Tag Archives: Yann Moix

INSTANTANES PRESIDENTIELLES 2017.

Beaucoup d’entre vous le pensent et ils ont raison : nous traversons une période inédite faite d’espoirs, de colères, d’élans rageurs, d’interrogations, d’hésitations et/ou de grande confiance. Au cours de ces jours post-premier-tour, j’en ai entendu des choses : des vertes paroles et des pas mûres, des insultes, des gentillesses assassines et des conversations meurtrières qui vous secouent…

Mais le fil rouge basique demeure inchangé : indécrottable anti-libéral, je reste. Pour ce qui touche au match contre la fasciste, inutile de préciser aux Réveillés-de-la-Dernière-Heure, de redire à ces Plus-anti-fascistes-que-nous-il-n’y-aurait-pas-eu-avant, qu’ils n’ont pas le monopole du cœur combattant les Chemises Brunes.

Retour, donc, sur le tintamarre des derniers jours de cette campagne des Présidentielles. 

*

Et si on parlait des intellectuels ?

En a t-on causé de l’intellectuel ! Souvent classé à «gauche»! présenté inexplicablement au service des Dominés, on le dit encore «sans attache, sans racines». Son travail est de classer en permanence les personnes (l’intellectuel médiatique et le «petit intellectuel de cour» ne font que ça). Par contre, ce qu’il ne supporte pas c’est qu’on lui cause des conditions sociales et historiques dans lesquelles il est né, dans lesquelles il baigne et dans lesquelles il travaille. Le voilà qui se met très très en colère lorsque, s’attribuant une fonction libératrice (souvent «de manière purement usurpée»), on la lui conteste, lui rappelant que, pour exercer cette fonction, il vaut mieux connaître et dominer quelque peu ce qui le détermine.

A savoir : se savoir classé, savoir d’où il parle et d’où il écrit, savoir à peu près où il se situe dans les classements. Préalable incontournable (mais qu’il dénie souvent) pour analyser la société et ses transformations.

*

Pour le meilleur (Godard, Truffaut, Eluard, Flaubert) et pour le pire…

Livres (2)

En parcourant la Presse, Bibi a fait son Marché d’Infos. Des infos qu’on passe sous silence pour les trois premières présentées ici. Pour le reste, BiBi s’attardera sur ceux qui peuplent son arrière-boutique en permanence : Godard, Truffaut question Cinoche, Eluard, Flaubert tous deux nés en décembre.

Jeanne d’Arc, Richard Millet et le Président Sarkozy (1).

Il y a quelques années, BiBi était tombé sur les écrits de Richard Millet, écrivain. «Le sentiment de la Langue» contenait de courtes incises sur son rapport à la langue française. Le livre – pas dépourvu d’originalité – sombrait parfois dans les pires parti-pris : haine des discours minoritaires (page 120 tome 1), incapacité nietzschéenne à rire de sa propre œuvre (page 124), dézingage de Michaux, de Le Clézio, d’Echenoz, fascination pour le Risible, la Mélancolie, le «Rien» etc. La semaine dernière, Richard MILLET, invité du Point, y a écrit un long article, détaillant sa promenade avec Nicolas Sarkozy, le jour de la Célébration de Jeanne d’Arc. Evidemment, BiBi ne pouvait manquer une si belle occasion de les suivre pas à pas. 

Quand « Le Monde » sert la soupe à « l’autre Sarkozy »…

Ceux qui suivent BiBi savent combien il est attentif à la stratégie de Conquête des Intellectuels de la part de notre Président. En vue de la Guerre 2012, Chouchou a choisi d’opérer tous azimuts : on l’avait vu, ridicule, nous faire part de sa Cinéphilie (Ordet de Carl Dreyer remplaçant Camping 2 dans son Panthéon – voir article-BiBi ), le voilà qui réitère ses invitations à déjeuner.

Ce samedi, par la plume de Raphaëlle Bacqué, le Monde veut nous