Archives: septembre 2014

Un Vote (pas primaire) pour les Primaires du Golden Blog Awards.

Blog Awards

«Les Golden Blog Awards récompensent pour la 5ème année consécutive les meilleurs blogs pour leur talent et leur passion dans plus de 20 catégories. A l’occasion de cette édition anniversaire, proposez votre blog et/ou votez pour vos blogs préférés sur le site, les applis mobiles ou Facebook. La remise des prix aura lieu le 12 novembre 2014 dans les salons de l’Hôtel de Ville de Paris et en direct sur le web».

Bien entendu, le Blog Pensez BiBi a bien peu de chances de passer le Tour des Primaires. Les gigantesques Entreprises bloguesques (les armatures d’un seul blog peuvent monter à 50 membres et même plus) sont bien mieux équipées. Elles font tourner au maximum leurs grosses turbines à Voter et multiplient – façon Stéphane Fouks – leur influence en réseau pour truster (c’est le bon mot :-)) les premières places. Mais le têtu et solitaire BiBi a toujours aimé ce genre de Concours avec le secret (et public) espoir de se voir poser la couronne du Champion de France sur sa tête, d’endosser le Maillot Jaune à la surprise générale, de se retrouver premier au nez et à la barbe des Puissants.

Et vous pouvez suivre (et suivre ses fidèles) dans sa devise du jour et voter pour lui :

« Soyez réaliste ! Croyez aux Miracles ! »

Toutes

Pour une 3ème année consécutive, fort de son expérience de Blog alternatif et de ses 1430 billets, voilà donc Pensez BiBi en exposition dans la Catégorie Actualités Web des Golden Blog Awards.

 Pour voter, deux GESTES SIMPLES :

1. CLIQUEZ ICI.

Une page s’ouvre et hop, 2. vous votez

*

Dans la frise ci-dessous, voyez le déroulement des opérations

(retenez que vous pouvez voter une fois par jour jusqu’au 23 octobre!)

Frise

Elle me disait… (Episode 9).

Ciel du Léman Bis

*

Des fois, je la vois marcher sur la grève, elle s’arrête, lance des galets au loin. Des fois, elle se retire au fond des Cafés comme au fond des bois (ainsi chantait Brigitte Fontaine – cette chanteuse qu’elle adore). Des fois, je ne la vois pas de plusieurs semaines et me demande alors si sa présence n’est pas hallucinatoire. Mais non, elle revient (non, elle ne me revient pas). Elle va, elle vient sur des chemins où elle ne veut pas aller. Mais ses mots passent outre sa volonté, ils franchissent les barrières, enjambent les rivières jusqu’au-delà des frontières. Elle va, au milieu des taillis, n’a cure des épineux et des haies vives. Elle admet les déficits de la Raison et reste toute exposée aux dangers possibles (ceux de la Grammaire et de la Foudre).

Alors, je la suis, je saisis au vol ses propos, ses incises, ses entailles dans un texte à peine récité, à peine audible. Je la suis et tout – absolument tout – change.

La Folle Quinzaine de Bernard-Henri Lévy.

BHL-11

BiBi a suivi à la trace les aventures du Grand Philosophe. Il rappellera ici ses déplacements en tenue kaki dans le Golan auprès de l’armée israélienne, son impeccable smoking auprès des combattants libyens, ses chemises blanches sur les écrans TV, sa toque de cuisinier chez l’ami Arnaud Lagardère du JDD et de Paris-Match. Comme à chaque publication (ou événement – voir billet sur le Café Flore), notre philosophe et son équipe publicitaire ont squatté les télés, radios publiques et privées pour une opération publicitaire jamais remise en question.

En effet, la multiplication de cette présence totalitaire ne semble déranger personne dans le microcosme qui allie politiques et «intellectuels» médiatiques. Déjà en 2007, Acrimed nous faisait un relevé ô combien instructif sur la puissance des réseaux BHL. (Lire le billet ici ). Suivant l’exemple du site d’Infos, j’ai refait l’itinéraire médiatique de Bernard-Henri Lévy durant cette première quinzaine de septembre 2014.

Trierweiler, Trierweiler, Trierweiler, les blogs et Twitter.

parodie-trierweiler-inrocks

Je n’ai pas lu le livre de Valérie Trierweiler.

J’ai plutôt profité de ce temps libre pour parcourir et m’attarder sur ce qui s’est écrit sur le Net (Blogs et Tweets) et dans quelques journaux à ce propos.

Plantons le décor en deux tweets. L’un est une parfaite analyse condensée de Christian Salmon : «Seule révélation de Trierweiler  : Quand la politique renonce à changer le monde, elle s’enlise dans le Storytelling». Le second est de Marie-Anne Paveau qui relève posément et justement les effets de cette Storytelling sur le fil Twitter: « ‏@mapav8  : «Le fil #trierweiler est d’une telle violence, elle doit finalement en toucher des choses, cette femme».

Brouillards d’Enfance.

eustache-3

L’Enfance. Pas vraiment ce qu’on en croit. Pas forcément un paradis perdu, pas forcément le souvenir d’un territoire tracé en de belles lettres de Noblesse ni celui d’un temps hors-temps. L’Enfance. L’insouciance certes, mais aussi le silence, la violence derrière le calme apparent, la rumination, les poings serrés devant l’Injustice. L’Enfance, ce fut aussi toutes ces injonctions sur lesquelles on a plié : «Ne bouge pas», «Reste à table» «Tais-toi». Comme une prosopopée qui revient dix, quinze, vingt ans plus tard battre en bruit sourd, dans la poitrine.

Il en existe quelques-un(e)s, de ces rescapés de l’Enfance qui ont écrit, filmé ces moments-là. Ils ont vécu. Ils savent. Ils n’ont pas oublié.

*