Lecture de Paris-Match du 13 janvier (Part.2)

BiBi, un peu moins enthousiaste qu’à l’ouverture du numéro, finit sa corvée de lecture de . Après les trois hommes (Guillon-Sollers-Valls), l’hebdo cancane sur trois femmes : , et .

Farah Pahlavi.

Paris-Match pleure sur le destin de Farah Dibah qui a perdu son second fils. Par contre, l’hebdo ne pipera mot sur les souffrances passées des Iraniens, de ce temps pas si lointain où le Shah avait aux ordres une police qui torturait, pendait, emprisonnait, coupait les mains et les têtes à tout va.

Farah a quand-même beaucoup de chance dans son malheur d’exilée : «A 72 ans, elle réside principalement à Paris, rive gauche, où elle bénéficie d’une discrète surveillance policière [ah bon ? Qui paye ?]. Elle y mène une existence assez mondaine [dégustons le «assez»], est reçue à l’Elysée par Chouchou, côtoie les Chirac, les Giscard, les et se rend parfois à des premières, toujours élégante». BiBi se demande si, en partant d’Iran, elle a pensé à faire comme Leila Ben Ali : partir avec une tonne et demie d’or dans son sac à main. Bien entendu, vous avez  la réponse : c’était beaucoup, beaucoup plus.

Marion Cotillard continue de piaffer.


Toujours dans le même numéro de Paris-Match, on s’étend sur Marion Cotillard et  : «Marion a quitté son appartement pour se rapprocher de lui [touchant !] dans le Marais [ah, quand-même !]. Mais ils n’habitent pas ensemble [Moderne le couple !]. Ils jouent aux 4 coins sur une jolie place autour d’un jardin [ils y jouent avec l’infantile Philippe Sollers ?], elle dans un deux-pièces sous les combles [comme elle doit avoir froid l’hiver – ou trop chaud l’été, la pôvrette]. Lui, dans un duplex un peu plus vaste».

Qui aura un clap de fin pour dire à Marion que Piaf, c’est fini ?

Danièle Thompson.


Tournons la page de ce si riche numéro : au (propriété de Pinault simple François), Danièle Thompson, décorée récemment par l’ami Sarkozy, fait répéter dans «L’amour, la Mort, les Fringues». Paris-Match rapporte une réplique de la pièce ce jour-là :

«Évidemment, maintenant, il y a le Botox… parce que là aussi… quelle misère ! Alors opter pour un visage tendu comme une peau de yack sur un tambourin au-dessus d’un corps plissé, franchement, où est l’intérêt ?».

Conseil à Danièle : si Carla et Arielle (Dombasle) sont invitées à votre Première, retirez la réplique.

6 Responses to Lecture de Paris-Match du 13 janvier (Part.2)

  1. areuh dit :

    enfin !!! heureusement il existe de vrais journalistes qui écrivent ces si enrichissants articles.

    A propos, qui sont ces nombreux lecteurs enrichis ? Parce que ça marche, chez mon libraire tout un pan du commerce est envahi de revues où le rose fluo domine ??

  2. BiBi dit :

    Riche numéro que celui de Paris-Match, riche… en conneries, bien sûr.
    Mais ça valait le coup pour BiBi d’aller y jeter un œil (voir les deux) car Arnaud Lagardère, le boss, c’est quand même le frère de Chouchou et Chouchou, lui, il sera là pour la Guerre 2012.

  3. Shahpour dit :

    Réponse indignée d’un exilé perse francophile
    contre la DESINFORMATION TERRORISTOPHILIQUE

    Détrompez-vous, cher « Bibi » qui êtes si étonnamment insensible à la peine inimaginable et insondable d’une mère, fût-elle Impératrice, meurtrie dans la chair de sa chair, qui a tragiquement perdu en exil son auguste mari, pour voir, en moins de dix ans, DEUX de ses quatre enfants se donner la mort, douleur extrême que nul être humain digne de ce nom ne devrait souhaiter même à son pire ennemi, sous peine de passer à raison pour un monstre d’inhumanité!

    Comment se fait-il que vous, Français sans attache en Iran et probablement bobo-gauche caviar & donneur de leçon, soyez infiniment plus haineux que les mollahs et les islamistes ne l’ont jamais été à l’égard du Shah et de l’ère antérévolutionnaire monarchique?
    D’où vous vient cette haine inextinguible et irrationnelle pour le bienfaiteur de l’Iran, le Shah, Roi francophile, féministe et moderniste, qui, en protégeant l’Iran du terrorisme (islamiste et marxiste) et de la guerre, a aussi protégé la région et le monde de ces fléaux totalitaires et mortels?

    Pour votre gouverne, les Iraniens considèrent la funeste Révolution islamique comme une abominable erreur et regrettent l’époque du Shah, âge d’or de prospérité, de gloire et de grandeur.
    Daignez vous souvenir que seuls les TERRORISTES islamistes ou marxistes poseurs de bombes ou assassins ont eu éventuellement à pâtir de la Savak, le service de contre-espionnage et de contre-terrorisme de l’ancien régime monarchique qui protégeait le peuple des projets meurtriers et liberticides de ces Barbares totalitaires (islamistes et marxisto-polpotiens) qui, depuis 1979 qu’ils sont, avec l’aide de Giscard et Carter, parvenus au pouvoir, eux et CONTRAIREMENT au régime laïcisant du Shah, lapident, coupent les mains et les pieds (amputations croisées islamiques), torturent systématiquement et d’atroce et dégradante manière, exécutent et tuent sans vergogne (même à l’étranger comme le laïciste anti-khomeyniste Bakhtiar égorgé en France) tout patriote et tout innocent réfractaire au totalitarisme de la République islamique que je ne vous entends pas critiquer malgré sa BARBARIE extrême…

    Bref, au mieux, vous confondriez « dictature » éclairée (Shah) et BARBARIE obscurantiste (Khomeyni), et, au pire, vous seriez du même bois que les mollahs avec un cœur de pierre.

    Shahpour, exilé perse, 78 ans, Paris, FRANCE

  4. BiBi dit :

    Cher Monsieur @Shahpour,

    Si je vous réponds, ce n’est évidemment pas pour vous convaincre.

    En ce qui concerne la douleur d’une mère qui a perdu ses deux enfants, vous devriez demander à Monsieur Arnaud Lagardère pour quelle raison il étale sur quatre pages ce drame et cette douleur maternelle qui devraient rester de l’ordre du privé, non ?

    Vous n’avez pas tout à fait remarqué que pour ma part je ne dis rien sur ce drame, ne faisant que pointer l’obscénité de Paris-Match qui veut justement vendre ses numéros sur la douleur de votre Bienfaitrice.

    Les attaches que j’ai pour l’Iran sont ses poètes perses, ses cinéastes et sa grande histoire. Il est curieux que – sans me connaitre – vous m’affubliez de qualificatifs qui me font rire (bobo-caviar) et moins rire du tout (vous semblez confondre haine avec regard politique).

    Dans le cadre de mon blog, je n’aurais pas assez de place pour parler des exactions de l’odieuse Politique du Shah et de ses nombreuses « opérations ». J’ai sous la main des coupures de journaux et des articles du « bon vieux temps » (que vous semblez regretter) en si grand nombre que cela vous surprendrait. J’ai en effet un grand goût pour l’archivage.

    Que vous considériez l’époque du Shah comme un « âge d’or de prospérité, de gloire et de grandeur », (Ah ! qu’elles étaient belles les Fêtes de Persépolis où « Paris-Match » était invité !) libre à vous. Libre à moi de penser tout à fait le contraire.

    Enfin, je doute que vous ayez saisi l’ironie de l’Histoire au moment précis où une autre Dame de Pouvoir a quitté son pays. Pour ma part, je ne serais pas surpris de voir Madame BenAli et ses lingots d’or en lieu et place de Madame Farah Pahlavi, rive gauche, à Paris dans quelques années. Pas même étonné qu’elle menât la même existence mondaine auprès de – pourquoi pas – Carla Bruni ou de Bernadette Chirac.
    Oui, je sais : il faut bien que les lingots d’or servent à quelques chose, non ?

  5. Shahpour dit :

    En défense de Sa Majesté le Shah
    Réponse à l’Histoire

    Au risque de devoir encore vous contredire, je me dois de vous dire qu’il est tout à fait normal et naturel que les grands hebdomadaires français « people », dont « Paris Match » (et accessoirement Gala pour être complet), mais aussi le très distingué « Point de Vue » (avec un très beau dossier spécial de onze pages publié le même jour que Paris-Match), qui ont fait connaître pendant un demi-siècle aux Français les bonheurs (avant 79) et les malheurs (après 79) de la famille royale d’Iran connue pour sa grande francophilie et d’une Impératrice au grand cœur qui a tant œuvré à l’émancipation des femmes iraniennes et au bien-être des déshérités, continuent d’INFORMER ceux qui, nombreux en France parmi vos compatriotes et contrairement à vous, éprouvent encore, malgré le poids persistant d’une désinformation insidieusement entretenue, une légitime et justifiée sympathie pour cette grande dynastie si ignominieusement calomniée par certains journaux dont vous dites faire collection, mais dont les mensonges ne résisteraient guère à un simple examen critique auquel je vous exhorte.

    A cet égard, comment un esprit aussi critique et aiguisé que le vôtre ne s’est-il point encore rendu compte qu’une très grande partie, sinon la quasi totalité, de ce qui a été écrit (et continue de l’être, vae victis !) contre le Shah était grossièrement mensonger et souvent grotesque jusqu’à l’absurde?

    Par ailleurs, je suis fort aise de lire que vous vous sentiez des attaches avec l’Iran à travers « ses poètes perses, ses cinéastes et sa grande histoire », mais alors comment expliquer un tel rejet de votre part vis-à-vis du Shah et de la dynastie Pahlavi, celle qui a magnifié, plus que toute autre, la Civilisation et l’Histoire plurimillénaire de l’Iran, qui, ai-je besoin de le préciser, se confond tout entière avec la Royauté depuis l’aube des Temps jusqu’à la funeste Révolution islamique de 1979?

    Qui que vous soyez, fussiez-vous ancien journaliste ou historien ou je ne sais quoi d’autre, et quelle que soit votre fort louable et méritoire inclination littéraire et/ou historique pour la Perse, auriez-vous sérieusement la prétention de connaître l’Iran, son histoire plurimillénaire ancienne, son actualité contemporaine ou récente, infiniment mieux que l’Iranien quasi octogénaire que je suis, au point de croire pouvoir me donner des leçons d’histoire sur ce que fut – et est – mon propre pays à l’histoire contemporaine de laquelle j’ai activement participé et contribué ; vous qui, même de bonne foi, n’en avez eu tout au plus qu’un écho lointain et, à l’évidence, outrageusement déformé, par presse interposée ou faux témoignages d’opposants rompus à l’art du mensonge et de la manipulation politiques?

    J’avoue ne pas pouvoir toujours cerner, au premier abord, et à la lumière de quelques écrits lapidaires et présomptueusement sentencieux, les personnes qui s’expriment aussi durement à l’égard d’une famille royale (perse) qui a tant œuvré pour son peuple et sa patrie, mais je prend acte du fait que vous ne vous reconnaissiez dans aucune des catégories génériques de vilipendeurs du Shah que j’ai citées, vous l’aurez compris, de manière paradigmatique et non en tant qu’attaque ad hominem ou ad feminem (car figurez-vous que j’ignore même si vous êtes un homme ou une femme, « Bibi », votre pseudo, étant en persan un prénom féminin), ce qui laisse en suspens les raisons de votre inimitié et hostilité à l’égard du Shah et de ce que je considère comme étant une profonde insensibilité au malheur d’une mère, fût-elle impératrice de surcroît exilée, que vous avez l’indécence et l’inhumanité d’accabler au comble de son malheur et de son immense douleur et de la pire manière, en choisissant ce moment de grande détresse humaine pour reprendre notamment quelques-unes des accusations mensongères et infondées que les révolutionnaires iraniens et leurs complices et partisans occidentaux ont déversées dans la presse française et internationale connivente au moment du renversement de la monarchie par le sanguinaire et obscurantiste ayatollah Khomeyni, naguère applaudie et porté aux nues par toute la classe médiatico-politique française et occidentale hystériquement antishah.

    Enfin de grâce, cessez de comparer ce qui ne se peut comparer ! Comparer l’épouse affairiste d’un président arabe démis avec une très grande impératrice, réputée humaniste et totalement désintéressée, est aussi absurde que de comparer Madame Castro, l’épouse de Fidel, à la reine Elisabeth, qui, soit dit en passant, est de très loin l’une des femmes les plus riches du monde, sans que cela semble soulever la moindre polémique ni susciter quelque controverse que ce soit.

    Quant à « l’âge d’or » des Pahlavi, il ne s’agit non point d’une appréciation personnelle, mais bel et bien du jugement objectif de la plupart des Iraniens de l’intérieur de l’Iran, qui ont très tôt déchanté d’une funeste Révolution antimonarchique d’une rare barbarie dont ils sont devenus les otages et les victimes, et c’est aussi l’opinion d’une majorité de la diaspora iranienne, à l’exclusion certes d’une poignée d’irréductibles détracteurs ultra-minoritaires, mais très actifs, en quête d’autolégitimation et d’autojustification, non repentants d’avoir soutenu l’ayatollah Khomeyni contre le Shah et d’avoir jeté les bases d’un des plus noirs totalitarismes de l’Histoire.

    PS :
    Sachez toutefois que je reste à votre disposition pour, documents à l’appui -cf. les articles de presse que vous avez archivez), débattre hors blog (via mail si vous le souhaitez) sur le sujet.
    Je suis en particulier toujours, par principe, et au nom de la vérité historique, très intéressé par toutes archives du genre de celle, fussent-elle hostiles, que vous citez, car j’estime qu’il est temps de faire la part des choses et de faire le départ du vrai du faux, tant qu’il existe encore des témoins vivants des événements dont la presse a pu se faire l’écho.

    L’histoire récente de l’Occident, confronté au terrorisme d’extrême gauche (exemple : années de plomb), et maintenant au terrorisme contemporain d’inspiration majoritairement islamiste, montre que même les pays qui se targuent d’être des modèles de démocraties ont pu gravement transgresser les règles les plus élémentaires de droit … au nom de la lutte antiterroriste, occasionnant parfois de très graves bavures mortelles, y compris sur le sol européen (cf. la mort tragique de Jean-Charles de Menezes au Royaume-Uni abattu froidement à bout portant, et à tort, par la police britannique sur une simple présomption fondée sur une vague ressemblance physique avec un présumé terroriste).
    Au regard de ces gravissimes exactions policières européennes et occidentales, et de bien d’autres encore bien pire au regard du droit et des conventions internationales (prisons secrètes de la CIA en pleine Europe où sont séquestrés, de manière totalement arbitraire, des personnes sur simple soupçon, avec la complicité active des Etats hôtes), le vrai bilan de la très efficace lutte antiterroriste menée sous le Shah en Iran par la Savak (service de contre-espionnage et de contre-terrorisme diffamé en Occident par les traîtres et les terroristes, i.e. par les premiers visés) est étonnamment positif et au coût humain très faible, si l’on accepte de passer outre la propagande, pour connaître les vrais chiffres, qui sont infiniment inférieurs à ce qu’avaient grotesquement allégué les terroristes et leurs partisans et sympathisants, dont les propos mensongers ont longtemps été pris pour argent comptant en Europe, particulièrement en France, pays « laïc » où l’ayatollah ultra-théocrate Khomeyni fut accueilli et soutenu avec le plus d’enthousiasme et où, a contrario, le Shah a été, et continue d’être, le plus outrageusement diffamé, bien plus que les mollahs eux-mêmes ne l’ont jamais fait !

    Shahpour, exilé perse, 78 ans, Paris, France

  6. BiBi dit :

    Pourquoi mettez-vous des guillemets sur les magazines «people » (Paris-Match, Gala et Points de Vue) pour les considérer dans la phrase qui suit comme autant de revues d’INFORMATION ??

    Je crois que – pour reprendre un slogan connu – nous n’avons pas les mêmes valeurs.

    BiBi ne confond pas le Shah et sa Savak (service de contre-espionnage et de contre-terrorisme ?) avec les belles valeurs de ses poètes (Hafiz) ou encore la grande Beauté des films de Kiarostami. Comment vous croire lorsque vous affirmez péremptoirement que cette horrible Savak avait un bilan «étonnamment positif et au coût humain très faible» ?

    Votre grand âge, votre expérience auprès de votre Princesse, la prestance, le faste et les souffrances actuelles de celle-ci ne m’impressionnent pas. Il est particulièrement déplacé de les poser comme arguments lorsqu’on se souvient en parallèle des arrestations, des emprisonnements d’iraniens lors de la dictature du Shah et à ses appuis américains (CIA en tête), de la férocité de sa police politique pendant que se déroulaient les obscènes représentations fastueuses de Persépolis (où était invité le gratin français et les pires hommes politiques).

    Vous voulez passer pour minoritaire dans un Océan de contre-vérités. Je tends à croire que c’est BiBi qui l’est (d’ailleurs il ne s’en plaint pas car il est plutôt lucide sur l’état du Monde et de ses rapports de force). Paris-Match tire à 700.000 exemplaires chaque semaine (idem pour Gala). BiBi, lui, en est à 400 lecteurs par jour.

    Sachez enfin que le Blog à BiBi ne deviendra pas une plate-forme de propagande pour le Shah et que BiBi n’est pas là pour devenir votre os à ronger. Aussi – après vos deux très longues interventions (acceptées) – je clos ici tout autre commentaire de votre part.
    Et de grâce, ne criez pas à la Censure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *