Tag: Médiapart

MES AVENTURES SUR TWITTER.

Ces trois derniers jours, toutes sortes de choses sont sorties de mon écran scotché que j’étais sur les pages du réseau Twitter. Trois jours pendant lesquels j’ai navigué entre tweets indiquant des articles interessants (si, si, Itw de Xavier Niel), un tweet portant sur une question de Thomas Guénolé interpellant les éditorialistes, une chamaillerie sur les sondages avec @Joe _le _Zef, ex-socialiste perdu mais retrouvé dans les bras de Macron, trois relevés sur trois silences assourdissants (donc tweets invisibles) et, pour finir, un petit dialogue avec le journaliste Mediapart/France Culture Hubert Huertas.

Bonne lecture. 

*

Retours hallucinatoires sur la Présidentielle 2017.

Chez la Médiacratie, les Temps Présents ne sont pas à l’analyse des derniers mois qui ont amené Macron sur la plus haute marche du podium. Sauf au travers du bla-bla-bla libéral classique où Mélenchon est évidemment un dictateur, où on classe le leader de la France Insoumise aux extrêmes en parfaite concordance des temps avec l’autre extrême, où la jeunesse du play-boy élyséen est absolument renversante etc.

Mais en faisant retour sur cette Présidentielle qui restera la Grande Arnaque de ce début de siècle, j’ai connu des hallucinations inhabituelles.

Avec ce 1559 ème bibillet, je viens vous les faire partager.

*

Edwy Plenel, Macron, Delevoye, Varoufakis et… Maurice.

Macron, Delevoye, Mediapart et Edwy Plenel, voilà des noms qui nous occupent toutes les journées. Des noms que la Propaganda 2017 nous impose, nous martèle, nous faisant croire que ces messieurs (ce sont surtout des Messieurs, hein?) sont les Centres d’Intérêt obligés de nos pauvres petites vies.

Et voilà qu’au détour d’un tweet, j’apprends la disparition de ce formidable pianiste (il accompagna l’irremplaçable Claude Nougaro) que fut Maurice Vander. Hommage-BiBi.

*

Petites notes autour de Trump, de Macron et de Bakchich.

macron-trump

Il ne faut pas se laisser aller. Parce qu’entre l’élection de Trump, les 5 millions dans les valises posées aux pieds de Sarkozy et de Guéant, la virginité de Macron (homme nouveau mais ex-banquier énarque), on pourrait avoir des haut-le-coeur, aller prier le Bon Dieu pour qu’il fasse un geste, rappeler aux Communistes que Joseph Vissarionovitch Djougachvili est mort mais que l’ex-Boss Robert Hue est toujours vivant. On pourrait mais on fera tout pour éviter ces aigreurs intestinales à répétition.

D’où ces mécanismes de défense tout en ricanements, d’où ces trois petites notes (Trump/Macron/Bakchich) toutes en finesses.

*

Mon Odyssée grecque.

1103868_reformes-en-grece-merkel-et-hollande-recadrent-alexis-tsipras-

Toujours étonnant de lire bon nombre de commentaires (ceux de Mediapart, ceux de blogueurs, ceux de simples citoyens). Étonnant à la vitesse avec laquelle chacun se prononce, pose ses oukases, fustige l’autre, est d’accord avec l’un, hurle au traître, veut couper les têtes ou descendre dans la rue etc. Non qu’il faille rester neutre, surplomber les avis en flottant au-dessus de la mêlée. La passion commande que l’on prenne position. Et c’est tant mieux.

Sauf que.

Sauf que.