Les Flèches de BiBi (1-15 mars).

Demon Alcohol.

Si un extra-terrestre demandait à BiBi à quoi peut bien ressembler la France de les deux graphiques édités par l’ en diraient long sur la façon qu’ont les Français de supporter l’insupportable. (Source : Le Figaro)

Badinter et 2002.

Fortes paroles de dans le « 7-9 » de France-Inter. Il s’insurge contre le National-Populisme de notre Président mais au moment de conclure, voilà qu’il glisse subrepticement : «Ce sondage est un avertissement pour la Gauche car, rappelons-nous, c’est la division de la Gauche qui a entraîné la présence de Le Pen au second tour de l’élection présidentielle». Pour BiBi, il y a passage en douceur d’une juste protestation à… une fausse explication. Car en 2002, la présence lepéniste au second tour relevait moins d’une «division de la Gauche» que d’une forme de protestation et de colère populaires (dévoyées en vote frontiste) que de l’assentiment de Jospin à la politique néo-libérale et de l’approbation socialiste aux plans du Capitalisme délirant des années 1990-2000.

Mexicoooooo !

On en serait presque à se demander si Chouchou et ses Ministres savent encore orthographier correctement le nom de Florence Cassez. Tous nos grands défenseurs de la française emprisonnée sont subitement bien silencieux. Entretemps, l’amitié franco-mexicaine en a pris un coup. Xavier Darcos, recyclé en président de l’Institut français n’a que des piteux «regrets» devant l’annulation de plus de 350 manifestations (avec frais engagés et perdus). Tant qu’il y est, Nicolas Sarkozy devrait aussi interdire aux radios de passer «Mexico !» de Luis Mariano et promouvoir l’insignifiant «Douce France» de sa Chochotte.

Faille et faillite de Luc Besson ?

s’explique sur son départ d’, société de cinéma de Luc Besson où il était le numéro 2 : «Nous cherchions en juillet 2010 un directeur général. Luc sort le nom de . Il vient de la publicité et a travaillé pour l’UMP. C’est un proche de Nicolas Sarkozy. Il a surtout la réputation d’être brutal». Luc Besson n’en resta pas là : il embaucha aussi , ex-directrice de cabinet du même Nicolas.

Si un jour, Pogam produit un film comique, suggérons-lui cette réplique : «A Besson le pantalon et tu trouveras comme les films de Luc sont si Mignon».

Angela n’est pas un Ange.

Madame Merkel qui veut se faire passer pour une dame irréprochable et intransigeante sur les mœurs des politiques a soutenu Zu Guttenberg, son ministre de la Guerre, coupable d’avoir triché devant l’élite universitaire en plagiant sans honte une thèse. Bénigne malhonnêteté a-t-elle fait croire. L’axe franco-allemand (pardon l’Axe Nicolas-Angela) a de beaux jours devant lui.

Riches dernières nouvelles.

Mention à Bernard Arnault : il passe quatrième homme le plus riche du Monde au classement du Magazine Forbes. Un véritable artiste que ce Bernard ! Jean-Claude Decaux, autre grand ami de Nicolas, invité de la soirée du Fouquet’s, a publié un résultat net de 172 millions d’euros, chiffre multiplié par sept depuis 2009. Rappelons que le cher (très cher) Jean-Claude est fils de pub et qu’il fait les trottoirs avec ses affiches et ses panneaux d’affichage numérique.

Havas de se réorganise. Il a filé un coup de pistons à son fiston Yannick et à et les a promus tous deux Vice-présidents.

.

Diffusée le 2 janvier, l’émission TV de Pierre Arditi, regardée par 3,2 millions de téléspectateurs avait pour titre : «Fric, Krach et gueule de bois». L’acteur est bien placé pour parler des Grosses Entreprises : il f(a)it de la publicité pour les casques télé de Sennheiser, pour les Assurances UAP, pour le chocolat Côte d’Or, pour les téléviseurs Pathé, pour la Renault Laguna Baccara ou pour la banque LCL ou Crédit Mutuel. Pour parler fric, krach et présenter sa gueule de bois, Pierre Arditi aurait mieux fait d’inviter Enrico Macias et sa petite entreprise qui connaît bien la crise : le chanteur perdit en effet les 20 millions d’euros qu’il avait placés dans la banque islandaise Landsbanki en faillite.

 

One Response to Les Flèches de BiBi (1-15 mars).

  1. Zgur dit :

    Salut ami BiBi

    « c’est la division de la Gauche qui a entraîné la présence de Le Pen au second tour de l’élection présidentielle »

    Peut-être, mais pas seulement, comme tu l’écris fort bien.

    Mais rappelons aussi que si la gauche avait gagné en 2007, ce n’était pas sur ses mérites. Non, non.

    Mais seulement grâce/à cause du maintien de candidats frontistes (tout à leur anti chiraquisme primaire) dans quelques dizaines de circonscriptions où le deuxième tour en triangulaire a favorisé le PS et ses alliés.

    C’est bizarre comme tout le monde fait mine d’oublier ces faits.

    Les fessons têtus dont parlait Lénine. ;0)

    Arf !

    Zgur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *