Blog, pillage et fiche de paye.

1. Un certain Xavier Tenisien, journaliste au Monde, a lancé le débat en direction des bloggeurs et souligné la grogne de certains d’entre « nous » qui s’estiment floués par les journalistes de sites participatifs. Ces derniers se nourriraient «en partie ou en totalité du contenu généré par les blogueurs».

2. Voilà une question qui me fait sourire. Imagineriez-vous mes billets critiques sur le (plus d’une cinquantaine) repris par le site du même journal ? Imagineriez-vous Le Figaro.fr venir piller mes infos sur Claude Guéant, Antoine Bernheim ou Henri de Castries ? Pourriez-vous croire un instant à ce que Libé brocardé reprenne mes piques et transcrive mes douces répliques dans leurs pages ? Quand on sait comment sont régentés les grands Journaux, quand on sait à quel point les Médias sont concentrés aux mains des adversaires de BiBi, quand on sait les tendances obscènes, opportunistes, People ou New Wave des sites Atlantico, Slate d’Attali, Le Causeur, Rue89 (parfois), je me dis que c’est une preuve de très bonne santé que mes bibillets ne soient pas repris. Et tous les Didier Goux ont beau crier «Hou hou le Naze ! Hou hou, le fanfaron», ben…, Mesdames & Messieurs, c’est ainsi pour BiBi.

3. Finalement, principe basique : on ne doit – comme l’écrivait feu Mao-Tsé-Toung – compter que sur ses propres forces et faire ce que l’on à faire. Ni plus, ni moins. Que le lectorat vienne ou non sera toujours une question non résolue. Je fais la moitié du chemin : au lecteur de faire le reste.

4. Je pourrais écrire «à chacun de voir, à chacun de lire» etc, mais je sais trop bien aussi combien est injuste, terriblement injuste, que les accès au Net sont inégalement répartis et que les propensions à aller lire ailleurs que dans les Dogmes des idéologies dominantes sont quasi-nulles. C’est quand-même dans ce «quasi» que je mets mes espoirs les plus fous. Tendanciellement, ce n’est évidemment ni le Lumpenprolétariat ni le Prolétariat qui viennent ouvrir les écrans-BiBi en buvant une bonne bière bien fraîche. Hé quoi ? On est léniniste ou pas ?

5. Il reste que je donne mes billets aux Amis de la Confrérie. J’aime bien les animateurs et animatrices de Dazibaoueb, le sérieux de Bétapolitique, l’ambiance sportive de SportVox. Même si le Temps m’est une denrée rare, je mets quand-même un point d’honneur à lire les blogs amis et j’essaye de finir mes journées en divagations sur Twitter. Enfin, le Net n’occupe pas toute ma vie et pour vous en dire plus, je ne vous en dirais rien… rien de plus en tous les cas.

6. Un rappel : mon approche bloggesque va bien au-delà du principe de plaisir. C’est d’abord un combat variablement torturé, plaisant, hésitant et continu. C’est surtout variablement une épreuve, une Joie ou même une Jouissance (oui, oui, ça arrive devant un billet bien torché). Aussi lorsque je lis que le «bloguing est un loisir pur», désintéressé, j’écarquille quelque peu les yeux. Dans le champ bloguesque, chaque bloggeur a son dossard dans la Course à la Gloire, chacun est fébrile dans les starting-blocks. Pour ma part et mon départ, je suis plutôt du genre à partir bibien après le coup du starter.

7. Pour le dire vite : tenir mon blog, c’est soutenir une tension non seulement contre les Forces qui pillent ma force de travail (que je renouvèle tant bien que mal) mais contre les Idées qui quotidiennement m’obstruent des portes de sortie possibles. Le Camarade Nietzsche écrivait qu’il fallait détruire au moins une idée reçue chaque jour. Et il avait bien raison.

8. Par deux fois, mes billets ont été repris : celui où je dressais le portrait du fils de Pub Stéphane Fouks (repris par Marianne 2) et ceux de l’Hebdo feu Vendredi de (avec mes Flèches de BiBi payées chaque mois). Pour le reste, j’emmerde les petits ou gros pillards qui se servent de mes petits travaux sur le Net : ils ont ma bénédiction.

9. Pour le reste pas de pubards ici. Pas envie de ressembler à Bernard Arnault ou de travailler pour EuroRSCG.

C’est avec mes deniers perso que je paye chaque année l’abonnement à et mon hébergeur. Pour les lectures de quotidiens-papier, je suis abonné au Canard Enchaîné, à Télérama, j’ai acheté les deux numéros de Zélium, la Décroissance de Mai et j’ai une carte de bibliothèque qui me donne accès aux principaux journaux de presse écrite. Le Dimanche, je fais la quête à la sortie de la Messe pour m’acheter le JDD. Le journal de Lagardère ne méritera jamais un de mes centimes.

10. Pour le reste : bon week-end à mes Supporters et Supportrices.

2 Responses to Blog, pillage et fiche de paye.

  1. RST dit :

    Bétapolitique, ça existe encore ? Je n’ y ai pas trouvé tes articles

    Tu as surement vu le dernier Ligne Jaune animé par G.Birenbaum sur le sujet ? J’ai trouvé qu’il n’était pas objectif et qu’il défendait sa chapelle de blogueur pas content de ne pas être rémunéré suffisamment pour son génie.

  2. BiBi dit :

    @RST
    Mes articles étaient acceptés sur l’ancienne version de Betapolitique. Pour l’instant, pour les billets proposés, il n’y a pas d’espace. La page d’accueil des articles est encore en cours de construction.

    Pour les Pensées-BiBi, je ne suis pas sûr qu’elles soient acceptées sur cette nouvelle version : j’aurai peut-être trop d’humour pour leurs pages ? 🙂
    Wait and See.

    Sorry : pas encore lu la Ligne Jaune de Birenbaum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *