Archives: novembre 2017

Blog-notes.

L’actualité connaît des turbulences. Quotidiennement. Elle engendre des discussions de café du commerce, elle fait tourner les sites d’infos, elle donne du boulot aux Policiers du Net (@libedesintox), elle permet aussi à chacun (e) de s’épancher, de crier sa rage, de balbutier son effroi, d’applaudir, d’admirer, d’idolâtrer, de passer du «Merci» au  «Dégage!» dans la même minute.

Ne maudissons pas trop vite cette époque, ne crions pas si vite au désastre personnel.

Même si nous déplorons nos états bipolaires (joies qui culminent au plus près de colères injustes), tout ce va-et-vient, tous ces instants-navette restent nécessaires car autrement, autrement, autrement comment pourrions-nous supporter l’insupportable ?

*

Ce que j’ai appris cette semaine.

Ce que nos bons éditocrates disent être «l’actualité» est en réalité un puzzle, un imbroglio, une bouillie, un sommet de conneries et de commérages, un tri qui privilégie le plus souvent l’Insignifiance et l’accord avec la puissance des Puissants. Mais parfois, en creusant dans les fissures, en élargissant les failles, en découvrant les diaclases, voilà que surgit une lueur, un rai de soleil.

Eclairage qui met en lumière le Pouvoir toujours tapi dans l’ombre.

Avec ces traces laissées par le Pouvoir et ses chiens de garde, non seulement on en apprend tous les jours mais on n’en apprendra jamais assez.

*