Monthly Archives: juillet 2019

Immortel Joao Gilberto.

Je ne sais comment j’ai découvert Joao Gilberto. Peut-être dans mes années d’enfance, via ma mère.  Je l’entends encore dire combien elle adorait cette chanson « Garota de Ipanema ». Une chanson que bien plus tard, elle retrouvera, plongée dans Alzheimer, doigts légèrement remuants sur le bois du lit de sa chambre, à l’écoute de la même voix inimitable de Joao Gilberto.

C’est plus probablement au cours de l’année 1973 que je devins accro de cette voix inégalée à l’écoute (et à maintes ré-écoutes) de ce magnifique album blanc. Pas d’explication sur le trouble qui me prenait. Dès les premiers chuchotements, grain de voix lancinant, phrasé mouillé inimitable, timbre au tempo inédit, si parfaitement distinct de tout ce que j’entendais alors, Joao Gilberto me subjugua. L’admiration fut instantanée, sans retenue devant ce couplage renversant : une voix et la langue «brésilienne».

Du jamais vu lorsque j’avais débarqué à Amsterdam au Musée Van Gogh dans les mêmes années. Du jamais lu avec le tome XII des Œuvres d’Antonin Artaud. Du jamais vu encore à la découverte plus récente des films d’Abbas Kiarostami. Du jamais entendu avec « E Preciso Perdoar » « Eu vim Da Bahia » ou encore « Aguas de Março« . En ces années là, dans mon Panthéon d’adolescent, il y avait le fascinant Jim Morrison déjà enterré au Père-Lachaise, les premiers albums de Léonard Cohen (autre médaillé d’or) et voilà que tranquillement, Joao Gilberto s’installait sur mon banc sans plus jamais le quitter.

Une tête de turc. Il arrivait sur scène sans trop se préoccuper de son public. Les applaudissements à son entrée en scène l’agaçaient. Il grattait les premières notes sur sa guitare et commençait à chanter, quasiment dos au public, encore moins fort qu’à l’habitude. Des murmures à peine audibles qui obligeaient le public au plus grand silence. Ainsi voulait-il et obtenait-il le recueillement maximal de son public.

Un borderline qui ne vivait que dans son art à parfaire, avec des exigences de tyran lorsqu’en tournée, il s’agaçait de l’inconfort de sa chambre d’hôtel ou de bien peu incommodants bruits de la rue.

Unique Joao Gilberto. Musicalement, parfaitement entouré. Le 18 et 19 mars 1963, il est à New York pour l’enregistrement de ce LP qui –avec Stan Getz – allait le propulser au sommet. Ce disque jazzy – avec en traduction américaine et en voix, sa première femme, Astrud Gilberto « The Girl From Ipanema» sera single de l’année 1965 – fut récompensé aux Grammys (titre de l’album de cette même année). Décisive rencontre avec Stan Getz. C’est avec lui qu’il allait connaître une gloire internationale.

JOAO GILBERTO : « Être en paix est une belle façon d’être. Comprendre et être compris en est une autre. Je trouve la paix lorsque je suis dans une relation de vérité avec une autre personne. Stan est une personne que je comprends et qui me comprend bien que nous ne parlions pas la même langue. Même si nous ne pouvons échanger un mot, l’amour que nous portons à la musique est suffisant pour que nous soyons devenus amis.

Nos échanges, principalement avec l’aide de nos femmes respectives [Astrud Gilbert et Monica Getz] sont parfois amusants. Je fais de mon mieux pour parler anglais et Stan fait appel à toutes ses connaissances en langues latines. Quand il me donne son avis, je m’exclame souvent : « Wow, c’est exactement ce que j’étais en train de dire… ». Cela arrivait si souvent qu’une nuit je me suis dit : « Je ferais mieux de dire mon désaccord une fois ou deux car je vais passer pour un imbécile ».

Comme Léonard Cohen, Joao Gilberto connut des déboires en fin de vie. Déboires financiers : il dut vendre 60% des droits de ses premiers albums pour survivre. Déboires familiaux : sa troisième femme, Claudia Faissol, annula ses tournées et obligea le chanteur à rembourser. Sa fille Bebel Gilberto (dont la mère était Miucha, sœur de Chico Buarque) obtint de le mettre sous tutelle. Reclus, vivant le plus souvent en pyjama, il dut changer de quartier à Rio, passant ses dernières années dans un logement mis généreusement à disposition par Paula Lavigne, épouse de Caetano Veloso. Une fin qui rappelle celle de son autre ami, Antonio Carlos Jobim, mort sans le sou.

Tristeza. Saudade.

Fernando PESSOA.
L’ALBUM BLANC.

Chikirou à BFMTV. Questions.

Via les réseaux sociaux, j’ai donc appris que Sophia Chikirou, proche de Jean-Luc Mélenchon, avait signé un « contrat »( les guillemets s’imposent puisque « non salariée »- paraît-il) avec BFMTV la chaine de la Honte (c’est ma dénomination-BiBi). Avant elle, il y avait eu récemment l’embauche de Raquel Garrido chez ce brigand-plagiaire-monarchiste Thierry Ardisson (ça, c’est un triple rappel BiBi). Cette arrivée surprenante sur la chaine Bolloré m’avait laissé complètement indifférent. Je n’avais aucun avis sur cette entrée, entrée que je mettais sur le compte des raisons et choix personnels de Raquel Garrido. Elle avouait d’ailleurs qu’elle s’était mise en marge des Insoumis pour remplir son nouveau rôle de chroniqueuse. OK, il faut bien que tout le monde vive.

Voilà donc une seconde arrivée. Cette fois-ci, elle concerne Sophia Chikirou, proche de Jean-Luc Mélenchon, étiquetée sans me tromper d’Insoumise. Sur ce bis-repetita, je décidais de donner mon opinion agacée sur Twitter. Avec cette deuxième fois, il ne s’agissait plus (uniquement) de choix personnel mais aussi d’un choix politique qui engage sympathisants FI (dont je suis) et militants. En préambule, je viens avertir : je n’ai rien contre les femmes (hormis Christine Lagarde/Boutin et leurs consoeurs, je les aime beaucoup).

Je n’ai aussi rien non plus contre les qualités personnelles de Raquel Garrido (qu’on me pardonne j’ai eu quand-même bcp de mal avec «Salut LesTerriens») et contre celles de Sophia Chikirou. Mis à part une intervention politique avec Ruth Elkrief, je ne la « connais » pas beaucoup non plus. Je rajoute que sur l’affaire qui a agité Le MediaTV, je n’ai pas d’avis : c’est un ni-ni, ni pour, ni contre, ne m’interessant ni aux tenants ni aux aboutissants de ce foutu mais toujours interessant bazar (1)

Ce bibillet, je l’écris plutôt pour poser des questions sur ces deux engagements. Ces premières, d’importance tactique : « Qu’est-ce que la France Insoumise a à gagner avec cette entrée» ? «Pourquoi, en ce moment précis où les luttes de toutes parts s’exacerbent, ces deux Medias ont éprouvé le besoin d’engager deux Insoumises» ?

Je rappelle ici que les deux Boss sont : Drahi et Bolloré. Donc, je me demande – par exemple – si Sophia Chikirou, apprenant que Drahi est partie prenante plein pied dans l’Affaire des PanamaPapers, pourra attaquer son Boss au nom de la liberté d’information ? Quand on voit la hargne que Drahi a mis pour couper court aux insinuations (voir mon billet), quand on a entendu les menaces qu’il a proférées pour obtenir le silence, j’ai des doutes que Sophia Chikirou puisse continuer de tenir son poste. Un peu comme si – rêvons un peu – Yann Barthes s’attaquait aux affaires africaines de Bouygues.

Pourquoi BFMTV a engagé Sophia Chikirou ? Plusieurs-hypothèses BiBi : Sans aucun doute, pour l’aura de… la Chaine. Pour que cette TV-Obscénités se dégage des étiquettes infamantes de suppôts du Pouvoir Macroniste. Pour redorer son blason. Pour se payer un bon vernis de chaine pluraliste. Pour se pavaner et se poser – via Chikirou – en étendard d’ouverture à tous les courants.

A tous ? N’y a t-il pas quelque chose qui vous chagrine là-dedans ? Il n’y a pas de chroniqueurs (euses) RN. Premier reflexe : ouf ! Ah, bon : ouf ? Regardons ça de plus près. Le RN va reprendre sa place d’opposant Medias n°1. Exclus, mis en hors-jeu Media, il va rajouter FI au duo En Marche-LR, s’attribuant la si belle place qu’on le lui aura laissée, celle de victime, d’exclue, la place de hors-système. Jolis bénéfices quand on sait qu’une grande majorité de Français ne font pas confiance aux Médias, qu’ils détestent cette Doxa qui envahit les écrans. Sur Twitter, mon Tweet-posé sur ce problème n’a pas encore reçu de réponses. :-((

Enfin, que la FI ne vienne passe plaindre du peu de temps d’antenne accordé aux autres intervenants FI (hormis je suppose Clémentine Autain)! On sait d’avance ce qui lui sera répondu : «Mais enfin, vous exagérez, cessez de gémir, vous avez Chikirou».

D’autres choses pour le mauvais esprit que j’ai (2). J’ai noté que plus on crevait la dalle avec frigos de moins en moins fournis, plus les émissions TV comptent de chroniques culinaires, de championnats autour de la bouffe. Hé bien, plus les luttes sont des combats de guerre avec blessés, mutilés, gazés et plus il ya de chroniqueurs FI acceptés régulièrement. Je veux bien qu’on hausse les épaules mais qu’on m’explique.

Va t-on dans les rangs insoumis s’extasier sur ces 12 minutes de combat de catch avec Alain Duhamel pour s’interdire désormais de voir en BFMTV la chaine de l’Obscénité (qu’elle est et restera – Chikirou ou non).

Est-il si sot que de mettre en correspondance la désertification militante pour ces Européennes et cet engagement TV ? Ne veut-on pas compenser cette perte militante par la présence télévisuelle et ainsi remplir les manques réels sur le terrain ? Si c’est cela, alors on va au devant de plus grandes désillusions encore. Je suis assez vieux pour me souvenir du PCF, gargarisé par les superbes audiences de Georges Marchais, starisé TV, roi de l’audimat, triomphant à 22% et finissant aujourd’hui avec L’Humanité licenciant et 2% aux Européennes.

Je dois encore répondre à «bof ce ne sont que douze minutes par semaine». Ici on oublie le côté symbolique, sa résonnance politique. Voilà qui pèse beaucoup plus que le Réel des 12 minutes hebdomadaires.

Deux billets en arrière, je parlais de cette «distance», de cette gêne mise entre le militant et le Citoyen lors des dernières Européennes :

Et à ce constat personnel, une petite reflexion se rajoute, me revenant en mémoire – est-ce si curieux que ça ?— ce jour même où il est question d’approuver l’arrivée d’une Insoumise derrière nos… écrans. Oui, «écran». «Faire écran» alors qu’on veut faire…. passer nos idées.

Post-Scriptum : j’ai écrit tout ceci à vif. Mais il faudrait reprendre les grandes questions d’ensemble. Les Medias (la TV) et leurs puissances (souvent surévaluées). Les résultats du Référendum 2005 avec 95% des Medias pour le traité. Le dispositif audio-visuel des débats. La place des Animateurs/trices etc. Et lire, relire, pour nous aider, les interventions indispensables d’Acrimed.

__________________________________________________________________

(1) Juste content de voir arriver Denis Robert comme chef de Rédaction. Même avec des désaccords sur certains points.

(2) Rappel : je suis sympathisant FI, je le reste. J’ai toujours voté pour le LAEC. Alors, écartons d’emblée les faux débats.