Les petits métiers new yorkais.

les-petits-metiers-de-ny.jpg

A NYC, on vit de petits métiers et les 35 heures sont une plaisanterie. A , on voit des va-nu-pieds cirer les pompes de ces Messieurs et des portoricains vendre des tee-shirts Obama de leur crû. BiBi apostrophe un dont le travail consiste à balader les chiens de propriétaires qui n’ont guère le temps de les promener. Ja promène ce jour-là quatre chiens de deux proprios différents. Il m’explique qu’à chaque sortie d’une heure et demie environ, il touche 10 dollars par balade et par chien. Il a cinq courses à faire ce jeudi et à chaque fois, il a deux ou trois chiens sous sa responsabilité. C’est son métier et tout cela, dit-il à BiBi, est net d’impôt. Parfois, il a des pourboires conséquents. Seul inconvénient : il doit faire gaffe de ne pas être dans la m… (des chiens). : Ja dit encore que ce n.est pas une vie de chien, pas non plus un métier de m…

Autres petits métiers :
Guide sur l’emplacement des Twin Towers. Ils vous alpaguent avec un petit livret édité par leurs soins. Ils vous expliquent les avions, leurs directions, la direction du vent, les heures de la catastrophe, le nombre de victimes etc. Un bon job car les guides ont réponse à (presque) tout. En tous les cas, cet évènement reste un traumatisme pour l’ensemble des new-yorkais, sauf peut-être pour les financiers qui ont lancé les travaux avec un World Trade III, un joli parc fleuri et… un Musée qui retracera les évènements. Future rude concurrence pour nos guides improvisés. A , on n’oublie jamais qu’il faut ruser, inventer, jouer la démerde pour survivre.

Photographe free lance : ils viennent aux vernissages et aux soirées-branchées, ils sont toujours présents dans les «events». Ils se débrouillent pour trouver des invitations et ils photographient à tout va : les œuvres, les artistes roucoulant devant, flashent les amis et les petites amies. Ensuite, ils laissent leurs cartes et ils vendent à prix forts ou faibles leurs clichés. Tout cela gonfle les «books» des Artistes et sont des preuves de reconnaissance. L’un d’entre eux est venu de . BiBi le branche Musique et parle du groupe , longuement écouté adolescent. Le photographe parla aussi de , le hard-rocker moins apprécié, surtout en redécouvrant certaines de ses paroles : «Pour vous montrer comme je suis radical, je veux que les voleurs de voitures meurent, je veux que les violeurs meurent, je veux que les cambrioleurs meurent, je veux que les maltraiteurs d’enfants meurent, je veux que les méchants meurent. Pas de procès. Pas de libération sur parole. Pas de libération pour bonne conduite. Je les veux morts. Procurez vous un flingue et quand ils vous attaquent, tirez leur dessus». Bouuuuhhh !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *