Tag Archives: JDD

Vichy contre l’amnésie.

Bizarre. Frédéric Aguilera, Maire LR (allié avec 5 LREM)  de Vichy, successeur de Claude Malhuret, est d’habitude prolixe quand on parle de lui, squattant Centre-France, La Montagne et les radios locales. Bizarre, il n’a posté aucun tweet à propos de la double page du JDD de ce dimanche sur l’absence de mémoire du Vichy d’aujourd’hui. Il faut dire que l’article d’Alexandre Duyck, malgré ses manques, ne lui fait pas honneur du tout. [VOIR en fin de billet, l’article complet du JDD]

MON BILLET DE BLOG D’OCTOBRE 2018.

Tout un pan de l’article du JDD ne fait que reprendre tout ce que j’avais déjà écrit dans mon billet de blog d’octobre 2018. J’avais effectivement insisté – comme le souligne Alexandre Dyuck – sur cette absence insupportable et quasi-totale de renseignements, absence de stèles, absence de panneaux explicatifs, d’indications sur tous les lieux de l’ignominie pétainiste. Aucune plaquette locale imprimée non plus sur ces années spécifiques.

UNE HISTOIRE LOCALE ?

Précisons une chose d’emblée : l’article du Canard Lagardère laisse croire que ce silence (effectif) sur ces années ne concernerait que la ville. Or le sens de Vichy 40 ne peut s’analyser sans étendre la question au niveau européen et sans s’arrêter sur le rapport des forces mondiales (impérialismes), sans en reférer à la Résistance intérieure globale, sans dire un mot sur le mouvement synarchique qui prépara l’arrivée Pétain-Laval dès 1934. C’est d’ailleurs hélas cette direction que la tendance majoritaire de l’historiographie dominante a prise depuis de trop nombreuses années. Dans son livre récemment paru, l’historienne Audrey Mallet suit ses Maîtres en nous resservant le plat de la Vichysto-résistance, introuvable dans les archives (1).

OUBLI

Alexandre Duyck cite les galeries d’art à proximité de l’Office du Tourisme mais oublie de dire que dans cette galerie marchande (une des premières de France), il y avait une enseigne Louis Vuitton, ouverte pendant toute la guerre. Une fois de plus, on persiste à ignorer le nazisme de toute cette famille mondialement célèbre aussi dans ces années.

LES MAIRES EN QUESTION.

Alexandre Duycke rappelle avec justesse l’importance du rôle du LR Claude Malhuret dans cette omerta. Celui qui insulte les gilets Jaunes et Mélenchon avec ses tirades odieuses et puantes à longueur d’année est à très juste titre sur la sellette. Ces années de silence encouragées par Malhuret himself continuent-elles à durer en raison d’un comportement pro-collabo d’un petit nombre de familles huppées de la Ville ? On le saura bien… un jour.

Et quid de Frédéric Aguilera (2), son adjoint, très longtemps numéro deux de la Ville ? Hé bien, il s’arrange comme il peut : «L’ambiance était différente. Si j’avais été Maire à sa place, je ne sais pas ce que j’aurais fait». L’ambiance ? Au contraire, nationalement, l’ambiance était propice pour faire avancer sérieusement l’idée d’un Musée National dans la ville. Rappelons que c’est en… 1995 que Jacques Chirac reconnut officiellement la responsabilité de l’Etat français sur la période 1940-45 (2).

UN MUSEE NATIONAL SUR LA COLLABORATION A VICHY.

Devant le désir de très nombreux vichyssois d’avoir un Musée National sur cette période, il n’y a eu que silence, refus, désapprobation devant les justes envies citoyennes d’affronter cette Histoire. Contrairement à ce qu’avance Aguilera sur les supposées pleurnicheries des Vichyssois, ces derniers veulent au contraire que Vichy-la-Moderne soit au premier rang de ce combat pour la Mémoire. Or qu’ont ces citoyens comme réponses ?

Mr Aguilera se vante donc d’un musée-esbroufe sur 2000 ans de Vichy. Un musée sans approbation d’historiens, mini-musée avec surface réduite sur les années sombres. Un nom (Simone Veil) donné au parvis de l’Opéra (pour son combat contre l’avortement ?). Et c’est tout. Absolument tout. De qui se moque le nouveau Maire ?

GUSTAVE THIBON.

Monsieur le Maire s’enorgueillit d’avoir interdit Faurrisson mais il ne sait pas qui est Gustave Thibon (4) (ou le sait-il que trop ?). Il a permis officiellement (fin 2019 et début 1920) l’utilisation des locaux Centre Culturel de… la Ville par l’Association du pétainiste Gustave Thibon pour l’organisation de Conférences pour nostalgiques (5). Et ce, malgré les protestations citoyennes.

Rappel : Gustave Thibon, qui fut un des philosophes du Pétainisme, s’en tira tranquilou à la Libération. En 1951, il devint vice-président des Amitiés franco-espagnoles (structure franquiste). Avec le Général Weygand, il créa l’Alliance Jeanne d’Arc qui prit la défense de l’Algérie française et il soutint Le Pen jusqu’à sa mort (6). Ce Cercle accole sans retenue et sans vergogne le logo de l’«Action Française» 

MACRON : BIENTÔT A VICHY ?

Depuis la fin de la guerre aucun Président de la République n’est venu à Vichy (Mitterrand a soigneusement évité de s’y rendre – on sait pourquoi). Aguilera feint d’être en désaccord avec Macron qui a utilisé l’expression de « heures sombres de Vichy ». Et le voilà aussitôt qui prend la pose du Défenseur de sa Ville en tonnant, en nous faisant croire que ses protestations servent toute la population vichyssoisse ! Vaste blague. Ce qui se trame derrière cette comédie, c’est une invitation en douce probable de Macron pour qu’il devienne le premier Président à visiter Vichy. On devine d’ici les bénéfices des deux côtés : Macron, en Père de la Nation réconciliée, paradant pour un discours à la con, singeant Chirac, passant la brosse à reluire à tous, gommant la Résistance, cajolant Pétain et ses groupies pétainistes. Et la gloriole pour Mr Aguilera (le croit-il !) ! Je prends le pari que cette prochaine Opération de réconciliation, énième opération de com, se fera avant 2022.

******

  • 1. On notera qu’une fois encore, une historienne diplômée, censure le travail d’Annie Lacroix-Riz, cite des chiffres sans preuves indiscutables – avec des conditionnels – sur les « éxécutions sommaires » (p.115), parle de vichysto-résistance (p.145) admise sans retenue (alors qu’il s’agit de vichysto-pro-américains qui avaient senti le vent tourner). Rappelons qu’à l’instar des Pucheu, Giraud, Weygand, Darlan, beaucoup de hauts fonctionnaires partant à Alger sont allés chercher refuge chez  Murphy et non chez De Gaulle. Autre exemple : elle parle de « trois femmes tondues » (sans préciser ce qu’elles avaient fait. p.119).
  • 2. Le journaliste du JDD parle du pourcentage à 74,1% des voix qui ont porté Aguilera à la Mairie, laissant croire à une unanimité des Vichyssois. Information erronée puisque sont passés sous silence les… 65,4% d’abstention ! Sur les pourcentages, voilà le dernier tweet (6 juillet 2020) de ce Mr Aguilera qui se gausse de celui utilisé par les Ecologistes alors que lui-même…
  • 3. Le discours de Jacques Chirac date d’il y a 25 ans (15 juillet 1995) ! C’est dire si Mr Aguilera – dont l’Histoire n’est pas le fort – n’a guère perçu, depuis ce temps lointain, «l’ambiance» du Pays.
  • 4. On se souviendra de tout ceci lorsqu’on lira les propos antifascistes de l’actuel Maire sur Twitter !
  • 5. « En matière d’expression publique », se justifia F.Aguilera, « la liberté est la règle et l’interdiction, l’exception ». A l’instar des arguments de fachos, la liberté, ce serait donc « un quart d’heure d’antenne pour Hitler et un quart d’heure pour les Juifs ».
  • 6.« Gustave Thibon est sans conteste le plus brillant, le plus neuf, le plus inattendu, le plus désiré et le plus cordialement salué de nos jeunes soleils » (Charles Maurras 10 juin 1942). Rappelons qu’Olivier Dard dont on fait crédit sur sa pseudo-thèse de l’inexistence de la Synarchie avait « oublié » de signaler dans sa présentation officielle pour une commémoration de Maurras que Maurras avait été antisémite.

La brutalité des images : Brigitte Macron.

Les images nous regardent. Elles sont faites pour ça : pour nous fasciner, pour nous envoûter. Les principales lignes de force de l’Opération Brigitte Macron sont idéologiques avec ce but essentiel : nous imposer Brigitte où que tu sois. Que tu le veuilles ou non. Du Brigitte. Du Brigitte Macron.

Remarquons que derrière l’objectif, le photographe a disparu. Il est sans nom (innomable). Pas question de vision, de regard singulier. C’est une Machine qu’il y a derrière l’appareil-photo. Cette Machine a un nom : appelons-la « Machine Mimi Marchand ».

LE PAPARAZZI DE MIMI MARCHAND.

Le paparazzi de son Equipe est là pour disparaître comme Sujet, pour effacer toute distance entre Brigitte et ses futurs lecteurs-voyeurs. Il ne se risque pas à se mettre en jeu dans son acte photographique. Pour lui, pas d’émotions, pas d’expérience intérieure. Tout est fait pour nier le travail, les conditions de vues, l’Hotel où il a couché, le lieu où il aurait planqué (mais la planque n’a plus lieu d’être puisque toutes ces photos sont choisies, sélectionnées en accord avec la première dame).

Les photos commandées que le paparazzi Mimi Marchand prend de Brigitte ne sont pas faites pour durer (dans le temps), pour s’afficher en Musée, pour bouleverser. Le paparazzi doit rester ce petit régulateur anonyme de l’énorme Machine Mimi, il doit produire de belles images, en faire des totalités harmonieuses, en faire des modèles réduits d’un monde sans fissures, sans lézardes. Il fait très attention à ce que ne surgissent pas à ses côtés ces sortes de Citoyens curieux qui pourraient demander « Mais que faites-vous ici ? Qui vous a autorisé ? Qui vous emploie ? Qui vous paye ? etc ». Sur le terrain, il faut donc écarter cet Autre qui – à égalité – entrerait dans un dialogue. L’Autre doit rester à sa place de figurant, de futur lecteur-voyeur, acheteur muet, spectateur soumis, figé, sous contrôle. 

NE PAS OUBLIER LA FEMME.

Qui se souvient d’une seule photo de Carla Bruni (mannequin ou femme de Sarkozy pourtant mitraillée) ? Les photos doivent rester des balises dans le Grand Parc d’Attraction, des Numéros fabuleux dans le Cirque Mediatique avec LA figure de proue : Brigitte Macron en Madame Loyale. Brigitte Macron en Femme de Président certes (ça, tout le monde le sait) mais surtout en Femme (ça tout le monde doit le savoir et ce, sur tous les fronts).

SUR TOUS LES FRONTS.

Madame Macron est donc chez les handicapés, pas seulement présente auprès de trisomiques mais aussi chez tous les autres (sourds, muets, déficients visuels entourés d’accompagnateurs et responsables comblés).

Pré(c)vision d’importance : on évitera stratégiquement les aides-soignantes en grève, les hospitaliers en Urgence. Là, il y aurait du flou sur la photo, des déclics imprévus et non-souhaités.

BRUTALITE

Elle ne naît pas du motif, du personnage central qu’est Brigitte Macron. Avant de tenter de savoir d’où vient cette brutalité, il nous faut constater – même si on est Macroniste – qu’UNE photo-Brigitte devrait nous combler, nous satisfaire ABSOLUMENT mais ça ne se fait pas. Brigitte Macron n’est pas une icône, une Vierge Marie trônant dans toutes les Eglises de France. L’Equipe Mimi Marchand le sait : une image ne peut être hors-temps. Hélas, oui, toute image est dans le temps, dans le temps du Réel, dans le temps du Contradictoire, dans le temps du Politique. Aussi perdure l’éternel soupçon que l’image est fabriquée et que, derrière tout ça, les Services de Propagande manipulent le Citoyen. Pour gommer ce grave inconvénient, il faut donc saturer l’espace visuel, il faut nous en mettre plein la vue afin que nous devenions aveugles devant ce qui s’impose malgré et contre tout : le hors-champ de la photo.

LA SERIE. LA RAFALE. LA MITRAILLE.

Une photo de Brigitte Macron ne suffira pas. Ses paparazzi travaillent donc dans la Série. Une photo chasse l’autre, une photo égale toutes les autres. Il y faut la série, il y faut la Rafale, il y faut des séries sans discontinuité jusqu’en 2022. Donc mitrailler à qui mieux-mieux. But de l’Opération centrale, décisive : que les photos-Brigitte ne nous quittent jamais… Pour, évidemment, qu’on n’aille pas regarder ailleurs. Dans le Politique.

Tout le monde est sur le pont. Cette dernière semaine, la Machine Photo Mimi Marchand a fonctionné à plein régime avec, pour soutenir la photo, une prolifération de légendes, un Storytelling sur mesure (Unes de quotidiens-Drahi, hebdos-Lagardère JDD, Paris Match, Gala / Gloser, les Echos et le Parisien-Arnault. J’ai trouvé cette merveille de légende, une Brigitte Macron qualifiée de « flamboyante ». Qui le dit, qui l’écrit ? Télé-Loisirs !

Le commentaire est de Télé-Loisirs !

Brigitte Macron est en voyage à Espelette. Brigitte est sur la plage biarrote. Brigitte est avec ses amies femmes (la femme de Trump). Mais attention, elle n’est pas du tout Yvonne De Gaulle. Elle est même beaucoup mieux que Carla Bruni ou Valérie Trierweiler qui tente d’exister en remerciement (ici son tweet du Secours Populaire pour qu’on ne l’oublie pas).

Brigitte est plus que toutes celles-là. Elle est d’une dimension que nulle autre n’a atteint. Voyez la légende de cette Une de Closer.

Elle recadre Sarkozy. Elle veille à la déco. Elle assume…

Alors on a cerné d’où vient cette BRUTALITE. Elle réside dans cette prolifération d’images, elle vient de cette surface brillante des images. Il n’est jamais de photos ratées dans l’Exposition-Brigitte. Jamais de bougé, de mouvement perdu et signifiant. Jamais de rides dans les portraits photoshopés, jamais de perte, jamais d’épuisement, de fatigue.

Cette BRUTALITE nait de tous ces rendez-vous unanimement réussis avec le Réel. Ce forçage photographique continu de paraître naturelle, bien mise, bien habillée, bien coiffée, bien chaussée est la brutalité même. Jamais de lever du matin à sept heures. Jamais de reprise du souffle. Jamais d’efforts mais toujours en « travail », en travail de représentation.

LA LUXATION (luxure) DU BRAS.

Et quand, hasard, Brigitte Macron glisse sur le pont d’un yacht et se fait une luxation du bras, la BRUTALITE est encore décuplée. Sa luxation est présentée dans un écrin soigné, dans une gouttière à la couleur étudiée. BRUTALITE qui renvoie à ces blessures irréparables que son homme de Président a niées le soir même sur France 2. Blessures de ces Citoyen(ne)s paré(e)s de jaune qui ne guériront jamais au contraire du bras de Brigitte Macron qui, lui, redeviendra vite, très vite, très très vite fonctionnel. Avec clichés et radiographies à l’appui ?

Anniversaire : mes 10 ans de Blog.

<

Humour : le 22 mars ont commencé les évènements de Mai 68. Le 22 mars 2008, j’inaugurais mon blog et je pondais mes premiers bibillets.  Et me voilà, mars 2018, en train de fêter mon dixième anniversaire.

Ce bibillet d’honneur sera le 1610ème. Depuis 10 ans, j’ai enregistré 5543 commentaires. En ce qui concerne le nombre d’utilisateurs, il s’élève à 657.308. Enfin, au niveau des pages vues, Google Analytics m’en a compté 1.267.164.

Je ne remercierais jamais assez tous ceux et celles qui m’ont suivi (y compris ceux et celles qui m’ont abandonné en chemin, y compris ceux et celles qui m’ont détesté). Je ne sais si je pourrais continuer encore pendant 10 années supplémentaires. Pour l’instant, les temps de brutalités inouïes, temps de dégradation du politique, temps de l’asservissement à l’économie libérale n’ont pas trop entamé ma pulsion d’écrire et la rage qui l’accompagne.

Un ami a bien voulu me tendre un micro imaginaire pour faire ce bilan de l’An10 devant une bonne bouteille. A votre santé.

*

Pas envie, c’est tout.

Ben voilà, je n’ai pas envie. Aucune envie. Rien. Nada. Pas même de faire un effort pour faire semblant. Un billet 1588 ? Non. Non.

Pas envie, c’est tout.

 *

PRIMAIRES PS, MACRON et LA STRAUSS-KAHN COMPANY.

Comment échapper à la Propaganda 2017 ? Ici, on a une overdose de Macron, candidat élevé aux refrains libéraux, petit malin que rien -apparemment – ne démonte MAIS qui se tait toujours sur son pactole (dons à hauteur de 12,75 millions d’euros récoltés en juin 2016 à Londres). Ailleurs, on veut nous faire croire – avec un pilonnage éhonté – que nous assistons à un débat-Primaire de «LA» gauche.

BiBi est allé se frotter à cette Primaire si mal nommée, au colporteur médiatique n°1 (Jean Michel Aphatie) et au candidat des banques et de l’esbroufe (Emmanuel Macron).