Maurice Blanchot & René Char.

BiBi a lu attentivement l’article du JDD (dimanche 20 décembre) qui traitait des « nouveaux intellectuels ». BiBi est retourné feuilleter le petit livre « Les Intellectuels en question » de et s’est souvenu du combat de . BiBi adresse un grand salut à Mômo et René là où ils sont, là où ils ont été.

Ces deux Intellectuels ont marqué le paysage culturel français. Ils ont fait ce qu’ils devaient faire en des temps désastreux, temps pas si lointains que ça (Guerre 39-45, Guerre d’Algérie).

Du petit livre de Maurice Blanchot «Les Intellectuels en question» (Ebauche d’une réflexion aux ), BiBi en a tiré deux belles phrases sur les Intellectuels.

Une historique : « De l’Affaire Dreyfus à Hitler et à Auschwitz, il s’est confirmé que c’est l’antisémitisme (avec le racisme et la xénophobie) qui a révélé le plus fortement l’intellectuel à lui-même : autrement dit, c’est sous cette forme que le souci des autres lui a imposé (ou non) de sortir de sa solitude créatrice ».

Et l’autre, plus pragmatique : Un intellectuel serait «un citoyen qui ne se contente pas de voter selon ses besoins et ses idées mais qui, ayant voté, s’intéresse à ce qui résulte de cet acte unique et, tout en gardant la distance vis-à-vis de l’action nécessaire, réfléchit sur le sens de cette action et, tour à tour, parle et se tait».

En écho à Maurice Blanchot, instigateur du Manifeste des 121 pendant la Guerre d’Algérie, le poète René Char, résistant de la première heure, écrivait en 1943 un billet à Francis Curiel :

« Je veux n’oublier jamais que l’on m’a contraint à devenir – pour combien de temps ? – un monstre de justice et d’intolérance, un simplificateur claquemuré, un personnage arctique qui se désintéresse du sort de quiconque ne se ligue pas avec lui pour abattre les Chiens de l’Enfer. Les rafles d’israélites, les séances de scalp dans les commissariats, les raids terroristes des polices hitlériennes sur des villages ahuris me soulèvent de terre, plaquent sur les gerçures de mon visage une gifle de fonte rouge ».

Hier les Chiens de l’Enfer. Aujourd’hui, les Toutous de Lagardère et les Chiens de garde de la Niche à Chouchou.

7 Responses to Maurice Blanchot & René Char.

  1. Chr. Borhen dit :

    Blanchot – plus honnête intellectuellement que lui tu meures… – qui ne s’était jamais véritablement remis, dit-on, de ses accointances d’avant-guerre avec l’extrême-droite antisémite…

    (Merci pour cette note nécessaire, cher BiBi.)

  2. char à poemes dit :

    Merci pour cet article!! je suis à la recherche de ce petit livre que vous êtes retournée feuilleter ? Vous pourriez m’aider à le trouver ? Merci

  3. BiBi dit :

    @Dihya39
    Pour le bouquin de Blanchot à propos des Intellectuels, il est paru aux Éditions Farrago. Quant au livre de René Char d’où j’ai extrait le propos du poète, je ne me souviens pas. Je vais tâcher de retrouver d’où vient cet extrait.

  4. char à poemes dit :

    merci!!

  5. BiBi dit :

    @dihya
    Autant pour moi : ce petit livre « Les Intellectuels en question » (ébauche d’une réflexion) de Maurice Blanchot est paru aux Editions Fourbis (1996) et non aux éditions Farrago. C’est à la dernière page (62) que j’ai trouvé en fait les lignes de René Char écrivant un billet à Francis Curel en 1943.

  6. char à poemes dit :

    Merci Bibi, en effet il a été édité d’abord chez les éditions Fourbis puis également chez farrago, tu dois avoir la première édition. J’ai fini par le trouver!

  7. BiBi dit :

    @dihya
    Si tu commences à lire Blanchot, tu entres dans un « entretien infini »… (titre d’un de ses livres 🙂 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *