Archives: mars 2009

2012 : les cris de victoire de Little Nikos.

  Little Nikos victorieux

Il ne s’agit ni d’un mauvais rêve, ni d’une plaisanterie, ni de politique-fiction. Contrairement au climat général de la Blogosphère (de 2007 à 2012) qui a oscillé entre Optimisme béat et Ironie insistante, BiBi a toujours eu peur. Aujourd’hui, il constate la Victoire imparable de Little Nikos en cette année 2012. A situation analogique, dans les années 30 en Allemagne, les Partis d’Opposition au petit moustachu étaient forts de leurs audiences respectives jusqu’au triste jour… du 30 janvier 33 où ils connurent le plus grave échec de l’Histoire humaine.
Reprenons en détail les Années 2009-2012.

BiBi a lu le « Vendredi » du 27 mars.

      Vendredi du 27 mars.

Du JDD au Canard, du Figaro à l’Equipe, BiBi dévore les journaux. Cette semaine, comme tous les vendredis, il s’est arrêté sur Vendredi l’hebdo bien aimé des Internautes mais cette fois, il l’a dégusté avec ces quelques mots mis en bouche.

1. BiBi a été sensible aux conseils de l’écrivaine et blogueuse Irene (www.irenedelse.com) à propos de la différence entre l’Auteur et l’Ecrivain. BiBi lui signale que Pierre Péju avait écrit en épilogue de son livre «L’Archipel des Contes» (publié en 1989 chez Aubier-Montaigne), quatre pages assez extraordinaires sur le sujet. 

2. Dans l’article de Fred Lonah (Backchich.info) sur Anne Méaux, reine de com’, il est question de la Grande Papesse de la Com qui chapeaute le Docteur K, Rachida, Perol, Proglio etc. L’auteur parle en long et en large de l’ascension de la Dame (Amie de la Droite dure, figure d’Occident etc) mais il oublie de préciser qu’une autre dame l’avait engagée : Ségolène Royal. Curieux, non ? C’est pourtant Dominique Besnehard qui l’avait zozoté dans le JDD du 26 octobre 2008.

3. Jean-Michel Aphatie n’est pas ménagé. La faute à son patronyme si proche d’antipathie. A Vendredi, on est cependant partagé puisque Guy Birenbaum le tance en Jean-Michel Apathie et que la rubrique Radar Internet est fière de l’avoir rayé en Jean Michel Aphatie. Pour BiBi, le problème, c’est de savoir s’il y a un trait d’union entre Jean et Michel. BiBi rappelle qu’entre lui et Jean Michel, il n’y en a pas.

4. A propos de l’invité de la semaine  (Guy Birenbaum. Lepost.fr/perso/birenbaum),  BiBi s’est senti particuliètement touché puisque toute la chronique du journaliste porte sur la date du 27 mars, date anniversaire conjointe de… BiBi-réel et de PensezBiBi.com (An 01). Que Birenbaum sache qu’après X années d’existence réelle et une année d’existence virtuelle, c’est désormais BiBi qui sature l’espace de Little Nikos… et non l’inverse.

5. BiBi est resté un peu hébété après la lecture de Paul Jorion (www.pauljorion.com) sur l’Autodestruction du Capitalisme. Surtout après la conclusion qu’il a difficilement digérée. Qu’on en juge : «Captif désormais d’une «rétroaction positive», autrement dit autorenforçante, le capitalisme est entré dans une phase d’autodestruction».

6. le11emeblog.com rapporte qu’il existe pour 2009, un concours de beauté pour élire «Miss Atom 2009». Mais BiBi connaît déjà la grande Gagnante de la Médaille d’or. C’est Anne Lauvergeon, la dame patronnesse d’Areva. Dans les coulisses de ses entreprises, elle est surnommée : «Atomic Ann». Encore une élection de Miss faussée.

7. Qui l’eût cru ? Les jambes dénudées (et superbes) de Flavie en première page ! Vendredi virerait-il au Flament rose ?

Sarkozy et sa stratégie de la Tension.

    Tension et attention.

Comme le disait Claude Askolovitch dans le JDD de la semaine dernière, Little Nikos a beaucoup réfléchi sur le chemin à prendre. Et la Stratégie sur laquelle il mettra tous les moyens (politiques, médiatiques) est celle académique, redondante, toujours payante, celle qui allie Tension et Sécurité.

On assiste à une intensification de ces thèmes et à un battage médiatique autour de ces deux axes porteurs. Au mépris de la réalité, on veut faire croire que les Manifestations risquent de déraper, d’engendrer de la violence. Les cours des Collèges sont infiltrées par les bandes, les Ouvriers séquestrent les Patrons (jusqu’où iront-ils ?). Il suffit de peu pour que les éléments deviennent incontrôlés et incontrôlables, éléments qui vont même jusqu’à ne plus rien écouter (ni hommes de gauche, ni têtes syndicales). Le moindre fait divers est élevé à hauteur d’incident plan ORSEC. Les mots «Violence» ou/et «Calme» reviennent sur la scène en diptyque. On fait croire que le Pays, de la moindre étincelle, peut devenir (donc deviendra) Incendie généralisé. Bonne vieille recette qui avait marché en son temps de Chiraquie. Pourquoi ne pas y revenir ? A cette époque, la «Gauche» frileuse, honteuse avait cédé tout le terrain à l’adversaire, avait baissé et pantalon et pavillon : on se souvient des piteux atermoiements de Jospin, de l’absence de combat contre la Conjugaison Immigrés-Violents-Hors-la-Loi.

Sous l’intertitre de la page 2 («Retour aux fondamentaux»), le Canard Enchaîné rapporte ce qui n’est pas un cancan mais le re-démarrage d’une stratégie politique : «Little Nikos retrouve la sécurité : « Ca redevient un vrai sujet, je vais le remettre en avant. Je suis crédible dans ce domaine».
La Stratégie pour les trois ans à venir est donc claire. Little Nikos va jouer sa réélection à la manière infiniment payante de Berlusconi. On voit déjà revenir les mots d’Ordre et des thèmes autour de la Sécurité. Le moindre fait divers (fou en cavale, incendies sur les voies ferrées, hold-up qui tourne mal, petits voyous de dix ans qui rançonnent, casse dans les magasins, principal de Collège agressé etc.) sera exploité jusqu’au trognon. Les associations vont revenir en boucle : les mouvements catégoriels et  populaires seront le fait d’émeutiers, la bande à Besancenot sera perçue comme une bande à Bonnot bis, les Voyous sans foi ni loi surferont sur Internet, les Pillards contrefacteurs seront à tous les coins de rue, les partisans de la Lutte des Classes sortiront des fourrés, les Descendants des Bolcheviks sortiront les couteaux pour terroriser les populations à protéger. Toutes ces associations seront surplombées par ce constat dit « neutre », central mais politiquement efficace : «La Crise ne dépend pas de nous».

Pour mettre en place cette Stratégie, Little Nikos a déjà prévu de corseter les Médias du Service Public (avec futurs Directeurs nominés aux Ordres), il fait appel aux copains Bouygues, Paolini, Dassault, Bolloré, Pinault, Arnault, Lagardère, Hersant & Co, il fait tourner plus que jamais les Instituts de Sondage pour trouver les thèmes porteurs et il intensifie les cours de Com à l’Elysée (1).

Aussi quand BiBi écoute des économistes dire que le Capitalisme est à l’agonie, qu’il va vers l’Auto-Destruction alors que les soutiens politiques du Système occupent massivement le devant de la scène, que la Haute Finance s’accroche à ses privilèges, que les Banques continuent d’œuvrer dans l’ombre, que l’armée de réserve du Chômage est de plus en plus désorientée, il se montre inquiet devant cet aveuglement. Et si Little Nikos a cette Stratégie de la Tension, faisons en sorte de lui opposer une Stratégie d’attention (à ses orientations).

_________________________________________________________________________

(1) Sur Bakchich Info (article repris dans «Vendredi»), Fred Lonah nous parle excellemment du parcours très droitier de la Princesse de la Com, Anne Méaux mais il fait silence sur les liens entre cette dernière et… Ségolène Royal. Bizarre. BiBi tâchera d’en savoir plus avec un prochain article sur les Rois et Reines de la Com.

D’Ormesson, Borloo, Minc : de tout pour faire un Monde.

    www.back-to-intro.com

1. En Lettonie, une enseignante en Littérature lâche : «Vu l’époque, malheureusement, je crois que même les littéraires vont devoir apprendre à compter». L’Humour : politesse du Désespoir.

2. Quand donc le mot «autisme» cessera d’être accolé à une forme de surdité, de maladie dégénérescente etc. ? Pour soutenir ses pauvres réflexions, Alain Minc fustige «l’autisme» des dirigeants patronaux. Une insulte de plus aux autistes.

3. Danielle Thompson, fille unique de Gérard Oury, met à son tour en vente la collection de son père. 300 lots (dont 90 Duffy) qui se situent entre 4,7 et 6,5 millions d’euros. Pour éponger le flop du «Code a changé» ?

4. A l’aéroport de Meythet, Jean Louis Borloo arrive par un avion privé au moment où s’apprête à décoller sur le même tarmac un autre avion rempli de Roumains immigrés bien choisis, obligés par les lois iniques «françaises» de retourner à la Maison. (Source : Le Faucigny).

5. Pendant ce temps-là, Little Nikos est parti au Congo avec ses amis de Lafarge, de Vinci-Aéroport de Paris, de France-Telecom, d’Areva et d’Alstom. Le Figaro du 26 mars  précise que tout ce beau monde «est intéressé par l’immense potentiel d’un pays avec lequel le volume d’échange (250 millions de dollars par an) demeure plus que modeste». Désabusé, BiBi s’arrête en longue méditation, soupirant devant l’emploi du qualificatif : «intéressé»

6. «Tes idées nous manquent» a dit Little Nikos en s’adressant à Alain Madelin en le décorant de la Légion d’Horreur.

7. Le Figaro met en vente des numéros spéciaux sur la Littérature Française. Après Guy de Maupassant, c’est La Fontaine qui occupe le devant des kiosques. C’est Jean d’Ormesson qui célèbre pour nous le grand Jean de La Fontaine. BiBi serait curieux de voir la réaction de ses amis banquiers, de ses acolytes du Figaro, de ses Besogneux de l’Académie, bref, de toutes ces Têtes Molles de la Littérature et de la Langue française (dont parlait Lautréamont) s’il venait à leur réciter ces quelques vers de La Fontaine tirés de «Les Loups et les brebis» :
          « Nous pouvons conclure de là
             qu’il faut faire aux Méchants guerre continuelle
             La Paix est fort bonne de soi ;
             j’en conviens ; mais de quoi sert-elle
            Avec des ennemis sans foi ?»

BiBi fait de même : «Concluons-là».

Mauvaises pensées sportives.

Drame du Sport.

Raymond Domenech et le fond de ses affaires.
BiBi a appris que même Ray a un agent qui est aussi son conseiller en Com’. Il s’agit de Franck Hocquemiller, directeur général de VIP Consulting. Finalement, la stratégie de Dom, c’est de vendre sa «rébellion» à bon prix car «Domenech, rapporte son agent, fait parler et fait vendre. Je peux vous dire qu’il fascine les marques. Après, seuls les résultats le rendront «bankable», comme on dit dans le Marketing». C’est vrai que pour le moment, le Dom n’est pas bankable mais plutôt bancal.

Générosité princière.
Albert de Monaco parraine une belle Association, Peace and Sport, qui aide les enfants des pays sortant de la guerre. Cette association caritative était présente à Denver pour le Congrès olympique. Au même moment, la Principauté de Monaco met les freins pour lever le secret bancaire sur son rocher. Quelqu’un voit le rapport ?

L’Equipe pleure sur l’épaule de Lance.
Le 24 mars, le quotidien de Madame Amaury fait sa Une sur la clavicule de Lance, opéré à la clinique d’Austin. En d’autres temps, l’Equipe titrait sur les problèmes sanguins du grand champion américain qui vient de connaître une bien malencontreuse chute. BiBi se demande comment écrire «chute» : Chute ? Chut ?

Pauvre Hein.
Hein Verbruggen ne connaît pas la crise. Il a retrouvé un bon job de Président dans la Société SportAccord qui réclame sa part de gâteau au sujet des retransmissions télévisées olympiques. Monsieur proteste contre les rémunérations de l’USOC ( Comité Olympique US) qui perçoit 20% du revenu du marketing olympique. BiBi rappelle qu’à propos de ce cher Monsieur Verbruggen, on avait parlé de 13,2 millions de dollars distribués à des fantomatiques Sociétés irlandaises sous forme de dividendes et de commissions et qu’il avait été question de ses peu glorieuses affaires au sujet de sa Société Norse Consultants.
 
Les Seigneurs du Foot.
Blatter, défenseur de la vie privée (de ses ouailles), refuse les contrôles de l’AMA ( Association internationale contre le Dopage). Il fustige les «localisations individuelles et veut les remplacer par des localisations collectives, c’est-à-dire dans le cadre de l’équipe et de l’infrastructure du stade ». John Fahey de l’AMA lui répond justement qu’un des « principes-clés d’un contrôle antidopage efficace est l’effet de surprise et la possibilité de contrôle d’un athlète sans préavis 365 jours par an. L’expérience a prouvé que les athlètes qui trichent saisissent toutes les occasions de le faire et se dopent quand ils pensent qu’ils ne seront pas contrôlés». Le Docteur (!) D’Hooghe, président des Commissions médicales de la FIFA et de l’UEFA, est tout aussi remonté. Il lâche la phrase de la semaine : «Qu’on ne vienne pas nous faire la leçon et nous expliquer que nous nions la réalité du dopage». Quant à notre vertueux Michel Platini, on pourrait croire que ses convictions humanistes vont toucher au but. Que nenni ! Il est encore plus virulent : «On ne lâchera pas et on ne tolèrera pas ça ! ».
Grand Seigneur, Sepp Blatter se reprend : «Tout ça est très chaud pour le moment mais en laissant reposer, ça va refroidir ». Traduit par BiBi: «On a d’abord le sang chaud et ensuite on garde son sang-froid» (en prélèvement sanguin ?) Décidément le Show et les Showmen de la FIFA sont inégalables).