Pourquoi l’Acteur ne doit pas découper son texte en tranches de salami…

Salami_aka

L’ami m’a souvent répété qu’en traduisant l’écrivain autrichien («Des Arbres à Abattre» / «Le Naufragé» en Folio), il entendait dans le mouvement de ses phrases le souffle court de l’asthmatique (que Bernhard avait réellement été). 

Et c’est en relisant que je compris vraiment combien tout texte s’inscrit dans la Chair, comment il s’écrit au fer rouge du Corps. Au feu de sa respiration et de ses grondements.

«Dans la phrase écrite, toute l’énergie vient de la ponctuation : on ponctue comme on souffle ; là est la marque, là est l’aveu, la maladie propre à un seul. Chaque écrivain a son empreinte digitale respiratoire, unique, partout présente… Dans la phrase de Pascal : «Travailler pour l’incertain ; aller sur la mer ; passer sur une planche », ce sont ces points-virgules qui sont magnifiques, qui donnent le bond, le risque, le bondissement, l’incertain respiré (…). Ce n’est pas simplement la parole qui est respirée, rythmée, ponctuée ; c’est notre pensée elle-même qui va comme ça. En soufflant, par bouffées, par ouverture et asphyxie. La pensée respire. Elle brûle sans cesse. Pas de repos pour nous».

Et l’homme de théâtre continue ailleurs, il élargit, il fait entrer l’Acteur dans une fantastique économie respiratoire. Acteur, Actrice, là, tu arrêtes tout, tu laisses tomber tes activités présentes, et tu cours im-pé-ra-ti-ve-ment chercher son incontournable . Il ne te restera qu’à mastiquer le texte novarinien jusqu’à ce que mâchoires s’épuisent. Puis, une fois requinqué, tu recommenceras (à le lire).

Juste ici un extrait :

« Beaucoup du texte doit être lancé d’un souffle, sans reprendre son souffle, en l’usant tout. Tout dépenser. Pas garder ces p’tites réserves, pas avoir peur de s’essouffler. Semble que c’est comme ça qu’on trouve le rythme, les différentes respirations en se lançant en chute libre. Pas tout couper, tout découper en tranches intelligentes, en tranches intelligibles – comme le veut la diction habituelle française d’aujourd’hui où le travail de l’acteur consiste à découper son texte en salami, à souligner certains mots, les charger d’intentions, à refaire en somme l’exercice de segmentation de la parole qu’on apprend à l’école : phrase découpée en sujet-verbe-complément d’objet, le jeu consistant à chercher le mot important, à souligner un membre de phrase, pour bien montrer qu’on est un élève intelligent – alors que, alors que, alors que, la parole forme plutôt quelque chose comme un tube d’air, une colonne à échappée irrégulière, à spasmes, à vanne, à flots coupés à fuite, à pression».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *