L’Hebdo MARIANNE et Grand Corps Malade.

MARIANNE

fait peau neuve. Non seulement, l’hebdo fait sa mue mais veut aussi faire sa (la) révolution. Rien de moins. C’est qui avait – un temps – troussé et détroussé toute domestique qui balayait devant sa porte qui vient nous le dire haut et fort. Sur les conseils de sa Société en Conseil Com’, , j’ai donc acheté le numéro spécial qui nous parle de la formule à venir du journal. On allait voir (et lire) ce qu’on allait voir ! J’ai donc chaussé mes lunettes de sept lieux et je suis allé feuilleter ce nouveau «» qui veut sortir la France de la dépression

Pour analyser l’état de la France (son corps social), l’Hebdo utilise à outrance la métaphore bien commode (postulat évidemment non-interrogé) du biologique et du médical. «La France va mal» tel est le constat. «Notre pays est malade». La France y est donc personnalisée en un grand corps malade qui connaît des «phases dépressives». Y aurait même une «manière de gangrène qui s’y répand». Ajoutons encore que la «désespérance la taraude», que la «haine de soi la pervertit» et que «la crise la ronge».

Au bout de cette démonstration, le constat médical devient terrible pour nous : «Si nous allons mal, c’est peut-être aussi de notre faute». Vous avez bien lu, Lecteur-Citoyen ? Tout ça, c’est à cause de votre laisser-aller, de vos inhibitions, de vos fautes, de votre «scepticisme radical», de votre «dégoût généralisé», de vos écarts (on serait ainsi sur la même liste de malades que Barroso, Cahuzac, Balladur, Guéant et consorts). Et – prenez peur – devant ce grand Corps social français qui n’avance plus, ce pourrait être «la démocratie qui succombe».

J’ai alors bien pris note des remèdes contre la Maladie.

D’abord, un peu de chirurgie esthétique : «retendre les muscles et les nerfs de notre République», changer d’optique («regarder pour voir») et enfin «s’investir totalement dans ce combat». Ces conseils judicieux nous feront changer de fond en comble et, alors, la France – son Corps social et tous ses membres – retrouveront la Santé.

Détaillons l’Ordonnance de Marianne : impérative, interminable.

Il faut :

– Réactiver le pluralisme.

– Faire entendre une autre voix

– Contribuer à l’avènement du meilleur

– Récuser la fatalité du pire

– Positiver

– Réactiver (bis) le refus de la régression

– Rouvrir les écluses de l’espoir

–  Servir, éclairer, dévoiler, décrypter, promouvoir, démasquer, démystifier, ré-enchanter, donner du sens, informer, découvrir, révéler, raconter, enquêter, commenter, expliquer, débattre, distraire, amuser, instruire, passionner… Ouf ! On se demanderait presque à quoi pouvait ressembler «Marianne» avant ce beau numéro programmatique.

Revolution

Avant de conclure, «Marianne» remercie les confrères (les Journaux sont une Grande Famille caritative). On remercie donc RMC qui «talonne les grandes radios périphériques», qui «a su s’imposer dans l’univers des chaînes» et on qualifie qui dirige L’Opinion d’ «audacieux». Bravo-BiBi à eux !

On est donc prêt à croire que tout va bien rouler pour «Marianne» dans les semaines qui viennent. Pour preuves, les trois grands encarts publicitaires de ce numéro de lancement. Au sortir du cabinet médical, le lecteur a ainsi le choix entre 1. Toyota, 2. Opel et 3. Volvo. Façon de dire probablement qu’il ne faut pas se rendre encore plus malade en utilisant une voiture française pour rentrer chez soi.

8 Responses to L’Hebdo MARIANNE et Grand Corps Malade.

  1. Un partageux dit :

    Je ne sais même plus comment se nommait l’hebdo de Kahn avant l’Évènement du Jedi — ce qui ne nous rajeunit pas — mais il me semble en retrouver la prose.

    Tu m’as convaincu, moi qui ne lis plus les hebdos depuis la nuit des temps ou presque. Tu m’as convaincu et je cours derechef ne pas acheter et ne pas lire cette énième nouvelle mouture de l’hebdo kahnien.

    Ah tiens ! La lieue — avec un E et avec un S au pluriel comme dans les « bottes de sept lieues » — ancienne unité de mesure valant environ quatre kilomètres, ne s’orthographie pas comme le lieu de perdition qu’est ce blogue fréquentant nombre d’autres lieuX de perdition que nos amis de la Hollandie enverraient bien en exil à mille lieues de la France du « changement c’est maintenant ».

  2. N’oublions pas que que Monsieur Chaise-Martin, ancien cadre du Figaro et sauf erreur de ma part, est devenu actionnaire principal du magazine depuis janvier dernier…

    Abonné à ce canard depuis le début, j’ai résilié devant la vacuité des articles qui promettent beaucoup par des titres provocateurs mais complètement creux.

    Bayrouiste au début, antisarkoziste primaire opportuniste, je parie que cet hebdomadaire va devenir Gaulliste tendance Lemaire, sociale libérale.

    Autrement, je trouve que ton billet est excellent comme d’habitude.

    Heureusement que tu as changé d’avis sur ton abandon comme tous les blogueurs qui ont fait cette annonce. Selon moi, si un blogueur, à l’instar des politiques et des chanteurs, cesse son activité, c’est qu’il est physiquement mort !
    Smiley.

  3. j’ai oublié l’auxiliaire être dans mon 2ème paragraphe : je tape inconfortablement avec un smartphone… 😉
    Il faut lire « sont complètement creux ».
    Ouch ! Merci

  4. BiBi dit :

    @cui cui
    Pas grave d’être mort. On renaît ailleurs.
    Tant d’autres choses à faire dans nos vies.
    Merci de ta fidélité.
    Je suis sur Paris après le 14 juillet.
    Peut-être se voir – avec d’autres blogueurs pourquoi pas – autour d’un verre ?

  5. BiBi dit :

    @Un partageux
    Merci pour m’avoir corrigé.
    Je partageux ton avis et m’y soumets 🙂

  6. rosaelle dit :

    Comme Cui-cui, contente de te revoir en selle et en scène!
    Depuis que je lis les blogs de manière assidue, je préfère de loin ces saines lectures-là.
    Mais j’aimais bien Marianne, au début et certains articles m’intéressent encore.
    De toute manière, qui aime bien châtie bien et c’est vrai qu’on aimerait avoir une meilleure presse, même si tout n’est pas à jeter.
    Je regrette que Médiapart soit payant, par exemple, c’est une contradiction dans leur message.
    Belle journée!

  7. BiBi dit :

    @Rosaelle
    Merci mais je suis plutôt devenu « Blogueur à éclipses ».
    Sur Marianne, j’ai lu un billet de Sarkofrance bit.ly/14I3GqQ et je lui ai posé un commentaire dont voici un extrait. Ce passage résume ma position :

    « Pour ma part, je n’ai jamais été abonné à Marianne.
    Je le lis encore (occasionnellement). Evidemment tout n’est pas à jeter. Dans leur stratégie de recherche de lectorat, il leur faut tenir compte de la Gauche (non socialiste) et tenir ouvert cet interstice. Une aumône ?
    Ce qui me fait sourire ( un sourire proche du ricanement), ce sont leurs formules à l’emporte-pièce, les poncifs :  » Un journal, c’est la Vie », « faire fi des étiquettes » ( dans ce Monde médiatique qui ne cesse d’étiqueter et qui ne supporte pas que les Citoyens les étiquettent, rigolo, non ?), la recherche d’un « juste » milieu avec alternatives faciles (la conciliation des « contraires » comme stratégie marchande), « contre l’uniformité panurgique » ( qui pourrait se vanter de n’avoir jamais été un mouton ?) etc.
    Bien entendu, je n’attends pas la perfection et je n’attends pas de retrouver ma pensée unique dans cet hebdo à tout coup. Mais j’irais voir quand-même ».

  8. babelouest dit :

    Salut tous.
    Moi aussi j’ai été abonné à Marianne, il y a 5 ans environ et plus. C’est fini bien entendu. Déjà sa position sur le TCE avait été bien ambiguë. Le départ officiel de Kahn a accéléré la débâcle.

    En crédibilité, la presse officielle n’est plus. Ne subsiste que le picorage d’infos sur le Net, avec beaucoup de précautions, avec pour les articles de fond l’inamovible Grand Soir.

    Après le 14 juillet je serai chez mes enfants en vacances. Raté pour se voir. Plus tard, peut-être ? (Nantes n’est pas si près de Paris)

    ****** GROSSES BISES A TOUS ******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *