BiBi retrouve Georges Brassens dans son grenier.

BiBi poursuit l’exploration de son grenier où il a retrouvé le numéro 72 de (janvier 73) avec une interview de… . Il n’était pas inconvenant de trouver Georges Brassens dans les pages d’un mensuel de rock (et folk). Le mélange – Brassens côtoyant ce mois-là Pink Floyd et le Roxy Music de Brian Eno – était parfaitement accepté des lecteurs. C’est , journaliste folkeux, qui menait l’interview.

*

Georges Brassens avait été libertaire à une époque (vers 1945/46/47). Il écrivait d’ailleurs dans la presse anarchiste des articles extrêmement violents. Il revient sur les bifurcations qui ont suivi :

«Il se trouve que ce n’est pas dans ma nature de faire des chansons de propagande car j’ai l’impression que je ne saurais pas défendre mes idées. D’autres ont plus de talent que moi pour faire ça. La chanson, pour moi, reste surtout un art d’agrément. En dehors de l’homme social que je peux être, je suis auteur de chansons. Quand je chante, je ne suis plus le même. Mais ce sont là des explications très dures à donner et peut-être… fausses».

Jacques Vassal fait alors le parallèle avec . Souvenons-nous que ce dernier avait participé à une table ronde avec Brassens et et que R&F en avait eu la primeur (avec photos du regretté ).

R&F : Vous avez pas mal de points communs avec Léo Ferré mais vous vous manifestement moins souvent et avec moins d’urgence que lui (…)

G. Brassens : Mon goût me pousse à écrire plus qu’à chanter et j’écris très lentement. En plus depuis quelques années, la maladie m’a souvent empêché ou retardé dans certaines activités. Ce qui fait qu’on me voit et qu’on m’entend bien plus rarement que tel ou tel autre. Cela dit, les problèmes me touchent moi aussi, bien sûr, mais j’en parle indirectement. La Chanson est pour moi une fête, un divertissement ; ça doit plaire, à moi et aux gens qui m’écoutent. Mais ce sont des sujets de toujours que je traite dans mes chansons… et là, je fais un effort pour vous donner des explications. A force de vouloir expliquer les choses, on ne fait plus rien».

Cinq ans après 1968, les esprits étaient tournés vers l’engagement politique. On n’imaginait que très difficilement qu’un artiste devait d’abord faire ce qu’il avait à faire. La tendance était de considérer prioritairement son rôle social (devenir un porte-parole activiste comme quasi-obligation). Les travaux spécifiques sur son art étaient relégués au second plan. C’est pour ça que Jacques Vassal insiste et que Brassens est un tantinet agacé.

R&F : Votre participation l’autre jour à un Gala contre la peine de mort en a surpris plus d’un… pas sur le plan des idées bien sûr mais parce qu’on vous croyait à l’écart de tout militantisme.

G.Brassens : Ce n’est pas ça ! Si par exemple demain, j’apprenais que vous êtes en prison et que j’estimais que vous n’avez pas à y être, ce ne serait pas du militantisme que d’utiliser mon influence ou ma renommée pour prendre votre défense. En fait c’est une affaire de cœur et en dehors de tout raisonnement. J’ai toujours pensé, dès l’enfance, qu’un homme n’avait pas le droit de décider de la vie d’un autre, «coupable» ou non».

R&F : «Mourir pour des idées» a fait beaucoup de bruit…

G.Brassens : Je ne m’occupe absolument pas des réactions : la Chanson est l’art que je place avant tous les autres, et cela me fait toujours plaisir d’écrire des chansons. Dans le temps, on imprimait les chansons sur des «petits formats», des feuilles séparées que l’on distribuait aux gens dans la rue. Après, ils pouvaient les rechanter eux-mêmes (…). Certains peuvent penser que je suis un chanteur rétrograde. En fait, j’essaye de rester dans la lignée des chanteurs traditionnels.

Le seul passage de l’interview sur le travail musical de Brassens n’interviendra qu’à la fin :

R&F : Vous n’avez pas eu envie d’ajouter d’autres instruments à vos accompagnements habituels ?

G.Brassens : Non, je pense qu’avec ma guitare et une contrebasse, mettons une deuxième guitare pour les disques, c’est bien suffisant comme ça. Pour moi, la musique n’est qu’un support à mes textes ; s’il y a davantage d’instruments, cela gênerait la bonne compréhension des paroles…

Nous sommes en 1973. Brassens décèdera le 29 octobre 1981. Immortel Brassens.

4 Responses to BiBi retrouve Georges Brassens dans son grenier.

  1. Robert Spire dit :

    Brassens dans Rock&Folk, il était trés populaire à cette époque là. En 73 j’avais 16 ans et tous ses disques, au lycée nous connaissions tous ses chansons par coeur. La plupart des gens intéressant que je connais , même les plus jeunes, sont capables de fredonner ses textes en entier…Le crétinisme du showbiz n’a pas tous recouvert.
    Robert Spire

  2. BiBi dit :

    @Robert Spire
    Évidemment que non : le crétinisme du ShowBizz n’a pas TOUT recouvert malgré son quadrillage médiatique. Les Brassens d’aujourd’hui sont là, même s’ils ont moins d’accès possibles aux oreilles du plus grand nombre.

  3. nanou dit :

    En 1973 je devenais maman », nous avons élevé, eduqué notre fils au travers des chansons de Ferrat, Brassens, Férré, aujourd’hui, il y a des jolies plumes, j’aime bien un certain Cyril Mofaiesh, son album « du rouge et des passions » est très « férréien…………

  4. BiBi dit :

    @nanou
    Belle chance pour le fiston que d’avoir eu comme tontons Jacques, Léo et Georges.
    C’est vrai qu’aujourd’hui, chanteuses et chanteurs sont là, souvent méconnus. Les meilleur(e)s d’entre eux savent combien ils doivent à l’héritage de ces tontons et tatas (Tata Barbara entre autres).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *