Génération Galère.

Deuxième volet de la Traversée-BiBi dans le Pays de l’Enfance et de l’Adolescence. Bibi s’arrête sur cette « violence », maitre-mot des Censeurs de tout poil qui rêvent de l’enfermement à 13 ans et de dressage du Citoyen à tout âge.

Violence ?

n’a du lire que ce qui l’arrangeait dans l’enquête de l’UNICEF et n’a retenu que le chiffre le plus spectaculaire. L’enquête tire ces conclusions :

«Le taux de victimes de harcèlement physique à l’école peut être estimé à 10,1% des élèves, compris entre 5,1% d’élèves victimes d’un harcèlement sévère à assez sévère et 5% d’élèves soumis à un harcèlement modéré»).

Luc Chatel verse tout aussitôt dans le catastrophisme sans replacer ce pourcentage dans l’analyse générale : «Nous avons fait le lit d’une violence insondable parce que nous n’avons pas voulu la sonder». Monsieur dénigre le supposé laxisme pour enclencher la vitesse de la Répression.

Violence ++

La , BiBi la voit ici :

–  Un rapport de la Cour des Comptes montre que la France sarkozyste «consacre peu d’argent à la scolarité d’un élève de primaire : 15% de moins que la moyenne des pays de l’OCDE». Sur ce sujet, on n’aura pas l’avis de Carla Bruni Sarkozy qui, en première Dame patronnesse de France, se penche sur nos petits Illétrés.

–  «15 à 20% d’élèves sortent de CM2 en grande difficulté».

–  A la rentrée de septembre 2011, 8967 postes seront supprimés dans le premier degré.

–  1500 classes seront fermées à travers toute la France dont 1/3 en Maternelle alors que 8300 élèves supplémentaires sont attendus (Source : Télérama).

Quand on galère, on a toujours 20 ans ?

Alternatives économiques de Mars 2011 a ouvert un dossier instructif sur «La Génération Galère». Qu’y apprend t-on ? On y voit que le taux de chômage des jeunes non-diplomés atteint 49,2%, que 16% des jeunes de 20 à 24 ans ont quitté le second cycle sans aucun titre scolaire, que la  précarité s’est élevée à un niveau jamais atteint ( la moitié des 15/24 ans qui bossent le font dans des emplois précaires), que la pauvreté frappe lourdement les jeunes (20% d’entre eux sont considérés comme  «pauvres»).

Radio aux ordres.

: il est 19h20, le journal vient de s’achever. S’ensuit un petit message finement ciselé. Il s’agit de promouvoir les études au-delà du bac. On glorifie les carrières longues. Une voix féminine d’étudiante clame haut et fort : «ça y est ! Je suis Bac+4 ! J’ai enfin plus de diplômes que Papa !». La «réclame» est écrite, parrainée par l’Elysée, ministère du Budget ou de l’Education et diffusée par la radio publique.
On sait à présent pourquoi et ont été nommés par le Caporal-Chef Nicolas.

Prochain article : des petits jeunes pour qui ça roule. BiBi vous contera une expérience originale d’auto-entrepreneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *