La Complainte du « Pourquoi ? »

*

Quand on est petit, on demande souvent « Pourquoi y a des étoiles? » « Pourquoi y a des animaux ? ». Puis, plus tard, on se demande « Pourquoi il y a la guerre ? Pourquoi il y a des injustices ? » Peut-être s’est-on entendu répondre « C’est comme ça ! ».

Aujourd’hui, dans ce premier mois de 2020, ce « pourquoi ? » est revenu. A la différence de mes premières années, je n’attends pas de réponses. C’est que je crois savoir aujourd’hui pourquoi…. ces pourquoi sans réponse perdurent. Cette nuit, en bordure des rêves, en ces moments où parfois quelque chose s’écrit en déferlante, ce n’était pas de la prose qui s’installa mais un amoncellement de « POURQUOI?». Et ce matin, j’ai eu la chance de pouvoir les retrouver. Ils ne m’échapperont pas. Les voici donc en vrac :

*

Pourquoi ne retrouve t-on pas le coffre-fort de  ?

*

Pourquoi la CFDT de capitule, signe l’armistice puis s’engage dans la voie de la Collaboration ?

Pourquoi Françoise Nicolas, la courageuse lanceuse d’alerte, ne retrouve pas de travail ?

*

Pourquoi Fillon ne rend pas le Million volé ? Pourquoi n’est-il pas en prison ? Pourquoi est-il l’invité de Lea Salame et Thomas Sotto ?

Pourquoi pardonnons-nous tout à Jacques Chirac ?

Pourquoi Frédéric Haziza reste toujours à LCP alors qu’il a eu un rappel à loi pour harcèlement sur une journaliste qui, elle, a été priée de s’en aller ?

Pourquoi les éditocrates continuent chaque matin de poser leur cul sur leur fauteuil et ne sortent jamais dans la rue le jour des manifs ?

Pourquoi les Medias ne parlent pas tous les jours de la mort de , de et de Cédric Chouviat ?

*

Pourquoi Christophe Schmidt, directeur du Service Politique de l’AFP, a ôté de son avatar Twitter 2017 l’image d’un Macron triomphant pour le remplacer par une vue neutre des bâtiments de son siège ? Honte ?

Pourquoi tout le monde rit quand le macroniste – qui n’a jamais bossé – veut « émanciper la jeunesse » (à Verrières et ailleurs) ?

Pourquoi les radios de – si bavardes pour parler d’essoufflement des grévistes – ne parlent jamais de la grève qui se produit dans leurs batiments ?

*

Pourquoi La Montagne et son journaliste de tressent sans arrêt des louanges dignes de la Pravda au candidat LR Frédéric Aguilera à la Mairie de la ville ?

*

Pourquoi de Mediapart au Figaro, de France Inter à Europe1, on a choisi et signé un contrat avec l’officine de comptage des manifestants parisiens En l’Occurrence sachant que son Directeur (son tweet ici à Aurore Bergé) est un macroniste forcené ?

*

Pourquoi les Decodeurs du Monde ne divulguent pas le montant en dollars que FaceBook leur donne chaque année en gage – paraît-il – de leur indépendance ?

*

Pourquoi ne répond pas à la question posée le… 6 mai 2019 portant sur Edouard Philippe, le Havre, sa femme et Science-Po Paris ?

Pourquoi l’émission des de n’a pas encore programmé une de leurs émissions sur l’évasion fiscale ? En prenant comme exemple exemplaire leur Boss Drahi qui continue de les payer.

*

Pourquoi dans leur article du Monde, Ariane Chemin et Raphaëlle de Bacqué n’ont pas un mot sur Josyane Savigneau, fervente admiratrice de Matzneff qui a régné sur… le Monde des Livres pendant plus de 15 ans dans leur propre journal ?

*

Pourquoi tous ces « journalistes »

@jmaphatie @fabsintes @askolovitchC @lofejoma

@leasalame @ndemorand @brunoduvic

@SoMabrouk@Laurent_Joffrin

@olivier_truchot @OlivierGalzi

#yvescalvi @Bruce_Toussaint

ne protestent jamais lorsque leurs confrères sont agressés dans les manifestations ?

*

POURQUOI ?

Parce que c’était EUX.

Parce que c’était NOUS.

Deux camps, comme disait l’odieux préfet de Paris. Deux camps : en lutte, l’un contre l’autre. Voilà pourquoi.

9 Responses to La Complainte du « Pourquoi ? »

  1. Un partageux dit :

    Le loup dit au petit Chaperon rouge :
    — Je vais te manger !
    — Et pourquoi ?
    — Mais parce que j’ai faim pardi !
    — Et pourquoi ?
    — Mais parce que je n’ai rien mangé depuis longtemps !
    — Et pourquoi ?
    — Parce que je suis pisté par le chasseur !
    — Et pourquoi ?
    — Parce qu’il veut vendre ma peau pour en faire un manteau !
    — Et pourquoi ?
    Bon, le loup s’énerve et avale le petit Chaperon rouge sans mâcher.
    — Ah ça fait du bien ! dit-il en s’allongeant contre un arbre.
    — Et pourquoi ? demande une petite voix dans le ventre du loup. Loup qui devient fou de rage, va chez le chasseur et s’ouvre le ventre devant le chasseur.
    — Ça alors, je me demande bien pourquoi…
    — Je vais tout vous expliquer parce que je sais pourquoi, répond le petit Chaperon rouge en sortant du ventre du loup…

  2. Elise dit :

    Le Loup et l’Agneau

    « La raison du plus fort est toujours la meilleure :
    Nous l’allons montrer tout à l’heure »

    … des visages pour l’Agneau ? l’Enfant, le Migrant,le Pauvre, le Sans Voix…

    Implacable et désespérant, une bouchée, il est seul

  3. AgatheNRV dit :

    Pourquoi on ne les dégage pas ?

  4. BiBi dit :

    @AgatheNRV
    Ce n’est pas la volonté personnelle qui manque. Mais en toutes choses, tu le sais, c’est la force collective qui fera loi, c’est-à-dire le rapport des forces en notre faveur. Mais malgré le nombre incalculable de « corporations » en luttes, quelque chose manque qu’il faudrait analyser. Peut-être y a t-il encore des franges du populo qui restent dans l’expectative, ambivalentes malgré un soutien sous le manteau, frileuses dans leurs positionnements, peureuses devant la répression.

  5. Robert Spire dit :

    Je viens de lire sur le site « LMSI » un article-analyse sur un livre de Terry Jones qui vient de nous quitter. Juste une phrase, une évidence: « Les grands médias reprennent tous en choeur l’air de pipeau que jouent ceux qui sont au pouvoir ».

    Karl Polanyi dans son remarquable ouvrage « La grande transformation » a clairement identifié le phénomène du capitalisme prédateur (colonialiste d’avant les grandes crises économiques de 1923 à 1929) qui poussé la société a « reprendre » le contrôle de l’économie soit par des formes totalitaires (fascisme, nazisme, communisme), soit (aprés guerre) par le modèle d’Etat-providence.

    Le néo-libéralisme opère depuis 40 ans un mouvement régressif vers ce « premier capitalisme ». Selon les analyses de Polanyi, le néo-libéralisme (en crise depuis 2008) va entrainer à son tour une réaction du corps social sous une forme totalitaire. Le phénomène est en cours, les libéraux, instruits du précédent, prennent les devants en qualifiant de « populismes » tout ce qui réssusciterait l’Etat-providence. (populisme est un terme qui a l’avantage de méler la confusion Etat totalitaire = Etat-providence. La grammaire est une arme expliquait Terry Jones)

    Sortir du capitalisme est une nécessité, mais c’est hors de notre portée avant longtemps. Des alternatives se mettent en place ou sont expérimentées (écologistes), certes, mais loin d’être des modèles qui s’imposent, vu la montée de l’extrème-droite partout dans le monde…

  6. BiBi dit :

    @RobertSpire
    Oui la sortie du Capitalisme n’est pas pour demain. Et peu de chances – compte tenu de mes années – que je sois le premier sur les barricades qui fêteront l’an 01 🙂 Mais agir contre, analyser les mouvements qui s’y opposent, y participer dans le moment présent sont plus que nécessaires. Toujours interessant (et indispensable) de rechercher les théories qui dévoilent le caché… avec les errements que ça suppose.Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire, disait l’Autre avec justesse.

  7. Robert Spire dit :

    Dans la série des « Pourquoi » avec quelques réponses.
    Erik S Rienert, un ancien patron devenu économiste, démontre que le libre-marché ne peut que fabriquer de l’inégalité dans « Comment les pays riches sont devenus riches et pourquoi les pays pauvres restent pauvres ».
    Et voici la preuve par les mathématiques avec Bruce M. Boghosian:
    https://www.pourlascience.fr/sd/economie/aux-sources-mathematiques-des-inegalites-de-richesse-18601.php

  8. Robert Spire dit :

    En complément de mon précédent commentaire, je trouve passionnant la recherche de réponses aux « pourquoi » dans l’étude des oeuvres des Marx, Braudel, Levi-Strauss, Polanyi, Greaber, Bourdieu, ect…Pour gagner du temps il existe des ouvrages de qualité qui vulgarisent, entre autres ceux d’Accardo ou en économie Paul Krugman (Pourquoi les crises reviennent toujours) et dernièrement Xavier Ricard Lanata: « La tropicalisation du monde » (Une centaine de pages), ou encore le dernier de Chapoutot, « Libres d’obéir. »

  9. BiBi dit :

    @Robertspire
    Merci, grand merci pour tes précieuses propositions de lecture.:-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *