Monthly Archives: novembre 2019

Le camp de Didier Lallement, préfet de Police.

*

La guerre est déclarée. C’est le Préfet de Police de Paris, (in)digne descendant d’un Bousquet et d’un Papon qui nous le dit sans détour. D’un air supérieur qui rappelle les dignitaire nazis passant en revue ses troupes, Didier Lallement vient répliquer à une Citoyenne qui lui dit son appartenance aux gilets jaunes en ces termes incroyables : « Hé bien, nous ne sommes pas dans le même camp, Madame ». On s’offusque bien entendu d’un tel aveu. Ahurissement devant les propos de ce fonctionnaire de Police, tenu au devoir de réserve et représentant la République, donc l’ensemble des Français sans distinction. Rappel ici du Code de déontologie de la police nationale, article R. 434-29. « Le policier est tenu à l’obligation de neutralité« . Mais hélas, nous n’en sommes plus à essayer de convaincre ce fonctionnaire qu’il est hors-la-loi. Nous sommes au plus proche du pire.

*

L’appareil répressif d’Etat, commandé par Macron, lui-même présent pour faire passer les diktats anti-sociaux prônés par le Medef et ses think-tanks) est bien au-delà de ces contraintes démocratiques et de la morale républicaine. L’aveu de Lallement vient confirmer ce qui se passe depuis une année de gilets jaunes : c’est la guerre. En effet, comment caractériser l’affrontement entre les deux camps dont se vante Didier Lallement sinon en la déclarant… « guerre » ?

Deux camps.

Guerre d’aujourd’hui, ultra sophistiquée avec matériel de guerre. Guerre économique dans laquelle on promeut l’achat d’actions à la Française des Jeux au détriment de l’intérêt public. Guerre sociale. Guerre stratégique (Didier Lallement interdisant à 14h une manifestation prévue et autorisée à 14 heures). Je n’en finirais pas de faire l’inventaire de cette guerre dont il faut noter qu’en face des Lallement, la seule défense du Camp jaune, c’est la présence dans la rue, c’est le nombre, ce sont les cris de révolte, c’est la tranquille assurance d’être dans le bon droit, c’est la persévérance dans les propositions, c’est une tenue et des défilés sans armes de guerre. Ici, plutôt fier d’avoir décelé dès mon billet du 20 novembre 2018 la portée historique du Mouvement des gilets jaunes.

La guerre donc. Une guerre qui, comme toute guerre, ne peut se faire sans cohortes de miliciens, sans Soldats de réserve ou grenadiers-voltigeurs en première ligne. C’est contre les manœuvres de tous ces suppôts du Pouvoir dont il faut s’occuper aussi.

Les Toutous du Système.

Je parle bien sur de ces intellectuels médiatiques, de ces pseudo-experts tenant de main de fer les Officines Radio-TV-Presse. Car une guerre ne se gagne jamais sans ces sous-fiffres.

Faisons un peu d’histoire pour se rappeler qu’en tout temps, il ne suffisait pas aux Dominants de mener en actes les opérations sur les champs de bataille : il leur fallait une force idéologique, une puissance des idées toute matérielle pour tenir, pour gagner, pour magnifier les victoires. Ainsi pendant la guerre des Camisards et la répression des Huguenots, la Cour du Roi célébrait les dragonnades, les galères, le bûcher, la corde ou les supplices de la roue pour glorifier les initiatives du Roi prônant les massacres. Avec l’aide des Bossuet, Racine, La Fontaine, La Bruyère etc.

Lors des évènements de la Commune, les écrivains bourgeois volèrent au secours de la classe menacée. D’Alphonse Daudet qualifiant les insurgés de « ramassis de bien vilain monde », de « nègres » d’« enragés » à Flaubert (1) en passant par Alexandre Dumas fils jusqu’à Zola dans sa jeunesse.

Exécutions de Communards.

Dominants mais pas tout-puissants : en guerre. En guerre contre les Courbet, les Hugo, les Rimbaud, les Louise Michel et autres Jean-Baptiste Clément.

Aujourd’hui nous avons aussi ces supplétifs du Pouvoir que sont pseudo-experts, « intellectuels » médiatiques envahissant quotidiennement, squattant en continu les écrans qui sont au cœur du lien social. Guère besoin de faire l’inventaire de ces Soldats, leurs noms nous reviennent avec leurs armures, leurs activités nous sont imposées sur les écrans, leurs sons et images (des Grandes Gueules aux 20heures de TF1, des émissions de Pujadas à celles de Ruth Elkrief, des colonnes domonicales du JDD à la propagande de leur partenaire France Info). Une cinquantaine d’entre eux occupent les scènes des opérations (de Propagande). J’ai obseervé ces experts, intellectuels médiatiques, toutous du Système, rebelles de Droite et d’extrême-droite, provocateurs dans le bocal, gros paresseux derrière les murs de leur Citadelle, vieillards increvables ou jeunes loulous trentenaires, femmes assujetties si heureuses d’arriver aux sommets : tous, ils sont tous bouffis d’orgueil, pleins de morgue et de mépris, gonflés d’une pseudo-notoriété qui les rend ivres et hargneux (sans se douter de la haine qu’ils suscitent).

Voilà les Soldats du Règne Macron.

Ayons toujours une pensée pour eux. Dans les rues du 5 décembre. Aux carrefours jaunes. Dans nos analyses et dans nos traits d’humour féroces.

Solitaire, solidaire.

Nous savons encore mieux d’où ils viennent, d’où ils sont, d’où ils affutent leurs flèches : ils sont dans le camp du Préfet de Police.

***************************

(1). Flaubert écrivant à George Sand sur les Communards : « Quels sauvages ! C’est la dernière manifestation du Moyen-Âge. Je trouve qu’on aurait dû condamner aux galères toute la Commune et forcer ces sanglants imbéciles à déblayer toutes les ruines de Paris, la chaîne au cou, en simples forçats… On est tendre avec ces chiens enragés ». Aujourd’hui, nous avons Christophe Barbier glorifiant Thiers, Luc Ferry et cette Grande Gueule de RMC appelant à tirer sur les gilets jaunes et les « racailles » de banlieue. Sans oublier les refrains de Souchon, Renaud, Lavilliers et consorts à genoux devant le Prince.

Petit tour hebdomadaire dans nos Medias.

Question Medias, il est des semaines où l’on touche le fond. Entre le tweet de Jacques Attali, les trucages LREM à Rouen, l’ahurissante publicité faite à la Famille Attias (avec ce Louis Sarkozy qui ressemble à son papa, question Médiocrité et Bêtise crasse) et les incroyables bourdes du Monde, oui, on a touché le fond.

*

Attali en toute obscénité.

Je ne sais pas comment on peut supporter Jacques Attali. Le voilà dans un grand élan de dolorisme, se lamentant sur notre monde implacable où l’on a retrouvé deux femmes mortes de faim dans un appartement à Nîmes. « Est-il « naturel » de mourir de faim en 2019 ? » clame t-il dans un tweet alors qu’il n’y a pas si longtemps notre Superstar – qui participa très activement aux politiques de disette mises en place par Sarkozy, Hollande et Macron – nous livrait cette grande analyse : « Nous aurions trop de pouvoir d’achat ».

*

Propagande LREM.

Que voilà une scène touchante ! Un quidam anonyme de Rouen serre chaleureusement la main de notre Président. Sérieux, trentenaire, vêtu d’une polaire un peu usée, façon prolo, l’homme se détache dans la nuit rouennaise. Rouge sur fond noir, c’est impeccable pour se faire remarquer. Sauf que…

Sauf que ce Monsieur Maxime Boissière est un Macroniste pur jus de Seine Maritime. Admirons comment, en grand acteur, il a suivi les consignes en jetant un rapide coup d’oeil à la caméra toute proche, façon de dire « Alors, c’est OK? C’est dans la boite pour les télés ? » Ben oui, super Maxime, c’est tout bon.

*

Louis et Cécilia.

Le lamentable 7/9 de France Inter a invité Louis Sarkozy et sa môman Cécilia Attias pour causer de leur livre écrit en famille. Puis ce fut le tour des gazettes (Le Figaro) et de C’est A Vous. Anne-Elisabeth Lemoine me fit rire en présentant l’ouvrage comme « parfois musclé » (Désolé, seule Madame Attias comprendra l’allusion). De son côté, le petit Louis devenu grand, celui-la même qui avait voulu pendant sa puberté entrer dans l’Armée US, a abandonné son projet militaire pour miser sur une entreprise qui fera la promotion de… mocassins ! Bref, un fiston à la petite semelle, plein de talent, de talons et talonnettes.

*

Le Monde, exemplaire exemplaire !

Quelques internautes fervents du Journal de référence me faisaient remarquer que c’était Le Parisien qui avait déclaré l’arrestation de Dupont de Ligonnès et non Le Monde. Certes, certes mais que fit Le Monde pendant toute la soirée et la matinée qui suivit ce mensonge ? Hé bien, sans aucune élémentaire vérification, il bêla avec tous les quotidiens (hormis La Provence) pour accréditer la version policière. On en conclura que c’est facile de crier son indépendance contre le méchant Kretinski mais bien plus difficile de se montrer indépendant de la Police de Castaner.

Les Decodeurs déconnent.

Je rappelerai que le Service du Monde (Les @decodeurs) s’est équipé grace à l’argent de FaceBook pour faire la chasse aux fakenews. D’ailleurs, on attend toujours le montant de cette soumission annuelle (Ohé Decodeurs ! Dites-nous, c’est plus ou moins que le Checknews de Libération et les 245.000 dollars de Mark Zuckerberg ?) Nos braves Decodeurs, donc, n’ont vraiment pas de chance car ils n’ont pas repéré les deux fakenews. Oui deux mensonges médiatiques leur sont passées sous le nez : 1. l’arrestation de Dupont de Ligonnès et 2. la mort proclamée de… Bernard Tapie ! Ces deux fakenews étaient en fait dans les pages de… leur propre journal ! Je n’allais pas refuser de partager mon fou rire avec mes ami(e)s Twitter en posant cette question : « A quoi servent ces Rigolos ? »

Le boulot éreintant de Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

On se rappelera les incroyables risques que prirent les deux grands journalistes d’investigation Gérard Davet et Fabrice Lhomme en nous tenant en haleine sur les menus des repas partagés avec François Hollande. Hélas pour eux, une malheureuse défaillance technique du Monde vient quelque peu ternir leur réputation. On a vu apparaitre en effet dans leur quotidien – Ô Surprise – un de leurs articles annonçant, avant tous les confrères, la mort de… Bernard Tapie ! Voilà un extrait de leur magnifique prose et les excuses de notre Journal de référence ! Clap ! Clap ! Clap ! Applaudissons le style et le procédé : « C’est toute une époque qui nous frappe en pleine face ! »

*

France Info déraille.

Notre Radio publique s’appuie une énième fois sur le sondage qui – quelque soient les résultats – reste un objet de manipulation et d’intimidation du Citoyen. Cette fois, le sondage brandi par France Info concerne les Français et la SNCF : « Près de six Français sur dix jugent la grève du 5 décembre injustifiée » selon Odoxa. Voilà comment France Info tente de nous embarquer dans le wagon de la Propagande. Mais les bibis, eux, resteront à quai.

*

Paris-Match s’insurge !

Le grand hebdomadaire Lagardère titre – compatissant – sur la colère des juifs allemands au sujet des gains électoraux de l’AFD (les fachos) en Thuringe. Comme quasiment tous les Medias français, le « score spectaculaire » de Die Linke (en toutes petites lignes dans l’article de Libération) y est passé sous silence. Pas de doute, on sent que l’hebdo Lagardère partage la même colère que celle des juifs allemands. Mais un regard sur les précédents numéros de Paris Match nous rend outrés à notre tour…. Oui, outrés devant le beau sourire de la facho bien de chez nous, impeccablement photographiée en double page d’un torchon… lui aussi, bien de chez nous.

*

La valeur actuelle de Macron.

Pour apprécier la valeur de notre Président, pas besoin de longs discours. Le voilà, pleine page, bien entouré.