Antoine Bernheim, l’ami fidèle du Président.

   Tonio

Little Nikos veut faire populo, il dénigre le Capitalisme financier avec son salaire en or et une véhémence de Grand Rebelle. Cependant il oublie de dire qu’en chemin, il a rencontré l’argent – celui d’ Antoine Bernheim par exemple – pour faire son bonheur

Ce Monsieur est au top de la Grande Finance (troisième assureur de l’Europe des Travailleurs). Peu de journalistes pour aller poser un micro et l’interviewer. Pourtant, il en aurait des choses à dire sur la Crise du Nouveau Capitalisme.
Antoine Bernheim est le Patron français des Generali et il a un sacré réseau. Bien entendu, comme tout homme du réseau, il dit ne pas en avoir. Tonio pour les intimes a constitué son fabuleux carnet d’adresses à la Banque Lazard. Citons ses vieilles connaissances : , administrateur de la filiale française des Assurances italiennes,  François Voss, membre de l’Automobile Club de France au siège de laquelle se tiennent les réunions du Siècle (voir Articles de BiBi sur « Les affaires du Siècle »). Le bonhomme, bon pied, bon œil a toujours eu un faible pour Jean-Marie Messier, l’homme de Vivendi qui montrait ses chaussettes trouées sur un cliché de Paris-Match, pour Bernard Arnault (Tonio est toujours vice-président du CA de LVMH), pour ( il l’a aidé à acquérir les magasins du Printemps) et surtout pour dont le père, Michel, était, avec Tonio, élève à Janson-De-Sailly. Aujourd’hui, les meilleurs potes d’Antoine, sont ceux du fils, principalement au sein du Salotto Buono, c’est-à-dire de l’Aristocratie financière italienne. 
Antoine veut une paire de chaussures ? Il téléphone à Diego della Valle, patron de Tod’s. Il veut un placement en Espagne ? Il écrit à Ana Patricia Botin, présidente de la banque espagnole Banesto. Il veut visiter la Cathédrale de Milan ? Il s’adresse aux banquiers de Mediobanca ( Enrico Cuccia, Vincento Maranghi, Laurent Dassault). Gilberto , lui, lui offre des pulls pour cet hiver rigoureux et Giancarlo , pantalons, vestes, chaussures et parfums.
Si Antoine veut parler français, il trouvera , président des AGF mais aussi , boss de Groupama. Si le troisième et le quatrième au bridge viennent à manquer, voilà que rappliquent (Generali a longtemps été deuxième actionnaire d’AXA) et Patrick Wajsman, éditeur de la revue Politique internationale. Sans oublier la remplaçante, Odile Jacob.
Monsieur Tonio n’a évidemment jamais fait de politique. Il ne traîne pas dans les meetings populaires, n’a jamais mis les pieds à l’Assemblée. Il fréquente plutôt pieusement les allées du Vatican et rend souvent visite à son ami le patriarche de Venise. Il aime s’aérer sur les greens du golf de Morfontaine.
En politique, mis à part les Bolchéviks, il aime tout le Monde : feu Pierre Messmer et feu Raymond Barre (ancien administrateur de Generali) étaient ses amis d’hier mais Tonio a aussi de très bonnes fréquentations aujourd’hui : DSK, les grandes figures révolutionnaires comme ou . En Italie, Silvio et Romano Prodi viennent souvent le consulter à Trieste dont il est Citoyen d’Honneur.
Antoine Bernheim est un homme très ouvert sur la Culture – comme tout Boss qui se respecte – (Nous ne sommes plus dans le Siècle où l’on chantait « Les Bourgeois, c’est comme les cochons… »). Il aime bien le foot et son amour du sport l’a poussé à engager Zidane et son image pour gagner la partie.
Une de ses dates-fétiches restera ce 22 octobre 2007 où il fut promu au grade de Grand-Croix (comme Marcel Dassault). Cette distinction l’excita comme une puce. Cet honneur est très recherché puisqu’ils ne sont que 75 décorés. C’est évidemment Little Nikos qui lui a remis les insignes. Notre Président fut éternellement reconnaissant à Tonio de l’avoir poussé à poursuivre son combat politique après la déculottée balladurienne. Little Nikos voulait se reconvertir dans les banques d’Affaires mais le Messager de Trieste lui aurait sussurré : «Nicolas ! Tu as encore d’importantes missions à accomplir ».
Il parait que Tonio n’aime pas trop que les journalistes rappellent son âge. BiBi ne dira même pas que notre homme rentre dans sa 85ième année et que la Banque et les Assurances, finalement, ça conserve.

Les amis de BiBi aiment aussi :

7 Responses to Antoine Bernheim, l’ami fidèle du Président.

  1. […] Cet article a été publié le Mercredi 7 janvier 2009 à 23:41 et a été classé dans Little Nikos & Carla, Pensées politiques. Il est repris dans « Finance Blog »…

  2. admin dit :

    BiBi est flatté de se retrouver sur une page financière ! Mais ce qui est drôle et quasi-surréaliste, c’est que ces Blogs-là aient besoin de BiBi pour en savoir plus sur les Petits Secrets de la Haute Finance !

  3. mtislav dit :

    Est-ce qu’il y a une place pour l’amitié dans ces rapports-là ? Cela dit, c’est très utile de pointer du doigt ces accointances…

  4. BiBi dit :

    Bien sûr qu’il y a amitié mais cette amitié est bien le cadet des soucis de BiBi. Cette amitié « humaine » ne pèse que peu de poids devant cette solidarité de caste, de classe. C’est le ciment financier qui scelle à la fois leur « amitié » et leurs réseaux…
    Merci pour m’avoir accepté sur ton Paradis (http://paradisblogs.blogspot.com/) Comme quoi, on a pu avoir des mots mais l’intelligence n’est pas un vain mot, non ?

  5. mtislav dit :

    Je ne pratique pas l’ostracisme et j’ai très bon caractère… En réalité, ce n’est pas tout à fait exact.

    « L’amitié » des grands, un beau sujet. On en redemande.

  6. toto dit :

    … et il est mort !

  7. BiBi dit :

    @Toto
    Oui il est mort à Paris le 5 juin 2012.
    Mais mon billet – non corrigé – datait d’avant son décès (janvier 2009).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *