Tag Archives: UNICEF

Vichy. Affaire Giudicelli : la couardise d’un Maire.

Quand on a travaillé pendant de longues années avec des mineur(e)s abusé(e)s sexuellement, quand, dans son parcours professionnel, on a essayé d’aider ces victimes abîmées pour longtemps, quand on a vu du désespoir, des vies brisées, des suicides, on ne peut que réagir avec force et s’interroger sans complaisance lorsqu’on apprend que Christian Giudicelli, copain de virée de Gabriel Matzneff, continue de délivrer chaque année son avis en tant que juré officiel dans la délivrance du Prix littéraire Valery Larbaud.

Le dernier prix a été décerné le 7 mars dernier. Malgré de grandissantes protestations (1) et les demandes d’exclusion du Jury, le Maire LR de Vichy s’est défilé de façon incroyable et a fait la sourde oreille.

Mutisme complet jusqu’à ce 21 septembre où il a été interpellé sur cette affaire au Conseil Municipal. Ce qui l’a obligé à répondre publiquement. (Enfin !)

C’est la « minoritaire» (2) Isabelle Rechard (Radical de « gauche » et non de Gauche radicale) qui a posé la question à propos du maintien du juré Christian Giudicelli au jury du Prix Larbaud. Cette question n’était pas prévue puisque la séance du Conseil ne devait pas porter sur la présence de Giudicelli  mais sur l’intention de Vichy de participer au « Village ami des Enfants » de… l’UNICEF !

Le Maire LR, Frédéric Aguilera, a donc répondu. Et sa réponse en devient encore plus ahurissante.

La réponse du Maire.(Extrait de la Montagne Vichy)

Maitre du soutien financier au lauréat (donc à la finalité essentielle de l’existence du Concours), la «Mairie» LR ne veut pas exclure Giudicelli. Voyez comment le Maire passe d’une responsabilité collective derrière laquelle il se cache («NOTRE seule responsabilité »), responsabilité qu’il minimise (« Notre SEULE responsabilité ») à un JE (« JE suis sensible à cette problématique »). Il ne manque pas de culot ce Maire : réduire une responsabilité à une « sensibilité ». De qui se moque t-il ?

Répétons : Le Maire de Vichy a la main mise sur les finances du Prix. Absolument rien ne l’empêche d’exclure ce présumé pédocriminel. Or il se défausse en parlant – délirante position pour un élu responsable – de « suspension ».

Les amateurs de Sports savent ce que veut dire « être suspendu ». On quitte l’équipe temporairement puis… on y revient.

Mr Aguilera ne « demande donc pas l’exclusion ». Là, les bibis sont en droit de se demander ce qui empêche l’exclusion du Monsieur Giudicelli ? Délirons un peu : est-ce parce que Christian Giudicelli a une telle importance qu’il en devient inattaquable ? Est-ce qu’il est si puissant que ça ? Et si cette puissance est réelle, les Citoyen(ne)s de Vichy et du Val d’Allier sont en droit de savoir sur quoi elle reposerait. Oui : sur quoi se baserait cette puissance ? Bah, évidemment, hypothèse absurde mais… y aurait-il quand-même des choses qu’on nous cache ?

Regardons encore de plus près la réponse du Maire : « En fonction de cette réponse, [Celle des membres du Jury] nous DECIDERONS de continuer à SOUTENIR OU NON le Prix Larbaud».

1. Ne soyons pas dupes de cette manoeuvre qui veut entériner le fait que ce bon Maire se place hors du Prix Larbaud en se tenant « hors de la réponse collective » des membres du Jury. Hors du Jury ? Une simple photo prouvera pourtant le contraire : Frederic Aguilera n’a pas hésité à se pavaner avec ce Jury en entier, nous voulant faire croire à sa culture littéraire et voulant augmenter son (pauvre) capital culturel. Voyez Mr Aguilera si jovial de poser ici avec… Christian Giudicelli.

2. La réponse est donc claire : le Maire se défausse sur les membres du jury (jury avec lequel il n’a pas hésité à se montrer – y compris en 2019 à la remise du Prix). Est-ce cela être un Responsable ( aussi responsable des Affaires Culturelles de la Ville) ? Est-cela être un défenseur et protecteur des Enfants ? (Unicef). Le voilà encore qui parle de SUPPRESSION de ce prestigieux Prix en la faisant reposer sur la SEULE décision du Jury qu’il aurait alors beau jeu de s’approprier ! (3). Que pensent les primés et membres du Jury de cette honteuse manoeuvre ?

Pour résumer, mon titre de billet se justifie entièrement : Mr Frédéric Aguilera, Maire LR de Vichy (aidé de 5 LREM sur sa liste), mérite bien le qualificatif de couard.

*

(1) Malgré le compte-rendu de ce Conseil du 21 septembre, la Montagne Vichy n’a jamais enquêté sur ce scandale. Aucun article du quotidien depuis le 7 mars, remise du Prix. Une journaille rédactionnelle à genoux.

(2) Isabelle Rechard n’est pas le porte-voix (ou porte-parole) de PensezBiBi. Peut-être «s’est-elle fait la voix d’un internaute» comme l’écrit La Montagne ? Mais je ne la connais pas et je n’ai aucune accointance avec cette élue Radical de « gauche » qui refuse d’être rangée sous le terme « d’opposition» de peur de passer pour «un épouvantail extrêmiste». Ami(e)s-bibis, vous pouvez rire de son tweet qui laisse à Mr Le Maire tout pouvoir de catégoriser.

Enfin, ultime rajout : je n’ai aucune accointance non plus avec Simon Roetig qui a écrit plusieurs articles sur Giudicelli et sur les Prix littéraires à Mediapart. Les bibis sont indépendants.

(3). Oui un prestigieux prix qu’il faut défendre. Voici quelques grand(e)s primé(e)s : Paule Constant, Georges Perros, Henri Thomas, Philippe Jaccottet, Jean Rolin, Emmanuel Carrère, Jacques Réda. On n’oubliera pas aussi de nommer le gagnant 1982…. Christian Giudicelli himself.

«La haine des enfants traverse les siècles ».

Terrible phrase de vérité que celle trouvée dans le livre de Pierre Péju («Enfance obscure»). Les enfants sont les premières victimes de la brutalité de ce Monde. Certains se suicident, d’autres – grandissant – passent leur rage sur les biens ou sur les personnes. La haine des enfants reste souvent une constante cachée derrière les projets politiques. Déclarés «dangereux», ils sont bien utiles pourtant aux dictatures et aux Ministres de l’Intérieur qui se succèdent. Ils traversent les siècles avec l’errance et la mort au bout du chemin,  avec l’exploitation, le viol, la vente, les abus aux coins sombres de nos rues. C’est le regard-BiBi de cette fin de semaine.

Génération Galère.

Deuxième volet de la Traversée-BiBi dans le Pays de l’Enfance et de l’Adolescence. Bibi s’arrête sur cette « violence », maitre-mot des Censeurs de tout poil qui rêvent de l’enfermement à 13 ans et de dressage du Citoyen à tout âge.

Violence ?

Luc Chatel n’a du lire que ce qui l’arrangeait dans l’enquête de l’UNICEF et n’a retenu que le chiffre le plus spectaculaire. L’enquête tire ces conclusions :

«Le taux de victimes de harcèlement physique à l’école peut être estimé à 10,1% des élèves, compris entre 5,1% d’élèves victimes d’un harcèlement sévère à assez sévère et 5% d’élèves soumis à un harcèlement modéré»).

Luc Chatel verse tout aussitôt dans le catastrophisme sans replacer ce pourcentage dans l’analyse générale : «Nous avons fait le lit d’une violence insondable parce que nous n’avons pas voulu la sonder». Monsieur dénigre le supposé laxisme pour enclencher la vitesse de la Répression.

Violence ++

La violence scolaire, BiBi la voit ici :

–  Un rapport de la Cour des Comptes montre que la France sarkozyste «consacre peu d’argent à la scolarité d’un élève de primaire : 15% de moins que la moyenne des pays de l’OCDE». Sur ce sujet, on n’aura pas l’avis de Carla Bruni Sarkozy qui, en première Dame patronnesse de France, se penche sur nos petits Illétrés.

–  «15 à 20% d’élèves sortent de CM2 en grande difficulté».

–  A la rentrée de septembre 2011, 8967 postes seront supprimés dans le premier degré.

–  1500 classes seront fermées à travers toute la France dont 1/3 en Maternelle alors que 8300 élèves supplémentaires sont attendus (Source : Télérama).

Quand on galère, on a toujours 20 ans ?

Alternatives économiques de Mars 2011 a ouvert un dossier instructif sur «La Génération Galère». Qu’y apprend t-on ? On y voit que le taux de chômage des jeunes non-diplomés atteint 49,2%, que 16% des jeunes de 20 à 24 ans ont quitté le second cycle sans aucun titre scolaire, que la  précarité s’est élevée à un niveau jamais atteint ( la moitié des 15/24 ans qui bossent le font dans des emplois précaires), que la pauvreté frappe lourdement les jeunes (20% d’entre eux sont considérés comme  «pauvres»).

Radio aux ordres.

France-Inter : il est 19h20, le journal vient de s’achever. S’ensuit un petit message finement ciselé. Il s’agit de promouvoir les études au-delà du bac. On glorifie les carrières longues. Une voix féminine d’étudiante clame haut et fort : «ça y est ! Je suis Bac+4 ! J’ai enfin plus de diplômes que Papa !». La «réclame» est écrite, parrainée par l’Elysée, ministère du Budget ou de l’Education et diffusée par la radio publique.
On sait à présent pourquoi Jean-Luc Hees et Philippe Val ont été nommés par le Caporal-Chef Nicolas.

Prochain article : des petits jeunes pour qui ça roule. BiBi vous contera une expérience originale d’auto-entrepreneur.

Des petits monstres ?

Durant cette semaine, BiBi a préparé trois billets qui donnent – en vrac – des impressions sur « la» Jeunesse d’aujourd’hui. De l’enquête récente de l’UNICEF à la relecture d’Ostinato de René-Louis des Forêts,reste l’étrange image qui persiste de l’Enfant. Image de l’enfant monstrueux ou image de l’enfant merveilleux , celles-ci ne cessent de perdurer en notre Fort intérieur d’adulte.

La peur du Petit Monstre.

Pour les idéologies droitières (celle au pouvoir depuis 2007), l’Enfant est potentiellement un petit monstre. Lorsqu’on parle de lui, le mot «éducation» n’y est jamais prononcé. C’est un mot menotté qui doit rester au fond de la classe. L’enfant est toujours une menace, un être inachevé, un de ces êtres hybride, étrange, incontrôlable, donc à