Archives: août 2014

Du feuilleton politique (Cécile, Arnaud, Manuel et les autres)

Gauche

Quand les états d’âme du personnage de Goya entouré d’oiseaux de nuit, oiseaux du malheur, fondent sur vous, que faire devant ce présent politique français chargé de répulsions et d’interrogations ?

Chacun tente bien entendu de trouver des portes de sortie, des couloirs d’oxygène, une chambre de réanimation. Citoyen penché sur la récente vie politique française, je suis tour à tour éberlué, désespéré, enragé. Seule chose à faire pour remonter en surface de façon plus apaisée : me soigner à la bibliothérapie, trouver des féconds points d’accueils dans le travail de lectures, par exemple dans celle des livres de Christian Salmon.

« Bleu Tatouage » de Marie Causse.

Marie

Parfois dans la lecture, il faut titiller l’aventure, il faut laisser le hasard décider un peu de la conduite (de lecteur) à tenir. Sur ma Time Line Twitter, j’ai une abonnée au nom de Marie Causse, écrivaine, auteure de polar.

Il y a bien longtemps que je n’avais touché à ma collection de Série Noire. Depuis quelques années, j’avais cessé de me shooter aux romans dits policiers. Mais au cours de ce triste début du mois d’août, je me suis replongé dans l’ambiance-polar avec le second livre de Marie Causse. «Bleu Tatouage» édité non dans la collection de Marcel Duhamel mais chez l’Arpenteur.

Conseil de voyage à Mme Trierweiler: après Ouistreham, Vichy ?

Valtrier 2

Ce mercredi 20 août, un curieux tweet est venu se déposer sur mon écran. Il arrivait tout droit de Madame Valérie Trierweiler @valtrier, l’ex-«Première Dame» de France.

Entre rire et désespoir : 16 photos et leurs légendes.

 Rire (2)

Rendu amer par cette journée insipide qui vit la séparation du couple mythique David et Cathy Guetta, l’annonce extraordinaire d’Alain Juppé en candidat aux Primaires UMP, la déclaration de la sublime Brigitte Bardot à la très vilaine Marine-Jeanne d’Arc, je pris la décision de faire un billet pour rire (et pour faire rire). Une envie de secouer l’Autre, de faire tomber des pommes d’Humour des Arbres fruitiers, de sentir un souffle de vie hors d’innombrables gorges déployées.

La difficulté réside quand-même dans le fait de ne jamais vraiment savoir si mes traits sont d’humour ou de désespoir. Peut-être qu’après tout naviguent-ils dans un entre-deux indécidable et ne sont pas tout à fait réussis ? Pour ce, j’ai repris quand-même quelques-unes de mes photos-légendes construites sur le vif et balancées aussi sec sur Twitter. Elles ne garantissent pas le rire (sauf, sous-jacent : un rire grandement teinté de mélancolie) mais ne l’excluent pas non plus. Dans ce dernier cas, mon souhait le plus cher serait que vous en riez jusqu’à suffocation.

Mahiedine Mekhissi : un geste de Mutant.

*

Ce mercredi sur la piste d’athlétisme du Letzigrund de Zurich, on a vu arriver un mutant. Au dernier tour de piste, dans le dernier virage, juste après le saut d’obstacle de la rivière, Mahiedine Mekhissi lancé comme une flèche, a produit son effort et personne n’a pu le suivre. C’est alors que, de façon incompréhensible, Mahiedine a ôté son maillot (ce que le règlement interdit) et finit la course, torse nu, haranguant la foule, se frappant la poitrine tout au long de sa dernière ligne droite. Ses adversaires sont loin, très loin derrière lui.

Une heure plus tard, Mahiedine Mekhissi (MM) sera disqualifié en vertu du règlement qui précise qu’un athlète qui franchit la ligne d’arrivée sans maillot n’existe pas. Comment interpréter ce geste ? Un geste de mutant pour BiBi.