Tag Archives: Macron

Y en a marre : un dimanche matin sur France Inter.

Ce dimanche matin, l’antenne de France Inter avait Alexis Levrier (1) comme invité d’honneur.

Il venait parler des relations entre la Presse et les Politiques. Il disserta sur la vampirisation de Bolloré. Fort bien -c’est toujours bien de se ruer sur le bouc emissaire – mais cette ruée lui permettait, dans les temps d’antenne qui ont suivis, de nous présenter un Macron 2017-2021 sans lien de dépendance avec la Presse ! :-))

Il aurait pourtant suffi de lui rétorquer :

  1. qu’en 2016-2017 Macron avait été la personnalité politique la plus médiatisée dans la presse.
  2. que les quotidiens Liberation, l’Obs, le Monde et L’Express avaient totalisé plus de 8000 articles sur lui contre 7400 pour – tous les trois réunis – Mélenchon-Hamon-Montebourg.
  3. qu’il lui aurait fallu – à titre d’exemple – lire mon billet sur le numéro de janvier 2017 du Point-Pinault et ses 48 pages d’adulation sur notre très détestable Emmanuel.

Mais nous sommes sur France Inter et nos animateurs Jérôme Cadet et Carine Rochat ont autre chose à faire qu’à préparer sérieusement leurs dossiers.

Y en a marre de ces expertises à la con.

Voulant bien entendu continuer sa démonstration que « Non, Macron n’a pas été le candidat de la Presse », notre bel expert universitaire a décoché ses flèches. Mais demandons-nous quels sont donc les discours qu’Alexis Levrier veut disqualifier ? Le voilà d’abord qui envoie une première flèche contre le discours (supposé) des Gilets Jaunes (2) avant de décocher sa seconde en râlant contre ceux (celles) qui appartiennent à « la critique radicale des Médias » (3). Il poursuit : « Macron manquait alors [2017] de relais dans la Presse ». Défense de rire !

On pourrait lui souffler de (re)lire « Crépuscule » de Juan Branco, lui (re)dire les liens forts des deux derniers directeurs du Monde avec le candidat 2017, l’amitié de Bernard Arnault, le relais Le Point-Pinault-Lagardère, les Unes du JDD, les photos de Paris-Match, les articles du Figaro, de La Montagne etc. etc.

Y en a marre des déformations sur le discours critique.

Dans la même émission, Alexis Levrier nous ressert le même discours dans la défense (supposée) des journalistes en les globalisant (c’est tellement plus simple d’ignorer les contradictions du champ) puis il enchaîne sa démonstration via un exemple :

Ecoutons-le :  » Il suffit de voir l’attitude du journal Le Monde à l’égard de Macron. Le quotidien n’a pas hésité à lancer des affaires comme l’affaire Benalla alors même que le couple Macron a des liens avec Xavier Niel ou avec Mimi Marchand. Cela ça n’a pas empêché Le Monde de faire un travail …« 

Voilà donc notre expert qui a subtilement quitté les deux années décisives de promotion par la Presse (2016-2017) pour sauter en 2018 (année moins chargée d’enjeu évidemment). Et là, pas de bol, BiBi veille : c’est que notre expert s’arrange joliment avec le Réel. Avec cette affaire Benalla, il oublie que c’est une vidéo de Taha Bouhafs qui fit un gigantesque buzz le premier mai de cette année-là et… que Le Monde fut alors obligé – pour suivre l’énorme mouvement d’interrogation et de protestation – de faire une enquête (deux mois et quinze jours pour trouver …. un seul nom !). Oui, obligé. OBLIGE.

Y en marre de ces exemples non-exemplaires.

Pour nous présenter un Macron traitant enfin les journalistes avec bienveillance (on approche des Présidentielles. Aussi faut gommer les défauts du Maître !), notre Universitaire aux anges nous serine qu’aujourd’hui avec Macron on serait « dans une logique d’apaisement avec la Presse, ce qui contraste avec le début de son quinquennat… ça change aujourd’hui IL FAUT S’EN REJOUIR ! ».

A la rescousse, il se sert du récent entretien de La Voix Du Nord avec le Président qui a accepté de parler, cette fois-ci, sans demander à ce que l’entretien soit avalisé par l’Elysée avant publication ! Quel progrès réjouissant ! Quelle avancée !

Devant l’aura de La Voix du Nord, j’aurais quelques réticences à présenter. Voyez ainsi mon tweet en réponse à celui de Julien Lécuyer, journaliste enthousiaste du bureau de Paris. Voyez son extase devant les potiches élyséennes LREM non masquées (en particulier Castex aujourd’hui touché par la Covid malgré deux doses).

Y en a marre du supposés « tous journalistes, tous marionnettes ».

Non, cher Alexis, perso, je ne pilonne que sur ceux que je vois jusqu’à l’overdose dans les grands médias des Millardaires, hein ? Et je me range du côté de ceux sur lesquels vous vous taisez, du côté de tous ces autres (précaires, désespérés, écartés, censurés ou en auto-censure).

Les « grands » journalistes, les « grandes » plumes  n’ont pas besoin d’une ligne téléphonique directe avec l’Elysée pour écrire. Oui, ils ne reçoivent pas d’ordre de Macron car ils n’en ont pas besoin : ils ont été recrutés parce qu’ils partagent et ont intériorisé – à très peu de choses près –  les valeurs dominantes de leurs Rédactions. Pour faire plus court, je fais ici un énième rappel : celui des analyses d’Alain Accardo.

Y en a marre de ces satisfecit directoriaux.

Laurence Bloch porte aux nues sa radio. Directrice de France Inter, la voilà très impressionnée par le nombre d’auditeurs (plus de six millions). Mais, comme toujours, est tû le pourcentage de ces mêmes auditeurs qui sont satisfaits (ou non) des programmes (surtout ceux qui groupent émissions politiques et journaux 13h-19h).

Rappelons une chose simple : on peut écouter une radio (publique, la NOTRE) et suivre ses émissions même si, globalement, on ne les aime pas. L’auditeur.trice instatisfait espère toujours que sa radio publique sera enfin pluraliste, qu’il pourra écouter autre chose que les inamovibles Lea Salame, Nicolas Demorand, Dominique Seux, écouter autre chose que les économistes libéraux, ne plus partager les tris très très discutables des éditoriaux et des titres de la rédaction de Bruno Duvic ou pouvoir contester la sélection des questions du Téléphone Sonne de Fabienne Sintès. Sans compter les invité(e)s ministériel(les) qui squattent les émissions quotidiennes (7/9 Inter) et les annonces gouvernementales sur la Covid.

Une étude de Fakir montrait que sur 1080 minutes d’écoute seules 18 l’étaient pour les ouvriers-employés (soit 1,7%). Enfin, répétons-le encore et encore, la directrice de Radio-France, Sibyle Veil, est une sarko-macroniste compatible, supportrice zélée de Nathalie Loiseau (qu’elle qualifia de « femme d’exception ») comme le fit à sa suite, la Directice Bérénice Ravache, directrice de FIP (tweets ci-dessus très réels).

____________________________________________________________________________________________________________________________

  1. Impressionnants titres que ceux portés par l’expert Alexis Lévrier. Maître de Conférences à l’Université de Reims, il s’intéresse prioritairement aux relations entre journalisme et politique ! Il y a consacré deux essais, dont le dernier : Le pouvoir présidentiel face à la presse. Encore une ou deux invitations et notre expert, nouveau venu dans les grands Médias, tiendra le haut du pavé… médiatico-politique.
  2. Verbatim :  » Je pense par exemple que les Gilets jaunes étaient dans un discours fantasmé de croire que tous les journalistes étaient aux mains d’oligarques et étaient des marionnettes entre leurs mains. Cette main mise des oligarques n’empêchait pas les rédactions de conserver leur indépendance au moins relative« . Jolie ce « au moins relative, non ?
  3. Verbatim : « D’avoir dit qu’Emmanuel Macron était le candidat de la presse ça, ça vient d’une critique radicale des Médias QUI EST LARGEMENT DE L’ORDRE DU FANTASME « . On devine de quel côté radical se porte l’exaspération de ce brave expert : celle probablement de l’équipe d’Acrimed. Enfin notons qu’à aucun moment, notre Universitaire n’évoque les médias alternatifs comme Le Media TV, Quartier Libre d’Aude Lancelin ou Blast de Denis Robert.

Let’s tweet Again…

*

Hubert Germain, résistant gaulliste, dernier Compagnon de la Libération, est récemment décédé. Comme pour en récolter quelque gloriole et quelques gains en pourcentage de notoriété, Macron est allé lui rendre hommage. Et aussitôt, l’on a entendu sur nos ondes (France Info) que notre Président avait une « posture gaullienne« . Je me demande ce qu’aurait pensé Hubert Germain de tout ce cirque, lui qui avait surement écouté l’hommage légitime du Président à… Pétain.

*

Macron toujours. Omniprésent quotidiennement sur écrans et trustant tout micro qui se tend, il a présenté son plan 2030. Comme à son habitude, il a construit son discours sur des mensonges à répétition. Celui-là en particulier alors qu’en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Suisse, le salarié travaille beaucoup moins. Il m’a donc fallu traduire au plus près les pensées et les arrière-pensées présidentielles.

*

Le mensonge : seconde nature du Pouvoir. Mais sur cette déclaration, c’est plus insidieux. On reconnaît le recul et, bien entendu, ce sera pour y remédier. Faites-lui à nouveau confiance et il corrigera les erreurs. Donc, il a r-e-c-u-l-é. Mais pas sa Police.

*

Cette semaine, Edouard Philippe est revenu sur la scène politique avec un nouveau parti (Horizons). Un machin qui va aider Macron en 2022. A ce dernier, de faire un retour d’ascenseur à Edouard en 2027. En attendant, je suis allé revoir les captures de tweets sur l’ex-Premier Ministre. Ô surprise, on trouve les noms de deux supporters qu’Edouard et ses sbires s’empressent de cacher. Frédéric Mion, ex-directeur de Science-Po Paris, qui -dit-on- offrit une place à Edith Chabre (épouse d’Edouard) dans l’officine politique préférée du Pouvoir. Ultimes précisions : 1. Madame n’avait pas les diplômes requis pour y entrer. Et 2. le second supporter d’Edouard est tout simplement Olivier Duhamel, conseiller de Macron sur l’affaire Benalla, patron du Siècle, pédocriminel, en conversation ici avec Brigitte Trogneux-Macron.

*

Marianne, le magazine de Daniel Kretinski nous offre une somptueuse manipulation avec ce tweet de promotion de Natacha Polony. Guère besoin d’en dire plus car mes lecteurs.trices ont été sondés et ils sont d’accord avec moi 99,99%.

*

Je suis tombé sur un tweet d’Ariane Chemin (que j’avais défendue ici en son temps contre les insultes de Yann Moix) La journaliste du Monde relevait les transformations d’Europe1, la radio tombée dans l’escarcelle Bolloré. Une radio que je n’écoute plus depuis belle lurette, bien avant l’ère nouvelle de Bolloré. Mais c’est vrai qu’à renifler les émissions de ces derniers jours, on y a versé carrément dans le nauséabond. Mais – mauvais esprit comme je suis – cette main mise bolloréenne m’en a rappelé une autre. Une autre avec cette petite phrase du Boss…. d’Ariane Chemin.

*

On sait que le Sieur Bolloré appuyera Eric Zemmour. Ce dernier continue de se présenter en victime des Médias, venant péter et répéter qu’on le censure (et le clamant haut et fort bien entendu dans… les Médias). Mais Robin Andraca a fait un récapitulatif des interventions-invitations de ce Monsieur si maltraité. Entre Unes des hebdos conciliants et émissions radio-TV, on s’aperçoit que le bouffon d’extrême-droite n’a pas une minute – hors champ médiatique – à lui.

*

J’aime beaucoup la photo et le Noir et Blanc. Voilà que le premier tweet repéré ce matin-là présentait un cliché de Brigitte et d’Emmanuel Macron enlacés sur une banquette de leur avion présidentiel. Il ne m’en a pas fallu plus pour pondre en rafale ces 22 lignes…

*

Comme je continue de soutenir la belle fiction offensive de Madani Alioua sur le Vichy 1940-41 (voir ici les deux billets d’entretien ) je vous dépose ici une critique de belle facture tirée d’un blog de Médiapart. Elle y dit l’essentiel et vous encourage, en ces temps de mensonges et de falsifications de l’Histoire, à vous le procurer.

Sel de la vie et poison macroniste.

Le pass sanitaire n’est pas là pour nous protéger. La vaccination ? Ceux-contre et ceux-pour devraient arrêter de s’écharper et de s’insulter car toute la stratégie de la Macronie (tension et division) se construit là-dessus. Tout débat autour de la nécessité ou non du vaccin est escamoté, toute tentative d’explication pluraliste est exclue. Une chose demeure certaine : le principe de l’inégalité entre citoyen(ne)s est – pour la première fois dans notre Histoire – inscrit dans la loi.

LE SEL DE LA VIE.

J’ouvre le petit livre de Françoise Héritier (paru en février 2012) et je tombe sur son subtil prologue :

« Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements politiques et de tous ordres, et c’est uniquement de cela que j’ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous : le sel de la vie ».

Suivront plusieurs beaux chapitres pour dire ce qu’il en fut de son sel de la vie, le tout en associations d’idées et en laisser-venir à soi à la façon des Surréalistes : accumulation de petits plaisirs, de petits désagréments, de miracles intimes, de frémissements (café au soleil, la promenade le nez en l’air, aller à la découverte d’une ville inconnue) etc.

LES POISONS DE LA VIE.

Et puis, tout à coup, au détour d’une très jolie page, ma main reste en suspens, mes pensées froncent le sourcil. C’est que ce temps évoqué par Françoise Héritier… n’existe plus. Le café au soleil ? Préhistorique car il n’est plus certain du tout de pouvoir se rendre au Centre Commercial et d’en acheter. La promenade le nez en l’air ? Encore faut-il pouvoir sortir sans crainte et ne tomber ni sur le virus ni sur une charge policière. Découvrir une ville inconnue ? Mais comment s’y rendre sans être constamment contrôlé, inspecté, disséqué ? Impossible aussi de prendre le train, l’autobus. Se rendre à l’étranger ? Comment financer les déplacements en étant privé désormais de salaire ? Etc.

Peu importe que je sois vacciné ou non, cela ne regarde personne. Mais le constat est grave : nous sommes entrés dans l’ère de la rupture du principe d’égalité, dans la destruction du «secret médical» (1) ? Et autant dire que si le sel dans la vie saupoudre encore ma vie (beaucoup beaucoup moins, hein ?), les poisons de la vie sous Macron, eux, sont bien là.

CONFUSION. DIVISION.

Les périodes de confusion ont toujours existé. Elles nous laissent, dans un premier temps, tous un peu groggy, sidérés, presque paralysés. Il en est souvent ainsi devant les coups de force politiques. Mais la seconde étape (celle de l’analyse) nous requinque lorsqu’on peut la développer. Dressons alors le premier constat permanent : l’Elysée et son larbinat nous mentent. Et le premier dans ce hit-parade, c’est le menteur Macron bien entendu.

Mais ne nous contentons pas de ce constat car ce qui demeure, c’est – on ne le souligne pas assez – l’obligation pour le grand patronat et les banques de continuer à maintenir (augmenter) le taux de profit. Pour cela, ils ont besoin de leur personnel politique et de leur agitation prioritairement basée sur la Covid19. Le temps dominant d’aujourd’hui est le temps de l’Economique, il est chargé d’une férocité rarement vue : concurrence et solidarité entre les différents impérialismes avec l’arrivée des pays émergents aux dents longues, violences policières généralisées, main mise sur les médias (privés comme publics), insultes sur tout opposant etc.

Rappel : le combat du Medef (ici via Denis Kessler) est plus que d’actualité. Que veut cet ex-représentant du Medef avec cette déclaration de 2007 ? Enumérons les quelques buts essentiels poursuivis : justifier les licenciements, liquider la protection et la sécurité sociales, se servir du pouvoir politique que le Medef a contribué à installer, instaurer la pénibilité du travail jusqu’à 64 ou 65 ans et faire en sorte qu’il soit impossible de rêver notre vie au-delà de ces âges.

Les mensonges élyséens n’ont aucunement pour fondement les ressorts psychologiques d’un Macron. Un autre candidat 2022 ferait tout aussi bien l’affaire.

Leçons de l’Histoire : RENE BELIN et… OLIVIER VERAN

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, j’ai découvert Olivier Véran en soignant, syndiqué et gréviste… Il y dénonçait le manque de moyens dans les hôpitaux ! Une décennie plus tard, le même est devenu un larbin qui a pignon, écran et micros, sur rue. Le voilà qui nous assène quotidennement la propagande macroniste, insultant les syndicats, les soignants, les grévistes, le supposé dépassement des dépenses publiques etc.

Des Olivier Véran, l’Histoire en a connu régulièrement. Dans les années 30-35, après le coup d’état fasciste de février 34 (qui échoua), le patronat prit conscience qu’il lui fallait absolument élargir sa base de masse. Que croyez-vous qu’il fît ? Hé bien, il alla chercher de vieilles figures syndicales, les remit sur pied, les paya grassement. Ainsi du syndicaliste René Belin que patrons et banquiers firent monter dans la hiérarchie de la CGT jusqu’à être… le n° 2 de Léon Jouhaux !

Leur but d’alors : diviser le mouvement ouvrier des années Front Populaire en inventant des coups d’Etat supposés des communistes-cégétistes unitaires-complotistes. René Belin fit un travail impeccable. Le bonhomme, très bien rénuméré par les caisses patronales, reçut enfin sa récompense en juillet 1940 : il fut le premier Ministre du Travail du Maréchal Pétain. Et quand les banquiers et patrons de Vichy n’eurent plus besoin de lui, ils le virèrent en 1942. Entretemps, ce René Belin eut le temps – via sa Charte du Travail de novembre 1940 – d’interdire les… syndicats (2)

LECON-BIS DE L’HISTOIRE.

Quelques anti- pass sanitaire parlent de dictature, de Macron-Nazi, de retour de Vichy. Ils nomment mal ce régime. Il faut en effet être prudent avec les rapprochements historiques. Que les industriels et banquiers aient ces volontés constantes, celles de la division pour régner, de la promotion de son personnel politique, de la main mise des Médias et de l’utilisation de la violence policière dans les rues et les manifestations, ne suffit pas à qualifier le régime d’aujourd’hui de fasciste. Les acquis démocratiques tiennent (malgré leurs fragilités et leurs remises en cause), l’exercice – même brimé – des partis et mouvements politiques peut se faire, l’élimination du bouc émissaire n’est pas programmé jusqu’au dernier (le migrant, l’étranger n’est pas le juif des années brunes qu’on déporte au final en camps d’extermination).

Mais que la Macronie se trouve en position de défendre son pouvoir avec un autoritarisme jamais vu depuis la Libération, oui. Aucun doute là-dessus. Penser (agir), c’est difficile, c’est exigeant : ne nous trompons surtout pas dans nos mots d’ordre, dans l’écriture de nos pancartes, dans l’exposé de nos positions.

****

(1) Rappelons que 1789, période de bascule, permit de se dégager de l’emprise religieuse et d’ériger un espace privé de liberté pour tout(e) citoyen(ne).

(2) J’insisterai ici encore pour vous pousser à la lecture de ce temps historique (Vichy 1940-1941) via la fiction de Madani Alioua («La Guerre N’Oublie Personne»). Chez L’Harmattan.

« CONTRE L’ETAT PRESENT S’INSURGER »

C’est par la lecture d’un de ses fragments qu’Héraclite, philosophe grec de la fin du VIème siècle avant JC, m’a redonné du courage. En cette période de détresse, de manipulations tous azimuts, d’aggravation de la misère, de mensonges sur la conduite sanitaire, il est impératif de tenter de devenir un humble gardien des vivants et des morts. Pour ça, essayons déjà de voir clair sur l’état présent.

MELENCHON

Ce tweet de Jean-Luc Mélenchon m’a laissé sur ma faim.
On pourrait penser effectivement que Macron se réjouisse que la Justice ait mis Sarkozy sur la touche. Mais peut-on se satisfaire de cette analyse et du trop simple constat d’une mise à l’écart définitive d’un «sérieux rival» ? C’est vrai qu’en cas de candidature, Sarkozy aurait siphonné une partie des voix de Macron (et peut-être l’aurait empêché d’être au second tour). Mais la question essentielle aurait été de savoir si Sarkozy aurait pu être candidat 2022 ?

SARKOZY ET LE LR.

« Mon Chouchou ! Mon pauvre Chouchou ! »

Examinons l’état du Présent : Sarkozy peut, depuis longtemps, mettre définitivement une croix sur un rôle public. L’accumulation de ses casseroles antérieures l’empêchait déjà de simplement imaginer un retour. Cette condamnation lui donne juste le coup de grâce. Les Républicains n’auraient pu le choisir comme candidat et le présenter comme «rival», si «sérieux» aurait-il été, de Macron. Et l’unanimité (de parade) tout autour de l’ex-Président pour prendre sa défense (à l’instar de son président Christian Jacob) ne trompe pas grand-monde. Avec l’énorme et insupportable handicap d’avoir des Républicains passés à En Marche (Darmanin, Le Maire, Philippe), le parti a déjà fait une croix sur cette élection et – coup de kärcher – sur Sarkozy. En le nommant pour 2022, le parti LR aurait pris un sacré risque et ce, pour de longues années. Seul but dorénavant pour ces Républicains : préparer, réfléchir à un candidat pour la future présidentielle 2027 et miser sur un grand nombre de députés.

Quant au républicain Sarkozy, il aura toute latitude pour utiliser ses réseaux afin d’aider Macron (comme il l’a fait en 2017) et de conseiller son double et ami Darmanin. Homme de l’ombre, homme d’influence souterraine, voilà qui satisfera sa vanité de pov’con, voilà la seule place qu’il peut désormais occuper.

ET NOS GRANDS CAPITAINES D’INDUSTRIE ?

Derrière la scène de compassion pour la victime Sarkozy se joue bien autre chose. Pouvons-nous imaginer que les grands capitaines d’industrie (de luxe, d’armement etc), promoteurs de Macron 2017, se soient rangés derrière Sarkozy et qu’ils aient abandonné le banquier amiénois pour 2022? Non. Eux aussi savent depuis longtemps que leur ex-idole ne compte plus. Leur stratégie reste la même : diviser la gauche, isoler Mélenchon par la calomnie et la désinformation quotidienne et promouvoir une pseudo-rivalité Macron-Marine Le Pen (sachant que MLP n’a aucune chance dans un second tour). Pour cela, ils rejoignent la stratégie des agences élyséennes. Voyons un peu ça.

FINI LE « NI DROITE NI GAUCHE » DE 2017.


Les moyens Medias colossaux de 2017 ont permis de fabriquer un dirigeant New Age, beau, sympathique, à qui il fallait faire confiance. Aujourd’hui, Macron est devenu impopulaire et le MEDEF s’en inquiète.

Alors, ne soyons pas surpris, ils vont sortir la grosse artillerie. L’énormité de la Propagande pro-Macron 2017 ne sera qu’une aimable plaisanterie comparée à celle qui s’annonce. De Bouygues TF1 au Service public, des chaînes de la honte au Monde de Niel, tout sera fait pour un Episode 2 : Macron vs Le Pen.
Aussi voyons-nous s’installer une nouvelle stratégie macroniste. Cette fois-ci c’est : « ET Droite ET Gauche ». Le projet de Macron (du néo-libéralisme de l’Institut Montaigne et des économistes de Bruno Le Maire) c’est de continuer coute que coûte leur politique de «réformes» liberticides avec répression dans les rues, utilisation manipulatrice de la protection sanitaire etc. Programme économique de Droite donc, avec repression manu militari, d’un Darmanin (trouvant Marine Le Pen trop molle). Mais cela ne suffit pas à forcer un nombre suffisant de supporters de MLP à adhérer à En Marche. Alors, on fait joujou avec l’autre côté : le côté Gauche.

LREM TENDANCE GAUCHISTE.

J’avais signalé dès septembre dernier l’esbrouffe macroniste très réfléchie de se coloriser en « parti de gauche ». C’est une condition essentielle pour gagner en 2022. Voyez les tentatives de fin 2020 : Macron tente de créér une aile gauche avec l’appui de ses Medias-moutons. Mais ça ne marche pas car les pseudo-dissidents ne sont pas connus, n’ont aucun poids de notoriété auprès du public.

Alors que faire ? Hé bien, il leur faut envoyer les grosses pointures comme des ministres. Et c’st ainsi qu’Elisabeth Borne, ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion clame tranquillement (ne riez pas, ce n’est pas une plaisanterie) qu’elle «est de gauche». Attendons-nous donc à une déferlante pro-LREM, à un pilonnage hors-normes sur les écrans et micros généreusement ouverts pour tenter de nous persuader que ces fossoyeurs de la République sont de dignes héritiers de Jaurès et du programme du Comité National de la Résistance (programme à la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui s’intitulait «Les Jours heureux»).

COLERES et SCANDALES TOUS AZIMUTS.

On ne compte plus les scandales dans la Macronie. Des mensonges de Marlène Schiappa aux contre-vérités d’un Darmanin, on ne sait où donner de la tête. Les Agences politique élyséennes comptent certainement sur nos vertiges et notre sidération pour… nous en offrir d’autres.

Ainsi – via cette méthode d’accumulations de scandales et de mensonges – cette odieuse Macronie tente de faire taire nos cris de colère. Hé bien, non, c’est manqué.

MICHELIN.

Ce matin, on apprend que Michelin va licencier 2300 personnes. C’est ce même Michelin qui entretient toujours la légende du trust au service de tous. Une légende qui s’est construite avant et après-guerre, périodes pendant lesquelles Pierre Michelin finançait les Cagoulards via l’activiste d’extrême-droite François Méténier (ami jusqu’à sa mort d’un autre François : Mitterrand). Rappelons que 33% de la production française de caoutchouc de Michelin était livrée alors au Reich depuis les plantations d’Indochine qui appartenaient toutes à cette noble famille. Ce caoutchouc était intégralement livré pour l’effort de guerre allemand au prix de répressions syndicales et politiques, au prix de la semaine à soixante heures et de diminutions drastiques de salaires.

Aujourd’hui, pour son usine de La Roche-sur-Yon, Florent Menegaux, président de Michelin nommé en mai 2019, a béneficié de 65 millions d’euros du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ces dernières années (dont 4,3 millions pour l’usine de la Roche-sur-Yon).

Bien entendu, la Machine de la Novlangue s’est illico mise en marche. Florent Menegaux répond dare-dare à une invitation du Figaro et se justifie en ces termes : « Il s’agit à la fois d’un plan de simplification de nos activités administratives et tertiaires et d’un plan d’amélioration de la productivité industrielle de nos sites historiques en France ». On retiendra les mots de «simplification» et d’«amélioration de la productivité». Le grand Boss évitera bien sûr de prononcer le chiffre de 2300 salariés mis au chomage et ne dira rien sur la violence terrible qui s’ensuit avec les conséquences sur les familles. Des mots absents du dictionnaire des libéraux.

Florent Menegaux n’est pas tout seul dans cette Opération Manipulation. Il lui faut des appuis nationaux. Il est un grand ami de Macron rencontré au Salon de l’Auto en octobre 2018. Des appuis nationaux mais aussi régionaux via le journal de révérence : La Montagne.

Voyez la façon de présenter ces licenciements de la part du quotidien pro-macroniste. Là où d’autres auraient mis des guillemets à la phrase où il est question de «simplification» et de «productivité», La Montagne elle, n’en a cure. Elle reprend les mêmes mots mais en levant tranquilou les guillemets. Traduisons donc la prise de parti du canard régional au final : «Pourquoi mettrais-je des guillemets ? Je suis du même avis que Menegaux, étant fièrement son relais patronal privilégié ». 

LAGARDERE ET SES TORCHONS.

Pendant que Michelin licenciait sans vergogne, un autre patron se frottait les mains. Arnaud Lagardère, dont les affaires tournent mal, vient de toucher le « jackpot » grace à son ami Emmanuel.

JDD, Paris-Match : les torchons Lagardère.

Le groupe s’est vu octroyer un prêt garanti par l’Etat de 465 millions d’euros. Les prêts garantis par l’Etat (PGE) permettent de faciliter l’octroi d’un emprunt à une entreprise ayant des difficultés de trésorerie. ( Ô le pauvre Arnaud !). Le pire est là : en cas de non-remboursement, l’État s’est engagé à prendre à sa charge la majeure partie du reste du crédit à rembourser, en l’occurence… 80 %. Voilà où passera notre argent.

LES LOIS LIBERTICIDES APPROUVEES PAR LE CONSEIL D’ETAT.

Une nouvelle qui n’a guère fait le buzz dans les rédactions de nos radios publiques (1) et de nos chaines (de la Honte ou non) c’est celle de l’annonce de l’approbation par le Conseil d’Etat de la loi scélérate qui autorise désormais le fichage. Faisons l’inventaire : fichage politique, relevé de nos commentaires sur les réseaux sociaux (2), collecte de nos identifiants, de nos convictions religieuses, de notre appartenance syndicale, de nos n°s de téléphone, de nos «signes physiques particuliers et objectifs» et – tant qu’on y est – de nos bulletins de santé (renvoyant à la poubelle le secret médical).

Rajoutons que le juge des référés, qui a considéré comme légal le fait que la police et la gendarmerie puissent ficher des personnes, s’appelle Mathieu Herondart. Et ô surprise, il était conseiller de la Garde des Sceaux Nicole Belloubet. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même.

Agnès BUZYN file en SUISSE.

Autre scandale : le départ d’Agnès Buzyn pour un poste au siège de l’OMS à Genève où elle bénéficiera d’une immunité diplomatique (?) et de 15.000 euros mensuels. Pas belle la vie ? De quoi lui redonner le sourire après ses pleurnicheries de février. Certains se demandent comment elle peut continuer à vivre aussi lâchement. Alors précisons que, chez ces gens-là, on ne raisonne pas du tout à partir de nos critères moraux. Peu probable en effet qu’Agnès Buzyn se sente «lâche». Son déni, son aveuglement sont tellement incrustés en elle qu’elle vit sa nouvelle affectation à Genève non comme une fuite mais comme une reconnaissance de ses qualités professionnelles et comme une promotion méritée.

Pascal BRUCKNER et Catherine CLEMENT.

Au nombre des déclarations scandaleuses qui donnent à vomir :

  1. celle de Pascal Bruckner, habitué des croisières gratuites sur la Méditerranée, pensant certainement que la Covid ne tue pas assez vite ni en assez grand nombre, a lâché : «Il faut fixer l’âge de la retraite à 70 ans».
  2. celle de Catherine Clément – via le tweet ci-dessus où elle parle de « délation » au sujet des révélations de Camille Kouchner. Catherine Clément fut anciennement proche des Communistes, une collaboratrice de cette belle revue que fut La Nouvelle Critique, une intellectuelle jadis estimée. Personnellement, je suis toujours un peu sidéré d’assister à ces chutes abyssales vers de telles déchéances.

OLIVIER DUHAMEL.

Je ne m’attarderai pas sur la pédocriminalité d’Olivier Duhamel qui tient boutique à Europe1, sur La Chaine immonde (LCI), à Science-Po, à France Culture, etc. Je relèverai que dans cette affaire, les Medias moutons ne se sont guère étalé sur sa Présidence au « Siècle », officine où se rencontrent régulièrement personnel politique, médiatique, économique de haute tenue.

« Une centaine… ».
On attend donc l’inventaire d’Ariane Chemin.

On peut comprendre ce silence sur nos antennes de radio et nos écrans puisque la quasi-totalité de nos grands médiacrates (et autres) en sont membres. (3)

***

(1) Au 5 janvier, au 13-14h de Bruno Duvic de France Inter, on titre sur la Covid (15 mn), sur Véran et les vaccins, sur Joe Biden Mais pour cette rédaction, ce fichage n’est pas une info.

(2) On imagine d’ici la joie de tous ces médiacrates – de Jean-Michel Aphatie à Patrick Cohen, de Lea Salame à Thomas Legrand et Pujadas – tous en haine des interstices de contre-pouvoirs résiduels sur le Net.

(3) Outre Sarkozy, on a pu y repérer un autre membre de cette confrérie : le nom de notre actuel Président. Gageons que cette autre Dame (Brigitte M) ne manque pas, elle aussi, de présenter sa carte de fidélité avant les Dîners du dernier mercredi du mois au siège du Cercle Inter-Allié.