Tag Archives: Le Siècle

Les Flèches de BiBi (1-15 novembre 2011)

*

Nicolas cultive son champ (de bataille).

Le quotidien de Dassault écrit noir sur blanc la Stratégie présidentielle : «Pendant que François Hollande semble encore chercher les bons réglages face à cette crise qui se durcit et se répand, Nicolas Sarkozy continue de creuser son sillon de président au travail».

«Nicolas Sarkozy continue» : il n’a donc jamais cessé de se battre contre cette Crise, malédiction tombée du Ciel.

Il continue «de creuser» : creuser est bien le geste terre à terre d’un Homme qui ne rêve pas, qui a les pieds sur terre et même dans la terre, dans la boue : il creuse, continue de creuser malgré les catastrophes et les cyclones.

Il creuse même «son sillon». Le sillon est l’endroit où l’on sème, où l’on fait pousser les futures réformes qui se lèveront comme les blés mûrs, au début de l’été (2012).

Il creuse «son sillon de président» : président avec un petit «p». Fini le Président : Sarkozy se la joue modeste, besogneux, à niveau de son peuple en souffrance. Il se démène en «p»résident sauveur.

Nicolas Sarkozy est un président au «travail» pendant que François Hollande tergiverse, se perd dans l’attentisme, en est encore à «chercher les bons réglages» de son motoculteur. Hollande : cet éternel pseudo-président à la ramasse, en tracteur-arrière.

Le Figaro, Maitre-Danseur ?

«De plus en plus les tourbillons et les cyclones qui balayent les grandes économies de la Planète apparaissent aux proches du Président comme la voie qui lui permettra de reconquérir une opinion qui lui reste pour le moment largement réfractaire». Le Combat réside dans ces trois mots : «pour le moment». L’avantage est à Gauche. Mais attendez -malgré les sondages défavorables qui disent un peu la vérité sur l’impopularité – vous ne payerez rien pour attendre. Riez, Gens de Gauche pour le moment, mais… attendez la suite. Amusez-vous, rigolez bien ! C’est ça, chantez bien pour le moment ! On verra bien qui dansera en Mai 2012.

BiBi un menteur ?

Conversation surprise entre Sarkozy et Obama : «Je ne peux plus le voir, c’est un menteur» aurait lâché notre petit Chef à l’encontre du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Mais il n’aurait pas été impossible que ce soit l’inverse et que cette phrase ait été prononcée par BiBi à l’encontre de Sarkozy. Euh… rappelons que BiBi n’est pas le Bibi du présent blog mais que c’est le surnom du Premier Ministre israélien.

CFDT-CQFD

Une sommité de la CFDT n’a pas apprécié du tout que BiBi s’attaque au fils de François Chérèque. « Ce n’est pas franchement correct » et même plus : placer Chérèque – père et fils (1) «en serviteurs du beau monde» est diffamatoire.

La semaine dernière, François Chérèque s’est montré, une fois encore, toujours aussi limite dans son flirt sarkozyste. Le Boss de la CFDT est toujours à croire que le Père Noël de Droite va amener de beaux cadeaux pour les Travailleurs. Voilà Chouchou qui déjeune avec une délégation de jeunes syndicalistes mondiaux à Cannes, voilà qu’il fait ses sempiternelles promesses sur pouvoir d’achat et emploi et hop, hop, hop voilà notre bon père François qui s’extasie : «S’il [NicolasSarkozy] y arrive, ce sera une avancée importante à mettre à son actif». Ah, ce magnifique «S’il y arrive» plein d’espoir (et de leurre) ! Pas de doute par contre, François Chérèque finira (comme Nicole Notat) par se mettre à table aux Dîners du Siècle. Oui, c’est sûr : lui, il y arrivera.

Sarkozy entre mots et maux.

Dans les discours de Nicolas Sarkozy, les mots et formules suivantes sont désormais écartées et déjà enterrée. On ne retrouve plus : «Baisse du pouvoir d’achat, Austérité, Chômage en recul, Priorité à l’éducation, France en récession, Bilan de mon quinquennat, Rigueur, Promesses, Georges Bush, Ben Ali, Fouquet’s, Disneyland, Ma Carla, Karachi…» BiBi payera à boire au premier Internaute qui relèvera une de ces formules pas encore rayées dans les scribouillages présents et à venir préparés par Henri Guaino ou Camille Pascal.

_________________________________________________

(1) BiBi a rappelé –  via la source du Point – que le fils Chérèque avait fait un stage au Plaza Athénée et avait – peut-être – servi Alain Minc, habitué de l’Etablissement très sélect.

BiBi bande… son arc et sort ses Flèches.

Le Diplodocus et les Diplomates.

La perle de cette quinzaine vient de Nicolas Sarkozy : «Je n’ai d’ailleurs jamais aimé les diplomates ni les magistrats, ce n’est pas ma culture. Moi j’aime les préfets et les flics» (Le Canard Enchaîné, page 2). BiBi en est maintenant sûr : Nicolas ne lit pas (ou ne sait pas lire) le Monde diplomatique.

Il aime les Préfets.

«J’aime les préfets» dit Sarkozy avec emphase. Sauf celui de la Manche démissionné pour avoir laissé entendre des voix contraires lors d’une visite de Chouchou. Sauf le collègue du Var muté sans doute à cause de l’Affaire des égouts de Belle-Maman. Sauf le préfet de l’Isère limogé après les événements qui se sont produits à Grenoble en juillet dernier.

Il aime les Préfets anciens flics (et réciproquement).

«J’aime les préfets et les flics» répète Sarkozy. Souvent, c’est un pléonasme. Le 23 février, le préfet Ange Mancini, préfet de la Martinique en 2009, devient coordonateur national du Renseignement à l’Elysée. Avant d’être préfet, il a été un «super-flic». Comme le furent les collègues Christian Lambert, nommé préfet de la Seine Saint-Denis en avril 2010 et Eric LeDouaron nouveau préfet de l’Isère.

Diplomates pas très diplomates ?

Les diplomates ont reçu, eux aussi, les gifles présidentielles. Mais Yves Aubin de la Messuzière, l’un d’entre eux, s’est rebellé dans une tribune libre de «Libération». Il y révélait que le gouvernement était parfaitement informé «des dérives du système Ben Ali». Il aurait fallu lire les dépêches des diplomates, dit le Diplomate. Lire ? Ne sais-tu pas, cher Yves, que l’alphabétisation en cours de notre Président connaît quelques sérieux retards ?

BB, pas BiBi.

Les propos sont du Golden Boy, Boris Boillon, (Attention BB, pas BiBi et pas Habibi non plus), diplomate new-look à la Sarko : «[Khadafi] a été un terroriste, il ne l’est plus. Il ne faut pas laisser libre au cliché. Dans la vie, on fait tous des erreurs et on a tous droit au rachat». BiBi avait cru lire «On se tait tous sur des terreurs et on a tous droit au crachat»

Cru ou cuit ?

Le député UMP de Haute-Savoie, Lionel Tardy, a déclaré dans La Croix du 17 février que «la droite se fait manger tout cru sur Internet». Le député peut être cru sur paroles. BiBi espère très prochainement que la droite sera toute cuite et que la déroute UMP ne saurait tardy.

La Suisse nous attaque !

Même la Confédération Helvétique s’y met ! Jean-Noël Cuénod de la Tribune de Genève se lâche contre Kouchner : «Il ne faudrait pas oublier que le porteur de riz du quai d’Orsay avait  placé la Libye et la Suisse sur le même pied et poussé l’insulte en accusant notre pays de prendre Tripoli en otage !». Pour une fois, ce sont les petits suisses qui mangent les petits français (et non l’inverse).

Un Siècle de retard.

Au Siècle, 13 avenue de l’Opéra 75039 Paris, on peut apercevoir de temps en temps, son vice-Président Louis Gallois, Président exécutif d’EADS qui vient d’être grillé sur le Marché par la Compagnie US Boeing au sujet du remplacement de la flotte d’avions ravitailleurs de l’US Army. C’est donc Boeing qui a réussi le Marché du… Siècle.

Menu avec un Verdeaux.

A la suite du déjeuner Sarkozy/Villepin, on a beaucoup mis en avant Alexandre Djourih, villepiniste et sarkozyste, très très riche homme d’affaires (va-t-il aider financièrement Villepin pour 2012 ?). Alexandre le Grand est devenu omniprésent auprès d’Henri Proglio, cumulant les casquettes à la tête de Veolia et d’EDF sur les marchés de l’eau et des déchets dans les pays émergents (Le Monde du 24 février). Comme par hasard, Grégoire Verdeaux, le grand conseiller com’ de l’Elysée au féminin – tendance géopolitique -, a été déplacé chez Proglio. Hasard ? Manœuvre ?

Sondage ou Son de rage ?

Les enquêtes d’opinion de Publifact, la société de Patrick Buisson, ami sarkozyste, sont facturées 392228 euros l’une ! Même pour la mesure de l’audience de son blog, BiBi refuse d’être sondé à ce prix… derrière ce Buisson.

Flèches de Cœur.

Une découverte : le blog de Travis Louie et ses dessins fantastiques (ou fantastiques dessins – au choix). Le dessin de Chouchou et Chochotte (hors-légende) est de lui.

 

Anne Fulda du Figaro et son article du Siècle.

Anne Fulda, Miss Figaro.

La journaleuse du Figaro poste habituellement sa rubrique en toute dernière page de son « Canard-laquais« . Tout dernièrement, elle s’était moquée du footballeur Nicolas Anelka qui lui avait causé un gros «mal de tête». La raison de cette migraine ? Le joueur de Chelsea avait déclaré qu’il avait toujours refusé de chanter la Marseillaise sur les terrains (Figaro du 2 décembre). Une semaine plus tard, Anne, ex de Nicolas… Sarkozy, était passée en première page du Grand Quotidien pour une Histoire d’un Jour.

Elle y relatait cette fois-ci – avec une ironie qui n’appartient qu’aux Puissants – son émoi et sa réprobation devant les militants protestataires venus accueillir par des huées et autres mouvements d’humeur le gratin politico-médiatique au Dîner du mercredi du «Siècle».

Chauds les marrons ! Chauds !

Cette chère Anne détaillait magnifiquement la scène : Jack Lang et Christine Ockrent avaient fait rapidement demi-tour. Eric et Florence Woerth avaient «séché la séance». Jean-Pierre Jouyet, président de l’Autorité des Marchés financiers, avait lancé un méprisant «La Révolution est en marche».Las, elle attribua alors à Denis Kessler, président du Groupe Scor et Monsieur Loyal de ce Cirque des Puissants, cette réplique : «Si tu m’empêches de rentrer, tu reçois un coup de boule, connard».

La Maman de Denis est offusquée.

Pauvre Anne ! Elle s’était en effet trompée de personne et fit aussitôt son mea culpa du siècle. Recevant un coup de fil de maman Kessler indignée, grondée par les membres du Conseil d’administration du fiston Denis, Anne s’est fendu illico d’un rectificatif. C’est que, dans ces espaces select, on ne parle pas ainsi. A «Connard», BiBi ne sait même pas si le fiston Denis (58 ans quand-même), solidairement défendu par sa maman, mettrait un N ou deux.

Ne nous étonnons pas de la rapidité de la correction d’Anne car chez ces Gens-là, «connard» ne se dit pas. Chez ces gens-là, on «garde un calme olympien» (Anne Fulda), on vit sereinement sur les hauteurs, on tutoie les Dieux de l’Olympe et on s’attriste – sans ciller – des réactions de la Plèbe (lorsqu’elle ne vient évidemment pas frapper trop « violemment » à votre porte).

Vieille aristocratie et Héros des Temps modernes.

En réalité, ce soir-là, la phrase avait bien été prononcée mais par «un patron de presse qui a gardé l’anonymat». Tout est rentré dans l’Ordre : le Capitaine d’Industrie, lui, n’a pas eu peur d’aller au charbon et de «donner un coup de boule». C’est que le bonhomme est un rentre-dedans, un baroudeur qui ne recule devant personne : c’est notre Héros des Temps modernes. Anne ne nous livrera donc pas son nom et sauvegardera son anonymat («pour ne pas choquer les enfants» et… les adultes). C’est que chez ces gens-là – une fois encore – on ne fait pas que compter et boursicoter, on veut garder une parfaite maîtrise de la Langue. Car maîtriser la langue, en imposer avec, l’imposer, ne pas dire de gros mots, ne pas verser dans le Vulgaire, c’est garder le Pouvoir.

Le bon vieux temps avec Nicolas.

Du coup, BiBi sait tout de cette soirée mémorable (1) sauf une chose : Anne Fulda est-elle entrée ce soir-là au siège de l’Automobile-Club de France où ont lieu les Diners de cette Aristocratie médiatico-politique ? On le saura peut-être dans un des prochains billets de la Journaleuse. En attendant, BiBi rajoute à l’attention de l’ignorant lecteur qu’en des temps antérieurs, l’ex-d’Anne, le cher Nicolas, affilié depuis toujours à la Secte du Siècle, lui donnait le bras en paradant à cette Soirée très select, chaque dernier mercredi du mois.

___________________________________________________________

(1) BiBi – fiérot sur le coup du Siècle – aime à rappeler qu’il fut un des premiers à dénoncer cette collusion honteuse entre personnel médiatique et autorités politiques. En deux articles SVP datés de… juillet 2008. Bonne (re)lecture !

BiBi s’invite aux Dîners de l’Atlantique (1).

Jusqu’ici BiBi ne connaissait que les fastueux dîners du «Siècle», cette Société du Beau Monde qui réunissait au 6 Place de la Concorde le très chic personnel médiatique, les formidables Capitaines d’Industrie et les très sérieux membres Droite/«Gauche» confondus. Après le dîner, chacun pouvait s’entretenir près du bar et papoter tout à son aise sur les dernières nouveautés de la Cour ou encore sur les erreurs à ne pas commettre si la Justice vous convoquait.

Il serait faux de croire à la futilité de ces Rendez-vous mondains. Il serait tout aussi  idiot de s’en moquer et d’en railler les participants. Bien au contraire, ces cérémonies rituelles sont à prendre très au sérieux : c’est là une des façons pour la classe dominante (avec aussi les mariages «consanguins» et les héritages donnés aux fils et filles) d’assurer la cohésion des Dominants. Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçot en ont remarquablement parlé, beaucoup mieux que ne le ferait BiBi ! (Voir leur livre en publication chez Zones ).

En épluchant (disons mieux : en plumant) le canard laquais du Figaro, BiBi est tombé sur les pages orangées (Rubrique : Les Décideurs) de l’ami Dassault. L’article parlait d’un certain Félix Marquardt (retenez bien le nom de ce jeune loup de la Com) et de ses Dîners de l’Atlantique. Dans ce champ des sangsues de la Com’ politique (Bibi parle ici du très haut niveau), voilà donc un nouvel entrant qui vient faire concurrence et jouer des coudes. Depuis les articles-BiBi et l’intervention de Pierre Carles au pied du Siège de l’Automobile Club, le «Siècle» a beaucoup moins la côte et il est devenu, au fils des…  jours et des années, beaucoup moins attractif et plutôt ringard.

C’est pourquoi Claude Guéant – qui veut toujours passé inaperçu – a choisi d’être le bienfaiteur discret du cinquième Dîner de l’Atlantique – dîners qui ont lieu dans la salle somptueuse de l’Hotel d’Evreux, place Vendôme. La classe, hein ?

Avant le cher Claude, deux autres illustres personnages en avaient été les parrains invités :

1. Jean-David Levitte, conseiller de Chouchou pour les Affaires étranges et étrangères, ouvrit par exemple le second Dîner avec l’ambassadeur des USA en France ( mais où était  Bernard Kouchner, notre Ministre ?).

2. Pour le lancement du premier dîner, on retrouva une vieille connaissance. Allez, BiBi va vous le donner en mille. Non, non, vous ne le croirez pas… Et pourtant, si, si… il s’agit bien d’Eric Woerth. C’était il y a un an, jour pour jour (nous étions le 29 octobre 2009) : Eric laissa tomber l’Assemblée où on s’ennuyait terriblement à causer de la Sécurité Sociale pour honorer le dîner de sa présence. Écoutons-le sur la vidéo : « ça me fait plaisir de participer à ce premier Dîner » ! Charmant, discret, comme à son habitude, excusant sa femme Florence, probablement retenue pour son travail auprès de Liliane.

Un an déjà ! Bon anniversaire, heureux Felix !

Pour bien finir le repas : continuer avec Part 2 : « BiBi comme un poisson dans l’eau à l’Atlantic Diner ».

Quand le « Fig-Mag » tourne en rond dans les Cercles… du Pouvoir.

BiBi adore le Figaro-Magazine de Sergio (presque autant que le Journal du Dimanche du Frère Lagardère). Dans le numéro du 29 avril, les journaleux de Dassault ont enquêté sur «Les cercles et lieux de Pouvoir ». On y parle de tout ce que BiBi avait déjà dévoilé dans ses deux articles sur le Cercle du «Siècle» (1), haut lieu de rassemblement du personnel politique, économique et… médiatique.