Annecy en forme olympique ?

   Annecy en forme olympique ?

(Haute-Savoie) a lancé sa candidature aux de 2018. Ne confondez pas : en 1992, c’est la Savoie avec qui était montée sur la plus haute marche du podium.
A Annecy, Jean-Luc Rigaut, maire de cette belle ville lacustre, champêtre et montagnarde, , copain comme pas deux de et maire d’Annecy-le-Vieux, , président du Conseil Général, Frank Riboud des Yaourghts Danone et grand cuisinier mitterandien chez qui les Sommités du G8 avaient été invitées aux frais du Prince par hélicoptère Evian-Talloires, ont lancé en grandes pompes l’Opération .
Autres soutiens de choc : Antoine Denériaz descendu des sommets et qui pense à sa reconversion, qui est lui aussi au générique et résident d’honneur de Thônes et qui nous conduira à la Victoire tous ensemble.
Le Conseil Général est rapidement venu à la rescousse d’Annecy et a déjà lancé un appel d’offre visant à  recruter un cabinet pour faire la promo des JO. Gageons que cette Boîte à Pub sera démocratiquement désignée !
Sur le coût financier de cette opération qui n’en est qu’au premier tour de France (les adversaires sont Grenoble et Nice), un total silence. Le journal « Les Echos » du 3 décembre nous informe que « pour faire valoir ses prétentions au titre international, une campagne de pub « efficace » vaut aux alentours de20 millions d’euros ». Bah ! Cela ne fait rien car en Haute-Savoie, on atteint vite les sommets pour pas cher, on a des coffre-forts suisses enfouis sous la neige. C’est aussi vrai qu’il est doux, si doux de glisser en silence sur les Pistes de la Com : la Nature et la Neige y sont tellement magnifiques ! Sauf évidemment pour les ex-salariés de l’entreprise de ski Salomon qui ont pris la mauvaise pente. Rappelons que la dernière usine vient de fermer définitivement ses portes dans le département.
L’opération Annecy 2018 est donc lancée. Selon de bonnes sources (puisées sous anonymat et rapportées par le journal Le Faucigny – une lecture à recommander), la campagne préparatoire des JO – pas encore commencée – a déjà coûté 250000 euros ( 50000 euros pour le dépôt de pré-candidature et 200000 euros pour l’incontournable plan Com’).
Pour l’action « de dossier et de lobbying » – entre décembre 2008 et mars 2009, il est prévu 1,4 million de dépenses (dont 0,7 million d’euros pris sur le budget du Département).
Tout ça pour rien car les deux autres villes françaises sont loin devant. D’abord Grenoble qui bénéficie de l’aura du Prolétaire Killy et ensuite Nice qui a le soutien conjugué d’Estro-Sarko-si.
Mais tout le monde sait que rien ne compte plus que les longs et fatigants voyages à l’étranger (aller au Japon pour voir de plus près les beautés du Paysage de Nagano par exemple est très très éprouvant), les contacts Com’ avec fondue et tartiflette (très mauvais pour la santé de nos édiles locaux et départementaux). Qu’il est difficile le métier de Représentant du Peuple !

Dans le Chablais français (région comprise dans le triangle Thonon-Evian-Abondance),  les Communes ont déjà signé l’Acte de naissance de ce merveilleux projet sportif et humain. Le Maire d’Evian, Monsieur , bon vivant et bon soldat de Little Nikos, a dit tout de suite «Oui » à l’Opération : «  Tout le Chablais est derrière Annecy. Nous avons déjà 45 parrains ( un futur voyage d’études en Crimée pour voir ceux qui financent les Jeux de Sotchi ?). Pour célébrer la victoire, les 1200 sièges du Palais des Festivals seront tous occupés le 19 janvier 2009 ! » rappelle le bon Maire de la Ville d’eau.

BiBi se souvient du retentissement post-olympique à Turin et à Albertville. Les Jeux de Turin, ville voisine et amie, avaient obligé la Capitale du Piémont à emprunter plus de trois milliards d’euros – à raison de 250 millions d’euros par an. Justement, en comparaison, ces 250000 euros, c’est actuellement l’endettement total de la Haute-Savoie.
En ce qui concerne les Jeux d’Albertville 92, le déficit final, assumé à 25% par le département de la Savoie et à 75% par l’Etat, fut officiellement de 280 millions de francs, soit 6,6 % du budget des 4,2 milliards de francs – sans compter les quelques 386 millions prêtés par l’Etat au COJO (Comité d’Organisation des Jeux Olympiques) et jamais remboursés. Sur le plan de l’emploi, les postes liés aux grands travaux d’infrastructure se révélèrent rapidement précaires. Un grand perdant : le contribuable qui vit filer sous son nez les investissements massif d’argent public à fond perdu (sans créations d’emploi pérennes). Un grand Gagnant-Gagnant : les quelques grandes entreprises du BTP, toutes médaillées d’Or.

One Response to Annecy en forme olympique ?

  1. plume dit :

    Non aux JO Annecy
    POMPE A FRIC, POLLUTION, Gaspillage, destruction des paysages
    http://sites.google.com/sites/comiantolympique/Home

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *