Putain de blog.

Putain de blog

450 articles en un an et demi de , soit 2 articles tous les trois jours. BiBi s’appuie le quotidien, se paye le tous les dimanches, la , le Monde, Challenges, Le Point, Politis, les Inrocks, le Monde Diplo et puis au bout du compte, tournant une des dernières pages, il lui vient comme une nausée. Il se sent sale et sali par tous ces évènements dont la moitié ne le touche pas directement. Il a un mal de tête qui dure et perdure, il a des élancements qui le picotent, des fourmillements qui l’agacent. Et une fatigue généralisée.

Il se dit que toute Pensée écrite ne saura jamais dire et traduire ce dégoût subit, que rien ne pourra fixer cette mélancolie devant ces choses de la Vie qui l’accablent et qui le rendent tout chose. S’il s’écoutait un peu plus, un peu trop, il se dirait qu’il en a assez fait avec ce blog, que dorénavant, il ira dire les choses ailleurs, autrement. Il lui est facile de se persuader qu’il y a d’autres enseignements à tirer de sa vie. Le regard qu’il se porte est implacable : il est temps non de s’en aller (il n’est pas touriste ou suicidaire) mais grand temps, de savoir un peu plus ce qu’il veut.

Il tient un blog et – paradoxe – c’est le blog qui le soutient. Il ne cherche pas ses articles, il ne les calcule pas, il n’a pas ce défaut-là… heureusement. Il laisse venir le Monde, ce Monde qui lui envoie tant de signes, qui déverse sur lui autant d’ordures que de diamants. Il garde jusqu’à présent une force intacte, de celle qui lui permet de séparer cette activité de fourmi (le blog) de sa vie courante. Il a des carnets en pagaille, des notes en désordre, des archives personnelles bondées, trois, quatre articles qui attendent, il écrit aussi sec, il met en ligne à grande vitesse. Souvent, il ne sait même pas comment tout cela s’agence, comment tout cela se met en place. Il n’a pas peu à dire et à écrire mais plutôt trop : ça déborde, ça l’envahit. Il n’est pourtant pas dans l’automatisme de l’écriture. En écriture, il baigne plutôt dans une certaine forme de somnambulisme, d’un inexplicable somnambulisme. Mais il dort, il bosse, il joue, il marche, il boit, il invite, il voyage, il lui prend la main, il l’embrasse.  

Des fois, il se sent l’enfant qui aimait arpenter la rue des Ecoles, courant, bras ouverts en goûtant au vent chaud qui descendait des montagnes du Rif. Des fois, il repense à Gérard, son ami envolé, à leurs premières lectures croisées (découverte d’Artaud, Blanchot, Bataille, Joyce, Dostoïevski et tutti quanti). Alors, il sait qu’il fait fausse route avec ce blog, il s’en veut de perdre du temps à caviarder tous ces quotidiens qui lui salissent les mains, de ces articles lus qui lui salissent surtout surtout surtout l’âme.

Il s’en veut : il lit moins qu’avant, il a tellement de retard sur les Beautés du Monde. Il ne les rattrapera plus. Il voudrait tout Proust, s’attarder sur Shakespeare, relire Kafka, Faulkner, avancer dans les microgrammes de Robert Walser, il voudrait travailler en reprenant Bourdieu, il voudrait y voir clair, que le ciel se dégage, il voudrait voler et ne jamais atterrir mais, pauvre de lui, il s’aveugle et se plombe à son blog.

Il s’ébroue, il se donne du courage : cette «saudade» est provisoire. Le voilà qui choppe un livre tiré de ses étagères et, une fois ouvert à sa lecture, il refait un peu d’ordre dans sa tête : ce livre est un livre d’entretien de avec . Il est content de voir se rallumer une petite flamme intérieure. Putain, oui, la Littérature a toujours raison. Il a ouvert ce livre et sa joie naît et renaît : ce temps, ce bonds, ce rebonds à lire ne seront pas perdus. Il tombe en arrêt devant la première citation de Michel Butor. En exergue, elle est rapportée d’un numéro de Paris-Match de l’année 78. Dieu, que faisait-il en 78 ? L’année de la  Coupe du Monde en Argentine. Avec Guillou, son joueur préféré et ce but ultra-rapide de Bernard Lacombe.

Butor, donc :

« Je pense que la littérature transforme la réalité. Le seul fait de constater un certain nombre de choses fait qu’elles ne peuvent plus rester comme elles étaient avant cette constatation. Un écrivain n’a pas besoin de s’engager. Il lui suffit de sa littérature. Presque tout ce qui fait notre vie passe par le langage. Dès qu’on touche au langage, on transforme la réalité. Il y a des choses que nous ne savons pas dire, faute de trouver l’expression juste. Si on arrive à cette expression, des pans de murs entiers s’écroulent, et on découvre des horizons tout neufs. C’est cela changer la vie».

Et la Joie, et la rage jusqu’alors éteintes, de naître, de renaître. Putain de littérature, putain de blog.

9 Responses to Putain de blog.

  1. celeste dit :

    belle réflexion!
    pour moi qui suis actuellement en grande partie « privée » de blog.

    tout lire bien sûr!

    et écrire mais parfois les mots se noient dans l’océan des discours des autres.

    puis ça revient, tout naturellement, le désir, les phrases qui s’enchainent, la satisfaction d’avoir, presque, réussi à exprimer une pensée une émotion.
    presque, car pour moi un texte n’est jamais vraiment fini, parfois, des mois plus tard, je change un mot, je fignole…

    bonne journée Bibi

  2. Danielle dit :

    Un homme de gOut comme tOi passionné de foot de la vie et des valeurs humaines ne pouvait que préferer Jean Mar GuillOu.
    Secoue tOi putain !
    sOurire

  3. HER dit :

    Merci d’avoir écrit le texte que, chaque jour, à quelques mots près, je songe d’écrire!

  4. le coucou dit :

    Comment ne pas se reconnaître un peu, beaucoup, dans ce que tu as écrit ici? Tout n’est pas superposable, bien sûr, mais on se rejoint sur ce que le blog, la fréquentation de l’actualité nous volent.

  5. Bibi devrait penser à La chandelle verte d’Alfred Jarry… et se dire que ses billets ne sont pas inutiles…

  6. patrice.m dit :

    a quoi bon se demander pourquoi le faire, faisons le…. peut-être manquerons nous de temps pour regarder ce que nous avons accomplie, ce que nous devrons laisser, ce qui reste inachevé.

    C’est un très beau texte.

  7. BiBi dit :

    Bien sur qu’il n’est pas nécessaire de « réussir » pour entreprendre. Le chmin se fait en cheminant. Mais parfois, il est bon et nécessaire de s’arrêter sur les bornes qui longent le chemin… avant de repartir.

  8. nicocerise dit :

    « BiBi est un citoyen optimiste qui blogue du côté du Léman ». Blog-addiction. En 78 j’avais 10 ans et j’étais fan de Johnny rep (petit souvenir du but de Haan).

  9. BiBi dit :

    Oui, ce Johnny Rep qui fit escale à Bastia et à Saint-Etienne (où BiBi le vit jouer). A ne pas confondre avec Johnny… Depp ( pour les ptits jeunes de 10 ans aujourd’hui). 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *