Blog-notes de ma semaine.

Blogueur

Parfois, à décrypter et à répondre à ces Palabres de Mort qu’on nous assène, on a l’impression de devenir une commère des évènements. On se sent sali par la laideur de ceux qui distillent leur poison langagier, leur pensée unique répétée mille, dix mille fois. Mais peut-on y échapper et comment ? Oui, on peut. On peut se tourner vers les poètes, battre la campagne,pédaler et suer sur des routes à 16% ou, bien sûr, faire l’amour. 

Mais, même si on veut faire cette école buissonière tous les jours, on n’y échappe jamais complètement.

Et finalement, dans ce bourbier des Infos, dans ce fatras d’évènements, on se surprend à trouver de petits, tout petits bonheurs avec ricanements, sourires méchants, mépris de classe et poings levés. Oui, de petits, tout petits bonheurs, bien réels et (mais) bien risibles.

Les comptes à dormir debout de .

MACRON Unes

l’Association des Groupies d’Emmanuel Macron fait de l’esbrouffe, s’offusque que BiBi assimile Macron au Diable et au Dieu Argent. Quoi de plus normal, disent ces supporters, que de parler argent et politique ? Mais ces braves piétons cravatés se trompent : il n’y a rien de désobligeant à associer dons d’argent et action politique. A la seule condition que les comptes soient clairs. Or Monsieur Macron qui a du mal avec les chiffres (il avait sous-estimé sa maison de…200.000 euros pour ne pas payer l’ISF) nous ment une nouvelle fois en rapportant que les dons de sa soirée à Londres ne peuvent pas s’élever à 12,5 millions d’euros (comme le dit le Paris-Match de Lagardère) puisqu’il aurait – soi-disant – scrupuleusement respecté le don minimum de 7500 euros par invité de ce soir-là (pas plus de 100 personnes environ).

Notre Homme en costard commence brillament sa carrière : par deux mensonges.

Un, deux. BiBi, lui, sait compter en attendant un, deux et trois… mensonges.

.

PHOTOS-TELERAMA-bis

Avant que ne soit donné l’assaut final par les forces de police, le tueur de la discothèque d’Orlando aurait ouvert son FaceBook pour voir si l’on parlait du massacre qu’il venait de faire. Petit dieu se croyant à hauteur du plus Grand Dieu que lui. Cet éternel besoin de gloriole reste un des cancers de notre Humanité. Elias Canetti l’avait justement souligné en quatre mots : «La Gloire ? Cette vermine».

Figaro-ci. Nicolas-là.

Lits Hopitaux

Les Médias et leurs voix quasi-unanimes (Challenges, Valeurs Actuelles, Le Figaro de Dassault) ont accompagné le sautillant Nicolas en demandant cette seule et même chose : que la paye les dégâts occasionnés par les casseurs des vitres de l’Hôpital Necker. En écho tout proche, relevons que la casse est quand-même ailleurs : 22.000 emplois dans les hôpitaux vont être supprimés d’ici 2017. Ah la la ! Il y a vraiment des malades qu’on n’aimerait pas soigner.

Passe ton Bac d’abord.

Dans un des sujets du bac, j’ai trouvé cet intitulé-ci : «Médias et opinion publique en France depuis l’affaire Dreyfus». Faut espérer que ce ne soit pas un «Républicain» qui soit le correcteur des copies. Nul doute qu’il censurerait toute critique et serait horrifié que des élèves y parlent d’Acrimed, de Fakir, de Regards, Rezo-Net, BastaMag ou Reporterre.

Les Médias ? Continuons d’en causer. Et par exemple, du 13 heures de France Inter (16 juin) où le supposé bras d’honneur de Pokba passa avant les retombées de la gigantesque manifestation contre la LoiTravail. Il aura fallu attendre… 24 minutes pour en savoir un peu (un tout petit peu) sur cette foule parisienne de la veille. Exemple exemplaire de hiérarchie de l’Info. Peut-être «Comment se construit la hiérarchie de l’Info ?» dans un prochain sujet du bac version éco-po ?

Parole qualifiée de Ruffin.

Fakir_logo

Je rejoins là lorsqu’il se gausse d’une certaine gauche qui dénie toute dérive droitière. Là aussi, le combat qui touche aux mots a son importance. «Moi, dit le rédacteur de , je n’ai pas bougé. C’est la gauche qui, à force de dériver à droite, me place à l’extrême-gauche». Avec Fakir, enfonçons les clous.

Rabaisser le caquet des Socialistes.

Cuculture socialiste

Je serai toujours éberlué devant la réduction du politique au vote présidentiel. Mais – une fois n’est pas coutume – je serais bien content que le candidat Mélenchon dépasse le candidat au prochain premier tour 2017. Car toute intervention (celles des frondeurs y compris) continue de me donner la nausée. (Derniers vomissements en apprenant que des gens de gauche voyaient d’un très bon œil l’interdiction de toute… manifestation !). La Gauche devançant la «gauche» : voilà qui redonnerait une possibilité de renouveau pour l’après 2017 et voilà surtout qui rabaisserait le caquet de nos insupportables socialistes et ce… pendant cinq ans. Pour le reste, n’attendons rien d’autre car nul doute : la France restera majoritairement à Droite en mai 2017.

Prendre la vie avec philosophie.

Edgar Morin

a un compte . Le voilà distillant un tweet : «Les idéologies d’émancipation ont été souvent d’excellents instruments d’oppression». Je n’irais pas jusqu’à dire le contraire mais il n’empêche, ce tweet est insuffisant si on en reste là. Aussi, j’ai tenté de le prolonger avec ce correctif qu’il faut – dans un même élan – tenir et retenir : «Et souvent, ai-je ajouté à l’égard de la parole du philosophe, on s’est aussi servi de votre axiome (parfois vrai) pour perpétuer des politiques d’oppression».

L’Euro2016 : silences et parlottes.

Coupe-Du-Monde

Comme d’habitude, les journaux, radios, télés rivalisent en chauvinisme sur le (pitoyable) jeu de l’Equipe de France qui a remporté ses deux premiers matches de l’Euro 2016. On chercherait en vain des regards critiques non seulement sur l’aspect économique du Tournoi (Sponsors exonérés d’impôts, engrangeant de faramineuses plue-values, travaux de forçat des agents de joueurs qui s’agitent pour faire grimper la côte de leurs mercenaires etc) mais aussi sur les piètres exhibitions des Bleus. Pauvreté dans le jeu des Bleus qu’on veut maquiller en blablatant sur le résultat (le seul qui compterait), sur Payet-le-Sauveur, Griezmann-le-Magicien ou Kante-le-Travailleur. Souhaitons que ce gros ballon d’esbroufe se dégonfle enfin et ce, dès l’entrée des Bleus en huitièmes de finale.

4 Responses to Blog-notes de ma semaine.

  1. Robert Spire dit :

    Je ne vois pas Edgar Morin parmi les signataires de ce texte:
    http://www.liberation.fr/debats/2016/06/17/ce-gouvernement-a-peur_1460153

  2. Une fois encore, bien dit.
    Tiens, les frondeurs acceptent la primaire de Cambadélis avec Hollande… Ils avaleront toutes les couleuvres en échange d’un strapontin au parlement…

  3. BiBi dit :

    @despasperdus
    Pas seulement à la recherche de strapontins, ils sont en recherche constante de profits de notoriété. Christian Paul est dans le fonds tout heureux avec ce label de « frondeurs », interviewé au moindre mouvement de l’Elysée, catalogué anti-PS qd ça va trop loin et acquiesçant au moindre vote qui risquerait de se retourner contre son parti. Micros, cameras, répétition de son nom d’apôtre, voilà ce qui est recherché. Il est donc hors de question de quitter cet « habitus »(dixit Bourdieu), d’enfiler d’autres pantoufles (dixit BiBi). La seule chose qui pourrait les faire reculer d’un pouce c’est le verdict populaire (on peut l’espérer mais j’en doute). Car le désastre que ce PS va connaître, ils l’imputeront à la gauche nommée par eux « radicale », « suicidaire », « esseulée ». Voir les irritations continuelles de ce pauvre Filoche.

    Pour ma part deux souhaits avant que la Droite ne reprenne le pouvoir c’est : 1. que Mélenchon passe devant Hollande au premier tour ( on n’entendra moins ces moutons sociaistes bêler pdt 5 années) et que 2. les Communistes commencent à penser un peu plus finement les rapports de force mondiaux, la guerre que nous livre quo-ti-dienne-ment l’Europe de Juncker et de la Deutsche Bank et comprennent qu’il y a tout à gagner à se dégager totalement des socialistes pour constituer une force progressiste et révolutionnaire à gauche. Mais, vois-tu, nullement pessimiste mais réaliste, je ne crois pas vraiment au 2. Bibien à toi.

  4. Je partage ton analyse. C’est pour cette raison que je soutiens Mélenchon. Tant que le PS dominera la gauche dite radicale, il n’y aura aucun espoir de changement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *