Archives: janvier 2015

Journal alternatif de la semaine.

Sirtaki

Espérons qu’avec l’arrivée de Syriza une brèche s’ouvre dans le dispositif libéral et dans la puissance jusqu’alors incontestée des Princes de Bruxelles. Bien entendu, l’adversaire sera féroce et fera jouer à fond la désinformation. Puisse pourtant cette petite lueur grecque éclairer les consciences, raviver la flamme et – pourquoi pas – mettre le feu à quelques forteresses.

En attendant, je vous offre mon Journal de la Semaine.

Lectures admiratives de la semaine.

Calaferte Ernaux

Lire. La lecture. Denrée quotidienne, package hebdomadaire. Dès le livre fini, pas de temps à perdre, il faut flairer, renifler l’odeur du prochain à lire. Un livre puis un autre : une maladie dont on ne guérit pas. Cette semaine, j’ai été malade-bien-portant avec Annie Ernaux et Louis Calaferte.

Charlie et mes petites contrariétés.

Lever du soleil

Que n’ai-je entendu pendant ces dix jours qui ébranlèrent la France et les français, les Charlie ou les-pas-Charlie ! Petit florilège.

L’Après-Charlie.

Essayons

Derrière l’unanimisme, l’indistinction, le consensus, il y a toujours la volonté très politique de nier, d’annuler le Politique, de gommer les fractures du Social. La Contradiction est l’essence même du Politique et il n’y a aucun chemin qui mène à la résolution – une fois pour toutes – de cet antagonisme. De cette lutte des contraires, aucune force ne pourra en venir à bout. Impossible demeure cette osmose entre Dominants et Dominés.

Cabu d’hier et d’aujourd’hui.

Mieux qu’un long discours, je présente un extrait de l’hommage du Canard Enchaîné à Cabu (de son vivant). Cet extrait fait partie des deux pages de présentation du dessinateur multiforme et multimédia. Si chacun a loué sa gentillesse, chacun pourra (re)voir qu’il fut notre contemporain et qu’il ne chercha jamais cette unanimité qui, aujourd’hui, fait descendre dans la rue toutes les tendances politiquement compassionnelles.

Canard