Le Grand Voyage de BiBi.

«Comme le Monde a sa géographie, l’Homme intérieur a sa géographie  qui est une chose matérielle » écrivait .

Lieux et Liens.

BiBi a traversé , s’est arrêté à (Dordogne), a fait halte dans les vallons de la Haute-Loire. Itinéraire en trois étapes avec, en bénéfice, un merveilleux lot-surprise, commun à chacune des trois étapes : le nom du Lieu singulier s’est noué autour des Personnes de Rencontre. Merveilleuse correspondance entre Lieu (toponymique) et Lien (humain). Que serait la Provence sans Van Gogh ? Que seraient la Jungle et le Tigre sans les visions du poète William Blake ? Que serait BiBi sans ces Rencontres de Voyage?

Avant le Départ.

En mettant une incise dans le temps ordinaire ( triple halte prévue et organisée sur 3 jours), BiBi-Voyageur anticipait déjà le plaisir subtil du déplacement, il en rêvait, il commençait même à respirer différemment, il laissait tout le temps antérieur se diluer : tout était A-venir. Les jours précédents, il vivait dans une certaine ébriété née de la Nouveauté et ressentait les lenteurs du Temps comme autant d’accélérations.

Trois étapes.

Trois noms sous écorces (Limoges-Montignac-La Tour) et voilà la greffe qui prend sur le tronc de la Rencontre humaine. Des hommes, des femmes nouvelles, comme surgis d’un bois, parlent et viennent lui parler. Mots de bois tendre Rue Alphonse Daudet, échos psalmodiés de la Place des Armes, éclats de rire au Village de la Tour. Autant de sources qui chantent, brise du soir comme souffle du matin, autant de «choses matérielles » qui donnent du grain et du poids nouveaux à la Vie.

La Rencontre.

Un Ami- BiBi disait : «Tu as beau voyager dans tous les sens, c’est toujours toi que tu retrouves au coin de la Rue ou au coin du Bois ». Il avait tort l’Ami. Sa sentence ignore que le Voyage – même s’il ne dure pas  – est une sorte d’Incendie généralisé qui brûle à l’intérieur, est un Feu de Forêt singulier qui s’alimente à la Parole inouïe de l’Autre. Oui, ce que cette parole maladroite de l’Ami oublie, c’est que la Rue (ou le Bois) sont peuplés, immensément peuplés. Dans la Rencontre humaine, la floraison verbale devient Bouquet. La palette de sons émerge alors des quatre coins de l’Hexagone et toutes les «Réserves de Printemps» demandent à être dilapidées.

Et elles le furent, magnifiquement-parlant.

Le Retour.

Toutes ces Minutes Heureuses partagées marquent déjà le cadran de nos Vies disséminées. Un peu de soi est parti ailleurs, s’est émietté entre Pollen et Promesse. Il est cependant heureux qu’il y ait un Retour. Bien sûr, le Manque épouse les Douleurs du Lundi mais BiBi retrouvera ses couleurs du Mardi. Tout le pousse déjà à un Nouveau Départ. Élans déjà présents, pieds qui fourmillent et manches relevées. L’été appelle déjà une nouvelle Invitation au Voyage : BiBi n’attendra pas l’hiver pour, à nouveau, lier Lien et Lieu.

13 Responses to Le Grand Voyage de BiBi.

  1. Patrick dit :

    ‘Les douleurs du Lundi » j’aime bien l’image.

    Bon lundi à toi ! 😉

  2. Ga(i)elle dit :

    Après l’Effervescence du week-end, l'(In)Dolence du Lundi…
    Trop de monde dans les Bois, pas eu le temps d’approfondir certains Echanges, et je le regrette !

    A un prochain Voyage…

    (problème du Net, j’espère que ce ne sera pas un doublon)

  3. Ga(i)elle dit :

    Et merci pour l’Echourgnac 🙂 ça me rappelle mes racines.

  4. agathe dit :

    C’est joliment dit … Pour un joli moment ;-))

  5. Chompitiarve dit :

    La moisson passe comme un rêve …
    quelques épis gardés dans la besace améliorent la boussole, la transforme, la font danser comme une ivresse douce qui reprère sur le vif les toujours possibles chemins de traverses..
    @Ga(i)elle, ben non, pas eu le temps.
    Il conviendra donc réouvrir le dossier, l’étude n’est jamais finie..
    :-))

  6. celeste dit :

    Comme j’aime partager les « Minutes heureuses »!

    Sans les autres que serions-nous?
    Des fantômes aux cœurs secs et aux bouches closes, des zombies apeurés, des ersatz d’humains.

    Bonne soirée Bibi

  7. agathe dit :

    J’allais oublier ;-))

    François Emmanuel – La question Humaine, c’est vieux, tu connais sans doute …

  8. BiBi dit :

    [Souvenirs au livre de F.E.]
    Ah ! Psychologues d’Entreprise ! BiBi en a connus aussi !

    Ils avaient commencé par être de vaillants éducateurs version 68. Au bout de quelques années, ils n’ont plus voulu se soumettre aux Petits Chefs de Service éducatif. Ils ont gagné leurs lettres de Noblesse en utilisant les théories psychologisantes et systémiques et en choisissant le noble métier de Psychologue d’Entreprise.

    Ils ont fini par manger (les miettes) à la même Table que celle des Patrons.
    Rêves de « rebelles » rangés, c’est – sans états d’âme – qu’ils ont aidé et participé avec leur force de « conviction » à l’Opération Générale de la Soumission.

    F.E. a parfaitement décrit le phénomène.

  9. Myriam dit :

    Quel joli voyage !
    merci Bibi !

    ça y est les douleurs du lundi sont bientôt dissipées….les couleurs du mardi et de tous les autres jours sont à venir !

  10. BCool dit :

    Belle, très belle narration. Merci

  11. anonyme dit :

    Anonyme

    J’ai souvent eu des liens avec des moulins à vent et des rêveurs aussi humains mais plus réalistes que Don Quichotte

    Bibi, j’ai lu le livre que tu m’as offert et t’en parle dans un MP
    Je l’ai lu d’une seule traite et vraiment apprécié

    Bibi, j’ai honte! Tu n’as pas pu te laver avant de partir

    Bibi, tu écris de beaux textes

    Bibi, je t’aime beaucoup

    Bibi, si je ne suis pas anonyme
    Je m’en fiche comme du Cac 40 ou des Sarkozystes qui ne regagneront JAMAIS ma confiance. Pour la regagner, il faudrait déjà qu’ils l’aient eue…

  12. anonyme dit :

    Et merci pour le bon vin de pays!

    Tu as plu à toute la famille et pour ça, je leur fais confiance surtout qu’ils sont parfois un peu difficiles ou simplement plus réservés que moi.

    Tu as plu même à notre trouillarde d’animal

  13. anonyme dit :

    Et le « pas eu le temps d’approfondir », je crois que nous l’avons tous ressenti mais du plaisir quand même…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *