Tag: Quatremer

Retours hallucinatoires sur la Présidentielle 2017.

Chez la Médiacratie, les Temps Présents ne sont pas à l’analyse des derniers mois qui ont amené Macron sur la plus haute marche du podium. Sauf au travers du bla-bla-bla libéral classique où Mélenchon est évidemment un dictateur, où on classe le leader de la France Insoumise aux extrêmes en parfaite concordance des temps avec l’autre extrême, où la jeunesse du play-boy élyséen est absolument renversante etc.

Mais en faisant retour sur cette Présidentielle qui restera la Grande Arnaque de ce début de siècle, j’ai connu des hallucinations inhabituelles.

Avec ce 1559 ème bibillet, je viens vous les faire partager.

*

Quand BiBi picore dans la «Grande» Presse…

revue-de-presse

Je me suis remis à tourner les pages des quotidiens, à lire en détail les articles de nos Chiens de Garde médiatiques, à dépecer le moindre des propos de nos Commères de l’Info. A feuilleter ces canards-laquais, reste toujours ce toucher désagréable au contact du papier et de son encre. Et souvent, très souvent, persistantes, des aigreurs intestinales à mes lectures.

Faut dire qu’à lire Le Monde, Le Figaro, Libération, je dois reconnaître que mes amis ont raison : je me fais du mal. Mais ne le répétez pas : il y a de la jouissance à se faire du mal et à… en rendre compte.

« Serons-nous heureux, demain ? » (1)

*

Milton Friedman, Grand Manitou des théories libérales, est récemment décédé. Des blogueurs en ont profité pour adresser à des personnes connues pour leur engagement néolibéral une lettre visant à clarifier leur position sur ce bonheur promis depuis 30 ans et plus. («Quid du Bonheur libéral ? »). Voilà une demande bien curieuse, à la limite de la naïveté pour BiBi. Dieu ! Quelle perte de temps que d’attendre leurs réponses ! Nos blogueurs pensent-ils vraiment que ces Intellectuels renommés interpellés vont tourner casaque et nous offrir un sublime mea culpa ?

*

C’est en retrouvant une intervention de Jean-Marie GENG dans la Revue Actuels (février… 1978) que BiBi a trouvé réponse à cette curieuse injonction blogguesque. En effet au lieu d’attendre réponses sur ce «bonheur libéral» promis par tous ces Quatremer-Copé-Parisot-Madelin-Giesbert-Aphatie-Attali-Novelli et tutti quanti, ne vaudrait-il pas mieux retourner à nous-même la Question : «Hé ! Ho ! Gens de Gauche, serons-nous heureux, demain ?»

*

Le texte qui suit constitue la déclaration liminaire faite par le sociologue d’alors Jean-Marie GENG, le 3 février 1978, à l’occasion d’un débat public qui l’opposait à Bernard-Henri Lévy, le «nouveau philosophe» à la chemise blanche. La question posée était : «Serons-nous heureux demain ?» et intervenait peu avant d’importantes élections, en plein règne giscardien.

BiBi en a retenu de larges extraits qu’il vous propose en trois billets. Cette intervention d’une magnifique justesse politique fait écho profond et correspondance étonnante avec l’Esprit-BiBi et avec les questions essentielles qu’il (se) pose aujourd’hui.

*

«Difficile de répondre à cette question aujourd’hui – pris, comme nous le sommes, dans des attitudes (espoir, agacement, scepticisme, amertume anticipée), attitudes que commandent les prochaines élections. Plus difficile encore d’imaginer, sinon par provocation esthétique de faire comme si nous n’y étions pas – je veux dire : ici, maintenant -, comme si nous n’étions pas emportés par le mouvement aberrant de l’histoire (…).

Serons-nous heureux demain ? Il y a dans l’apparente simplicité de cette question, dans sa lisibilité innocente, une sorte de piège pour intellectuel de gauche. Supposons que par simple politesse pour les gens qui m’ont invité, ou par provocation au troisième degré, je m’y laisse choir, dans ce piège, et que je réponde : oui, nous serons heureux demain, à la condition que la gauche, surmontant ses divergences, l’emporte et qu’elle applique, à la satisfaction des larges masses et sous la conduite désintéressée des chers Camarades, un programme minimal qui résorbera le chômage, qui réduira les inégalités salariales, qui rongera les structures économiques de type capitaliste que nous subissons.

Mais rassurez-vous, je ne répondrai pas ainsi – encore qu’un gouvernement de gauche a plus de chance de résorber le chômage, de réduire les inégalités qu’un gouvernement de Droite (…). Je ne répondrai pas ainsi et pour une raison simple : la Question justement n’est pas simple. Il faut la questionner sérieusement, dans tous ses plis, comme une question vitale et non comme un inducteur rhétorique, un prétexte à laisser se développer un discours déjà entendu, et qui n’aurait posé cette question devant lui que pour mieux s’afficher. Serons-nous heureux demain ? Quand, demain ? Quel bonheur ? Et qui, nous ?

Demain nous serons morts (…).

Le bonheur. Tout tout de suite ou que rien n’arrive ? Un pied infini ou une chaîne de menus orgasmes picorés ? La grande dérive jouissive ou avoir moins mal ? Vivre sans temps mort et jouir sans entraves ou se sentir intensément mortel ? Je n’ai peut-être rien compris à la question du bonheur – sinon je ne serais pas là. Serons-nous heureux ? Qui, nous ? Qui pose la Question ? Etre heureux, ne serait-ce pas précisément, pour chaque individu, la possibilité de ne pas être compris, compté, réduit dans ce «nous» tentaculaire qui nous parle ? «Je est un autre» dit Rimbaud. Nous n’est rien. Ou plutôt, nous, c’est le Politique en tant que je n’y est pas (…)

Donnez à ce «nous» sa réalité humaine, sa densité sociologique : vous verrez qu’il n’induit pas à la convivialité, qu’il se casse la gueule, ce «nous», qu’il éclate, peut-être pas en autant d’individus mais en classes, en castes, en fractions, en clans, en partis et cela dans tous les champs et à tous les niveaux de pratique sociale.

Viser un bonheur collectif et programmable – comme le fait la Question – est de ce point de vue tout à fait aberrant. Et pourtant, à l’inverse, nous savons bien qu’il n’y a pas de bonheur innocent, que le bonheur n’est pas qu’une affaire individuelle, même si le bonheur réalisé suppose pour chaque individu le dépassement, l’annulation du Politique. De quelque côté qu’on l’aborde, la Question ne tient pas : ou ne tient qu’au prix du refoulement des différences actives qui font la socialité même. Elle ne tient plus parce que nous n’y sommes pas tous nommés à la même place, parce que, dans les conditions actuelles, pour nous, habitants de cet univers aujourd’hui, le bonheur de quelques-uns entraîne le malheur de nombreux autres et que c’est – comme on dit – le Système qui le veut (…) »

Deuxième partie ici.