Archives: novembre 2018

Le Présent coloré : gilets jaunes, blouses blanches et tempes grises.

«Ceux à gauche qui pensent qu’ils ne feront la révolution qu’avec un peuple révolutionnaire constitué de leurs exacts semblables attendront la révolution longtemps». Judicieuce incise de Frédéric Lordon dans son entretien chez Ballast.

Sur une seconde analyse, je signalerai la réflexion de Serge Faubert de Le Media TV qui voit les gilets jaunes en couleurs bariolées et qui résume l’appréciation de ce Mouvement par les Dominants en trois mots : «mépris de classe». (Ici)

Enfin, j’ajouterai cette pensée de Montaigne qu’on pourrait tirer du côté de la morale individuelle mais que j’élargirai du côté du Politique. Gens de rien contre gens de biens.

C’est que le penchant-BiBi, c’est le côté du conflit, le côté de la lutte des uns contre d’autres, le côté de l’analyse structurelle que certains résument bien en ces trois mots : lutte des classesEt de cette lutte des classes, la période présente en est toute colorée. Blouses blanches, gilets jaunes, écharpe rouge (celle de Barbier), chemise blanche BHL, Résistance verte, tempes grises des retraités.

Murs, Murs à STREET ART CITY.

*

STREET ART CITY est la seule résidence au Monde ouverte aux Street Artistes. Depuis 2016, 238 Artistes de 44 nationalités  sont venus dans cet ancien centre de formation des PTT ( France Télecom).

Situé à Lurcy-Lévis dans le département de l’Allier, Street Art City offre plus de 80 fresques murales à l’extérieur sur les batiments désaffectés. Grace à Sylvie et Gilles, désormais propriétaires des lieux, le Street Art s’est aussi réfugié dans un batiment – l’Hotel 128 – Ce batiment désaffecté compte 128 chambres. De mars à aout, les artistes investissent chacun une chambre pour y créer – du sol au plafond – leur univers.

Du 1er septembre à mi-novembre, les chambres sont ouvertes aux visiteurs. Réouverture prévue le 30 mars 2019.

Courez-y ! Au total, 22.000 m² de couleurs et de dessins époustouflants.

*

Y en a marre des sondages !

Les sondages ! Ils pullulent. Ils sont pris en considération. Pas seulement par les grands rédacteurs, éditocrates, dont on connait les critères sur lesquels ils sont recrutés et choisis par les Milliardaires (de Drahi à Dassault, de Bernard Arnault à Pinault). Ces mêmes sondages sont hélas commentés aussi par des internautes de gauche, par des responsables politiques insoumis, par des gens de l’extrême-gauche tout aussi bien. Je vois des Hourrah à la moindre poussée de Mélenchon et des moqueries en nombre à la baisse de Macron.

Et je te tweete et retweete qu’il est à 20% et je te tweete et je retweete que le Banquier-Président est plus bas que Sarkozy ou Hollande après un an de pouvoir etc etc.

Toujours rageant et désolant de voir des camarades et ami(e)s tomber inexorablement dans ce piège. Car piège il y a. En effet, si on ne s’attaque pas à l’existence de ces sondages, on continuera à ce que ces opérations de manipulation et d’intimidation restent des éléments déterminants de la vie politique.

Pauvre de nous.