Vichy. Affaire Giudicelli : la couardise d’un Maire.

Quand on a travaillé pendant de longues années avec des mineur(e)s abusé(e)s sexuellement, quand, dans son parcours professionnel, on a essayé d’aider ces victimes abîmées pour longtemps, quand on a vu du désespoir, des vies brisées, des suicides, on ne peut que réagir avec force et s’interroger sans complaisance lorsqu’on apprend que , copain de virée de Gabriel , continue de délivrer chaque année son avis en tant que juré officiel dans la délivrance du Prix littéraire .

Le dernier prix a été décerné le 7 mars dernier. Malgré de grandissantes protestations (1) et les demandes d’exclusion du Jury, le Maire LR de s’est défilé de façon incroyable et a fait la sourde oreille.

Mutisme complet jusqu’à ce 21 septembre où il a été interpellé sur cette affaire au Conseil Municipal. Ce qui l’a obligé à répondre publiquement. (Enfin !)

C’est la « minoritaire» (2) (Radical de « gauche » et non de Gauche radicale) qui a posé la question à propos du maintien du juré Christian Giudicelli au jury du Prix Larbaud. Cette question n’était pas prévue puisque la séance du Conseil ne devait pas porter sur la présence de Giudicelli  mais sur l’intention de Vichy de participer au « Village ami des Enfants » de… l’ !

Le Maire LR, Frédéric Aguilera, a donc répondu. Et sa réponse en devient encore plus ahurissante.

La réponse du Maire.(Extrait de )

Maitre du soutien financier au lauréat (donc à la finalité essentielle de l’existence du Concours), la «Mairie» LR ne veut pas exclure Giudicelli. Voyez comment le Maire passe d’une responsabilité collective derrière laquelle il se cache («NOTRE seule responsabilité »), responsabilité qu’il minimise (« Notre SEULE responsabilité ») à un JE (« JE suis sensible à cette problématique »). Il ne manque pas de culot ce Maire : réduire une responsabilité à une « sensibilité ». De qui se moque t-il ?

Répétons : Le Maire de Vichy a la main mise sur les finances du Prix. Absolument rien ne l’empêche d’exclure ce présumé . Or il se défausse en parlant – délirante position pour un élu responsable – de « suspension ».

Les amateurs de Sports savent ce que veut dire « être suspendu ». On quitte l’équipe temporairement puis… on y revient.

Mr Aguilera ne « demande donc pas l’exclusion ». Là, les bibis sont en droit de se demander ce qui empêche l’exclusion du Monsieur Giudicelli ? Délirons un peu : est-ce parce que Christian Giudicelli a une telle importance qu’il en devient inattaquable ? Est-ce qu’il est si puissant que ça ? Et si cette puissance est réelle, les Citoyen(ne)s de Vichy et du Val d’Allier sont en droit de savoir sur quoi elle reposerait. Oui : sur quoi se baserait cette puissance ? Bah, évidemment, hypothèse absurde mais… y aurait-il quand-même des choses qu’on nous cache ?

Regardons encore de plus près la réponse du Maire : « En fonction de cette réponse, [Celle des membres du Jury] nous DECIDERONS de continuer à SOUTENIR OU NON le Prix Larbaud».

1. Ne soyons pas dupes de cette manoeuvre qui veut entériner le fait que ce bon Maire se place hors du Prix Larbaud en se tenant « hors de la réponse collective » des membres du Jury. Hors du Jury ? Une simple photo prouvera pourtant le contraire : n’a pas hésité à se pavaner avec ce Jury en entier, nous voulant faire croire à sa culture littéraire et voulant augmenter son (pauvre) capital culturel. Voyez Mr Aguilera si jovial de poser ici avec… Christian Giudicelli.

2. La réponse est donc claire : le Maire se défausse sur les membres du jury (jury avec lequel il n’a pas hésité à se montrer – y compris en 2019 à la remise du Prix). Est-ce cela être un Responsable ( aussi responsable des Affaires Culturelles de la Ville) ? Est-cela être un défenseur et protecteur des Enfants ? (Unicef). Le voilà encore qui parle de SUPPRESSION de ce prestigieux Prix en la faisant reposer sur la SEULE décision du Jury qu’il aurait alors beau jeu de s’approprier ! (3). Que pensent les primés et membres du Jury de cette honteuse manoeuvre ?

Pour résumer, mon titre de billet se justifie entièrement : Mr Frédéric Aguilera, Maire LR de Vichy (aidé de 5 LREM sur sa liste), mérite bien le qualificatif de couard.

*

(1) Malgré le compte-rendu de ce Conseil du 21 septembre, la Montagne Vichy n’a jamais enquêté sur ce scandale. Aucun article du quotidien depuis le 7 mars, remise du Prix. Une journaille rédactionnelle à genoux.

(2) Isabelle Rechard n’est pas le porte-voix (ou porte-parole) de PensezBiBi. Peut-être «s’est-elle fait la voix d’un internaute» comme l’écrit La Montagne ? Mais je ne la connais pas et je n’ai aucune accointance avec cette élue Radical de « gauche » qui refuse d’être rangée sous le terme « d’opposition» de peur de passer pour «un épouvantail extrêmiste». Ami(e)s-bibis, vous pouvez rire de son tweet qui laisse à Mr Le Maire tout pouvoir de catégoriser.

Enfin, ultime rajout : je n’ai aucune accointance non plus avec Simon Roetig qui a écrit plusieurs articles sur Giudicelli et sur les Prix littéraires à Mediapart. Les bibis sont indépendants.

(3). Oui un prestigieux prix qu’il faut défendre. Voici quelques grand(e)s primé(e)s : Paule Constant, Georges Perros, Henri Thomas, Philippe Jaccottet, Jean Rolin, Emmanuel Carrère, Jacques Réda. On n’oubliera pas aussi de nommer le gagnant 1982…. Christian Giudicelli himself.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *