Yearly Archives: 2020

L’Ennemi est visible.

On parle d’ennemi invisible avec le Coronavirus. On est en guerre contre lui. C’est vrai. Mais il est un autre Ennemi. Et celui-là, il est visible. Et s’il ne l’est pas assez, rendons-le encore plus, beaucoup plus visible.

L’Ennemi est visible.

Il organise avec ses chiens de garde un téléthon avec dons demandés pour l’Hopital Public. L’Ennemi visible est descendu encore plus bas avec ce type d’initiative qui aurait été un scandale il y a peu quand défilaient dans la rue (avec tabassages) soignants et personnel hospitalier. Pourquoi cet Appel à la Charité publique ne fait (presque) pas de vagues ? C’est simple, le CODVID19 nous oblige à rester chez nous et donc à ne pas pouvoir manifester notre colère. L’Ennemi a profité de cette impossibilité pour se montrer « humains ». « Soyez généreux en ces terribles moments », clame t-il sans honte avec l’avantage d’avoir une Voix unique et totalitaire dans le champ politique, social et médiatique. Tout ces recommandations se font au nom, bien entendu, du Bien et de l’Intérêt Général.

L’Ennemi est visible.

Voyez comment l’Ennemi a mis à son avantage son refus d’augmenter la durée de congé de deuil. L’Ennemi a tancé ses fidèles par un joli sermon (et ainsi dédouaner tous ses Groupies a posteriori) en leur donnant du «Soyons Humains». Entre-temps, certains de mes camarades et ami(e)s de Gauche se sont dressés pour crier à haute voix et conclure que «cette Majorité était hors-sol» , qu’elle était «cramée», que «leur modèle mondialisé débile était mort» et qu’on avait «les cartes en main pour tout bloquer». Hélas, ces illusions sont néfastes et dangereuses.

En d’autres temps, en 1968 précisément, les mêmes illusions avaient circulé sur la vacance du Pouvoir avec les pseudo-preuves d’un Général fuyant à Baden-Baden en Allemagne. On causait d’un Pouvoir déserté qu’il suffisait de ramasser, ignorant par là le rapport des forces qui, quelques mois plus tard, démontrait que c’était la Droite qui était largement majoritaire. Ne véhiculons pas les mêmes illusions où nos rêves, nos espoirs prennent la place du Réel insuffisamment analysé.

L’Ennemi est visible.

L’Ennemi se porte bien, très bien. Sa contestation est circonscrite à l’intra-muros. Impossible de descendre dans la rue. Notons le paradoxe : on ne peut bouger, sortir de chez soi pour protester contre l’Ennemi alors que la colère contre lui est décuplée aujourd’hui, que cette colère en confinement est mille, dix mille plus forte qu’aux Carrefours des gilets jaunes. S’appuyant sur cette impossibilité, l’Ennemi ne se croise pas les bras : bien au contraire, il profite. Non, l’Ennemi n’est pas du tout du tout à l’agonie.

Regardez leur férocité.

L’Ennemi est visible.

Regardez. Ouvrons les yeux.

Le Préfet Lallement essaye ses drônes en plein Paris, à ciel ouvert. Pas dérangé par les protestations, il occupe le ciel de la Capitale et fait des essais de perfectionnement dans la Surveillance avec des vidéos twittées dans l’indifférence quasi-générale.

Jetons un œil sur les Medias (du public, du Privé). De France Inter à France Infos, de TF1 à BFMTV, de FranceBleu Auvergne aux Grandes Gueules, quel est le discours majoritaire à 95% ?

Le seul opposant aux GGRMC (Les Grandes Gueules) est viré. Les seul(e)s invités sont des autorités médicales qui interviennent certes pour dénoncer les conditions de travail de leur secteur mais le plus souvent «sans faire de politique et de polémique car nous devons rester unis ». Dans les appels aux auditeurs, on ne trie que les bonnes questions. Dans leurs réponses, les animateurs se pressent d’éliminer les «polémiques», écartent toute mise en cause de l’Ennemi pourtant visible.

Comme dans tout champ social, le monde médical est objet de luttes intestines, de contradictions, de dominés et de dominants.  Mais corsetées par l’Ennemi, les Rédactions se bornent à dérouler le ruban de l’apitoiement, de l’humanisme de Dame Patronesse, de la compassion dégoulinante, de l’Amour-pour-l’Autre avec ses injonctions si commodes de Devoir de l’Être Humain, de la Solidarité-à-bons-comptes via les Dons et Téléthons.

L’Ennemi est visible.

Il est d’autant plus visible que sa présence a été prépondérante depuis 1983. L’Ennemi visible a été porteur de politiques convergentes, celles de «gauche» (avec gouvernements de gauche sociale-démocrate) et celles de droite (avec gouvernements de droite républicaine). C’est ainsi que, sous nos yeux horrifiés, on voit plastronner plus que jamais sur nos écrans et devant les micros, des Chiens de Garde sans aucun complexe. Rappelons leur parcours : tous ceux-là ont été à la confluence de ces deux politiques de destruction des conquêtes populaires. Ainsi de Martin Hirsch, Patrick Pelloux, Jacques Attali, Ségolène Royal, Marisol Touraine pour en nommer quelques-un(e)s.

L’Ennemi est visible.

Contrairement aux opinions de gauche, la Macronie n’est pas affaiblie. Non seulement, elle fait face mais elle avance ses pions sur une autoroute déserte avec cette magistrale justification de promouvoir ses mesures iniques « pour nous faire du Bien, pour nous protéger« .

L’Ennemi devient de plus en plus féroce. Ecartons toutes ces balivernes qui le voient en décomposition. Les propriétaires des grands moyens de production et d’échanges s(er)ont toujours en place. Ils n’hésiteront pas à faire le ménage dans le personnel politique qui est à leur service. Ils gardent plus que jamais la main sur la Propagande. Ils n’hésiteront pas à clamer que « Oui, leur modèle est mort » et qu’il faut en changer mais – pas de naïveté contre-productive sur leur présumées faiblesses ici – ils vont continuer de diviser, de culpabiliser, de déplacer les contradictions, de s’appuyer sur celle-ci par exemple : cols blancs contre pauvres infirmiers, parisiens contre provinciaux etc. Ils couperont quelques têtes en faisant croire que c’est l’essentiel, rejoignant ainsi la stratégie de toutes les Classes Dominantes ébranlées, celle proclamée par le Prince Don Fabrizo de Lampedusa dans «Le Guépard» :

«Il faut que tout change pour que rien ne change ».

Londres,Wuhan : peste bubonique et coronavirus.

Au milieu des troubles actuels, intimes ou non, m’est revenu un travail écrit que j’avais mené à bien il y a quelque quinze ans en arrière. Une pièce de théâtre que j’avais proposée à quelques troupes locales. Refusée. Et aussi à quelques éditeurs de théâtre. Refusée. Un travail que j’avais « protégé » à la Société des Auteurs. Je viens de le relire après l’avoir ressorti de mes tiroirs. Son titre ? «Les Pestiférés. Londres 1666».

Pourquoi cette réminiscence aujourd’hui ? Certainement à cause de la prégnance de la confusion actuelle et de la présence grandissante de cette peur due au rampant coronavirus. Les analogies entre hier et aujourd’hui sont nombreuses.

Ce thème, cette idée d’écrire sur la peste londonienne m’était peut-être venue à la suite du 11 septembre (et de ses suites avec les calamités de la guerre d’alors en Irak). Mais ce qui a été beaucoup plus décisif dans ce rappel mémoriel n’a pas été le souvenir du livre d’Albert CamusLa Peste»), lu il y a bien longtemps. Non, c’était la lecture du Journal de Daniel Defoe sur la Peste mais aussi et surtout la découverte fortuite mais fascinante du Journal d’un certain Samuel Pepys au début des années 2000.

La plupart d’entre vous doivent ignorer qui était ce fonctionnaire, administrateur anglais du XVIIème siècle qui travaillait à l’Amirauté (la Marine royale anglaise). Né en 1633 à Londres, Samuel Pepys était de souche plutôt modeste. Ce qui va le rendre célèbre pour la postérité, c’est qu’il va tenir au jour le jour, un Journal dans lequel il rassemble les faits de sa vie de travail, de sa vie familiale (avec ses querelles et ses bonheurs), de sa vie amoureuse avec le récit de ses folles épopées extra-conjugales. En 10 ans, il va emplir six gros carnets avec une précision extraordinaire et des détails passionnants. Une plongée dans la vie de la Cité de Londres exceptionnelle.

Par peur de la cécité, son travail de diariste cessera néanmoins en 1670. Avant cela, autour des années 1660-66, Samuel Pepys connaîtra trois grands évènements : la Peste (1665), l’Incendie de Londres et la deuxième guerre de rivalité commerciale et maritime contre la Hollande.

Alors que le nombre de morts atteint des sommets (1/6ème de la population londonienne) Samuel Pepys est miraculeusement préservé. Il continue de travailler même s’il déménage provisoirement sa famille hors de Londres. La ville compte plus de deux mille morts de la Peste encore en 1666.

Ma pièce démarre en 1665, année de la Peste. Henry (très accaparé par la guerre navale contre les Hollandais) et Elisabeth Dickinson préparent le mariage de leur fille Isabella avec un comédien (ce qui, à l’époque, est mal vu). Dans la Maison, les valets et servantes parlent tout bas de la Peste et ont peur que le Maitre des lieux ne les renvoient. Alors que toute la famille, polarisée par le prochain mariage, pense enfin à se réfugier hors de Londres et fuir la peste bubonnique, une Enquêtrice va ordonner à tous les membres de cette famille de rester en quarantaine par décret. Monde inversé : ce sont les pauvres qui doivent visiter les Maisons (dont celle des Dickinson) et déterminer puis signaler tout membre atteint de la peste. Monde désormais à l’envers où les Dominés tiennent (mais très provisoirement) le pouvoir.

Pour présenter mon travail à l’extérieur, j’avais écrit un texte de présentation en ouverture de ma pièce. Le voici :

Aujourd’hui, je lis des tweets de personnes qui pensent que le coronavirus va mettre le Capitalisme à bas et qu’il y a lieu de se réjouir. Terrible illusion : le Capitalisme ne s’écroulera pas de cette façon. Il a des réserves insoupçonnées. Structurellement et idéologiquement, il est capable de se maintenir et de nous faire payer cher, très cher son maintien et ses errances. Reste que cette pandémie – dont nul ne sait quand elle s’achèvera (rappel d’importance : la Science ne sait pas tout) entraînera paradoxalement des effets de connaissance sur ce Régime qui nous asservit depuis trop longtemps, sur ce Régime si brutal, sans pitié pour les plus faibles. Et, bien entendu, ces effets sont et seront précieux dans les luttes et les combats à venir.

C’est à tous ces combattant(e)s que je pense. A ce merveilleux personnel hospitalier moqué, ignoré, qui, depuis plus d’une année, s’est associé aux gilets jaunes pour crier sa détresse et brandir sa révolte sans faiblir.

PS : Sait-on jamais ? Pour qui s’y intéresse (de préférence éditeurs & gens de théâtre), mon texte est… disponible.

Le Temps des Saloperies.

  • Il y a la justification de Polanski de ne pas se rendre aux Césars : « Je dois protéger mes…. enfants ».
  • Il y a ces gens qui applaudissent sa nomination en tant que meilleur réalisateur aux Césars 2020. Et il y a des Adèle Haenel et des Virginie Despentes.
  • Il y a, dans le même temps, la disparition de la critique de films avec ces prédateurs qui ont dévoré Les Cahiers du Cinéma dans l’indifférence générale.
  • Il y a Jean Dujardin qui veut se barrer, décrétant que la France pue. Hé bien, casse-toi pôv’ con !
  • Il y a Isabelle Huppert, habituée des fashion week, qui se drape dans le non-jugement, aphorisme du grand Faulkner à l’appui, plaignant le… lynchage de son grand ami Polanski.
  • Il y a le silence des jeunes loulous de Checknewsfr qui refusent de divulguer le montant en dollars de leur soumission 2019 à FaceBook.
  • Il y a l’ordinaire à France Inter où le très féministe Augustin Trapenard blablate avec Macha Méril réduisant les Municipales parisiennes à Hidalgo-Buzyn-Dati censurant la présence de Daniele Simonnet.
  • Il y a les sondages qui continuent de nous enfumer. Avec les Brice Teinturier (IFOP) et le DSK Boy, Gaël Sliman (Odoxa)
  • Il y a toujours le silence de Nathalie Loiseau et la galère de la lanceuse d’alerte Françoise Nicolas qui a toutes les preuves sur les agissements de la groupie LREM.
  • Il y a dans le débat à l’Assemblée, cette députée LREM qui argumente en criant tranquilou : «Nique ta mère», «Toi tais-toi ou je t’en colle une» 
  • Il y a la journaille de France Info épousant la langue du Pouvoir interrogeant le cheminot CFDT : «Est-ce que vous en voulez à ceux qui effectivement ont fait obstruction au texte ?»
  • Il y a les pleurs sur la disparition de ce bon et rigolo Michel Charasse.
  • Il y a Rachida Dati qui veut un «Paris tout propre» oubliant ses sales affaires.
  • Il y a ce flic qui hurle au manifestant : «Viens tout seul, enculé, viens !».
  • Il y a, en France, toutes ces insultes des Grands Medias sur Bernie Sanders.
  • Il y a tous ces enragé(e)s qui n’en peuvent plus devant la diversité incontrolable des réseaux sociaux et qui réclament la répression à s’en étouffer.
  • Il y a, dans cette peur de la caisse de résonnance que sont les réseaux sociaux, Caroline Fourest de Marianne, dévastée « devant ces meutes numériques » qui « se déchainent de façon hystérique ».
  • Il y a Apolline de Malherbe de BFMTV, la Chaine de l’évasion fiscale, qui va se reposer dans le Château de Papa, épuisée par sa prestation contre Juan Branco. Un château restauré à nos frais.
  • Il y a l’annonce de la fin de l’émission de Laurent Ruquier On N’est Pas Couché») qui a donné leur chance à trois crétins pendant toutes ces années : Zemmour-Moix-Angot.
  • Il y a toujours ce Zemmour qui travaille au journal gavé d’argent saoudien qui chouine sur l’Institut Arabe financé en partie par les pays du Golfe.
  • Il y a Didier Guillaume, Ministre LREM de l’Agriculture, qui arrache le micro d’un journaliste car la question ne lui plait pas.
  • Il y a Lagardère embauchant le pauvre Sarkozy à son Conseil de Surveillance.
  • Il y a Hortefeux et ElKabbach qui papotaient tranquillement pour préparer questions et réponses avant interview.
  • Il y a Paul Greffe, militant LREM, qui compare la députée écolo, élue de la République, Esther Benbassa à une grosse vache.
  • Il y a le Modem/LREM Nicolas Turquois, député de la 4ème circonscription de la Vienne qui nous raye du cadre républicain : «La République, c’est nous et vous, vous n’êtes rien».
  • Il y a à Limoges le responsable regional CFDT-Limousin, Eric Brunie sur la même liste que Monique Balestin, tête de liste LREM.
  • Il y a ces insupportables LREM, ex-PS, qui changent d’avis en des temps records. Ici le Ministre de la Culture, Frank Riester.
  • Il y a à Vichy, Frederic Aguilera, candidat à la Mairie qui cache son appartenance LR sur son programme et ses affiches et qui offre des places de choix aux LREM.
  • Il y a Jacques Maire, fils d’Edmond Maire, co-rapporteur du projet de loi sur les retraites qui détient 358.935 euros de parts chez AXA, l’assureur grand bénéficiaire de ladite réforme.
  • Et il y a Julian Assange qui, sur le seul 24 février dernier, a été menotté 11 fois, déshabillé onze fois et placé dans 5 cellules de détention distinctes.

J’ai lu « Le Consentement » de Vanessa Springora.

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur les phénomènes d’emprise et la difficulté de s’en dégager pour les victimes. Je relèverai une chose très importante : non seulement il est bon de parler (attention pas seulement de parler mais d’être écouté(e)) mais aussi d’écrire.

Avec la lecture du livre (« Le Consentement » chez Grasset), j’ai repensé à mes confrontations à la souffrance dans mon boulot d’éducateur, à mes rencontres avec tous ces enfants et adolescent(e)s abîmées par le harcèlement et cyberharcèlement, victimes d’inceste et d’abus sexuels innombrables. Je repense aussi à ces pères, en très grosse majorité absents, fuyants, lointains, indifférents à leurs enfants, abandonniques et souvent eux-mêmes abandonnés, silencieux à jamais. Je repense à ces mères prisonnières, elles aussi, d’une enfance cadenassée et broyée, n’ayant pas idée de ce que doit être la protection de leur(s) enfant(s).

MICROCOSME LITTERAIRE ET EDITORIAL.

Le milieu social que j’ai rencontré dans mon travail educatif n’était pas celui de Vanessa Springora (1). A la lire, on reste cependant éberlué devant ces «libertés» (errances) accordées à cette enfant de 13 ans, interloqué devant la surdité de ce microcosme littéraire parisien, devant l’entourage familial et amical de Vanessa et de sa mère.

PERE ET MERE.

Que dire de ce père qui surgit à l’hopital et qui entre en une rage folle lorsqu’il apprend que Matzneff vit au quotidien avec sa fille mais qui, couard et fuyard, ne portera aucunement plainte ?

La mère, elle, infantile, veut préserver sa lignée en demandant à sa fille, au passage, de ne pas parler de cette liaison à… sa propre mère. Une mère qui s’abstrait à bons comptes de l’histoire de sa fille, même après la lecture du texte que cette dernière lui présente : « Ne change rien, dit la mère de Vanessa, c’est TON histoire ». Ailleurs (p.157) : « Mais le dialogue [Avec sa mère] est impossible. En toute logique, si elle a accepté ma relation avec G., c’est quelle me considérait déjà comme une adulte ». Déni. Résistances. Enfant/adulte dans un Tout indifférencié. Négation de fait de l’enfant à éduquer. Négation de tout travail de transmission de valeurs, de transmission générationnelle à effectuer.

EMPRISE.

Ce phénomène d’emprise est toujours prêt à resurgir : Vanessa Springora n’ose pas écrire Gabriel Matzneff en toutes lettres et l’affuble d’un G. tout au long du récit. Il faut attendre la page 185 pour qu’on puisse lire, non le nom complet, mais – dit par l’avocat – les deux initiales G.M.

Au Brésil, au temps des tueries d’enfants via les Escadrons de la Mort, le signifiant « enfant » ne faisait pas sens dans le Droit. Ces « policiers » se justifiaient en disant qu’ils ne tuaient pas des enfants mais des «rats», des rats qui polluaient la ville, encombraient les rues en mendiant. C’est que le signifiant «enfant» n’existait pas alors : il faut toujours des luttes acharnées pour cette reconnaissance de l’enfant. Dans le parcours de Vanessa Springora, le mot «pédophile» n’est pas reconnu comme un danger, comme un agresseur passible des tribunaux. Il faut donc pour Vanessa Springora commencer le combat (personnel, singulier). Il lui faut en passer par son corps et ses souffrances (éprouver les passages à l’acte de Matzneff, son indifférence etc) pour pouvoir petit à petit les mentaliser et s’en dégager partiellement. Parcours douloureux qui va la dégager de l’emprise infernale qui dure pourtant (En cause : «La peur de l’abandon, chez moi, dépasse la raison») pour enfin la mener à la déprise.

PAROLE. ECRITURE. LIVRE.

Gabriel Matzneff, assis sur sa supériorité d’adulte et de romancier reconnu sur la Place, a cette arme redoutable : la parole. «Et G. manie le verbe comme on manie l’épée. D’une simple formule, il peut me donner l’estocade et m’achever. Impossible de livrer un combat à armes égales».

Et le silence est, bien sûr, pour l’autre. Désespérée, Vanessa Springora va chercher de l’aide chez un abominable Emil Cioran (2). Mais ce qui m’a retenu à la lecture de cette courte «visite», c’est la femme de l’écrivain : « Toute pomponnée, ses cheveux bleutés assortis à son gentil corsage, elle ACQUIESCE SILENCIEUSEMENT à chaque mot de son mari ».

BLESSE(E)S DE LA VIE.

J’ai ici une pensée pour toutes ces blessé(e)s de la vie que j’ai croisés (aidés humblement) qui ont connu inceste, abus, harcèlement. Ces mêmes qui – faute de capital culturel et scolaire suffisant – n’ont pas pu écrire un livre (a fortiori le publier) ou porter simplement témoignage écrit de leurs douleurs, de leurs balafres, des coups reçus, de la honte, de l’humiliation, de leur cris, de leur passage en enfer. Bien entendu, les hasards de la vie peuvent alléger le poids de leurs souffrances, les conduire à une rencontre bienfaisante, à un croisement amoureux, à une thérapie, à un entourage à l’écoute etc. La vie est toujours une solution, disait le poète.

ECRIRE : ce n’est pas pour rien que le dernier chapitre du  livre de Vanessa Springora porte le titre tout simple : «Ecrire». Et à l’appui de Vanessa Springora, une autre femme (Iris Gaudin), victime elle aussi, des agissements de cette foutue bande de cons de la Ligue du LOL (3), vient dire une même chose : «Ecrire ce livre m’a finalement permis de reprendre confiance en moi, ça a été comme une thérapie… » 

***

(1) On n’a pas fini d’en apprendre sur ce petit monde littéraire et editorial. En témoignent  Caroline Laurent, directrice littéraire de chez Stock et Yves Faucoup dans un billet précieux.

(2) Ce crétin d’Emil Cioran qui lâche bouffi d’une arrogance toute aristocratique : «Le mensonge est littérature, chère amie ! Vous ne le saviez pas ?». Oubliant de rajouter le plus important. C’est certes via le «mensonge» (la fiction) que la littérature existe mais c’est ainsi qu’elle touche à la… vérité et aux vérités toutes humaines.

(3) Iris Gaudin : «Face à la Ligue du LOL».  Editions Massot.

PS : Confus et honteux, je me souviens – à retardement – du livre-témoignage écrit par Michelle Brun @BrunMichelle passée par l’établissement de « La Providence » de Clermont-Ferrand. Avec ce même titre « La Providence ».

La Complainte du « Pourquoi ? »

*

Quand on est petit, on demande souvent « Pourquoi y a des étoiles? » « Pourquoi y a des animaux ? ». Puis, plus tard, on se demande « Pourquoi il y a la guerre ? Pourquoi il y a des injustices ? » Peut-être s’est-on entendu répondre « C’est comme ça ! ».

Aujourd’hui, dans ce premier mois de 2020, ce « pourquoi ? » est revenu. A la différence de mes premières années, je n’attends pas de réponses. C’est que je crois savoir aujourd’hui pourquoi…. ces pourquoi sans réponse perdurent. Cette nuit, en bordure des rêves, en ces moments où parfois quelque chose s’écrit en déferlante, ce n’était pas de la prose qui s’installa mais un amoncellement de « POURQUOI?». Et ce matin, j’ai eu la chance de pouvoir les retrouver. Ils ne m’échapperont pas. Les voici donc en vrac :

*

Pourquoi ne retrouve t-on pas le coffre-fort de Benalla ?

*

Pourquoi la CFDT de Laurent Berger capitule, signe l’armistice puis s’engage dans la voie de la Collaboration ?

Pourquoi Françoise Nicolas, la courageuse lanceuse d’alerte, ne retrouve pas de travail ?

*

Pourquoi Fillon ne rend pas le Million volé ? Pourquoi n’est-il pas en prison ? Pourquoi est-il l’invité de Lea Salame et Thomas Sotto ?

Pourquoi pardonnons-nous tout à Jacques Chirac ?

Pourquoi Frédéric Haziza reste toujours à LCP alors qu’il a eu un rappel à loi pour harcèlement sur une journaliste qui, elle, a été priée de s’en aller ?

Pourquoi les éditocrates continuent chaque matin de poser leur cul sur leur fauteuil et ne sortent jamais dans la rue le jour des manifs ?

Pourquoi les Medias ne parlent pas tous les jours de la mort de Zineb Redouane, de Steve Maia Caniço et de Cédric Chouviat ?

*

Pourquoi Christophe Schmidt, directeur du Service Politique de l’AFP, a ôté de son avatar Twitter 2017 l’image d’un Macron triomphant pour le remplacer par une vue neutre des bâtiments de son siège ? Honte ?

Pourquoi tout le monde rit quand le macroniste Gabriel Attal – qui n’a jamais bossé – veut « émanciper la jeunesse » (à Verrières et ailleurs) ?

Pourquoi les radios de RadioFrance – si bavardes pour parler d’essoufflement des grévistes – ne parlent jamais de la grève qui se produit dans leurs batiments ?

*

Pourquoi La Montagne et son journaliste de Vichy tressent sans arrêt des louanges dignes de la Pravda au candidat LR Frédéric Aguilera à la Mairie de la ville ?

*

Pourquoi de Mediapart au Figaro, de France Inter à Europe1, on a choisi et signé un contrat avec l’officine de comptage des manifestants parisiens En l’Occurrence sachant que son Directeur (son tweet ici à Aurore Bergé) est un macroniste forcené ?

*

Pourquoi les Decodeurs du Monde ne divulguent pas le montant en dollars que FaceBook leur donne chaque année en gage – paraît-il – de leur indépendance ?

*

Pourquoi Checknewsfr ne répond pas à la question posée le… 6 mai 2019 portant sur Edouard Philippe, le Havre, sa femme et Science-Po Paris ?

Pourquoi l’émission des Grandes Gueules de RMC n’a pas encore programmé une de leurs émissions sur l’évasion fiscale ? En prenant comme exemple exemplaire leur Boss Drahi qui continue de les payer.

*

Pourquoi dans leur article du Monde, Ariane Chemin et Raphaëlle de Bacqué n’ont pas un mot sur Josyane Savigneau, fervente admiratrice de Matzneff qui a régné sur… le Monde des Livres pendant plus de 15 ans dans leur propre journal ?

*

Pourquoi tous ces « journalistes »

@jmaphatie @fabsintes @askolovitchC @lofejoma

@leasalame @ndemorand @brunoduvic

@SoMabrouk@Laurent_Joffrin

@olivier_truchot @OlivierGalzi

#yvescalvi @Bruce_Toussaint

ne protestent jamais lorsque leurs confrères sont agressés dans les manifestations ?

*

POURQUOI ?

Parce que c’était EUX.

Parce que c’était NOUS.

Deux camps, comme disait l’odieux préfet de Paris. Deux camps : en lutte, l’un contre l’autre. Voilà pourquoi.