Tag: Jean Sarkozy

Les Flèches de BiBi (en avant-dernière).

L’amer Michel.

Michel Houellebecq, le rebelle à l’anorak kaki, a déclaré à France-Inter de son ami Val (20 octobre ) : «Je ne suis pas un citoyen et je ne veux pas le devenir. Le devoir par rapport à son pays, ça n’existe pas. Il faut le dire aux gens, aucun. On est des individus. La France est un hôtel, pas plus… » Il aurait pu ajouter que la France est un Hôtel de passe, que la Citoyenneté est une catin et qu’il se pourrait même que, Houellebecq lui-même, soit un de ses proxénètes.

Un résistant qui résiste au Temps.

Le bloggeur Vogelsong rapporte que Stéphane Hessel, le résistant, l’anti-Houellebecq, vend plus de livres que le Rebelle en anorak kaki. Pas de doute, Stéphane Hessel ne joue pas dans la même cour de récré : il est évidemment hors-goncourt.

Jean-Jean, le Fiston à Pistons.

Dans le JDD, le journaleux Bruno Jeudy offre une page entière à Jean Sarkozy. Il l’aide discrètement à remonter la pente de l’Enfer. Mine de rien, le canard-laquais nous dessine un jeune homme au grand cœur, repenti mais toujours battant. C’est la Stratégie du Junior : pas trop de pub prématurée mais ne pas se faire oublier non plus, pas de questions qui fâchent etc. L’article est impeccable, venu au bon moment : il plaira beaucoup à Papa et à son frère Arnaud (Lagardère). Pour faire taire les méchantes langues, Bruno Jeudy précise même – en encart – que Jean-Jean a eu son Bac A avec mention Bien. C’est vrai que le Fiston-à-Pistons est méritant et très volontaire… surtout avec un papa qui n’a jamais lu un livre de sa vie.

Quand Hulot hulotte…

«Pour moi, un tandem Jean-Louis Borloo /Nathalie Kosciusko-Morizet au Ministère de l’Ecologie aurait été une configuration idéale» (Journal Métro du 15 janvier dernier). Ajoutons que BiBi rajouterait bien Hulot à cette configuration (ou à cette figuration de c…).

Enfance en chiffres.

1. Selon le rapport 2010 sur le mal logement de la Fondation de l’Abbé Pierre, la France sarkozyste compte 3,5 millions de non logés ou de mal logés dont 600000 enfants.

2. En date du 15 mars dernier, l’NAF livre des chiffres-clés sur les bouleversements de la vie familiale : 357.000 emplois détruits en 2009 ; 216.396 dossiers de sur-endettement déposés en 2009, 105.271 jugements d’expulsion locative prononcés en 2008, 7711 enfants décédés à moins de 25 ans en 2006.

Dolce Vita.

En 2009, trois mille nourrissons ont été trouvés, vivants ou morts, en Italie berlusconienne. Ils seraient pas moins de 400 par an dans Rome et ses banlieues. La capitale italienne a donc décidé de créer des «Berceaux pour la vie» : des points où pourront être déposés les bébés abandonnés avec l’objectif de «sauver le plus grand nombre possible de bébés abandonnés par des mères en détresse qui veulent garder l’anonymat».

Phénomène fuyant.

1. Entre 2002 et 2007, on a comptabilisé 11.039 cas de fugues supplémentaires (soit + 32%).

2. ¾ des fugueurs ont entre 15 et 18 ans mais la tendance est au rajeunissement.

3. Les filles sont plus nombreuses que les garçons.

4. En 2008, les «récidivistes» ont représenté 44% des cas de fugues.

5. 1/3 des fugues durent plus d’un mois.

6. 22% des mineurs fuguent «par amour», 21% à cause d’un mauvais climat familial et 8,5% des fugues ont un rapport avec Internet.

7. 98% de mineurs fugueurs sont retrouvés. ( Source : Rapport d’activité 2008 – SOS Enfants disparus).

Bakchich et phrase en procès.

1. Bakchich est un des seuls Canards que BiBi n’a pas trop envie de déplumer. L’hebdo a été condamné pour avoir diffamé le Prince Albert de Monaco. L’équipe de Bakchich aurait dû adopter la position-BiBi qui avait élevé la phrase de Bébert («Monaco n’est pas un paradis fiscal») en phrase la plus drôle de l’année. Cela suffisait car (presque) tout le Monde avait compris.

2. BiBi constate avec déplaisir que l’humoriste Paul Wermus s’amuse encore dans les colonnes du journal mais avec plaisir que, par contre, Henri Maler d’Acrimed y fait son entrée.

BiBi vous offre son petit conte de Noël.

«BiBi est agent immobilier athée : il propose une église au juif, une synagogue à un islamo et une mosquée à un catho. Et pour le prix de la location, il leur dit : «1. C’est vrai vous n’êtes pas proprio des murs. Et 2. N’oubliez pas que Dieu soit… loué !»

Flèche de Cœur.

BiBi s’est attaqué au livre de Daniel Sibony («Le Sens du Rire et de l’Humour» chez Odile Jacob). Sans rire, c’est un très bon livre. Témoin ce passage très sérieux :

«Le rire met en acte une rupture de la solitude narcissique. Plaisir soudain d’être à deux, d’avoir d’emblée une partenaire, une promesse de jouissance (…). Mais être deux, c’est aussi être avec son double ; de préférence en bonne entente, sans fusion ni confusion, sans trop d’agressivité, c’est-à-dire de peur. Comme avec un sosie ou un alter ego ; pouvoir jouer à passer l’un pour l’autre, à se moquer de sa naïveté, en toute bonne foi».

Si bon, Sibony.

Sarkozy entre discrétion et discrédit.

Pour les Médias à la botte, il faut à tout prix et à grandes déferlantes faire en sorte que Chouchou soit présenté comme un Homme discret et n’intervienne que sur les sujets importants. C’est au prix du retrait calculé par Soubie, Guaino, Guéant et Fouks que Chouchou a des chances de remonter la pente des sondages. BiBi vous présente les prémisses de sa « Stratégie de la Discrétion »

Sarkozy a un ticket.

BiBi veille à ce que la discrétion de Chouchou se sache. Dans le Figaro du 12 mai, il a donc relevé que Chouchou avait passé un discret petit coup de fil à la conductrice de bus agressée le dimanche 9 mai à Aulnay-sous-Bois. Notre Président l’a assuré de son soutien pas discret et de sa détermination pas discrète. BiBi espère que Chouchou descendra au prochain arrêt en toute discrétion.

Chouchou fait discrètement son cinoche.

Pendant que Carla se pomponne discrètement pour le film de Woody Allen (Attention à sa clarinette, Carla), Chouchou veut défendre les bons vieux Ciné-Clubs. Le voilà s’inquiétant discrètement de la pauvre culture cinématographique des élèves qui préfèrent le Net et les Blogs : « Il est urgent de leur donner les repères indispensables que sont les œuvres majeures du Septième Art ». On ne sait si les Stars sarkozystes (Claviers, Chazel, Reno) l’aideront à sa tâche très discrète : valoriser son écran de fumée pour la Projection 2012.

Chouchou en toute discrétion au Théâtre.

Le JDD nous le rapporte dans un entrefilet très discret : Chouchou et Chochotte s’en sont allés au Théâtre. Et pas pour voir « La Cage aux Folles » mais… « La Sortie des Artistes » (en 2012 ?) au Tambour-Royal. Le JDD aux ordres nous parle de la scène : «La soixantaine de personnes présentes furent stupéfaits par l’arrivée du Couple présidentiel et ont apprécié la discrétion (dans le texte) du Service de Sécurité ».

No Sarkozy Day.

Vendredi 14 mai aurait pu être un grand jour dans la Presse Française. BiBi éplucha le Figaro jusqu’à la dernière page : pas un mot, pas une photo sur Chouchou. Discrétion totale ? Las ! BiBi tomba sur cette page 34, der des der. Sarkozy et Moubarak en photo, Aillagon faisant révérence à son Maître… A Gauche comme à Droite, le « No Sarkozy Day » a du mal à passer.

Nouvelles discrètes sur le Copain Armstrong.

Souvenons-nous de cette soirée new-yorkaise dans la salle de bal de l’Hôtel Waldorf Astoria où Lance Armstrong était venu saluer Nicolas alors bien peu discret. Il était présent parmi les mille convives (dont Jean-Marie Messier, Ralph Lauren, Henri Kissinger, Bernard Arnault, Serge Dassault). Il fallait sortir 1000 dollars pour être invité par la Fondation Appeal of Conscience qui célébrait la grandeur de Chouchou. Nicolas parla vélo, clamant à tout va que «Lance est un grand champion» et qu’il faut cesser de «contester sa grande valeur». Dans le Monde de ce samedi, le journaliste Stéphane Mandard nous parle des problèmes de conscience de Floyd Landis, vainqueur dopé et déchu. Ce dernier soutient que c’est Lance qui l’a initié au dopage. Discrètement, bien entendu.

Nouvelles de Jean-Jean, le Fiston-à-Pistons.

Mardi 11 mai, Copé et ses copains-coquins tenaient meeting à Courbevoie en Hauts-de-Seine. Non loin de là, Jean-Jean Sarkozy, le Fiston-à-Pistons, tenait en haleine son auditoire. Il s’agissait d’une rencontre discrète autour du Handicap et des Handicapés. Auditoire très très restreint : on compta jusqu’à 50 présents très discrets. Dur, dur de porter le nom-du-Père. Un gros handicap assurément.

Genève, Capitale du Monde (…des Riches)

 

Konrad Hummler, Président de l’Association des banquiers privés suisses (ABPS) a déclaré avec véhémence : «Il est exclu que la Suisse transige plus loin sur la question du respect de la sphère privée ou qu’elle accepte à l’avenir des modifications qui pourraient aboutir à la criminalisation des clients des banques helvétiques ou des employés de banques intègres que nous sommes». Paroles fortes à l’égal de leurs coffres… forts.

Le Prince Emmanuel-Philibert de Savoie, marié à l’actrice Clotilde Courau, est résident à Genève. Il s’est laissé aller à des confidences huit ans après les faits. Il a confessé sa liaison avec le top-model Kate Moss. C’était en 2002. BiBi attendra patiemment 2018 pour suivre ses nouvelles… aventures.

Dinara Kulibayeva

BiBi n’habite pas très loin de Genève mais il n’a jamais rencontré le Prince Emmanuel-Philibert de Savoie pas plus que la Princesse kazakh, deuxième fille de Nursultan Nazarbayev actuel Président du Kazaghstan. Discrète, fuyant les photographes, elle ne donne guère d’interview et ne se laisse pas photographier. C’est chez elle que Monica Bellucci s’est rendu pour recevoir des étrennes.

Dinara Kulibayeva a acheté en toute simplicité une propriété sur Genève de près de 8000 m2 pour quatre fois son prix. Vendue en premier à un homme d’affaire russe pour 19 millions de francs suisses, elle a été revendue à Madame la Princesse qui a du débourser… 74,7 millions de francs suisses. Son mari, Timour Kulibayev (Le Magazine Forbes estime sa fortune à 2,1 millions de dollars) a du grandement l’aider.

Si Madame pend la crémaillère et invite Monica Bellucci, BiBi veut bien faire un petit détour par Genève.

Julien Dray au Salon de Genève ?

Julien Dray a beaucoup apprécié le clip de BiBi sur Sarkozy Day 2012 et l’a fait savoir sur un commentaire du site de Sarkofrance. Il a même demandé comment il pouvait rencontrer… BiBi. Comme à Genève se tient la vingtième édition du Salon International de la Haute horlogerie, BiBi pourrait lui proposer un rendez-vous. Mais… BiBi se demande pourquoi faire et qu’y dire ? Si c’est pour parler montres et horloges, Julien a déjà Nicolas, Séguéla et leurs Rolex.

Albert Cohen et Jean Sarkozy.

Jean-Jean, le fils de Nicolas S., a suivi les traces de son père. C’est à 24 ans que, pour la première fois, Jean Sarkozy a ouvert  les portes d’une bibliothèque (c’est beaucoup, beaucoup plus tôt que son père) et qu’il est tombé sur son premier livre : «Belle de Seigneur» d’Albert Cohen, écrivain qui a vécu en Suisse Romande. Pour bien impressionner son monde, Jean le Fiston-à-Pistons a donné le beau prénom de Solal, héros du roman de Cohen, à son bébé Darty-fils. France-Info nous a informé que le nouveau-né était déjà…très autoritaire. Faut dire qu’il n’est pas aidé avec de telles initiales (SS)…

Que va devenir Jean-Jean le Fiston-à-pistons ?

Jean Jean

Avant-hier, Jean le Fiston-à-Pistons avait les cheveux longs et les idées courtes. Hier, il avait les cheveux courts mais les dents toujours très longues. Aujourd’hui, après son retrait comme candidat, il se fera consoler par sa belle famille. Le duo Papa Nicolas et Jean Jean le Fiston-à-Pistons, ça n’a pas marché. Qu’à cela ne tienne, avec Beau-Papa, on repartira. Jean le-Tendre-Gendre se la jouera plus modeste : pistonné certes, mais pour être magasinier à Darty. C’est qu’avec son beau-papa, Jean le Tendre Gendre va enfin commencer par devenir un homme… un homme dartyfils, chuchote le voisin de BiBi. 🙂

Diva Carla et Divin Didier.

Carla, Jean et Didier.

Chochotte fait son psy-show : voilà huit ans que notre divine Chochotte s’allonge sur un divan. Avec l’aide du psy du clan Lacan (Gérard Miller), on va la découvrir racontant sa première séance dans une émission de FR3. BiBi a relevé que Charles Berling sera l’invité de la seconde émission. BiBi suggère à Gérard Miller de ne faire qu’une émission…en les allongeant à nouveau ensemble sur le même divan.