Le « Nouveau » costard d’Eric Besson.

                 Le LooK Besson

Il y a quelques années en arrière, on avait assisté à une Opération «Nouveaux Philosophes » pour recycler les vieilleries théoriques. Livres, séminaires, premières de «l’Express », couvertures du «Nouvel Obs », appui du «Monde », promotions à «Apostrophes » étaient mis sur le marché pour perpétuer, justifier et consolider l’Ordre social menacé par les Bolcheviks. C’était le chef de file , le philosophe en chemise et col blanc, qui en avait été le Maître d’œuvre.
Ce dimanche, en page 6 du , on voit , cheveux coupés court, col roulé noir sur veste beige clair, pantalon noir, mains dans les poches et jambes croisées. En modèle de haute couture, il est adossé à un mur, près d’une vieille fenêtre aux volets striés. La Nouveauté, c’est lui. Il reprend le flambeau pour tenter de faire du « neuf » avec du vieux. Le bonhomme très stylé assure qu’il n’a pas changé. Et le croit.
En retraçant son parcours, on voit que le séduisant playboy a toujours fait ses preuves ailleurs que dans les créneaux du populo. A 25 ans, le bonhomme stylé était responsable de la zone export Afrique et Chine à la Société Renault. A 27 ans, il devient rédacteur en chef du Magazine Challenges puis s’assoit dans le fauteuil de la vice-présidence de la Société HRM avant de rejoindre la Compagnie Générale des Eaux qui deviendra Fondation en 1996. Finalement, lorsque la Gauche le qualifie de «traitre », BiBi s’offusque. BiBi pense que les guillemets seraient plus appropriés pour encadrer le mot «Gauche ».
Eric Besson ne se fait pas le défenseur d’une énième philosophie mais il participe de la Nouvelle Opération idéologique, du glissement sémantique qui a été rendu obligatoire par les dégâts terribles et incontestables occasionnés aujourd’hui par le Capitalisme Financier. Eric Besson est en effet à l’initiative du concept de « ». Ce n’est pas rien une formule naissante dans la Guerre économique d’aujourd’hui. Les plus grands affrontements sur la scène politique, les plus grands chocs d’intérêts sont toujours aussi des « querelles de mots». Là où d’autres disserteraient sur la responsabilité énorme des acteurs économiques et des responsables politiques de droite comme de «gauche» (Souvenons-nous de Jospin et de ses torpilles contre les nationalisations) dans la crise, voilà qu’on nous ressert du Beaujolais « nouveau » dans nos verres.
Au Sommet international sur le «Nouveau Capitalisme» organisé par notre camarade de «Gauche » Eric, qui retrouve t-on ?  A cette Rencontre internationale, on retrouvera jeudi et vendredi prochains les grands Penseurs d’aujourd’hui qui ont toujours défendu l’Ordre du Monde d’hier. Citons quelques-uns de ces participants qui offrent leur caution à cette Réunion publicitaire : Michel Rocard, Tony Blair, ce très cher et discret , directeur général de l’OMC et toujours socialiste. «Prestigieux parterre » écrit le journaliste du JDD. Les Left-Bloggeurs crieront-ils « Aux Traitres ! » pour les derniers nommés ? Pour BiBi, ces derniers nommés ne sont pas des traitres (avec ou sans guillemets). Ces séduisants personnages ont toujours voulu nous faire croire qu’une piquette était un grand cru et – ce n’est pas nouveau – ils ont toujours revêtu le tablier blanc tout neuf et mis le couvert pour les Grands Chefs.

PS : sur fait sa rentrée avec l’ami Lamy (ce mercredi 7 janvier). Il parait que la radio publique a cessé toute publicité. Apparemment pas pour en faire sur ce Sommet sur le « Nouveau Capitalisme« … BiBi recommande pour se changer les idées le livre incontournable de et d’ chez Gallimard « Le Nouvel Esprit du Capitalisme« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *