout l’espace, abondance de tweets, de billets, d’articles et tout va s’effacer le surlendemain. La Ligue des LOL a rempli les réseaux sociaux de toute sa largeur et de toute sa longueur et puis, hop les jours qui suivent l’ont transformé en mince filet d’eau. Assèchement prévu à la fin du mois ?

Il reste quand-même à se poser sur la borne, à essayer de respirer un bon coup pour prendre un peu de distance et de recul. La première chose qui me vient à l’esprit critique c’est une correspondance, un rapprochement. Je suis allé les rechercher dans des passages de Virginie Despentes (Vernon Subutex 1), extraits qui parlaient aussi de cette époque du Web, de ce début des années 2000.

Extraits : « Celui qui défonce est celui qu’on écoute – il faut toujours prendre un pseudonyme mâle pour malmener quelqu’un. Le seul son qui apaise les forcenés qui hantent les couloirs du Web, c’est celui du maton qui broie l’os d’un codétenu. Trois commentaires dithyrambiques sur le pilote d’une émission, les internautes se méfient et flairent la manipulation, trente critiques délirantes d’hostilité et personne ne se pose de questions ».

Et ailleurs : « Tant qu’on exerce pas le pouvoir, on n’a pas idée de ce que c’est. On pense que c’est s’asseoir à son bureau, donner des ordres, ne jamais être contrarié. On imagine que c’est une facilité. Au contraire, plus on s’approche du sommet, plus la lutte est rude ».

Retenons cette dernière phrase. La lutte. La rudesse. La brutalité pour toucher au Graal. Ici, curieusement, la littérature est en avance, elle dit l’essentiel derrière ses personnages. Virginie Despentes rejoint ici les analyses bourdieusiennes sur les champs. Elle jette une lumière crue sur le champ Media – via les trajectoires ascendantes de ces jeunes loups du journalisme. On reste effaré du niveau de brutalité et de violence sans retenue dans ces luttes intestines qui le traversent. Cela n’a pas commencé après l’obtention de la carte de journaliste mais aussi pendant toutes les années précédentes : celles des Ecoles. En particulier dans la plus grande d’entre elles (L’Ecole de journalisme de Lille).

Une brutalité nécessaire pour grimper les échelons et prendre d’assaut les premières loges de la Tour des Miracles Médias. Les jeunes entrants doivent écarter tous ceux/celles qui peuvent se mettre en travers. Donc il faut piétiner sans vergogne les deux corps les plus menaçants : celui des femmes, celui des minorités (gays, noires etc). Alors on piétine, on calomnie, on rudoie, on insiste, on violente tous les jours. C’est à ce prix-là qu’on s’ouvre les portes magiques de Libe, Telerama, les Inrocks, Slate, Konbini etc.

Toucher le Graal.

Et ne pas s’étonner que, quelques années, plus tard, arrivés sur ces petits sommets glorieux, on voit tout ce petit monde écrire des billets superbes sur la liberté de penser, des articles pro-féministes, prôner l’anti-racisme, faire barrage à la très vilaine Marine, être invité à blablater sur le communautarisme, bavasser sur les dangers du voile, pas étonnés qu’on les voit sceptiques, très sceptiques (voire plus) sur la radicalité politique. Pas étonnés non plus de les retrouver dans cette idéologie bon chic bon genre de la « seconde gauche », idéologues du petit milieu parisien, petits loulous bardés de profits de notoriété et suivis, à leur tour, par la faune des petits courtisans (qui les haïssent en douce et qui rêvent de les remplacer plus tard). La lèche et la haine (entre eux, à tous les étages), l’humour-potache, le cynisme groupal ou/et individuel y font bon ménage.. Ne pas oublier que cette lèche et ces haines à haut niveau ont abimé, détruit des vies, provoqué des dépressions, des séjours en HP.

Désignons à nouveau ces potentats dans ce grand Royaume Médias : les Inrocks de Pigasse, Télérama de Niel, Libération de Drahi, Slate, Le Monde de Niel et de Kretinski (decodeurs) et quelques autres officines moins connues mais annexes toutes aussi importantes (agences de Pub, blogs à hauts coefficients de notoriété, sites de Q, potentats parisiens etc).

Tout cela heurte de front ces autres épisodes que sont les Actes successifs des Gilets Jaunes. Là, nous sommes dans cette autre brutalité, celle de la violence policière, de la violence essentielle (celle qui a pour but de préserver le libéralisme à n’importe quel prix). Une violence qui se prépare par exemple dans les dîners de l’Ambassade à Londres.

Dans ces luttes en jaune, les dominés ne sont plus au plus près de la Classe Dominante. Ces dominés sont à l’opposé, en cours de constitution et de regroupement collectifs, ils ne sont pas guidés par la soif de la gloriole, l’appât des statuts, la recherche de pouvoirs. Ils ne recherchent pas les positions d’autoritarisme : ils sont juste poussés par la volonté de vivre décemment.

S’il y a lutte dans le champ de la haute société avec ces Entrants qui veulent soudement prendre la place des Vieilissants, là, dans les fondrières, le bas du pavé, dans les cabanes aux Carrefours, dans les horreurs des gaz et des tirs de flashballs, les Dominés relèvent la tête, ils tissent des liens de solidarité, ces liens qu’exècrent les éditocrates. Ils insistent malgré les canons à eau et les canons des sondages à la con, malgré les pilonnages quotidiens de la journaille médiatique, celle qui va – de pair – bientôt enterrer aussi les saloperies de cette Ligue du LOL.

Tout dominés qu’ils sont, ils tiennent, ils résistent.

Nous continuerons de tenir.

Nous continuerons de résister.

Derniers regards 2018 sur l’AFP, Le Monde et @Libedesintox.

On croit que la Vérité tombe du ciel, qu’elle est émise d’un lieu qui fait l’unanimité. A cette croyance, chacun y adhère : un peu, souvent, toujours.

Aujourd’hui, regard-BiBi sur l’AFP (l’Agence France Presse) et ses dépêches qui donnent le ton (apolitique) sur la réalité de notre Monde. Le travail de l’ensemble des Médias est de distiller et d’inonder alors l’opinion publique de toutes ces soi-disant informations objectives.

Un bibillet donc sur l’AFP mais aussi sur les euphémismes du Monde et sur les preux Chevaliers de @Libedesintox.

L’AFP AU SERVICE DE MACRON.

Il y a toujours quelques petits détails qui grippent l’impeccable machine médiatique. Un exemple : le 22 novembre, nous sommes un peu avant l’Acte II du Mouvement Gilets Jaunes. Le Pouvoir voit l’arrivée du Jaune sans trop de craintes, une broutille encore pour lui, mais l’Acte I a connu un franc succès. Bah, les Medias haussent les épaules : des soubresauts comme ça, la France en a l’habitude ! Pourtant le Mouvement a des spécificités inédites qui vont commencer à dérouter quelque peu ces Gardiens habituels du Consensus. Les voilà donc, tentant de diagnostiquer les pathologies de la foule mais dans les jours qui suivent ce 22 novembre, la cohorte des commentateurs continue de suivre un rythme tranquilou et va prendre ses infos sur… une seule dépêche AFP.

Par un heureux hasard de promenade sur Twitter, me voilà tombant sur l’avatar d’un certain Christophe Schmidt, responsable du Service Politique de… l’AFP. Je ne suis pas au bout de mes surprises : il y en a deux.

  1. La première c’est qu’en faisant l’inventaire des titres de journaux/presse/TV ce 22 novembre, je remarque que les Medias dominants ont repris la même annonce que leur a distillé l’AFP. Que dit cette dépêche ? Une seule chose : « Le Mouvement s’essouffle ». On y trouve (voir mon incomplet inventaire-montage) Le Monde, Challenges, CNews, L’Est Républicain, Le Dauphiné, Sud-Ouest. Bref toute la Presse Nationale, régionale et les grandes chaînes Télé.
  2. La seconde surprise concerne la photographie affichée plein cadre sur le compte Twitter de Christophe Schmidt, un monsieur qui n’est pas, rappelons-le, n’importe qui – c’est un Monsieur qui se qualifie, sous son avatar, d’«observateur impartial». Ce Christophe Schmidt est – excusez du peu – Chef du Service Politique de l’AFP ! Je vous laisse apprécier son parti-pris avec cette photo de Macron, son Héros triomphant mis en tête de son compte !
En bas, la photo (effacée) du compte de Christopher Schmidt avec son idole.
En haut, la (nouvelle) photo du compte du Chef de Service Politique

Christophe Schmidt est Chef du Service Politique de l’Agence France Presse dont les dépêches informent d’abord les journalistes qui nous informent. Ce 22 novembre, tous nos braves Medias qui se gargarisent quotidiennement d’objectivité reprennent tous – pensée unique – que le Mouvement des gilets jaunes s’essouffle. La suite montrera à quel point toutes ces sommités du journalisme qui nous ont livré leurs «appréciations» de la réalité se sont fourvoyées, comment elles ont enserré la mobilisation dans leurs mises en mots et en images.

Le pire dans cet exemple de l’AFP, c’est que Christophe Schmidt, subitement réveillé par les réseaux sociaux qui se sont esclaffés en découvrant son honteux parti-pris, a très rapidement fait machine arrière en changeant sa photo de compte. Bouh le couard ! Hélas pour lui, il y a des bibis qui veillent au grain de la vérité.

*

AFFAIRE BENALLA.

Pour désamorcer le second scandale Benalla, Jean-Yves Le Drian a décidé de saisir le Procureur de la République sur le fondement de l’article 40 du Code de Procédure pénale. Nous sommes dans le contrefeu élyséen qui fait rire ou rire jaune un peu tout le monde.

C’est sur ce rire que j’ai mis en ligne ce tweet.

*

IMPAYABLE LE MONDE

Toujours mon défaut d’aller chercher la petite bête pour en tirer des généralités. Ne comptez pas sur moi pour changer la méthode, persuadé que je suis que c’est dans les choses apparemment anodines qu’on découvre l’essentiel la plupart du temps. Ainsi des euphémismes du Monde, notre observateur quasi-unanimement reconnu comme dépourvu de tout parti-pris. Un coup d’œil sur son tweet pour présenter son article.

On pourrait se demander 1. si ce n’est pas Le Monde qui a organisé (avec d’autres) ces soi-disant «débuts en fanfare»de Macron 2017 et surtout 2. Le Monde reste dans la métaphore musicale (un «Blues» profond – traduisons : le Blues n’est qu’un état provisoire : après une bonne nuit, il n’en paraitra plus). Le Quai d’Orsay a donc du… vague à l’âme ! Bah, qui n’en a pas, hein ? Là aussi, saudade passagère. Et puis le vague à l’âme, ce n’est pas le désespoir, ce n’est pas le dérèglement de tous les sens ou encore une crise mélancolique exacerbée. Excusez donc le Pouvoir ! Et ne vous inquiétez pas, brave Peuple de France, Macron – même temporairement désarçonné – va vite se ressaisir et retrouver la santé (régime libéral).

*

LES SECONDS COUTEAUX DE LIBE (Encore @Libedesintox)

J’en vois passer quelques-uns sur Twitter. Ceux de Libedesintox par exemple. Relevant la nomination de Fabrice Fries (élu à la tête de l’AFP en avril dernier), je m’insurgeais sur la participation de l’Agence au programme mondial de «fact checking» vendu à FaceBook – FaceBook dont chacun connaît les errements anti-démocratiques. Voilà qu’en titillant Libedesintox, je leur signale l’arrivée de ce nouvel ami et concurrent dans le paysage du « fact checking ». N’ayant pour ma part découvert ces liens de Fabrice Fries- AFP avec FaceBook qu’en décembre, les journalistes à plein temps de Libe sont venus se gausser de mon retard à l’allumage («Vous n’êtes pas à la pointe de l’info, vous… »).

Reste que l’essentiel demeure : l’AFP – comme Libération et Le Monde – s’allient avec l’ami FaceBook qui fait preuve, selon la Journaille de Libe, d’une indiscutable objectivité et de hauteurs de vue impartiales et imparables ! Une alliance fondée sur un apport financier conséquent (100.000 dollars en 2017 !) montant avec lequel il est quand-même difficile de clamer son indépendance et de se réclamer d’un esprit non-partisan (Oui ! défense de rire !)

Obligé de répondre à ces jeunes loups du Journal, voilà mon tweet qui suivit ce « Vous n’êtes pas à la pointe de l’info… »

Aussitôt, loin de s’interroger sur les liens scandaleux qu’ils entretiennent avec FaceBook qui a vendu plus de 50 millions de données personnelles, nos Chevaliers de la Probité insistent et viennent déposer ceci avec ce pauvre humour potache qui les habite.

Alors chers ami(e)s-bibi, faisons en sorte que, dès le début d’année 2019, Libedesintox nous réponde ! Oui, que ces jeunes loups du Journalisme nous donnent encore du grain à moudre sur leur assujetissement, qu’ils n’oublient pas de nous prouver, à l’insu de leur plein gré, à quel point la soumission de leur Journal n’a pas encore touché le fond.

Et enfin, à tous, une belle fin 2018 et des jours ensoleillés pour début 2019.