Tag: François Pinault

La Folle Quinzaine de Bernard-Henri Lévy.

BHL-11

BiBi a suivi à la trace les aventures du Grand Philosophe. Il rappellera ici ses déplacements en tenue kaki dans le Golan auprès de l’armée israélienne, son impeccable smoking auprès des combattants libyens, ses chemises blanches sur les écrans TV, sa toque de cuisinier chez l’ami Arnaud Lagardère du JDD et de Paris-Match. Comme à chaque publication (ou événement – voir billet sur le Café Flore), notre philosophe et son équipe publicitaire ont squatté les télés, radios publiques et privées pour une opération publicitaire jamais remise en question.

En effet, la multiplication de cette présence totalitaire ne semble déranger personne dans le microcosme qui allie politiques et «intellectuels» médiatiques. Déjà en 2007, Acrimed nous faisait un relevé ô combien instructif sur la puissance des réseaux BHL. (Lire le billet ici ). Suivant l’exemple du site d’Infos, j’ai refait l’itinéraire médiatique de Bernard-Henri Lévy durant cette première quinzaine de septembre 2014.

Les Trois Frères : François Pinault, François Hollande et Arnaud Montebourg.

Trois Freres

Je ne parlerais pas du dernier film des Inconnus (Les Trois Frères : le Retour), long métrage poussif et insignifiant. Plus intéressant est cet arrêt sur les liens fraternels entre ces trois vedettes (deux «socialistes» – Hollande, Montebourg – et un grand Capitaine d’Industrie, François Pinault). C’est à la lecture du dernier numéro du Canard Enchaîné qu’on redécouvre les liens poussés entre ceux qui conduisent le Politique et ceux qui n’ont comme seul souci que la Rentabilité économique.

Retour sur six lectures estivales.

Dessin Lectures estivales

L’été est propice à la lecture. Le soleil apporte ses lumières… de même que l’intelligence des femmes (celle de Mona Chollet), de même que les expériences de vie de Patti Smith, de même que la délicate profondeur de vue de Jean-Bertrand Pontalis (récemment disparu), de même que les réflexions de Serge Tisseron (qui n’emportent pas forcément tous les suffrages)… Voilà quelques extraits tirés de leurs travaux sur lesquels il conviendra (peut-être) de méditer… l’automne et l’hiver venus  🙂

Lettre ouverte à ce nigaud de Philippe Sollers.

sollers liliane Sa Sainteté

*

Aujourd’hui, ce sera toi, Philippe Sollers, ma tête à claques.

Bon courage, Monsieur Askolovitch !

BiBi croyait en avoir fini avec les Aventures de Claude Askolovitch, ex-rédacteur du JDD de Lagardère et, depuis peu, transféré au Club Pinault (Le Point). Que nenni ! Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il découvrit le bien curieux tweet dominical du «journaliste», ex-supporter de DSK :

«J’ai haï à peu près chaque jour des trois ans passés dans ce journal qui titre sur la maladie d’un vieillard».

Ce journal haï est bien évidemment le JDD du Frère Lagardère.

Le «journaliste» a donc connu de terribles souffrances au travail. C’est vrai que dans ce métier si prompt aux courbettes ou, à l’inverse, si sensible aux pressions et à l’autocensure (pressions intériorisées), les journalistes sont souvent au bord de l’explosion ou de l’implosion.

Monsieur Askolovitch a haï ce journal pendant les trois années où il y passa. Si BiBi était moqueur (et BiBi l’est parfois), il lui demanderait un rendez-vous pour dans trois ans : Claude dirait alors toute sa haine envers François Pinault, autre Frère sarkozyste, Big Boss du Point et nouveau supérieur du «journaliste». En tous les cas, BiBi traquera chacun des futurs tweets du cher Claude en 2014 sur la Toile.

Conseil-BiBi pourtant : Askolovitch devrait savoir que la Haine est toujours mauvaise conseillère. La Haine ne fera pas avancer le schmilblick de notre Homme. Au contraire, la Haine aveugle et rend sourd. Seules la lucidité et l’autocritique sans complaisance sont aux antipodes de la Haine. Celles-ci pourront lui faire traverser la dure épreuve d’être le salarié du Père Pinault et lui faire comprendre dans quel espace social il a évolué et il évolue(ra).

C’est peut-être d’une Révolution en pensée dont Claude Askolovitch a besoin. BiBi se souvient de la savoureuse louange du journaliste : « Sarkozy, Maître du Monde« . A l’opposé, BiBi a plutôt retenu cette maxime léniniste : «L’instinct de classe des prolétaires a seulement besoin d’être éduqué. En revanche, l’instinct de classe des petits bourgeois et donc des intellectuels doit être révolutionné».

En attendant, cet hypothétique tour à 90 degrés, c’est un BiBi sans illusion qui lui crie :

«Bon courage dans votre nouvelle vie, Monsieur Askolovitch !»