Tag: Pierre Bourdieu

Y en a marre des sondages !

Les sondages ! Ils pullulent. Ils sont pris en considération. Pas seulement par les grands rédacteurs, éditocrates, dont on connait les critères sur lesquels ils sont recrutés et choisis par les Milliardaires (de Drahi à Dassault, de Bernard Arnault à Pinault). Ces mêmes sondages sont hélas commentés aussi par des internautes de gauche, par des responsables politiques insoumis, par des gens de l’extrême-gauche tout aussi bien. Je vois des Hourrah à la moindre poussée de Mélenchon et des moqueries en nombre à la baisse de Macron.

Et je te tweete et retweete qu’il est à 20% et je te tweete et je retweete que le Banquier-Président est plus bas que Sarkozy ou Hollande après un an de pouvoir etc etc.

Toujours rageant et désolant de voir des camarades et ami(e)s tomber inexorablement dans ce piège. Car piège il y a. En effet, si on ne s’attaque pas à l’existence de ces sondages, on continuera à ce que ces opérations de manipulation et d’intimidation restent des éléments déterminants de la vie politique.

Pauvre de nous.

« Un sentiment de rage indignée».

Pas d’aujourd’hui que je conseille de lire les travaux du sociologue Alain Accardo. Ce dernier, au long parcours de chercheur en sciences sociales, a été un moteur de mes reflexions dans le capharnaüm de ce Monde. Ses analyses ont été des points de repères essentiels lorsque l’épais brouillard de l’idéologie libérale m’enveloppait à mon corps défendant.

Lectures et relectures.

En ces temps troublés où l’épisode quinquennal de Macron n’est pas fait pour nous rassurer, on peut quand-même prendre provisoirement la tangente. Et ainsi trouver un petit coin où feuilleter nos livres déjà lus, où tourner laconiquement les pages de ces quotidiens qui veulent nous façonner le Monde à leurs mauvaises manières.

Lire donc, pour retrouver un moment de paix, un moment, car il ne durera pas. C’est qu’avec ces cinq années qui s’ouvrent, c’est une guerre qui nous attend. La guerre économique, pas de doute. La guerre aux plus pauvres, aux sans-dents, la guerre aux migrants, aux fonctionnaires, aux retraités et à tant d’autres.

*

Et si on parlait des intellectuels ?

En a t-on causé de l’intellectuel ! Souvent classé à «gauche»! présenté inexplicablement au service des Dominés, on le dit encore «sans attache, sans racines». Son travail est de classer en permanence les personnes (l’intellectuel médiatique et le «petit intellectuel de cour» ne font que ça). Par contre, ce qu’il ne supporte pas c’est qu’on lui cause des conditions sociales et historiques dans lesquelles il est né, dans lesquelles il baigne et dans lesquelles il travaille. Le voilà qui se met très très en colère lorsque, s’attribuant une fonction libératrice (souvent «de manière purement usurpée»), on la lui conteste, lui rappelant que, pour exercer cette fonction, il vaut mieux connaître et dominer quelque peu ce qui le détermine.

A savoir : se savoir classé, savoir d’où il parle et d’où il écrit, savoir à peu près où il se situe dans les classements. Préalable incontournable (mais qu’il dénie souvent) pour analyser la société et ses transformations.

*

SAUTES D’HUMEURS ET GATEAU D’ANNIVERSAIRE.

Quelques sautes d’humeur. Des petites notes cyclothymiques. Des pensées-bibi jetées en vrac. Tout un empilage de bazar, un fatras d’infos qui concernent les sportifs, les ouvriers, les crapules socialistes, les socialistes, les fillonistes et les macroniens. Ah, le Monde est si grand que ce 1527ème bibillet ne suffirait pas à en faire le tour. Mais essayons quand-même !

Et puis, fort heureusement… tout ça finit par des chansons autour d’un gateau d’anniversaire aux neuf bougies.

*