Yearly Archives: 2019

Deux livres à ne pas manquer.

Hasard objectif ? Je ne sais. Toujours est-il que je suis allé commander ces deux livres récents, à peine parus, chez mon librairie. Le premier, non publié par une Maison d’édition française, intitulé « Operation Macron » d’Eric Stemmellen (« Place Publique » en Belgique) et le second, celui de l’historienne Annie Lacroix-Riz sur la « Non-épuration » (Armand Colin) qui montre – entre autres choses – à quel point l’appareil d’Etat pétainiste (Justice, Police) et le personnel économique (grandes entreprises collaborannistes) ont perduré après 1945.

Sur ce double achat, je n’avais pas du tout eu conscience que l’un pouvait s’expliquer par l’autre et qu’il y avait, entre les deux, des liens ténus et des correspondances. Ainsi vont la pensée au travail : je tombe dans une sidération première puis je commence très confusément à pressentir que tout se tient. Ensuite, mettant alors un peu de cœur à l’ouvrage (ici aux deux), je perçois de plus en plus précisément les ramifications historiques qui vont de la Seconde Guerre à l’époque Macron. J’en arrive alors à voir se lever en moi un peu de lumière sur le monde qui nous modèle, qui nous entoure et nous étouffe. Oui, dans le cours de ma double lecture, tout à coup quelque chose s’ouvre parce que mis en lumière. Fiat Lux. Ondes merveilleuses de la Connaissance qui vivifient notre présence (combative) au Monde.

En contrefeu, je n’insisterai jamais assez à quel point mon esprit s’enkyste, s’anesthésie, perméable – à mon esprit et corps défendants – devant ce qui est, devant ce qui arrive. Je parle du déferlement de cette propagande, de ce pilonnage quotidien de la classe dominante et de ses supports mediatiques.

Cette fabrication du Réel est comme une énorme vague incessante, quasi-impitoyable sauf que, comme souvent, ce qui me «sauve» c’est justement de tomber sur ces précieux éclairages livresques. La lecture de ces deux ouvrages (le second est en cours) est à la fois impitoyable (pour mes idées reçues) et bienfaisants (pour ma réflexion présente). N’étant pas nouveau venu dans la compréhension de l’histoire de l’ascension de Macron (1) ni dans celle de la seconde guerre mondiale (2), j’ai toujours les yeux étonnés (voire effarés) devant ce que j’ai partiellement oublié et qui me revient alors heureusement aux rappels de ce qui est en surface de ces pages.

PAGES : celles particulièrement d’« Opération Macron » ou je découvre de vieux noms connus (importance cruciale de Jean-Pierre Jouyet, de la Kommandantur Drahi-Niel-Arnault-Bouygues-Dassault-Bolloré) mais aussi des noms de ces hommes et femmes de l’ombre indispensables pour péréniser l’Ordre économique voulu par le MEDEF, son personnel politique et les «associations» très influentes à son service.

Citons ces hommes et femmes. Citons-les pour qu’on les situe et qu’on les grave dans nos têtes lorsqu’on les croisera en radio, en TV, dans la Presse : Serge Weinberg (Accor, Sanofi, p.18), Maurice Lévy (Publicis, p .21), Claude Bébéar, Henry Hermand, Bertrand Collomb (Lafarge), Jean-Pisani-Ferry (CERC, p.33), Etienne Gernelle (p.41), Denis Pingaud (p.43), Laurence Boone, Anne Descamps, Gilles Finchelstein, Ismaël Emilien, (p.64), Olivier Mongin, Thierry Pech, Eric Le Boucher (p.65), Florence Parly (p.68), Patrice Caine (p.82), Michel Combes (p.101), Pierre-Antoine Capton (Mediawan/C dans l’Air, p.126), Christian Dargnat, François Sureau, Gabriel Gaultier et Adrien Taquet (Agence « Jésus et Gabriel p.133), Catherine Barbaroux (p.136), Peter Thiel (Pay Pal, p.139), Edouard Tétreau (p.159), Jean-Marie Girier (Mairie de Lyon, p.161), Pierre Hellbronn et Ariane Amson (p.161), Olivier Pécoux (p.163), François Logerot ( Commision des Comptes de campagne, p.171), Rosine Lapresle (Medef, p.146) et Robert Leblanc (Medef, p.173), Clara Gaymard (p.183) et Renaud Dutreil (p.183), Christian Déséglise (HSBC, p.183), Jean Riachi (BanqueFFA, p.194), Emmanuel Bonne (Ambassadeur Liban, p.192), Didier Casas (Bouygues Telecom, p. 198).

Et gravons aussi les noms de ces Organismes qui ont soutenu Macron jusqu’au délire religieux et « laïque » :  la Fondation des Bernardins, l’Institut Aspen France, Cercle Turgot (p.97), Liegey Muller Pons (Agence de com, p.157).

*

Dans le livre d’Annie Lacroix-Riz, on voit les hypothèses de ses livres précédents à nouveau fondées. Et de la plus belle de ses manières habituelles (via les sources allemandes et françaises incontournables). Sources policières qui montrent une nouvelle fois que la Résistance ne fut pas une force d’appoint aux Américains arrivant en France le 6 juin 1944, ne fut pas un « bonus » au débarquement mais qu’elle a eu un caractère militaire décisif. Avec sa composition essentielle, celle des FTP sur laquelle l’historiographie officielle fait aujourd’hui l’impasse totale ou outrageusement partielle.

*

La non-épuration concerna les milieux de la Magistrature, milieux qui gardèrent les mêmes têtes que celles qui avaient officiées sous Pétain. Une magistrature qui usa principalement de désaisissements et de fausses exclusions pour étouffer les affaires et les saloperies des Collaborateurs, zélés protecteurs de Vichy. Bien entendu, ce fut une période (1943-1950) où l’on fit croire que tout allait changer pour que tout demeure, période qui s’alimenta de ré-écriture de l’Histoire. Cette dernière se prolonge plus que jamais aujourd’hui. Elle se traduit par un Macron continuant de célébrer Pétain, par une Ministre de la Culture, Mme Nyssen, poussant à la glorification de Maurras (oubliant qu’il fut antisémite). Ces réhabilitations scandaleuses se nourrissent des nombreux pseudo-documentaires télévisuels, des fictions doucereuses autour de ces années, du bla bla bla des Historiens dominants (d’Olivier Dard à M.Wiewiorka) voulant nous faire avaler le concept introuvable dans les archives d’une résistance à Vichy (Les « Vichysto-résistants« ) et nous faire croire lamentablement à l’appui de la Gauche à la Collaboration (oubliant qu’il s’agissait d’une gauche qui s’appelait SFIO, CGT réformiste d’alors, d’inflitrés syndicaux payés dès 1930 par le grand patronat et non du PCF interdit).

*

Les liens et les correspondances entre les deux époques traitées par ces deux livres m’ont frappés :

  1. où l’on voit les rapprochements bien avant la fin de la guerre entre Vichy et les Américains (qui haïssaient De Gaulle), liens qui perdurent plus que jamais entre l’Amérique de Trump et de Macron. Rappelons qu’un des seuls «diplômes» de Macron fut celui qui lui fut remis par la French American Foundation dès 2012 comme «Young Leader».
  2. où l’on entend Nicole Belloubet parler de « MES PROCUREURS » et où l’on se rappelle ceci (p.212 de l' »Opération Macron »), à propos de celui qui trône au plus haut poste du Parquet d’aujourd’hui : François Molins.

Nous sommes bien en concordance avec ces années 20 et 30, comme le souligne… Macron. Nous sommes en régime autoritaire jamais vu depuis 1945, régime où l’on juge et l’on envoie en prison un homme de 22 ans qui avait volé un fromage de chèvre (cinq à huit mois demandés) pendant que les affaires de Sarkozy et Balladur sont quasi-entérrées ou pas même amorcée (comme celle sur le pédophile Epstein qui résidait pourtant en France). Ajoutons-y les attaques macronistes (judiciaires) contre le Magistrat d’Anticor (ce mercredi 18 sept), les implications prouvées de Richard Ferrand, de François De Rugy, d’Alexandre Benalla dans chacune de ces trois affaires. Soulignons encore que ces trois scandales restent – pour les chiens de garde du Pouvoir – des affaires inventées par les méchants gilets jaunes et par les vilains Rouges qui auraient gardé depuis Octobre 1917, un couteau entre les dents.

*

(1) J’ai déjà lu, les reprenant et m’y référant souvent le « Crépuscule » de Juan Branco, le livre de Marc Endeweld, celui de Denis Robert et Catherine Legall, celui de Mathias Reymond et suis aussi assidu aux articles d’Acrimed, aux entretiens et aux billets d’Alain Accardo.

(2) Je recommande les livres sur la période 30 à 1945 d’Annie Lacroix-Riz, une historienne insultée, honnie, censurée, interdite de colloque et d’invitations de toutes sortes par les Medias dominants, traitée de « complotiste » et de « stalinienne ». En complément, rendez-vous sur ces deux derniers récents entretiens éclairants, l’un au Media TV et l’autre au QLibre.

La brutalité des images : Brigitte Macron.

Les images nous regardent. Elles sont faites pour ça : pour nous fasciner, pour nous envoûter. Les principales lignes de force de l’Opération Brigitte Macron sont idéologiques avec ce but essentiel : nous imposer Brigitte où que tu sois. Que tu le veuilles ou non. Du Brigitte. Du Brigitte Macron.

Remarquons que derrière l’objectif, le photographe a disparu. Il est sans nom (innomable). Pas question de vision, de regard singulier. C’est une Machine qu’il y a derrière l’appareil-photo. Cette Machine a un nom : appelons-la « Machine Mimi Marchand ».

LE PAPARAZZI DE MIMI MARCHAND.

Le paparazzi de son Equipe est là pour disparaître comme Sujet, pour effacer toute distance entre Brigitte et ses futurs lecteurs-voyeurs. Il ne se risque pas à se mettre en jeu dans son acte photographique. Pour lui, pas d’émotions, pas d’expérience intérieure. Tout est fait pour nier le travail, les conditions de vues, l’Hotel où il a couché, le lieu où il aurait planqué (mais la planque n’a plus lieu d’être puisque toutes ces photos sont choisies, sélectionnées en accord avec la première dame).

Les photos commandées que le paparazzi Mimi Marchand prend de Brigitte ne sont pas faites pour durer (dans le temps), pour s’afficher en Musée, pour bouleverser. Le paparazzi doit rester ce petit régulateur anonyme de l’énorme Machine Mimi, il doit produire de belles images, en faire des totalités harmonieuses, en faire des modèles réduits d’un monde sans fissures, sans lézardes. Il fait très attention à ce que ne surgissent pas à ses côtés ces sortes de Citoyens curieux qui pourraient demander « Mais que faites-vous ici ? Qui vous a autorisé ? Qui vous emploie ? Qui vous paye ? etc ». Sur le terrain, il faut donc écarter cet Autre qui – à égalité – entrerait dans un dialogue. L’Autre doit rester à sa place de figurant, de futur lecteur-voyeur, acheteur muet, spectateur soumis, figé, sous contrôle. 

NE PAS OUBLIER LA FEMME.

Qui se souvient d’une seule photo de Carla Bruni (mannequin ou femme de Sarkozy pourtant mitraillée) ? Les photos doivent rester des balises dans le Grand Parc d’Attraction, des Numéros fabuleux dans le Cirque Mediatique avec LA figure de proue : Brigitte Macron en Madame Loyale. Brigitte Macron en Femme de Président certes (ça, tout le monde le sait) mais surtout en Femme (ça tout le monde doit le savoir et ce, sur tous les fronts).

SUR TOUS LES FRONTS.

Madame Macron est donc chez les handicapés, pas seulement présente auprès de trisomiques mais aussi chez tous les autres (sourds, muets, déficients visuels entourés d’accompagnateurs et responsables comblés).

Pré(c)vision d’importance : on évitera stratégiquement les aides-soignantes en grève, les hospitaliers en Urgence. Là, il y aurait du flou sur la photo, des déclics imprévus et non-souhaités.

BRUTALITE

Elle ne naît pas du motif, du personnage central qu’est Brigitte Macron. Avant de tenter de savoir d’où vient cette brutalité, il nous faut constater – même si on est Macroniste – qu’UNE photo-Brigitte devrait nous combler, nous satisfaire ABSOLUMENT mais ça ne se fait pas. Brigitte Macron n’est pas une icône, une Vierge Marie trônant dans toutes les Eglises de France. L’Equipe Mimi Marchand le sait : une image ne peut être hors-temps. Hélas, oui, toute image est dans le temps, dans le temps du Réel, dans le temps du Contradictoire, dans le temps du Politique. Aussi perdure l’éternel soupçon que l’image est fabriquée et que, derrière tout ça, les Services de Propagande manipulent le Citoyen. Pour gommer ce grave inconvénient, il faut donc saturer l’espace visuel, il faut nous en mettre plein la vue afin que nous devenions aveugles devant ce qui s’impose malgré et contre tout : le hors-champ de la photo.

LA SERIE. LA RAFALE. LA MITRAILLE.

Une photo de Brigitte Macron ne suffira pas. Ses paparazzi travaillent donc dans la Série. Une photo chasse l’autre, une photo égale toutes les autres. Il y faut la série, il y faut la Rafale, il y faut des séries sans discontinuité jusqu’en 2022. Donc mitrailler à qui mieux-mieux. But de l’Opération centrale, décisive : que les photos-Brigitte ne nous quittent jamais… Pour, évidemment, qu’on n’aille pas regarder ailleurs. Dans le Politique.

Tout le monde est sur le pont. Cette dernière semaine, la Machine Photo Mimi Marchand a fonctionné à plein régime avec, pour soutenir la photo, une prolifération de légendes, un Storytelling sur mesure (Unes de quotidiens-Drahi, hebdos-Lagardère JDD, Paris Match, Gala / Gloser, les Echos et le Parisien-Arnault. J’ai trouvé cette merveille de légende, une Brigitte Macron qualifiée de « flamboyante ». Qui le dit, qui l’écrit ? Télé-Loisirs !

Le commentaire est de Télé-Loisirs !

Brigitte Macron est en voyage à Espelette. Brigitte est sur la plage biarrote. Brigitte est avec ses amies femmes (la femme de Trump). Mais attention, elle n’est pas du tout Yvonne De Gaulle. Elle est même beaucoup mieux que Carla Bruni ou Valérie Trierweiler qui tente d’exister en remerciement (ici son tweet du Secours Populaire pour qu’on ne l’oublie pas).

Brigitte est plus que toutes celles-là. Elle est d’une dimension que nulle autre n’a atteint. Voyez la légende de cette Une de Closer.

Elle recadre Sarkozy. Elle veille à la déco. Elle assume…

Alors on a cerné d’où vient cette BRUTALITE. Elle réside dans cette prolifération d’images, elle vient de cette surface brillante des images. Il n’est jamais de photos ratées dans l’Exposition-Brigitte. Jamais de bougé, de mouvement perdu et signifiant. Jamais de rides dans les portraits photoshopés, jamais de perte, jamais d’épuisement, de fatigue.

Cette BRUTALITE nait de tous ces rendez-vous unanimement réussis avec le Réel. Ce forçage photographique continu de paraître naturelle, bien mise, bien habillée, bien coiffée, bien chaussée est la brutalité même. Jamais de lever du matin à sept heures. Jamais de reprise du souffle. Jamais d’efforts mais toujours en « travail », en travail de représentation.

LA LUXATION (luxure) DU BRAS.

Et quand, hasard, Brigitte Macron glisse sur le pont d’un yacht et se fait une luxation du bras, la BRUTALITE est encore décuplée. Sa luxation est présentée dans un écrin soigné, dans une gouttière à la couleur étudiée. BRUTALITE qui renvoie à ces blessures irréparables que son homme de Président a niées le soir même sur France 2. Blessures de ces Citoyen(ne)s paré(e)s de jaune qui ne guériront jamais au contraire du bras de Brigitte Macron qui, lui, redeviendra vite, très vite, très très vite fonctionnel. Avec clichés et radiographies à l’appui ?

Petits détails sur le Grand Monde.

La Propagande bat son plein. Elle vient se ficher dans les moindres détails, portée par les grands Experts qui envahissent les Chaînes de la Honte et de l’évasion fiscale comme par certains Twittos qui jouent aux… grands Experts. Au sommaire de mon billet, vous trouverez Jeffrey Epstein, Christophe Lambert, les Decodeurs et Face FaceBook, l’inénarrable Eric Woerth et l’animateur Arthur, baptisé Crétin de la Semaine.

*

Hier, un twitto est venu faire sa leçon d’économie sur mon compte défendant le «capitalisme» «structurellement intelligent et intelligible» . Mais devant ces inégalités et ces brutalités engendrées par ce mode de production qu’il lui est impossible de masquer, il souhaitait – «si correction, il y a» écrivait-il piteusement – être «dans le contrôle de son développement». Enième pensée libérale, de Sarkozy à Hollande, de Hollande à Macron que de professer une «régulation» du Système sans remettre en cause sa logique générale, « régulation » qui est devenu l’hymne newlook des marchés, vaine demande à ce que ces derniers… s’humanisent.

Rien de bien nouveau dans cette propagande qui réclame – pour nous empêcher de revêtir le gilet jaune et de descendre dans la rue – un capitalisme «encadré», une économie de marché «bien tempérée».

Dans cette pensée unique, il y a quelques infimes variations : les plus malins de ces « experts » se la jouent rebelle dans leur logorrhée, allant jusqu’à «demander des comptes» aux méchants et malveillants Capitalistes. Mais, bien entendu, pas question de changer de système. Me reviennent en mémoire les dernières Unes de Libération qui s’en prenaient à Macron mais qui ont bien veillé à le faire gagner en 2017. Demander des comptes qu’ils disent ! Mais qui demandera des comptes à Laurent Joffrin et à sa Rédaction, inamovibles larbins de Drahi ? Qui ? Ben, répondons : les quelques bibis qui traînent par ici à ma lecture. Avouons dans un soupir que cela n’a guère de chances de faire du bruit.

*

EPSTEIN ET L’ÎLE DE LA PEDOPHILIE

Pendant qu’ils s’enrichissent de la misère du Monde, les Milliardaires activent les réseaux façon Epstein. Ils n’ont guère de scrupules à violenter des mineures dans les caves, à leur faire passer des gamelles pour les nourrir, à les trimballer de Miami à Paris XVIème. Ainsi, ce témoignage de l’acteur Christophe Lambert . Lorsque le journaliste lui demande s’il n’est pas « un peu parano » lorsqu’il parle de ces réseaux de pédophiles, il répond : « Non, pas du tout ! Les exemples ­affluent : c’est comme quand on trouve des filles dans des caves à qui on file des gamelles comme à des chiens, qu’on bat, qu’on drogue ; ou la petite qu’on vend aux enchères sur le dark Web, et des sites comme Silk Road où on peut trou­ver tout ce qu’on veut et qu’on met souvent des années à fermer  ! »

Le libéralisme, ce nouvel Esprit du Capitalisme, a toujours un tour dans son sac pour euphémiser les problèmes, pour dévoyer toute question, les amenant sur les voies de garage, laissant ainsi leur très vilain trafic se poursuivre sur les bons rails.

Parmi ces Chefs de gare qui font la circulation des Idées, on va très rapidement trouver des «moralisateurs». Ainsi ces analysants du Réseau Epstein dirigent les lecteurs-clients vers la personnalisation à outrance (et à elle seule). Ils réduisent cette part du Marché libéral à une question de personnes. Ils citent Jean-Luc Brunel de l’Agence Karin, grand manitou de ces horreurs,  ils s’attardent sur « le grand appétit d’Epstein », sur la méchante sorcière, copine de Trump, Ghislaine Maxwell etc. etc.

*

Ce matin, Le Monde de Xavier Niel titre sur les manigances de FaceBook avec ce joli titre : « FaceBook admet avoir écouté certaines conversations d’usagers ». Mais ce qui est oublié (caché) c’est que ce même Monde, quotidien de référence (ou révérence – au choix) oublie (cache) que l’officine privée de Mark Zuckerberg alimente en dollars les @decodeurs du… même Monde. Nous voilà au 220ème jour de l’année et sur la question préhistorique posée à ces mêmes Décodeurs (« Quel est le montant de votre soumission à FaceBook ? ») ces derniers restent toujours muets. Omerta : ben, oui, je n’ai pas trouvé d’autre mot.

*

ERIC WOERTH

Le massif mensonge photographique d’Eric Woerth sur son escalade de l’aiguille d’Argentière a fait rire à juste titre la planète Twitter. Mais il faut rappeler qu’Eric Woerth n’est pas qu’un alpiniste (« chevronné » dit-il) : il est celui qui, avec Eric de Sérigny (gendre du magnat canadien feu Paul Desmarais) mit en place le plan de l’introduction de Florence, épouse d’Eric, auprès de Liliane Bettencourt (qui pour simple rappel gagnait« 590.000 euros par heure, même pendant son sommeil… » ). Ce même Eric Woerth passa ses années 2006-2007 à voyager dans le monde entier afin de récolter des fonds pour la campagne de Sarkozy. Avec beaucoup de réunions et d’invités pour son « Premier Cercle » : au Crowne Plaza de Genève et dans les bons restaurants de la Rivera lémanique. Au Caviar House, Route de Prébois, par exemple où notre brave Eric dégustait les « canapés de saumon mariné » (aussi class que les homards derugiens) pendant que les richissimes supporters de Sarkozy signaient les chèques.

*

LA NOVLANGUE MACRONISTE SE PERFECTIONNE

1. Ainsi les Enfoiré(e)s d’En Marche parlent d’ÂGE D’EQUILIBRE dès qu’il s’agit de parler des retraites et de les justifier pour les 64 ou 65 ans.

2. Ces mêmes Macronistes invités sur les Chaines de la Honte (LCI, FranceInfo, CNEWS ou sur cette BFMTV, première chaîne d’evasion fiscale), ne discutent plus, n’échangent plus avec leurs adversaires. Avec le mot « HAINE », ils ont tout résolu. Plus besoin d’entrer dans un débat, de ciseler une argumentation. Il leur suffit de se positionner en victime injustement haïe et de seriner, de ahanner, de gémir en psalmodiant « Haine, haine, haine » pour toute réponse à chaque question posée.

*

ARTHUR, le Crétin de la Semaine

« Je fais du divertissement TF1 en lien avec l’actu, comme les Gilets Jaunes qui ont agressé les policiers, les pompiers victimes du feu ou Notre Dame ». A la rescousse, ce sombre crétin a « en plus une cellule de veille qui scanne tout ce qui se passe dans le monde ». (Appréciez ce « en plus » qui est nécessaire pour seconder son arriération mentale et politique !). Allez, je ne vais pas tourner autour de la table ronde pour ce Chevalier macroniste. Je reprendrais ici mon tweet en réponse :

MOTEL BLUES.

*

*

Petit point de résistance. Ibis – Batignolles.

Dans le plus grand hôtel Ibis de France (Hotel Batignolles à Paris) depuis le 17 juillet, 28 femmes de chambre sont en grève et protestent contre leurs conditions de travail.

L’argent des écrans publicitaires de BFMTV et de la radio RMC transite du fonds offshore APEF 3 à Jersey aux Pays-Bas siège de NextRadio, la société créée par Alain Weill pour finir dans les coffres luxembourgeois de Patrick Drahi.

Dans les salons de cet hôtel Ibis précité, les postes de télévision sont ouverts sur BFMTV.

Faire du lien, donner résonnance aux correspondances. Dimension politique embryonnaire.

La Télé ne nous révèle jamais l’état du Monde même si, la Terre tourne sur elle-même dans le visuel d’ouverture du 20 heures. La télévision nous révèle la manière dont on interprète et dont on présente l’état du monde. Manière lamentable, écoeurante, révoltante. A mille lieues des combats et des protestations des 28 femmes de chambres de l’Ibis des Batignolles.

Café du Jour.

Au Café du Jour, tout était clair. Aux rayons du soleil brûlant la peau, Pierrot a lâché : « Aujourd’hui, c’est solaire » pour dire qu’il allait faire chaud. J’ai rajouté en marmonnant « Solaire, solitaire, solidaire ». Pierrot a trouvé ça joli, il a payé sa tournée. Du Soleil, vous dis-je.

Last Tweet.

Avant d’entrer dans la nuit où se mélangent une peur diffuse et une confiance inébranlable, je pose mon dernier tweet de la journée. Très souvent, c’est une pirouette, peut-être une politesse du désespoir. Dans l’insomnie qui pointe, tout se mêle. Flaubert parlait des temps en journée de la marinade. Mais la nuit tombe, l’écran bleuté s’éteint. En bordure du sommeil les pensées prodigieuses, les minutes heureuses (Baudelaire), viennent nous surprendre. Emerge alors la substance même de notre vie, advient ce qui détermine notre destin. Le dire, l’écrire ? Guère possible. On remet donc à plus tard.

*

Virginia et Thomas.

Je pense à ma sœur, à Virginia Woolf, à sa tension dans son Journal. Soeur qui a su se passer de ses censeurs et qui s’en est tenue à sa philosophie de l’anonymat : « Je ne serais pas grande ou célèbre. Je continuerai à être aventureuse, à changer, à suivre mon esprit et mes yeux, refusant d’être étiquetée et stéréotypée. L’affaire est de se libérer soi-même : trouver ses vraies dimensions, ne pas se laisser gêner ».

Je pense aussi à cet autre diable : frère Thomas Bernhard honoré d’un Prix Littéraire, frère qu’on présente à la Confrérie des Littérateurs. Il s’avance devant l’officiel qui doit lui remettre le prix. Il écrira sur ce moment : « Une morgue véritablement indescrpitible se dégageait du visage fondamentalement stupide, insensible et béotien du Ministre de la Culture lorsqu’il me présenta à l’auditoire ».

J’ai peur.

En cherchant dans mon grenier, je trouve sept feuillets retenus par un trombone. C’est une nouvelle qui date de plus de vingt années, écrite à la va-vite pour un concours de nouvelles policières. Ce qui me fait peur, c’est que je suis persuadé n’avoir jamais écrit ce texte. Et pourtant, oui, pas de doute, c’est mon écriture, ce sont mes combinaisons de personnages, mon intrigue. J’ai peur subitement de ces vingt années passées en rafale. J’ai peur de trop comprendre cette incise de Georges Haldas : « Pas besoin de malheur pour être malheureux. Il suffit que le temps passe ».

Déçu par l’Humanité.

Nous avons tous croisé ceux qui se déclarent « déçus par l’Humanité », qui choisissent le retrait calculé, qui en restent au plongeoir des trois mètres au lieu de sauter, qui visent le banc pour touriste fatigué après le premier kilomètre de marche. Nous avons tous croisé ce déçu par l’Humanité puisque nous avons été l’un d’eux.

« Déçu par l’Humanité » ? Une bien absurde position. On n’a pas à être déçu de l’Humain puisque c’est de s’être fait soi-même des illusions sur les Hommes qu’il faudrait personnellement s’interroger. Faire retour sur cette croyance à l’intelligence de l’Homme, à sa marche en avant. Grotesques que nous sommes. Fort heureusement, il y a ce rire empreint de méchanceté et de grâce (c’est selon) que l’on pose sur nous-mêmes et sur nos aberrantes (et nécessaires ?) illusions. Saluons donc ce rire qui nous sauve et qui va redoubler, perdurer, en nous faisant à nouveau croire aux miracles des Humains.

Scandales : en rester là ?

Une belle semaine. On a eu nos instants de jouissance avec la démission de François de Rugy – pourquoi pas ? Les ingrédients du homard et les Château d’Yqem remplissant les verres de cristal ont bien occupé nos derniers jours. Avec  notre dose de scandales de la dernière semaine, chacun a été bien servi et chacun de crier avec joie extrême (BiBi y compris) : « Qu’est-ce qu’ils prennent avec ces révélations ! ».

Avec De Rugy, Mediapart a réussi un joli coup. Bravo à eux. Que cela ne surprenne pas ceux et celles qui me suivent, je répète « Bravo à Mediapart». Je continuerai pourtant à me décaler de leurs travaux d’investigation même si je les juge profitables et nécessaires. Mais mon avis sur l’Officine de Plenel n’a pas changé. Extrait-bibi mars 2015.

Tentons d’analyser ce qui s’est passé avec Mediapart et De Rugy. Constat évident : le Mediapart de PLenel a trouvé aujourd’hui un poids suffisamment important dans l’espace mediatique pour que tous les autres Médias soient obligés de le suivre et de s’y référer. On devine d’ici les effets de jalousie, de ressentiment dans les différentes Rédactions d’avoir à dépendre d’eux.

Mais comparons l’affaire de Rugy/Mediapart (et le poids désormais du site de Plenel) avec cet autre scandale qui est celui soulevé par la lanceuse d’alerte Françoise Nicolas sur l’affaire du Bénin qui touche Nathalie Loiseau. Pas rien quand-même ce scandale ! Faisons l’inventaire des quelques supports dont dépend la popularisation de cette affaire pourtant connue depuis fort longtemps : les cris répétés de la lanceuse d’alerte, ses tweets dans les réseaux sociaux, ses interpellations aux différents Médias, de leurs non-réponses (Mediapart par exemple très au courant ne pipe mot, idem pour Liberation, Politis etc). Notons ici l’exception du MediaTV et le Live Special de Gabin, petit site indépendant). Poids donc quasiment nul.

Le poids des scandales dépend donc des supports. Selon que tu sois fort (1). Selon que tu sois faible. Logique concurrentielle en système libéral.

Sans que la responsabilité de Mediapart ne soit mise en cause, on peut faire ce constat que certains scandales recouvrent d’autres scandales (et pour moi, il est un, en cette semaine, un qui est beaucoup plus énorme que celui de l’utilisation de l’argent public de la part d’un Ministre.

*

Voilà l’enquête (avec les preuves) du chemin de l’argent nourri par les publicités TV Radio Presse de cet oligarque.

*

Il y a en effet quelque sidération à avoir quand on prend connaissance de l’Affaire de NextRadioTV et quelque ahurissement lorsqu’on se rend compte du silence quasi-général sur ce scandale qui touche Patrick Drahi, onzième plus grande fortune mondiale. Rappelons qu’il s’agit là d’un ami financier de Macron, qu’il est propriétaire de RMC, de Libération, de l’Express, de BFMTV, qu’il détient un empire-bis avec ses réseaux téléphoniques français (Altice France), portugais, israêliens, américains pour une part (Altice USA).

L’EMPIRE DRAHI.

Voir les grands de ce Monde (ici français avec DeRugy) tomber de leur piedestal est toujours un plaisir. Sarcasmes et jouissance. Pourquoi se priver ? Mais… mais encore ? C’est là que le bât blesse : que faire de tous ces scandales ? (2) Question politique d’extrême importance car – ne nous leurrons pas – pendant les Affaires, les affaires continuent. Aussi que faire de ces Affaires ? Croyons-nous vraiment que celles-ci mises au grand jour vont faire avancer ipso facto la conscience politique du pays ? De la nôtre ?

Je crois, avis-BiBi, que les homards de DeRugy nous éclairent autant qu’ils nous aveuglent. L’éclairage sur la déliquescence des institutions, sur les courroies pourries de la Démocratie qui vont du vote aux Assemblées, sur les profits illégaux d’hommes ou femmes politiques, est bienvenu. Mais, car il y a un mais, lorsque ces affaires en restent là (à la seule dénonciation, justifiée bien entendu, sur la Place publique) leurs révélations nous placent aussi en état d’impuissance. C’est que le Capitalisme français va perdurer sans le moindre problème et que d’autres affaires succèderont à d’autres affaires. Voyez l’abscence totale d’attaques sur le Grand Capitaine précité.

La multiplication des scandales brouillent notre regard d’analysant. Consommateurs de contestation que nous sommes, voir un ou deux Puissants vaciller, ça nous soulage et faute de mieux, on en reste là. Mais ce faute de mieux n’est pas inexorable.

Mais si les forces politiques ne s’emparent pas de ces scandales pour les porter au combat politique (une VIème République), si l’on reste dans cette focalisation sur les symptômes (et les homards en sont d’incroyables), on participe de fait au statu-quo. Et donc, on acquiesce – à notre corps défendant – à la dissimulation de scandales autrement plus importants (ici celui qui touche à l’Empire Drahi) (3). La consommation de scandales que nous faisons, notre joie et délectation (moi le premier) autant que nos écoeurements ne font pas de nous naturellement des Citoyens prêts à (essayer de) changer ce Monde-là. Ce climat de scandales perpétuels ne doit pas nous faire penser qu’automatiquement, nous mettrons en cause les paradis fiscaux, le blanchiment, l’évasion fiscale qui sont le cœur même de l’Economie du néo-libéralisme, du Capitalisme internationale.

*************************************

(1) Il ne s’agit pas de contester la montée en puissance de Mediapart qui a grandi en lectorat et en reconnaissance avec les Affaires Cahuzac, Sarkozy. Naissance et montée qui – rappelons-le – s’est aussi faite grace aux apports de Monsieur Niel.

(2) Ces derniers jours nous avons été servis : encore Benalla, Cambadélis, encore Sarkozy, Balkany en justice, rétro sur Tapie et le Crédit Lyonnais etc.

(3) Réfléchissons sur cette aberration objective : au moment où le MediaTV révèle ce scandale Drahi, Sophia Chikirou va entrer à BFMTV, propriété de ce même Drahi.