Tag: Cohn-Bendit

Un matin comme tous les autres.

Oui, un matin comme tous les autres. Yeux dans le brouillard. Ciel coloré exceptionnel. Voilà mon début de matinée sur les Ondes (Europe 1, France Culture) et sur l’écran Twitter. Comme tous les autres ? Non, car il y eut un délicieux débat (France Culture !) entre Henri Maler, calme, offensif, incisif et Laurent Joffrin, pauvre chien de garde de la Niche Drahi.

Un matin comme tous les autres ? Oui et non : où l’on apprenait que la fachosphère avait inventé les viols et les agressions de Migrants à Francfort et Cologne.

Et comme tout finit par des chansons pas comme toutes les autres. Ce sera Etienne Daho.

*

Avoir le sens du détail.

deux-details

Un certain Docteur viennois – dénommé Freud Sigmund – donna une grande importance aux tous petits détails. Ainsi dans le travail du rêve et de sa logique, il repéra l’importance du déplacement. Freud s’attacha donc aux détails du contenu manifeste en vue de les associer aux pensées latentes importantes (ce qui lui donnait alors l’essentiel du sens latent).

Le génial Robert Walser le disait plus simplement dans ce merveilleux conseil condensé en trois mots :

«Explorer l’anodin».

*

Réponse au Troisième Tour.

Tirer des conclusions ? Mettre son grain de sel dans l’analyse des résultats des Régionales ? BiBi n’a pas grand-chose à en dire.

BiBi est bien incapable de s’extirper des banalités entendues et réentendues : Victoire de la Gauche – pas forcément celle de ses désirs – , défaite – un pied à terre – pour l’UMP etc. Oui, l’UMP est en recul, sérieusement en recul mais il est difficile de voir derrière ces visages de ministres (a)battus la préfiguration d’une Victoire 2012. La Droite va se réorganiser et il est possible qu’on assiste dans l’année qui vienne à sa reconstruction. Hypothèse-BiBi : une alliance Sarkozy-De Villepin viendra au devant de la scène (pas une réconciliation des personnages mais une collusion stratégique des deux partis).

Cohn-Bendit déraille sur le Tour.

Daniel Cohn-Bendit dans le JDD ( page Sport)

Dans le dernier JDD, les propos du leader d’Europe-Ecologie sont d’une naïveté consternante. Le voilà qui nous parle de sa passion sportive, de son grand intérêt pour le Tour de France en criant sans honte «Bravo Lance Armstrong !» Voyons sa démonstration : «Amstrong était-il drogué à son apogée ? s’interroge t-il, l’air jovial. Oui mais les autres aussi. Donc le plus fort c’était lui». Naïveté renversante et inquiétante pour une analyse et une conclusion de leader politique ! Faut-il rappeler combien cette explication qui met sur la même ligne de départ tous les coureurs face au Dopage est d’une sottise incroyable ? Faut-il rappeler encore une fois que les équipes, les coureurs ne sont pas à égalité devant le Dopage ? Hé oui, il le faut.

En effet, il y a inégalité à tous les niveaux : inégalité devant la «Médecine», inégalité devant l’argent et inégalité dans les investissements pour la «Recherche». Ne triomphent que les grandes équipes financées par les grands groupes financiers aux plus grands budgets. Les réseaux de dope sont facilement accessibles aux équipes les plus puissantes : laboratoires de pointe qui dament le pion aux labos officiels, recrutements opérés pour les meilleurs médecins, embauche de la crème des chercheurs payés à prix d’or, réseaux hyper organisés et filières extrêmement sophistiquées etc. Aucune égalité donc à supposer entre les équipes, entre les coureurs. Les produits les plus performants sont strictement l’apanage des équipes les plus solides, produits qui ont déjà envahi le marché et qui ne sont repérés et décelés que bien plus tard (voir la dernière EPO), que bien trop tard (après la remise des Trophées, des gains et de la notoriété).
Aussi on peut s’étonner que Daniel Cohn-Bendit, autorisé à causer politique (sportive), puisse proférer de si consternantes contrevérités.

(Dé)gommer Mai 68.

Qu’elle est jolie la couverture noir et blanc de Télérama ! Cohn-Bendit  regard clair veste à chevrons dévisageant ironiquement un CRS. Mais le plus amusant c’est la «légende»… : « Oubliez Mai 68 ! »

Lorsqu’on s’attarde à la page 15, BiBi  jette le même regard ironique sur ce cher Daniel. Pour ce dernier, rien ne l’énerverait plus que «d’être enfermé dans un cadre». BiBi, toujours en alerte maximale,  reconnaît là tout l’art subtil de l’Intelligentsia française toujours prompte à classer les gens, à  les réduire à ci et à ça, à les ignorer aussi mais toujours ô combien rétive à être elle-même classée, à être elle-même analysée. BiBi s’amuse encore plus lorsque le journaliste confirme que l’Image de 68 colle toujours à la peau de notre Invité du jour.