Vichy : Hôtel du Parc, troisième étage.

VICHY

 

Les habitants de en ont assez que l’on confonde Vichystes et Vichyssois. Aussi la Mairie de la Capitale de l’Etat français entre 40 et 44 a décidé de mettre en place tous les mercredis une randonnée pédestre avec guide pour expliquer comment et pourquoi avait été choisi par les Maréchalistes. Une leçon d’histoire bienvenue.
La ville avait été choisie principalement à cause de ses capacités hôtelières exceptionnelles et de son Central téléphonique performant. En outre, Paris était à 4h30 par train, ce qui permettait les escapades d’Otto Abetz en Pays vichyssois. La ville comptait 35000 habitants et 300 palaces environ en 1940. Le Carlton avait déjà vu défiler le Shah d’Iran, le Glaoui de Marrakech et autres célébrités. Mais c’est l’Hôtel du Parc (depuis transformé en appartements), le plus grand des Palaces, qui reçut les hautes Autorités dont le . Au rez-de-chaussée, on trouvait tout un parterre de boutiques chic (Restaurant Chantecler, Van Cleef et Arpel, Barclays, Christofle et… ).

Le Maréchal occupait 3 chambres et un bureau (le 124) et avait son médecin particulier à proximité. Sa femme logeait tout à côté à l’Hôtel Majestic. Rappelons que la présence allemande jusqu’en fin 42 fut rare dans la ville. Il n’y avait pas de Kommandantur : les français zélés présents faisaient excellemment le travail. On voyait déambuler dans cette rue du Parc (anciennement baptisée Rue du Maréchal) les Xavier Vallat, les Darquier de Pellepoix, antisémites notoires, habitués de l’Hôtel Algéria tout proche ( on mettait la TSF à fond pour couvrir les tortures), en chemise blanche, Philippe Henriot, la Voix de la Collaboration, Joseph Darnand qui organisa la Milice, la comédienne Danielle Darrieux et autres célébrités. Le dimanche, le Maréchal, très applaudi par les enfants, traversait le Parc pour se rendre à 11 heures à la messe dominicale. L’atmosphère était à la bondieuserie. Les partouzes se passaient hors la ville dans les petits châteaux des environs.

C’est dans ce funeste quartier du Parc thermal que siégeaient les fonctionnaires du Commissariat aux Questions Juives et à l’Aryanisation. En septembre 1940 en sortirent les . Ce fut encore là que fut décidée la rafle du 26 août 1942 qui vit 6500 juifs étrangers être arrêtés. Une stèle récemment posée nous rappelle cette ignominie. L’Hôtel de la Paix, lui, accueillait le Ministère de l’Information et de la Propagande.
Cette visite guidée nous emmène aussi au Grand Casino de 1500 places. Dans cette salle fut proclamée la fin de la Troisième République le 10 juillet 1940. Sur 666 parlementaires, 569 votèrent les pleins pouvoirs à . Il y eut 17 abstentions et 80 refus honorés par une stèle (dont Léon Blum et Marx Dormoy). Les absents (Daladier, Mendès-France, Mandel, Jean Zay fusillé dans les bois) avaient rejoint Casablanca par le bateau Massilia.
Un petit mot encore sur qui s’y entendait pour boucher les trous de l’Ombre de son histoire. Il reçut à Vichy la Francisque (distinction maréchaliste). Lors de ses voyages de Président à Vichy pour y voir ses amis (Guy Ligier, Charasse etc), il évita soigneusement d’être pris en photo devant les bâtiments où il travailla pendant 16 mois. Il ne voulut probablement voir Vichy ni en peinture, ni en photos.

9 Responses to Vichy : Hôtel du Parc, troisième étage.

  1. luc dit :

    oui mais Bibi sait bien qu’il n’y a pas, qu’il n’y a jamais eu de salauds dans ce beau pays (un simple regard sur le beau visage de ceux-qui-nous-gouvernent aujourd’hui suffirait à s’en convaincre). Et il se trouvera toujours quelque politologue, ou quelque journaliste, pour nous expliquer que… « au fond de lui-même » (sic) Mitterrand ne souhaitait pas la victoire de l’Allemagne ! C’était, comme Bibi l’aura déjà compris : un… « vichysto-résistant ».

  2. luc dit :

    (suite) il convient de préciser que le concept de « vichysto-résistant » n’a pas été initialement forgé à l’attention de Mitterrand mais d’un autre socialiste, Angelo Tasca, père de la ministresse. Et son cas est d’autant plus pitoyable qu’il est là pour attester qu’il n’y a pas besoin d’être au départ un salaud, pour se vautrer à l’arrivée -bref, ce que Hannah Arendt appelait la banalité du Mal. A la fin des années trente Tasca était même quelqu’un d’assez estimé, dans les milieux antifascistes (sinon en tant que militant, au même titre que Rosselli par exemple, du moins, en tant que fin observateur de la vie politique) ; et il n’avait pas l’idéologie « ambigüe » de ces éléments de la gauche politique et syndicale qui allaient fricoter avec Pétain. Mais juin 1940 arriva. Et l’idée de se retrouver sur les routes de l’Exode avec un baluchon, en toute humilité, comme bien d’autres qui avaient pourtant eux aussi un solide bagage culturel, lui fut insupportable. Et c’est ainsi qu’il accepta un poste au Secrétariat d’Etat à l’Information à Vichy. On imagine le scandale, dans les milieux de l’antifascisme italien en exil -où c’est d’ailleurs le seul cas analogue dont on aît connaissance.

  3. BiBi dit :

    BiBi ne connaissait pas cette trajectoire. Tasca n’est pas le seul à avoir commencé dans les rangs de la Gauche ( et son côté social) et à avoir fini à droite, extrêmement à droite. Merci pour ton apport, Luc.

  4. richard dit :

    Merci d’avoir mis un petit mot sur mon blog, je voulais vous demander l autorisation, mais je n’ai pas trouvé de contact sur votre Blog que j’ai beaucoup apprécié;alors j’ai mis un lien.
    La boutique de Van Cleef était au rez de Chaussée de l’immeuble du Maréchal. Mais personne n’avait trouvé de trace de cette Renée Puissant, qui s’appelait en réalité Rachel Puissant née Van Cleef, et personne pour l’instant ne sait encore comment elle est morte. Une petite partie de la famille le sait certainement, mais le cache, pourquoi?
    On pensait qu’elle avait été déportée, assassinée, mais non elle est morte a Vichy en 1942 alors que 167 van cleef quelques semaines avant partaient en fumée à Auschwitz . Et puis elle était la seule héritière Van Cleef et sans enfants!!!!
    Si vous avez des relations a Vichy qui pourraient connaitre l’un des derniers témoins oculaires?????

    Bonne Chance à Vous
    Cordialement

    Jean Jacques Richard

  5. BiBi dit :

    Non je n’ai pas de témoin oculaire mais j’espère que des vichyssois(e)s qui sont venus sur mon blog pourront vous renseigner. Merci à vous.

  6. […] numérotées en or, ou or et diamants ont été fabriquées par Van Cleef et Arpels. Surprenant!! http://www.pensezbibi.com/les-voyages-de-bibi/vichy-hotel-du-parc-troisieme-etage-1158 Figurez vous, que sans aucun renseignement, nous […]

  7. GEOFFRAY dit :

    aujourd’hui L’hotel du parc est situé ou exactement ??..De passage à Vichy, je n’ai aps eu le temps de le chercher..
    Je suis pas un nostalgique mais c’est juste pour ma culture personnelle
    MERCI

  8. BiBi dit :

    @geoffray

    Je crois que c’est Rue du Parc, pas loin du centre-ville vers la Source des Célestins.

  9. BiBi dit :

    Geoffray a fait des recherches entre-temps et m’envoie ces précisions sur les Hotels de Vichy :

    « La Société des Grands hôtels, constituée par Joseph Aletti (1864-1939), gérait les cinq grands palaces vichyssois : Carlton, Majestic, Parc, Radio et Thermal. Son fils, Jacques Aletti, les a progressivement tous revendus. Ils ont été transformés en appartements de luxe (le Radio est devenu « Palais des parcs »), à l’exception du « Thermal » rebaptisé « Aletti Palace » en 1992.
    D’autres très grands hôtels sont devenus des immeubles d’habitation : Albert 1er, Amirauté, Ambassadeurs, Astoria, Carlton, Helder, International (Soalhat), Lilas, Lutétia, Majestic, Mombrun, Portugal, Plaisance, Princes. L’hôtel des Célestins, rue du Maréchal-Lyautey, est un lycée de jeunes filles après-guerre et maintenant un collège. L’hôtel des Bains est l’antenne vichyssoise de la Chambre de Commerce de Moulins. L’Ermitage, qui appartenait à la famille Arnaud, devient une maison de retraite jusqu’en 2008. Etc. »

    Merci à lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *