Nicolas Sarkozy : câlins et accolades.

On n’a guère examiné en détail ce qui, hors de France, fait rire les populations à propos de . Ce n’est ni sa petite taille ni ses talonnettes, ni son sourire de composition, ni ses mimiques de chien mangé par les puces. Non. Le Spectacle qui ravit les populations à l’étranger se trouve dans la façon qu’a Chouchou de serrer son interlocuteur (trice) dans ses bras. C’est que notre Président est un inconditionnel des câlins (hugs).

Des étreintes publicitaires.

Bien sûr, il hésitera à embrasser Michèle qui a une taille de basketteuse pro mais il cherchera l’accolade (l’abraço) avec Lula ou Moubarak de même taille que lui.

Ces familiarités ne manquent pas dans ses rendez-vous. C’est que toucher l’autre dans une rencontre officielle comporte des avantages de com’ : ça fait amical et plus populo, ça gomme la distance et masque les différends (surtout quand il y en a).

Agrémentant la rencontre d’accolades enfiévrées, de sourires très travaillés et de brèves caresses, Chouchou offre alors l’image d’un Président en accord avec son hôte. Le message publicitaire est double : «moi, Chouchou, je suis en accord avec le peuple que je viens voir et surtout, je viens vous voir en Représentant aimable, aimant, aimé du  Peuple français unanime».

Le hug sinon rien.

Le hug qui met en contact rapproché les deux corps nie toute distance. La parole n’est pas parole partagée ou échangée; elle est parole banale ou borborygme. Souvenons-nous que Chouchou ne pipe pas un seul mot d’anglais, ni un seul d’allemand. Le sourire forcé, le hug convulsif, le maugréement, seuls, le sauvent du désarroi et du désastre lorsque notre homme est en représentation à l’étranger.

n’en peut plus.

Étreintes prolongées, paume de main posée sur son épaule, tape amicale dans le dos, cheek contre cheek : tout cela devint insupportable à Angela Merkel. La Chancelière allemande – qui est Protestante – protesta. Via son Ambassadeur en France, elle fit passer un petit mot à l’Elysée, se plaignant de ces marques de «sympathie» trop cavalières. C’est que dans la supposée (1) approche d’Angela, la réserve, la distance entre individus, l’ostentation physique des «sentiments » ne seraient pas de mise. Quand on est fan de Johnny et fêtard du Fouquet’s, on est évidemment loin des Concertos guindés brandebourgeois et de la distinction froide des Allemands.

Un au rabais.

La difficulté – malgré des cours répétés de maintien et de remise en forme – c’est que Chouchou offre au Monde l’inverse de ce qu’il veut donner à voir. Son hug est instantanément repéré comme nerveux, empreint de fébrilité et bien peu gracieux. C’est dans les secondes magiques de ce paradoxe que la Planète éclate alors de rire et qu’elle applaudit notre Chouchou – ersatz d’un Louis de Funès au rabais. Il porte ainsi au plus haut le prestige national, doublant un prototype d’exception : celui du légendaire «Gendarme» français.

______________________________________________________

(1) Angela nous la joue femme sérieuse et très posée. Pourtant, BiBi n’a pas manqué de relever son décolleté superbe et excentrique lors de l’inauguration de l’Opéra d’Oslo en 2008. Voir aussi article-BiBi d’août 2009.

Source : « Le Matin » du 2 août 2010.

8 Responses to Nicolas Sarkozy : câlins et accolades.

  1. b.mode dit :

    Bien vu ! mais si lui prend réellement des cours de maintien, il y a un hic ! Soit son prof est un branquignol, soit lui est un cancre… Rayez la mention inutile…

  2. toff de aix dit :

    on en fait toujours des tonnes quand on n’est pas sûr de soi. Quand on se sent diminué, complexé,inférieur et qu’on aimerait être adulé, aimé, grandi. Pauvre petite chose (merci Bibi pour cette tranche de bonheur matinale!)

  3. Annie dit :

    moi ça me dégoûte ces embrassades hypocrites, déjà je supporte difficilement des gens que j’ai jamais vu qui me saute dans les bras j’ai tendance un faire un saut en arrière, alors en plus si c’était par exemple le pen qui se penchait ainsi vers moi, soit quelqu’un qui me dégoût idéologiquement beurk de quoi vomir

  4. BiBi dit :

    @Annie
    Tout ce que vous dites est si juste que BiBi a envie de… vous serrer dans ses bras ! 🙂

  5. captainhaka dit :

    Bien vu l’instantané du HUG sarkozien et finement analysé.

    Sinon aurais-tu une analyse sur le fait que systématiquement sur le perron de l’Élysée quand il accueille un invité de marque, il lève la tête et montre le ciel avec son index ?

  6. Tony dit :

    La météo…. Il parle de météo.

  7. Anonyme dit :

    Pauvre France, un président comme Sarkozy pour ne pas dire vulgaire et pour terminer la cerise sur le gâteau sa dame Carla.
    De quoi faire tourner de Gaulle dans sa tombe.

  8. Tony dit :

    Bibi, je ne suis pas l’auteur du post Anonyme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *