« Je suis vieux, pas nostalgique et je vous emmerde » (2)

BiBi s’est réveillé et son Double l’a rappelé au Désordre du Monde en criant « Je suis vieux, pas nostalgique et je vous emmerde » (Part.2)

«Plus de mineurs, plus d’adultes, plus de Vieux, juste des consommateurs qui communient ensemble» écrit le Sociologue avisé.

Dégoût et déglutition.

On ne peut que vomir cette inversion fondamentale et dominante des Temps Présents : «Maintenant, écrit justement Tony Anatrella, psy et… prêtre, ce sont les adultes qui cherchent à s’identifier aux adolescents».

«Je ne suis pas un ado, pas nostalgique et je vous emmerde».

Je ne veux pas être le Clone des Bobos des «Petits Mouchoirs» de , je ne veux pas être un Enfant de la Nouvelle Star ou un ex-ado du Grand Bleu. Je ne veux pas qu’une mère de 40 ans prête ses strings à sa gamine de 10 ans et j’emmerde ces Quadra-Quinqua qui singent nos chérubins, ceux qui vont en boite chanter du Chantal Goya, qui regardent Champs-Elysées de la larme à l’œil et qui laissent leurs gosses de 12 ans jouer aux Bad-Boys et aux Lolitas.

Dureté.

Que ne voient-ils pas la dureté des rapports sociaux, les lois d’acier qui régissent le(ur) Corps Social ? Sous des dehors ludiques (la Pub aujourd’hui fait sourire et amuse beaucoup. Le même ami quinqua extasié : «Faut avouer qu’elles sont bien faites»), sous les anabolisants qui transforment le Citoyen en Geek, que voit-on ? Des hommes, des femmes qui refusent d’entrer dans le Monde adulte et qui prolongent des comportements d’adolescents jusqu’au-delà la barrière des Trente Ans.

Refrain : «Je suis un vieux, pas nostalgique et je vous emmerde ».

Tout ce qui m’est proposé est débectant : des Cinq fruits et légumes imposés pour rester en bonne santé à ce plaisir vintage d’avaler des Haribo et de mâcher des Malabars. A gerber ces promesses d’éternelle jeunesse. A gerber ces caresses démultipliées sur le portable pour vérifier – comme le petit garçon et son robinet – qu’il est toujours, à portée de main. A gerber ces obscénités quotidiennes et majeures du XXI ème Siècle, ces tendances à vouloir être maternés à n’importe quel prix. D’où vient cette incroyable propension à refuser la Séparation et la Solitude pourtant constitutives de la personnalité humaine et fonctions structurantes fondamentales ?

Cybercrèches.

Exemple : relisant , j’ai redécouvert l’existence des cybercrèches. Dans les pièces ou chambres où déambulent les petits enfants, on a installé des webcams pour que Papa au bureau puisse voir et admirer continuellement son chouchou. Le Rêve des Puissants se réalise : transformer les Papas & Mammas en Agents de Surveillance, new Big Brothers.

Le Temps passe.

Le Temps passe et ça fait mal. Mais ce Mal peut faire du bien quand, dépassant les rhumatismes, évitant les lumbagos, rajustant le dentier, constatant sa perte de vue, sa perte de cheveux, sa perte de tension-là-où-vous-savez, quelques-uns ont encore la force de crier cette vérité du jour :

«Je suis vieux, pas nostalgique et je vous emmerde».

(Aides à la Rédaction : Serge Tisseron – L’Intimité Surexposée et «Areuh, areuh, la croissance régressive» N° de – Juin 2011).

 

6 Responses to « Je suis vieux, pas nostalgique et je vous emmerde » (2)

  1. Rodrigue dit :

    Vous savez que vous êtes bien agréable, comme ça, le matin, après le petit déjeuner ! J’ose même vous dire un gros mot: merci !

  2. tilly dit :

    Comment quoi, y’a pas de bouton Like sur cet article ? On voit que c’est un blog de vieux… pas nostalgique et qui…

    Evidemment que j’aime cette bibi-série en deux épisodes, bravo.

    Dans un épilogue, j’aurais bien vu un court développement sur l’effet internet que l’on doit pouvoir commencer à mesurer sur le vieillissement. Bienfaits ? Ravages ?

    Test : combien de fois vous êtes-vous déjà gouré en prenant un e-correspondant pour un vieillard, alors que c’est une jeunette IRL, ou l’inverse ? Moi, plusieurs.

  3. celeste dit :

    Bravo!
    Je partage tout à fait, le (1) et le (2) 🙂

  4. BiBi dit :

    @Rodrigue & Céleste
    🙂
    @tilly
    Les boutons Like, Wikio and Co me donnent des… boutons.
    Quant aux e-correspondants que j’aurais pris pour des vieillards (ou l’inverse), comment savoir ?

  5. Rem* dit :

    Il me semble (comme l’indique ton titre irrévérencieux à souhait, comme la célèbre langue!) que des vieux-vieilles ont toujours une flamme de l’enfance dans le coeur. Et que, plus, triste, des jeunes (des 2 sexes) sont déja intoxiqués des poisons du conformisme, de la résignation : ils sont déja vieux, enfin, esclaves soumis…

  6. BiBi dit :

    Certes, beaucoup de jeunes sont esclaves consentants et participent à leur propre domination sociale et culturelle mais entre eux et les Puissants, je prends garde à ne pas mettre un rapport de symétrie.
    D’ailleurs, je mettrais bientôt en ligne une petite vidéo qui montre que d’autres jeunes ont d’autres idées, neuves et vivifiantes, originales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *