Paris-Match, Laurent Ruquier et Twitter.

les-couples-pm

Quelle excitation à ouvrir ! Surtout lorsqu’on sait que qui sillonne les écrans, les radios, les journaux en est le rédacteur en Chef, version Lagardère. Un sarkozyste pur jus. Je suis donc allé voir les rubriques qu’il autorise à la publication. Et croyez-moi, c’est un délice.

Les obsessions de Bruno Jeudy.

Paris-Match ! L’ami Bruno Jeudy, ex-rédacteur en chef du (Lagardère), nouveau rédac chef de Paris-Match (Lagardère), fait sa Une avec . Ce grand journaliste semble avoir pour obsession les Premières Dames. Non content d’avoir écrit un livre sur elles, il continue de les pourchasser tous azimut pour nous les présenter en Une.

bruno-et-julie

Cette fois-ci, nous avons droit à la dernière préférée de François Hollande en couverture. Julie Gayet, pieds nus, yeux endormis, sortant du lit (élyséen ?), Julie Gayet, donc, chez qui notre Président apprécie son «refus de communiquer». Un refus qui sonne étrangement car ce sont six pages avec interview et photos qui s’ouvrent à nous. Ces six pages ont – n’en doutons pas – eu l’accord du couple présidentiel. Malgré ce refus de communiquer, on trouve de fabuleux détails dans l’article. Comme celui-ci, exemple exemplaire : «Julie Gayet connaît de nombreux socialistes, notamment à la Mairie de Paris où elle a croisé Myriam El Khomri dont elle aurait soufflé le nom à François Hollande lors du dernier remaniement».

Du coup, il sera plus juste de manifester contre la Loi… Gayet-El Khomry.

Jeudy, groupie de

juges

Les autres obsessions de Bruno Jeudy ont, elles aussi, la peau dure. On se rappellera que lorsque cette belle plume officiait au JDD, il eut cette belle parole : «Les juges cherchent à éliminer Nicolas Sarkozy». Groupie sarkozyste, il fut. Groupie sarkozyste, il reste. Editorialiste obligé, brave toutou du frère Lagardère, notre Bruno y va de ses envolées qui font foi : «L’entrée en campagne de Sarkozy est payante (…) Sa montée en puissance est enclenchée». Les casseroles, les Affaires, les petits arrangements entre amis, les dérives fachos de l’ex-Président, Bygmalion ? Bah, lecteurs et lectrices de mon bel hebdo, tout cela ne mérite pas une ligne, aussi passez votre chemin. Circulez, y a rien à voir de ce côté-là. D’ailleurs, tout ça, hein, ce sont des boniments inventés par le troll BiBi.

Pour Jeudy, une nouvelle idole ?

Gayet-Hollande, Sarkozy mais aussi… Macron. Bruno Jeudy offre une petite place au banquier millionnaire en marche via Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon. De la Propaganda stalinienne, du bla-bla-bla de Pensée Unique : «Macron est en train de débloquer la vie politique française». Bruno, Emmanuel, Gérard : en effet, ils débloquent.

Ruquier, ennemi de  ?

laurent-ruquier-a-montreux

Il y a Bruno Jeudy, Julie Gayet-Hollande, Emmanuel Macron mais il y a aussi l’interview de . Bizarrement, le présentateur de France 2 s’échauffe durement à propos de Twitter en sermonnant son interviewer : «Vous n’allez pas faire partie des cons qui reprennent Twitter, cette facosphère». Et il poursuit en insistant sur ce réseau social où il n’y aurait que «des tweets de connards», ce réseau qui est «n’importe quoi». Pas seul à vitupérer notre Laurent. A la rescousse, son collaborateur, Yann Moix (déjà remarqué par BiBi ici) (1) en remet une louche : «Twitter est un endroit où il y a des attaques physiques, qui pue l’extrême droite et qui pue la merde, donc je ne vais pas dans ce dépotoir».

A la rescousse encore, la nouvelle protégée de Ruquier, Vanessa Burgraff qui, pour asseoir sa naissante réputation, a voulu se faire Mélenchon lors de sa première apparition, y va plus mollo, ne repérant sur Twitter que «des tweets affligeants».

Fort bien, chacun peut avoir sa libre opinion à propos de Twitter.

yann-et-vanessa

Là où se trouve un problème, c’est lorsqu’on croise le même Ruquier et la même Vanessa Burgraff dans du 7 septembre. Deux pages dithyrambiques de et Clémentine Spiler sur la sublissime chroniqueuse de ONPC. Les compliments beauté pleuvent : «Blondeur lumineuse (…) la nouvelle chroniqueuse irradie» (2) Ruquier nous rapporte la raison principale de l’engagement de son employée : «Il y a d’abord son physique…». Puis il nous dévoile de quelle façon il l’a contactée. Non ? Vous n’allez pas me dire… ? Eh bien, si, si : Ruquier a repéré via son compte… Twitter. Twitter ? Oui, oui, ce repaire de connards, ce refuge pour petits merdeux.

Extrait : «Alors qu’il passait des vacances tranquilles, l’animateur est tombé par hasard sur son émission Le Débat. Et lui a déclaré immédiatement sa flamme sur Twitter : «@VanessaBurggraff, je vous découvre pendant mes vacances et je vous trouve excellente».

Faut-il rajouter quelque chose ? Hé ben, non.

*

  • (1) Ce charmant Yann Moix parle de sa nomination à l’émission de Ruquier en toute modestie : «Moi, on m’a fait venir pour injecter un peu de philosophie à l’émission». Rappel : le Sieur Yann tient sa promotion de «philosophe» à un autre philosophe, Monsieur Botul, alias BHL.
  • (2) Jadis, j’avais fait un billet sur Laurence Ferrari. Ce qui est curieux c’est de retrouver les mêmes appréciations laudatives sur ces deux femmes blondes. Extrait : «Bosseuse», «déterminée», «ambitieuse », «courageuse», «simple», «proche des gens», «gentille», «drôle», «pleine de vie» disent d’elle ses amis et ses proches collaborateurs. Bosseuses, hein, comme c’est pas possible (Les femmes doivent-elles mettre les bouchées doubles pour se hisser au niveau des hommes ?). Et enfin – c’est BiBi qui l’écrit – les deux femmes ont les mêmes élans idéologiques.

One Response to Paris-Match, Laurent Ruquier et Twitter.

  1. AgatheNRV dit :

    Le pluralisme. Les millions d’euros payés par l’Etat (c’est nous) pour que l’information soit dispensée. Un excellent papier dans le monde diplomatique de Sébastien Fontenelle (qui presentait son livre sur le sujet) est à lire ou relire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *