Mauvaises ondes à France-Inter.

Philippe Val

BiBi se demandait pour quelle raison majeure Little Nikos avait choisi pour l’imposer à . Pas uniquement  parce que faisait rire la rebelle Carla mais surtout parce que Philippe est un allié de confiance dans la lutte que mène contre l’espace de liberté que constituent la blogosphère et les sites web d’information.

BiBi a retrouvé quelques perles du nouvel entrant à la Radio publique. Sa représentation des gens du Net est ultra-simple : «Tous ignobles».
«La plupart des forums sont les chiottes de la pensée où s’exprime une sorte de gastroentérite intellectuelle». «On clique comme on tire la chasse».
Même acabit sur le personnel des sites personnels : «Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs, qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, leurs haines, ou leurs obsessions (…). Internet offre à tous les collabos de la planète la jouissance impunie de faire payer aux autres leur impuissance et leur médiocrité ». Ouf !
Philippe Val loue certes la Grandeur de la presse écrite mais pas de n’importe quelle façon et pas n’importe quelle presse.
Val n’a pas hésité, en premier geste, à déplacer le sieur  et lui retirer sa… revue de Presse. Voilà comment Philippe Val explique sa brutale première censure : «Le fond de l’affaire Pommier est qu’il y a deux revues de presse. Celle qui met en valeur celui qui la fait et celle qui met en valeur les journaux». BiBi se demande pour quelle raison il faudrait systématiquement avoir pour but de «mettre en valeur les journaux». Faut-il, pour entrer dans les petits papiers de Val, servir constamment la soupe aux journaux ? La suite de sa déclaration vaut son pesant d’encre : «On ne peut mettre sur le même plan des sites Internet pas sérieux et les journaux comme Le Monde ou… Le Figaro».

BiBi a bien peur que ce soit de ce côté-là que la dégradation de , radio publique, va aller en s’amplifiant. De plus en plus, BiBi entend des critiques infondées à propos du Net sur ces ondes-là. On tire des exemples calibrés (tirés du Net et de ses failles) pour justifier subrepticement l’hypothèse que le Net est le Royaume absolu des Malfaiteurs. Les journalistes eux-mêmes semblent céder à cette hystérie, comme s’ils redoutaient une dévalorisation de leur parcours de journalistes (avec cursus de longue haleine, examens draconiens et diplômes conquis de haute lutte) vis-à-vis de ceux qu’ils croient être des concurrents déloyaux (les bloggeurs avec leurs sites et leurs forums).
«On ne peut mettre sur le même plan des sites Internet pas sérieux et les journaux comme Le Monde ou… Le Figaro». C’est là-dessus que Chouchou et Fifi se retrouvent d’accord :
1. Internet, c’est du racolage et du Mensonge. Il faut donc le mettre au pas.
2. Le Figaro de Monsieur Serge Dassault serait l’archétype du Journal sérieux.

Lorsqu’on voit avec quelle main de Maître, Little Nikos s’est constitué tout un réseau dans les Médias pour arriver au Pouvoir, comment il a introduit ses hommes dans la place publique des médias (il les a nommés), comment il est arrivé à rogner l’espace et les interstices de liberté du Net avec le vote de sa loi, on peut – à entendre Radio-Val – se montrer inquiet pour nos oreilles de citoyen.

D’autres bloggeurs rejoignent les Pensées-BiBi :

La caricature se trouve sur www.bakchich.info/local/cache-vignettes/L300x

4 Responses to Mauvaises ondes à France-Inter.

  1. nicocerise dit :

    Enorme ressentiment de P. Val de voir que sur Internet il y avait autant de talent de billetiste qui honte à eux ne le faisait pas pour l’argent. Philippe Val en ancien pauvre devenu riche et carrieriste n’a que haine et mépris contre ces gens là qui ne pense pas à devenir riche et puissant.

  2. Merci pour le lien, Bibi. On est sur la même longueur d’onde sur beaucoup de choses.

    indubitablement.

  3. Wam dit :

    Topic hors-sujet, mais c’est une histoire assez cocasse qui peut etre vous plaira.
    http://www.chezxyr.com/2009/09/crevez-avant-noel.html

  4. BiBi dit :

    Pas forcément d’accord avec le visiteur. Après tout, c’était une rencontre entre socialistes et non une réunion où on accepte des « touristes »… Et qu’est-ce que le visiteur est allé faire dans cette galère ? Il suffit d’ouvrir les yeux, d’entendre les socialistes (encartés ou simples sympathisants) pour savoir que le Ps est une sorte de « bordel » et hélas… même pas joyeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *