Nos amis les Grecs : d’Héraclite à Tsipras.

Grèce

Objectifs de Bruxelles : briser l’alliance du peuple et de ses représentants élus. En France, ce fut fastoche : nous avons eu par deux fois le 49.3 pour régler les problèmes. En , ils ont un référendum. Vous ne voyez pas la différence ? Allez, BiBi tente de vous éclairer avec humour si possible.

A la rescousse de l’Europe des Brigands – l’Europe de (son Président) et de Wolfgang Schäuble (Ministre allemand de l’Economie) – les Puissants comptent sur les grands Médias et leur Propagande, grands Médias qui font donner de la voix à leurs chiens de garde.

Nommons pour Le Monde, pour RTL & Canal Plus et l’inénarrable pour (Rappel pas anodin du tout : le journal qui nourrit le laquais bruxellois touche 10M€/an de subvention de l’Etat).

Tweet-BiBi : Le Directeur du Cirque et ses trois clowns français.

Ils se donnent tous la main N

Le meilleur clown – qui va bientôt battre retraite – journaleux le plus titré, est l’ami Jean-Michel Aphatie qui n’a aucun scrupule à parler de «notre argent» dans son tweet :

«Le gouvernement de @atsipras va faire un référendum pour savoir si les Grecs doivent ou non accepter notre argent. Charmant, non ?»

D’où lui vient cette idée que nous partageons des choses en commun, que nous appartenons au même Monde ? Aurions-nous garder les vaches ensemble, Jean-Mi ? Si oui, attardons-nous encore sur ce «NOTRE argent».

Une réponse- me vint alors et régla le problème :« Il est charmant notre @jmaphatie quand il m’associe à son argent de cumulard-médias ».

Je fis un second tweet pour m’attarder sur ce «charmant, non ?» : «Toute l’arrogance de classe dans ce «charmant, non ?» Toute la frousse des Maîtres et de leurs laquais aussi derrière».

Flaubert aurait été de ce monde qu’il aurait ré-écrit ce qu’il nota un jour dans sa Correspondance avec son inimitable talent : «Les couinements de Jean-Mi ? Des «petits cris de bête apeurée».

*

De l’humour ? Toujours de l’humour ? Heureusement, il y en a à revendre chez les abonnés de ma TL.

Tweet de Xavier Alberti ‏@xavier_alberti  : «Je comprends que certaines élites soient choquées par le recours au référendum en Grèce. Ca fait souvent ça la démocratie au début».

Une vraie préoccupation que ce référendum : au moment où l’équipe allemande faisait plaisir à ses supporters en éliminant la France en quarts de finale de la Coupe du Monde de football féminine, Madame croisa un Wolfgang Schäuble mécontent.

Merkel

Et puis dites, pour en finir avec ces Voleurs d’Avenir, vous n’auriez pas la même envie irrépressible ?

Eurocroupe

*

Et enfin, s’il y a une direction de solidarité à prendre, il n’y a pas mieux que d’offrir l’hospitalité à d’Ephèse qui, déjà en son temps, eut cet extraordinaire don de lucidité politique…

Héraclite

… qui prôna devoir de solidarité pour un Monde commun et qui conseilla à chacun – dans un même élan – de dormir d’un sommeil singulier.

Héraclite (4)

2 Responses to Nos amis les Grecs : d’Héraclite à Tsipras.

  1. Passionnant sujet qui doit, je l’espère, ouvrir les yeux de beaucoup. Des derniers naïfs de l’UE et du PS…

  2. BiBi dit :

    @despasperdus

    C’est dans ces moments où une (certaine) histoire est en marche qu’on voit les chiens de garde tenter de sauver la niche libérale des Juncker. Ahurissants Arnaud LeParmentier, Jean-Michel Aphatie, Nicolas Baverez (encore invité de France Info jamais interrompu dans ses balivernes) et le pôvre Jean Quatremer du journal « révolutionnaire » Libération (journal acceptant l’argent public).

    Et je ne compte pas les insultes au citoyen grec toujours figé dans l’imagerie du fainéant, du roublard, du « c’est-bien-fait-pour-lui », insultes à son porte-parole serein et déterminé Tsipras.
    Quant au PS qui veut nous faire croire à une position réfléchie ( ni, ni) c’est toujours entre quatre planches de Sapin qu’il veut nous envoyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *